Les vraies causes de la crise énergétique en Europe

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
Angela Merkel BY EU2017 Estonian presidence (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les vraies causes de la crise énergétique en Europe

Publié le 20 septembre 2022
- A +

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergétique

En 2010, l’Allemagne officialisait l’Energiewende, vaste et ambitieux programme de transition énergétique et écologiste vers les énergies dites renouvelables.

L’Energiewende repose sur un malentendu (en langage parlementaire britannique). En effet, ce programme prétend à la fois transitionner vers des sources d’énergies non émettrices de CO2 et sortir l’Allemagne du nucléaire. Le problème étant que les énergies dites renouvelables — soleil et vent — sont intermittentes. Elles ne se conçoivent qu’en parallèle de sources d’énergie non intermittentes.

En se privant d’emblée de la seule source d’énergie non intermittente et non émettrice de CO2, l’Energiewende s’offre avant tout comme une sorte de vendetta anti-nucléaire. En 2014, Sigmar Gabriel, alors ministre fédéral de l’Économie et de l’énergie, faisait pression sur la société suédoise Vattenfall pour qu’elle poursuive ses investissements dans les mines de lignite en Allemagne, expliquant : « nous ne pouvons pas quitter simultanément l’énergie nucléaire et la production d’électricité à base de charbon ». CQFD

C’est la chancelière Merkel qui a donné le coup de grâce au nucléaire allemand, en précipitant sa destruction suite à la catastrophe naturelle de Fukushima. Les Allemands, grands romantiques et fort influençables, venaient d’assister au tsunami frappant la ville de Fukushima, impactant la centrale nucléaire éponyme. Ce qui renforça la haine superstitieuse et religieuse que nourrissent de longue date les Allemands à l’encontre de l’énergie nucléaire. Les écologistes germains s’engouffrèrent dans la brèche, exigeant aussitôt la fermeture de toutes les centrales nucléaires — que Mme Merkel s’empressa de leur accorder.

Les Allemands passent pour les êtres les plus rationnels de la Création. Aimable plaisanterie. Un ami néerlandais qui me rendait visite à Bruxelles le weekend dernier m’expliquait qu’il avait eu affaire à un chauffeur Uber allemand vivant à Bruxelles depuis trente ans. Ce chauffeur avait absolument tenu à lui parler du principal sujet qui lui tient à cœur — en vérité, le seul. Sa facture d’énergie ? La destruction de l’industrie européenne ? Le conflit entre Uber et les taxis ? Pensez-vous : les vaccins ! « Tous les vaccins sont, par définition, des poisons. » (sagesse allemande des bois et des prairies).

La haine allemande du nucléaire est la raison d’être historique du mouvement écologiste, en Allemagne comme en Belgique : nihil novi sub sole. Dès 2001, celui qui était alors ministre de l’Environnement, l’écologiste Jürgen Trittin, obtenait du chancelier Schröder, une loi ordonnant la destruction du nucléaire civil allemand. Les extrémistes de gauche, qui sont des gens plus sérieux et mieux organisés que les extrémistes de droite, prirent seulement prétexte de Fukushima pour parfaire le travail débuté par le duo Trittin-Schröder. Le fait qu’ils bénéficient du soutien amoureux des médias classiques leur facilite la tâche. Les enquêtes d’opinion indiquent que l’écrasante majorité des Allemands sont désormais favorables à l’énergie nucléaire… C’est un peu tard, Teuton !

 

L’interdiction du gaz de schiste

Deuxième facteur de cette Nouvelle catastrophe allemande, les écologistes allemands — par quoi il faut entendre le parti Die Grünen, mais également et surtout les puissantes organisations écologistes allemandes et dans leur branche locale Greenpeace, WWF, NABU, BUND, etc. — obtinrent également l’interdiction de l’exploitation en Europe — et non seulement en Allemagne — de ce que l’on appelle le gaz de schiste et qui est en fait du gaz de roche-mère. Le gaz de roche mère est un gaz naturel contenu dans des roches argileuses riches en matière organique. Contrairement au gaz naturel conventionnel qui est emprisonné dans une roche perméable facilement exploitable, le gaz de schiste est emprisonné dans les pores d’une roche rendue imperméable par l’argile qu’elle contient. L’extraction du gaz de schiste nécessite l’utilisation des techniques combinées de forage dirigé et de fracturation hydraulique. Dans ce dossier, les écologistes européens furent plus efficaces que leurs coreligionnaires américains, qui échouèrent à obtenir cette interdiction aux États-Unis. En vertu de quoi les États-Unis atteignaient l’indépendance énergétique, dans le même temps que l’Europe, sous gouvernance allemande, augmentait le tempo de sa course à l’abime.

 

L’interdiction des terminaux aptes à recevoir le gaz américain

Troisième facteur, les écologistes allemands obtenaient encore l’interdiction de construire — cette fois, seulement en Allemagne — des terminaux aptes à accueillir le gaz de roche-mère américain. En effet, expliquaient-ils doctement, quel sens y aurait-il à importer en Europe le gaz de roche-mère que nous nous interdisons de produire et qui résulte d’une sorte de viol de la nature ? (Rassurons nos lecteurs : l’exploitation du gaz de roche-mère depuis quinze ans aux États-Unis n’a causé aucune catastrophe naturelle d’aucune sorte)

Energiewende, destruction du nucléaire civil, interdiction du gaz de roche-mère, interdiction des terminaux aptes à recevoir le gaz américain : ce formidable mouvement en super-tenaille eut pour effet de jeter l’Allemagne aux pieds de son fournisseur de gaz russe, GAZPROM qui s’était entretemps occupé de financer à coups de dizaines de millions le mouvement écologiste allemand et une fraction significative de sa classe politique.

Le prix du gaz, en Europe, est fixé au niveau européen. Étant donné le poids archi-dominant de l’industrie allemande, le prix du gaz ‘européen’ est, en fait, un prix allemand. Le résultat concret de la Nouvelle catastrophe allemande, cette fois de facture purement écologiste, est que le prix du gaz européen oscille maintenant entre cinq et dix fois le prix du gaz américain. Comme le signalait ce week-end le très clairvoyant, sur ces questions, Bart De Wever, cette ‘légère’ différence, si elle persiste, signe la mort de l’industrie européenne. Merci les écologistes. Et vive l’Allemagne.

 

Article publié dans l’hebdomadaire flamand ‘t Pallieterke.

Pour aller plus loin, cette explication en vidéo.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • L’Allemagne a gravement failli, c’est certain. La plupart des pays de l’UE ont laissé faire, voire ont amplifié le mouvement. Rappelons qu’en France, non seulement l’exploitation des gaz de schiste est interdite, mais c’est aussi le cas de l’exploration. Nous ne savons même pas combien de gaz nous pourrions éventuellement extraire!
    Plus généralement les délires écolos antinucléaires sont bien installés en France, en Belgique, en Suisse, en Italie, et dans d’autres pays membres ainsi qu’au parlement européen et à la Commission.

    • Bon aprés faut peut être pas mettre l’ensemble nos échecs sur le dos de l’Allemagne. Les français votent pour des **** depuis 40 ans, il est normal qu’ils aient les résultats d’une politique de *** …

      L’Allemagne avait choisi de conserver une politique énergétique du tout fossile axée principalement sur le gaz et influençais ses voisins pour leur vendre leurs chaudières gaz et tout ce qui gravite autour… ça tenait debout mais fallait pas mettre Ursula à la tête de l’Europe, c’est leur faute majeure… D’une certaine manière, ils ont imité les français sur ce coup là …

  • Les allemands sont efficaces et ont l’habitude d’aller jusqu’au bout de leurs idées, même les plus délirantes.
    En France, non : l’état est tellement mauvais dans tout ce qu’il entreprend qu’il a raté comme le reste la « transition écologique », et c’est tant mieux pour nous.

    • Pas exactement, la transition énergétique initiée par DeGaulle était très bien partie, le problème c’est qu’on l’a abandonnée en cours de route pour passer sur des machins d’idéalistes dégénérés.

  • Mais la France aussi a abandonné le nucléaire !
    Aucun investissement dans ce domaine depuis vingt ans, à part un chantier,
    Flamanville, qui s’est enlisé. Les centrales existantes ne sont même pas entretenues et la France a perdu ses compétences alors qu’elle était leader dans le monde avec une filière complète. Ajoutons à cela une destruction d’EDF et un marché de l’électricité européen stupide. Enfin des dizaines de milliards engloutis dans les énergies renouvelables, en pure perte, mais pour la joie des lobbies en tout genre. Vingt ans de perdus qu’il faudra deux générations pour rattraper à condition de s’y prendre dès maintenant ce qui semble mal parti.

    • La France ne peut pas investir dans le nucléaires et dans l’assistanat. 40 ans de politique de gauche ont investi dans l’assistanat. C’est électoralement plus porteur, et ce n’est pas prêt de changer. Quant à la politique allemande de l’énergie, elle a été principalement dirigée par Shroeder tellement soudoyé par Poutine que ce dernier l’a embauché chez Gazprom. Et Merkel, pas besoin de l’embaucher, elle est très attachée à la pensée soviétique en tant qu’ancienne allemande de l’est. Tout ça montre que l’Allemagne a été le cheval de Troie de Poutine en Europe avec la bienveillance des français naïfs et qui croient encore que l’Allemagne est leur allié.
      Poutine finance depuis des années les mouvements écologistes européens en y insuflant les thèses anti nucléaires.

    • ne pas oublier la destruction d’Areva…

  • Quel dommage que le poids archi-dominant de l’Allemagne ne soit pas un poil plus lourd ! Nous roulerions tous « no-limit » sur autoroute, au volant de superbes voitures de luxe.

  • Malheureusement, de nombreux Français sont fascinés par l’Allemagne.
    Tout ce qui vient de là-bas est de meilleure qualité, leur système politique est génial…
    Nous ne pouvons pas nous défausser de nos responsabilités sur Merkel. Nous aurions pu avoir une politique énergétique indépendante et dire merde à l’UE comme le fait la Hongrie par exemple.
    C’est juste une question de courage et de volonté, qualités qui nous manquent cruellement.

  • Je lis que le fameux bouclier tarifaire va nous couter 16 milliards, en pure perte, soit le prix de 2 ou 3 EPR qui sont des investissements pour l’avenir. Et que dire depuis 20 ans des milliards de subventions déversées à des opérateurs de circonstance pour installer des éoliennes d’une durée de 20 ans, et qui auraient pu etre investis dans des équipements d’une durée de 60 ans? Et la recherche Astrid abandonnée, idem pour la recherche sur la filière thorium. Nous avions le désastre allemand sous nos yeux et on les imite?

    • oui, l’abandon du projet Astrid a signé l’abandon de la recherche fondamentale sur les fissions, avec des possibilités de « recyclage » des « déchets » décriés par les écolos. L’énergie issue du coeur de l’atome fait peur, elle est difficile, rigoureuse, exigeante. Nous en sommes toujours au balbutiements dans ce domaine. Si la recherche sur la fusion (ITER) semble prometteuse, il reste encore un gros point à résoudre : l’alimentation en continue de ce type de réacteur.

    • Oui! L’ennui pour les imiter, c’est qu’il faudra multiplier par 5 les émissions de GES du secteur électrique… Payer plus cher pour réchauffer plus la planète, voila l’effet des politiques de nos dirigeants…

      Le bouclier tarifaire n’inclue pas les pertes des entreprises qui doivent représenter bien plus en conséquences directes et beaucoup plus ensuite à cause des faillites que ça va engendrer.

      Rien que la fermeture de fessenheim, on doit dépasser les 5 milliards de pertes directes au regard du prix spot sur l’année glissante, soit à peu prés de quoi se payer une tranche de Hualong le nouveau réacteur chinois…

    • 16 Mds., c’est en net une fois la compensation effectuée avec les taxes et autres, En brut, il semble que c’est plutôt 40Mds. Et « on » y gagne 2 points d’inflation et la paix sociale. Paris vaut bien une messe, disait un roi autrefois.

  • En fait la question serait plutôt : quel contre pouvoir serait en mesure de traduire en justice les responsables allemands de cette déroute ? Car, du côté Français, si j’ai bien compris (!), la France exporte à bas coût pour réimporter au prix allemand. Ce qui suppose qu’en raison des fermetures de centrales sur notre sol, le Français subit la politique allemande (le prix du mégawatt) + la gabegie Française ? Du coup, Hollande, Ségolène, Macron + la brochette d’écologistes responsables, quid des mises en examen ?

  • on aura écrit des dizaines d’articles sur le sujet… en pure perte, rien ne peut arrêter un dogme religieux
    « nous avons besoin d’un mix énergétique »
    car voyez-vous, avant, … ça marchait très bien.
    Cette clique est devenue un cancer pour nos sociétés, une malédiction.
    Entendu ce jour
    « ordre aux préfets d’accélérer les procédures de permis pour l’éolien », cela va pousser comme le chiendent
    l’europe prolonge la biomasse, Bolsonaro va passer pour un écolo
    Pas un mot sur le gaz de houille en Moselle
    et la canicule a accéléré « la prise de conscience »
    bref, on est foutu

  • non on peut quitter l’ue.. donc faute à la france..

  • Un peu facile de rejeter toute la responsabilité du désastre énergétique occidental sur le peuple allemand. Concernant la France, ses dirigeants ont une lourde part de responsabilité, tout comme tous ceux qui gobent naïvement leur propagande omniprésente. L’énergie est indispensable à la machine, sans laquelle il ne peut y avoir qu’une vie précaire et misérable pour l’immense majorité des gens, précarité et misère qui finiront par atteindre y compris ceux qui l’auront détruite tout en étant stupidement convaincus qu’ils n’en supporteront pas les conséquences (cf le niveau de vie des puissants avant la « révolution industrielle » qui ne leur permettait de s’offrir ni soins médicaux, ni chauffage, ni moyens de déplacement plus rapide que le cheval etc). Bizarrement, la pseudo « transition énergétique », en fait vers la pénurie, est poursuivie de concert par tous les gouvernements occidentaux. Difficile de croire qu’il s’agit d’une pure coïncidence. En fait, il semble qu’un certain nombre de personnalités se considérant comme l’élite, n’ait jamais supporté que le commun des mortels puisse bénéficier des bienfaits de la civilisation industrielle, dont l’une des conditions nécessaires est une énergie abondante et bon marché (qui ne peut être produite que dans et par des sociétés libres).

    • je ne peux m’epecher de penser que le nucleaire français a été sacrifié. en gros;..contre le soutien monetaire de l’allemange à la france..

      • par ailleurs on peut difficilement qualifier de crise énergétique ce qui est en somme dans l’alignement des objectifs énergétiques annoncés!!!!!

        • @jacques lemiere
          Effectivement ! Cependant, la pseudo « transition énergétique et solidaire » (sous entendu « seuls les riches paieront ») a bien été vendue comme transition (donc d’une méthode de production à une autre) et non pour ce qu’elle est vraiment, une transition accélérée vers la pénurie, sauf pour les puissants (qui finiront aussi par en subir les conséquences, quoi qu’ils en pensent). Idem pour les pseudo sanctions « contre la Russie » qui sont en fait des sanctions contre les peuples dont les dirigeants en ont décidé, mais ce n’est pas comme ça qu’elles ont été présentées.
          Bien évidemment, toute personne un tant soit peu curieuse, réaliste et lucide savait d’avance de quoi il retournait.

      • @jacques lemiere
        Je n’y crois pas une minute. Nous autres gens normaux cherchons vainement à attribuer des motivations rationnelles aux puissants. Il n’y en a pas. On ne peut comprendre leur comportement que par leur goût effréné du pouvoir, ainsi que par la quasi certitude qu’ils ont de ne pas avoir à subir les conséquences de leurs choix et de leurs actes. Or, celui qui ne supporte pas les conséquences de ses choix et actes finit par se couper du réel. D’où des décisions de plus en plus aberrantes. Plus tôt que les autres peuples occidentaux, les Allemands ont été les premiers à tomber sous le syndrome de la haine de soi et de la repentance, syndrome largement amplifié et entretenu par les vainqueurs de la 2e guerre mondiale. Le légitime procès du Nazisme n’a jamais été jusqu’au bout, car il aurait logiquement entraîné celui du socialisme dans son ensemble, ainsi que des crimes de guerre commis par les dirigeants « alliés » et leurs exécutants (massacre de Katyn, bombardement de civils, y compris avec la bombe atomique etc). Il a donc été facile aux dirigeants allemands d’imposer au peuple des décisions absolument contraires à son intérêt, comme l’adhésion à l’Euro, qui implique de fait le soutien « financier » aux dirigeants des pays déficitaires. Les dirigeants allemands (comme ceux des autres peuples de l’UE en ce qui les concernent), sont prêts à tout pour la survie de l’UE, car elle leur permet d’asseoir et d’amplifier leur pouvoir sur … les Allemands.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« L'avion n'est pas un but : c'est un outil. Un outil comme la charrue. Antoine de Saint Exupéry » - Terre des Hommes - 1939.

Aujourd’hui, la polémique sur l’aviation d’affaires semble définitivement installée dans les médias. Si ce moyen de mobilité vient sur le devant de la scène médiatique, c’est avant tout parce que les journalistes qui s’en sont emparés ont une ignorance totale de cet univers, de son organisation et de son utilisation par les entreprises.

 

Rappel succinct du cadre normatif

Dans le contexte de f... Poursuivre la lecture

argent public
2
Sauvegarder cet article

Une fois encore, l’actualité nous interpelle sur les finalités de l’argent public. Comment peut-on en arriver, et sous prétexte d’intérêt général, à financer des actions hostiles aux lois du pays via un financement public, donc au nom des contribuables ? N’est-ce pas là pure hérésie ?

 

Une conception étonnante de l’intérêt général

Stupeur dans la ville de Poitiers : une association se définissant comme un « mouvement citoyen pour le climat et la justice sociale », Alternatiba, organise – dans le cadre de ses rencontres ann... Poursuivre la lecture

Réputée avoir eu la peau de Superphénix, Dominique Voynet ne fit en réalité que cueillir les fruits de l'inlassable travail de sape accompli par Corinne Lepage durant la décennie 1987-1997. C’est donc à juste titre que la seconde traita la première d'usurpatrice dans les colonnes du journal Le Monde, en juillet 1997.

Toutefois, la plaignante oubliait à son tour de souligner le rôle terriblement efficace que, en tant que ministre de l'Environnement, la toute jeune et fraîche protégée du président Mitterrand, Ségolène Royal, joua dans la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles