Nucléaire : le choix des « small modular reactor » s’impose

Il faut conforter notre confiance dans l’énergie nucléaire mais en changeant de vélo et de braquet : c’est l’idée clef sous-jacente au développement des SMR. 

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo by Andrey Metelev on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nucléaire : le choix des « small modular reactor » s’impose

Publié le 29 octobre 2022
- A +

Par Jean-Jacques Nieuviaert, en collaboration avec Jean- François Raux.

 

Nucléaire : de la léthargie à la crise

La crise énergétique qui s’est ouverte avec le conflit ukrainien et la chute de la stratégie tout gaz russe de l’Europe a révélé simultanément le drame nucléaire français. En pleine crise énergétique en Europe, la France découvrait que le parc nucléaire d’EDF ne lui assurait plus sa sécurité d’approvisionnement et qu’elle devait payer l’électricité à un prix totalement exorbitant !

Dix ans au moins d’atermoiements politiques sur la décision de diminuer ou de relancer le nucléaire, l’augmentation des contraintes de sûreté post Fukushima, mais aussi la perte de compétences d’EDF, expliquent cette situation dramatique, notamment sur le plan industriel.

L’angoisse a alors pris le pas sur la procrastination. Elle a conduit le président de la République en début de second mandat à exprimer une volonté de remettre le système éclectique en ordre avec, simultanément, une accélération du développement des EnR et la relance du nucléaire basée sur 6 EPR2, et peut être 14 à terme.

 

Les choix actuels ne permettent pas de rattraper le retard lié à l’absence de décisions

Il s’agirait maintenant d’aller « deux fois plus vite » dans le développement des EnR en simplifiant en particulier les procédures. Même discours sur les EPR2, pour lesquels il s’agit en particulier de réduire les délais d’instruction.

Mais, en la matière, la précipitation ne semble pas être bonne conseillère ni surtout apte à résoudre les problèmes de la France pour les vingt prochaines années.

En effet, on peut douter de la pertinence des différentes technologies mises en avant :

Il « faut faire maintenant de l’éolien terrestre pour atteindre nos objectifs de sobriété » (!) mais le ministère de Transition écologique (MTE) n’avait-t-il pas déclaré début septembre 2022 « qu’il (l’éolien) ne devait pas disparaitre du mix énergétique, mais que le degré de tension qu’il génère, rapporté au faible gain en énergie ne justifie pas toutes les difficultés qu’il suscite ».

Il s’agirait d’en installer 40 GW d’éolien marin, soit plus de 10 fois les projets approuvés actuellement. Même si cette forme d’éolien est plus efficace on imagine son impact sur la faune et le milieu marin, mais surtout pour un résultat qui devra attendre 2050 pour être significatif.

Pour l’énergie solaire, le potentiel semble plus avéré mais encore faut-il rappeler que pour encore plusieurs décennies, le système électrique français se caractérise par une plus grande consommation en hiver qu’en été, et c’est justement la période de l’année où le solaire est quasi inexistant.

 

Ainsi donc, le « deux fois plus vite » va nous conduire entre 2022 et 2040 à injecter des sommes considérables dans des énergies renouvelables intermittentes qui ne résoudront en rien notre problème actuel de sécurité d’approvisionnement lié au manque de puissance garantie en pointe des ENR : elles peuvent faire en effet défaut par périodes hivernales anticycloniques.

Mais la piste EPR2 n’est pas non plus satisfaisante, car même en accélérant les procédures, elle ne donnera rien de concret avant 2035/2036 au minimum, si nous obtenons que le premier des six EPR2 prévu soit bien opérationnel à cette date. Quant à l’objectif de huit EPR supplémentaires, qui ne seraient complétement disponibles qu’en 2047, il est complétement hors-sujet par rapport aux enjeux actuels.

Sommes-nous alors condamnés à nous accoutumer à la pénurie pendant deux décennies, cette pénurie que la sémantique moderne qualifie de « sobriété » ?

 

Accélérer en changeant de stratégie sur le nucléaire : développer les Small Modular Reactor

Comme dans d’autres secteurs industriels, la voie du salut peut venir de l’idée de faire plus petit mais en beaucoup plus grande quantité, c’est-à-dire en s’appuyant sur les Small Modular Reactor (SMR).

Contrairement à ce que pense la MTE, qui considère que les SMR « relèvent d’un débat pour la PPE de 2028 et non pour celle de 2023 », il y a au contraire urgence sur le sujet si on ne veut pas une fois encore prendre dix ans de retard.

Le terme SMR pour Small Modular Reactor désigne des réacteurs nucléaires d’une puissance de 10 à 300 MW qui peuvent être construits de manière modulaire. Leur technologie est dérivée des réacteurs utilisés dans les porte-avions, sous-marins ou brise-glaces nucléaires.

Pour l’instant le modèle français Nuward est développé grâce à un partenariat entre EDF, TechhnicAtome, Naval Group et le CEA. C’est un réacteur modulaire de 170 MW de type PWR et initialement l’objectif est de commencer la construction d’un prototype en 2030.

 

Les SMR présentent de gros avantages techniques et financiers

Les SMR sont beaucoup plus simples au niveau ingénierie que les grands réacteurs. Leur architecture intégrée et leur taille permettent d’envisager un niveau de sûreté plus élevé que dans les grandes unités et une moins grande vulnérabilité.

Ils sont fabriqués en usine, ce qui permet d’envisager des économies d’échelle importantes dans le cadre d’une production de grande série. Transportés sur leur lieu de fonctionnement, ils ne nécessitent pas une main-d’œuvre qualifiée et nombreuse sur le chantier d’installation.

Par rapport aux contraintes de localisation territoriales des EPR et des EnR, les SMR peuvent être facilement installés sur des emplacements réduits, sans atteinte majeure à l’environnement, voire même utiliser les sites d’anciennes centrales thermiques ou des friches industrielles.

Il existe d’ailleurs une possibilité qui permettrait d’accélérer encore leur implantation, c’est leur positionnement en mer sur barge flottante. Nuscale, depuis mai 2021, travaille avec l’entreprise canadienne Prodigy Clean Energy pour produire des plateformes flottantes pouvant porter jusqu’à 12 SMRs de 77 MWe. De son côté, Rosatom opère depuis mai 2020 une centrale nucléaire flottante équipée de deux SMR de 35 MW chacun.

Le financement de leur construction peut être envisagé avec des montants plus réduits et sur des temps plus courts, permettant un retour sur investissement beaucoup plus rapide.

Un autre avantage est de permettre une réduction considérable des investissements prévus dans le réseau de transport et les réseaux de distribution par rapport à ceux exigés pour développer les renouvelables (et en particulier l’éolien offshore), car les SMR peuvent se positionner plus facilement à proximité des points d’entrée existants sur le réseau de transport.

Leur coût de fonctionnement devrait être très compétitif. En août 2022, GE Hitachi Nuclear Energy a déclaré que les SMRs modulaires peuvent être développés avec un LCOE d’environ 60 dollars/MWh et qu’ils auront un avantage de longévité par rapport aux énergies renouvelables, entre 60 et 100 ans, contre 20 ans pour l’éolien et le solaire. Même vision chez NuScale qui prévoit un LCOE de 58 dollars /MWh.

 

S’appuyer sur les savoir-faire industriels français

La France fait partie du club très restreint des six pays ayant acquis une grande expérience dans la fabrication et la gestion des réacteurs utilisés par les marines de guerre, à savoir les USA, la Russie, la Chine, le Royaume-Uni et l’Inde.

Ce qui a manqué jusqu’à présent c’est de réussir à surmonter un syndrome du type Airbus 380, à savoir préférer la construction de grandes unités complexes en petit nombre, plutôt que la production d’unités moins prestigieuses techniquement, mais en grand nombre.

 

Les SMR : un choix qui devient mondial

Le 29 juillet, une enquête du US Nuclear Energy Institute indiquait que les utilities américains prévoient d’ajouter aux États-Unis jusqu’à 90 GW de nouvelle production nucléaire, soit plus de 300 SMR au cours des 25 prochaines années. L’enquête indique que les utilities évaluent actuellement les sites qui abritent des centrales au charbon en exploitation ou retirées du service pour y installer ces SMR. Les responsables US pensent que l’avenir du nucléaire réside dans ces SMR, beaucoup moins compliqués à construire que les grands réacteurs : la simplicité est leur véritable avantage technologique. L’enquête indique d’ailleurs également que les propriétaires du parc américain actuel (92 réacteurs) s’attendent à ce que la durée de vie de 90 % de celui-ci puisse être prolongée jusqu’à 80 ans.

Les projets de SMR se multiplient aussi en Europe de l’Est (Pologne, Estonie, Roumanie), au Royaume-Uni (Rolls-Royce et GE Hitachi), au Canada, aux USA (Utah), en Russie, et surtout en Chine pour y produire de l’électricité mais aussi du chauffage urbain.

 

Une indépendance énergétique plus grande et plus rapide grâce aux SMR

Pour changer de stratégie, il faut augmenter massivement les montants des investissements prévus pour le développement de Nuward, afin d’obtenir un début de commercialisation au plus tard en 2028-2030.

Il s’agit ici de gagner entre 3 et 5 ans sur les hypothèses actuelles, mais en utilisant des moyens beaucoup plus importants. La filière SMR permettrait de gagner entre cinq et dix ans par rapport à la mise en service des EPR.

 

Augmenter les financements du projet NUWARD

Pour y arriver, il faut d’abord rassembler des moyens financiers importants au lieu de se contenter des sommes assez faibles prévues actuellement, soit 50 millions d’euros par France Relance, 500 millions d’euros par France 2030 et une partie des 420 millions d’euros alloués au CEA. Pour reprendre les termes du PDG d’EDF au sujet de la construction des EPR, la France a en effet besoin d’un « Plan Marshall », mais pour construire des SMRs.

Il semblerait nettement plus pertinent d’engager un budget beaucoup plus massif pour le nucléaire que les 1,2 milliard d’euros prévus dans le PDLF 2023, alors qu’on se prépare à consacrer plus de deux milliards d’euros en faveur du secteur de l’hydrogène qui n’apportera aucune réponse à moyen terme à notre problématique énergétique.

 

Concentrer les moyens

La France a la technologie, l’expérience, les compétences, et peut s’appuyer également sur les ressources de la Marine Nationale.

Il ne manque qu’une concentration de moyens, en n’oubliant pas de renforcer les capacités de l’ASN pour lui permettre d’accélérer la validation du prototype, et en particulier les référentiels de sûreté qui sont différents des grands réacteurs. Ceci est le préalable incontournable au passage à la phase industrielle, qui sera quand même beaucoup moins complexe que celle requise pour les EPR2.

Il faut également le plus rapidement possible organiser la supply chain nécessaire ainsi que la filière industrielle, ce que les Britanniques sont déjà en train de faire avec GE Hitachi.

 

Retrouver rapidement un niveau de sécurité d’approvisionnement serein et une indépendance énergétique

Ces éléments étant réunis, un plan de développement Nuward pourrait se dérouler en deux phases :

À partir de la validation du prototype, la production industrielle en série de Nuward pourrait porter sur une centaine d’unité, soit 15 GW. Cela permettrait, avec la prolongation du parc historique, Flamanville 3 et le parc hydraulique, de disposer de 103 GW de capacité pilotable. Cela mettrait la France définitivement à l’abri de problème de sécurité d’approvisionnement en électricité en moins de dix ans (En moyenne, la France a besoin de 85 à 90 GW), tout en décarbonant totalement le mix. Le surplus de capacité et les autres instruments de production intermittents pourraient satisfaire les besoins en production d’hydrogène bas carbone et les nouveaux besoins d’électrification.

La France progresserait également au niveau de son indépendance énergétique grâce au recours à une technologie totalement nationale, au lieu de se trouver dépendante en particulier des importations chinoises d’équipements EnR.

 

Électrifier massivement la France en toute sécurité

Ensuite entre 2030 et 2040 la France pourrait construire 300 autres SMR pour compenser le retrait progressif des réacteurs de 900 MW.

La France disposerait alors de :

  • 45 GW de grands réacteurs (dont 6 EPR2)
  • 60 GW de Nuwards
  • 25 GW d’hydro
  • 50 GW de renouvelables

 

À ce stade la France pourra faire l’économie du renouvellement de l’éolien terrestre et se concentrer sur le solaire et le stockage induit.

La France disposerait donc dans 20 ans de 130 GW pilotables, voire même plus avec l’aide du stockage, une situation très confortable, si on considère les progrès qui auront été réalisés d’ici là en matière d’efficacité énergétique.

Et les Nuward pourraient être aussi utilisés pour produire de la chaleur, de l’hydrogène bas carbone et dessaler de l’eau de mer, lorsque le système électrique se trouve en période de faible charge.

 

Changer de vélo et de braquet

Il faut conforter notre confiance dans l’énergie nucléaire mais en changeant de vélo et de braquet : c’est l’idée clef sous-jacente au développement des SMR. Après avoir perdu entre vingt et trente ans en errances stratégiques et en procrastination, le temps est compté pour la France pour qu’elle retrouve sa sécurité, son indépendance, et sa compétitivité énergétiques.

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Le problème est que les écologistes ont gagné la bataille idéologique (l’hégémonie culturelle à la Gramsci). Tout le monde pense écologie, l’agriculture, l’énergie, le climat, et le wokisme qui en rajoute une couche.
    On n’a jamais vécu dans une société aussi riche, et on se met des idées noires dans nos cervelles (de moineaux).

  • Multiplier les centrales c’est chercher les em… Et tout ça pour….. Rien! Vous avez vu l’état de notre jeunesse, elle est même prête à manger des vers de terre pour sauver la planète alors vos smr elle ne va en faire qu’une bouchée.

  • Sans doute une bonne idée, mais à partir du moment où l’avenir ne met pas d’abord les ENR non rentables au placard, tout ça ne sera que du vaporware.

  • Voilà un article intéressant qui nous pousserait à l’optimisme si nous avions un ministre de l’Industrie !
    Vous oubliez cependant un petit détail technique : il y aura autant de ZAD que de SMR et comme nos gouvernants ont coutume de capituler devant 3 punks à chien, la partie n’est pas gagnée…

    • « optimisme si nous avions un ministre de l’industrie »?
      Ou plutôt si l’industrie n’avait pas besoin de ministre, juste de liberté d’entreprendre.

      • Tant qu’il y aura la possibilité pour chacun d’empêcher d’entreprendre, il faudra un ministre pour garantir la liberté d’entreprendre. Combien de manifestants en France, aujourd’hui même, contre la liberté d’entreprendre ?

        • Bien sûr MichelO, sauf que ce n’est pas le rôle d’un hypothétique ministre de l’industrie mais d’un pouvoir régalien à ressusciter pour assurer un minimum vital d’ordre public.

    • Capituler devant 3punk à chiens qui touchent le RSA pour cracher sur la société qu’ils savent exploiter mieux que tous ceux qui travaillent et les financent.

  • Pour pouvoir implanter ces 300 SMR indispensables il faudra être prêts à une lutte acharnée contre 300 associations de riverains trouillards. Beaux délais supplémentaires en perspective.

  • Je ne suis pas convaincu par l’article. Plus de réacteurs, c’est plus d’enceintes de confinement, des générateurs de vapeurs plus petits (donc moins efficaces), plus de démarches administratives et plus de NIMBY! Il y a une économie d’échelle sur la quantité à produire, mais le nombre de gros réacteurs à produire n’est pas négligeable non plus: des dizaines, voire sur l’europe des centaines. « Quant à l’objectif de huit EPR supplémentaires, qui ne seraient complétement disponibles qu’en 2047 »: En 1970, on en a construit bien plus en bien moins de temps. Ne dites pas que c’est impossible, on l’a fait! Sur l’EPR, on a déjà construit des têtes de séries, en lancer dès demain est possible, et de nombreux d’ici 10 ans lorsque les formations auront créé plus d’ingénieurs.
    Mais cela n’arrivera pas: il y a une volonté de décroissance, de retour à la nature, de peur de la technologie. Donc l’avenir, c’est les pénuries, et c’est aussi les énergies renouvelables. Mais en version Afrique, avec un panneau solaire chez soi pour avoir de la lumière lors des coupures quotidiennes. Du bois (pardon, biomasse), pour pouvoir se chauffer à 16C. Des vélos pour remplacer les voitures.

    • Visiblement, il faut plus de 10 ans pour construire et mettre en route un EPR. Et ceux d’Angleterre ne feront pas exception à la règle. Les écolos du prochain gouvernement auront ainsi tout loisirs d’arrêter ces projets en France !

    • Les SMR on les mets en cluster, une dizaine ou plus sur un site. C’est même plus souple qu’une centrale classique.

    • La volonté résistera-t-elle à un bon hiver de rappel aux réalités ?
      La version Afrique, à Brest ou à Cherbourg, on a du mal à y croire. 169 jours de pluie par an, des côtes et des rhumatismes, et la constatation qu’ailleurs le nucléaire fonctionne, ça fait retourner sa veste.

    • « En 1970, on en a construit bien plus en bien moins de temps. » En 1970, il n’y avait pas cet amoncellement de normes écolos successives, nous obligeant par exemple à envisager un tsunami au milieu du massif central.

  • Sans doute un complément aux centrales plus puissantes, mais faut surtout arrêter avec les énergies dites renouvelables qui ne sont que des subventions inutiles et une fausse économie de l’énergie. Rappel : nous payons sur nos factures d’électricité 15 % de taxes pour financer les idioties écolos que sont les éoliennes et autres raccordements…..

    • Sans compter ce que nous payons pour maintenir EDF en vie, et pour financer les autres idioties que la taxe ne suffit pas à financer.

  • à mon avis la CGT sera contre elle préfère les grosses centrales où il est plus facile d’organiser des grèves ….

  • Déja, le simple fait que ce sujet a été lancé sur la place publique, par Macron, Un pervers avéré, sans la moinrde explication ni réference. Cela incite a la méfiance.
    Aux vues des decisons prises par les Gochos ecolos de passer au tout electrique : Bagnoles, Camions, Chauffage (Pompe a chaleur), Il serait nescessaire, de doubler lacapacité effective de production, d’ici 2050.
    Le « small modular reactor » méme presenté, on se demande bien pourquoi, en anglais , n’est pas une idée sérieuse.

    • Allons, raisonnons un peu : il va bien falloir abandonner le tout électrique quand les réalités vont se rappeler à nous. Donc si ce jour-là, nous avons de l’électricité en surplus, il faudra la vendre à l’étranger en faisant de superprofits. Impensable !

  • Vous avez omis l’avantage le plus important : le changement d’échelle de la production s’accompagnera du même changement dans la sécurité. Tout accident, s’il est inévitable, dans ce genre de centrale, sera plus rapidement détecté, combattu (il est plus facile de piloter une voiture qu’un poids lourd et un poids lourd qu’un porte-containers) et ses conséquences pratiquement réduites à néant. Ce ne sera pas la même échelle que Tchernobyl et Fukushima. Avantage subsidiaire : couper la parole aux écolos, faute d’arguments, même imaginaires.

  • Il faudrait surtout ouvrir la production d’énergie au secteur privé et désengager l’état du nucléaire, celui ci-se bornant à assurer la sûreté et la traçabilité du combustible et des déchets.

  • Les SMR font partie des fausses bonnes idées qui pompent les ressources financières publiques. Cela reste la technologie existante avec ses déchets et ses risques. Il faut travailler aux réacteurs à sels fondus avec moins de déchets et de risques et une plus grande disponibilité de combustible

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

N’avoir école que l’après-midi, nous en avions tous rêvés lorsque nous foulions les bancs de l’école. Pourtant, ce qui était un doux rêve pour beaucoup s’apparente aujourd’hui à un cinglant cauchemar.

L’annonce nous vient du ministre de l’Éducation nationale, Pap N’diaye, lors de l’Educatech Expo qui s’est tenue en fin de semaine Porte de Versailles à Paris. Ce rendez-vous incontournable de l’innovation éducative a donc été paradoxalement l’occasion pour le ministre de faire une des annonces les plus régressives pour le secteur : la fi... Poursuivre la lecture

Par Jean-Pierre Riou et Michel Gay.

Notre système énergétique serait bien meilleur aujourd’hui sans l’impéritie des dirigeants de ces 25 dernières années. Il est nécessaire de reconnaître les fautes passées afin de donner aux jeunes l’envie de faire autrement et de fournir les efforts nécessaires pour construire un monde plus confortable pour tous car la décroissance n’est pas une fatalité.

 

Interroger le passé

Seule une analyse honnête des fautes du passé permet la justesse du diagnostic présent et la mise en place... Poursuivre la lecture

Beaucoup de temps a été perdu du fait que nos autorités se sont fondées sur la loi dite des trois secteurs de l’économie qui voudrait qu’une société moderne soit une société « postindustrielle ».

Comme nous l’avons montré dans d’autres articles, les travaux de Jean Fourastié sur l’évolution des sociétés ont été mal interprétés. Dans Le grand espoir du XXe siècle paru en 1949, un ouvrage au succès considérable, cet économiste avait mis en évidence les évolutions en termes d’emplois, et non pas de valeur ajoutée. Nos dirigeants ont trop ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles