Logements énergivores : le choix de la coercition

Il est certain qu’en interdisant la location des logements dits énergivores, le gouvernement va générer des économies d’énergie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Logements énergivores : le choix de la coercition

Publié le 27 août 2022
- A +

Dans un précédent article, j’ai évoqué en détails les difficultés engendrées par la réglementation sur la mise aux normes énergétiques des logements et ses conséquences.

La guerre en Ukraine a précipité une évolution inéluctable des problèmes énergétiques de notre civilisation. Consommer en deux ou trois siècles les ressources fossiles d’énergie (dont l’uranium pour le nucléaire) qui ont mis des millénaires à se créer ne peut se concilier avec le « développement durable » dont nous abrutissent les politiques, écologistes, conseilleurs et décideurs divers.

Les propriétaires de logements occupants ou bailleurs les plus diligents et les plus économiquement efficients, n’ont pas attendu pour tenter de se préparer à une augmentation des coûts de l’énergie. Les propriétaires occupants ont calculé le ratio de retour sur investissement des travaux d’isolation en rapport avec les économies sur leurs factures d’énergie de chauffage ou de climatisation. Les bailleurs ont eux aussi compris qu’un logement en bon état et bien isolé engendrait des loyers supérieurs, accessibles à des locataires plus respectueux du bien loué et des échéances.

L’ampleur des travaux et les difficultés techniques de leur réalisation nécessitent des délais de réalisation très longs et des financements souvent colossaux, dont les quelques aides prévues ne couvrent qu’une partie aléatoire.

Or les gouvernements sont pressés et ont dressé un agenda contraignant :

Le décret 2021-19 du 11 janvier 2021 interdit à la location pour les nouveaux contrats les logements classés en G à compter du 1er janvier 2023.

L’article 160 de la loi 2021-1104 du 22 août 2021 donne un échéancier précis :

« Le niveau de performance d’un logement décent est compris, au sens de l’article L. 173-1-1 du code de la construction et de l’habitation :
1 – À compter du 1er janvier 2025, entre la classe A et la classe F ;
2 – À compter du 1er janvier 2028, entre la classe A et la classe E ;
3 – À compter du 1er janvier 2034, entre la classe A et la classe D. »

 

Discrimination entre bailleurs et propriétaires occupants

La loi précitée vise les logements destinés à la location mais ne prend pas en compte la réalité de la présence des deux types d’occupation de logements dans une copropriété. Comme les travaux ne peuvent y être décidés qu’à la majorité des copropriétaires, les bailleurs ne pourront faire isoler en façade (par exemple) si l’assemblée générale des copropriétaires n’a pas donné son aval. Ils ne pourront donc plus louer leur appartement, mais devront continuer à payer les charges de copropriété.

Cependant, si les travaux sont refusés en assemblée générale, un propriétaire bailleur pourra tout de même louer son bien en DPE E ou G. En effet, une exception s’applique aux logements en copropriété qui n’auront pas pu être rénovés à temps à la suite d’un refus des travaux lors de l’assemblée générale. Le propriétaire devra seulement prouver qu’il a fait une demande de travaux et voté pour ceux-ci, et devra toutefois réaliser les travaux liés aux parties privatives, qui ne dépendent pas d’un vote en assemblée.

Depuis  2017, deux nouvelles aides sont servies par l’Anah pour aider les copropriétés en difficulté. La première permet de financer les travaux de rénovation énergétique et la seconde facilite le traitement de la dette de l’immeuble grâce à un soutien des propriétaires les plus endettés.

Cette deuxième aide, d’un montant maximum de 21 000 euros par logement sur 6 ans, finance le « portage ciblé ». Il s’agit d’une technique financière destinée à faciliter le traitement de la dette de la copropriété en offrant un soutien aux propriétaires les plus endettés, le plus souvent par le rachat de leur bien. L’acquisition par un opérateur missionné à cet effet (aujourd’hui le plus souvent des organismes HLM) permet de réaliser les travaux nécessaires, de redresser les comptes de la copropriété en conservant pendant un temps limité la propriété du logement avant de le revendre à prix maîtrisés. Les ménages dont le logement a été acquis sont accompagnés pour être relogés.
Le portage ciblé permet également d’accompagner le rachat de logements sous arrêté d’insalubrité par exemple, ou de prévenir les risques d’acquisition de lots d’habitation par des propriétaires indélicats.

Ainsi, ce système permet de racheter à des prix dérisoires des biens dévalorisés par une normalisation excessive (DPE), puis de les remettre aux normes par le biais de subventions financées par nos impôts, et enfin de les mettre à disposition d’organismes HLM qui pourront les louer à des tarifs sociaux consentis par l’apport de financements eux aussi issus de nos impôts.

Les cigales vont finir de ruiner les fourmis !

 

Vers une pénurie de logements…

Il est certain qu’en interdisant la location des logements dits énergivores, le gouvernement va générer des économies d’énergie.

Un logement vide n’a plus besoin d’être chauffé, ni d’eau chaude sanitaire ! Mais quand on regarde la vacance actuelle des logements, proche des 3 millions, et que l’on considère les 7,2 millions classés F ou G sur les 36 millions de résidences principales en France on peut être effrayé par presque le tiers des logements qui seront interdits à la location.

Heureusement que 58 % des Français sont propriétaires de leur logement et ne sont pas encore interdits d’habiter dans des logements classés énergivores. Mais rassurons-nous, le gouvernement y travaille.

 

Le bonus-malus sur la taxe foncière

Une idée émise par l’ancien ministre de l’Écologie Nicolas Hulot a été reprise début 2019 par un rapport parlementaire remis en janvier 2019 au Premier ministre.

Cette initiative a été occultée par les remous des Gilets jaunes, mais probablement pas enterrée. Cette mesure vise à abonder d’un malus le montant de la taxe foncière des logements énergivores, mais aussi celui des droits de mutation en cas de vente ou de succession. Ainsi, les propriétaires occupants seraient eux aussi durement touchés, sans compter la double peine pour les bailleurs obligés de vendre car dans l’impossibilité de financer une mise aux normes.

 

Le classement du diagnostic de performance énergétique

J’ai déjà évoqué le problème du passage en 2021 de l’énergie finale consommée à l’énergie primaire dans le calcul du DPE. Le coefficient de 2,58 ramené à 2,3 appliqué à l’énergie électrique faisait passer un logement parfaitement isolé de la catégorie C à la catégorie F. Les autres énergies étant classées avec un coefficient 1.

Mais la norme RE 2020 veut sortir les logements de la dépendance aux énergies fossiles (fioul, gaz, charbon). Depuis 2022, l’installation de chaudières neuves au fioul ou au gaz est interdite. On se retrouve donc avec l’électricité comme seule source d’énergie, qui déclasse systématiquement les logements, même isolés au mieux comme précédemment expliqué.

Le diagnostic lui-même a fait l’objet de polémiques sérieuses. Le nouveau DPE, initié par un arrêté du 2 juillet 2018 a vu sa date de mise en vigueur reportée du 1er avril 2019 au 1er janvier 2020 par un arrêté publié le 22 mars 2019 au Journal Officiel. Une nouvelle version a été rendue obligatoire au 1er juillet 2021, mais devant les nombreux bugs et incohérences du nouveau logiciel, sa mise en application a été reportée au 1er novembre 2021.

Ces incohérences et ces reports illustrent le manque de fiabilité d’un système d’appréciation des performances énergétiques des logements, dont les caractéristiques sont multifactorielles dans le temps, la qualité des matériaux et les techniques de fabrication.

 

Des impossibilités financières et techniques

Il est bien évident que l’intérêt commun est d’œuvrer pour limiter la consommation d’énergie. Les travaux d’isolation se heurtent souvent à des contraintes :

  • impossibilité de l’isolation par l’extérieur dans les sites classés,
  • recouvrement des installations électriques et de chauffage par l’isolation par l’extérieur.

 

Si l’on se cantonne à la mise aux normes d’une habitation de 154 m² le montant des travaux s’élève à 60 484 euros TTC pour lesquels le propriétaire peut prétendre à un montant global de 17 575 euros d’aide et de primes diverses (chiffrage de mars 2022), le solde de 42 909 euros restant à sa charge. Ces montants ne prennent pas en compte la réfection des systèmes de chauffage et des installations électriques ainsi occultées et rendues inaccessibles par l’isolation intérieure et qui devront donc être intégralement refaits.

L’éco-prêt PTZ (prêt à taux zéro d’intérêts) est une aide précieuse, compatible avec les aides précitées, mais limitée dans son montant pour une durée maximale de remboursement de 20 ans. Il ne semble pas être éligible aux travaux d’isolation intérieure.

Environ deux bailleurs privés sur trois (64 %) ne possèdent qu’un seul logement en location. Ils ne représentent cependant à eux seuls que 36 % du parc locatif privé total. Si on prend en compte les bailleurs possédant jusqu’à trois logements, ils représentent 91 % des bailleurs et détiennent 69 % du parc locatif privé.

Parmi eux, une très grande majorité est constituée de personnes âgées retraitées qui ont économisé leur vie durant pour abonder des retraites insuffisantes. La charge financière que leur impose la mise aux normes des logements est insupportable financièrement. On peut douter de l’empressement d’une banque à accorder un éco-PTZ à un propriétaire de 75 ou 80 ans. Les bailleurs ne peuvent même pas attendre de retour sur investissement par une augmentation des loyers, le gouvernement s’étant empressé de les bloquer dans les zones tendues, qui ne sauraient que s’étendre avec la pénurie de logements qui se dessine.

 

Conclusion

Compte tenu des difficultés précitées, on peut donc s’attendre à une augmentation conséquente de la vacance de logements à louer.

En précipitant l’application des mesures de mise aux normes, le gouvernement entendait faire baisser le prix de l’immobilier par la dévalorisation d’une grande partie du parc. Il sera doublement perdant, par la baisse du montant des droits de mutation lors de la vente d’immeubles dévalués et par la crise qu’il aura engendrée par une pénurie de logements sans précédent. Les immeubles louables devenus rares feront monter les enchères des loyers, peut-être pas officiellement, mais certains locataires accepteront de payer sous le manteau pour ne pas être sans domicile.

S’il est certain qu’il est de l’intérêt commun de tout faire pour économiser l’énergie, vouloir imposer aux citoyens des dépenses au-dessus de leurs moyens ne sera pas générateur de paix sociale. D’autant qu’on voit démolir des logements, qui même sans chauffage, feraient le bonheur des milliers de malheureux qui dorment à la belle étoile.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Et donc : En Interdisant les cons , on ferait progresser l’intelligence !

  •  » il est certain qu’il est de l’intérêt commun de tout faire pour économiser l’énergie  » : ça reste à prouver ! La prospérité vient d’une plus grande utilisation de l’énergie.

  • «Le coefficient de 2,58 ramené à 2,3 appliqué à l’énergie électrique faisait passer un logement parfaitement isolé de la catégorie C à la catégorie F»

    La baisse du coefficient de conversion pour l’électricité (c’est à dire moins d’énergie primaire) ferait éventuellement gagner une catégorie et non l’inverse.

    • Voilà ce qui arrive quand on veut faire 2 phrases en 1.
      Et du « C au F », c’est ce qui arrive quand on est mauvais en calcul.
      Le plus fréquent, c’est du C au E, en passant à l’électrique. D’autant qu’à l’époque, le coût de l’électricité étant ce qu’il est, sur des logements pas au top de l’isolation, on mettait rarement du radiateur. Du F chauffé à l’électrique, c’est un peu de la confiture aux cochons.

  • Le jour où tout le monde dormira sous les ponts faute de logement, la crise de l’énergie n’aura plus lieu d’être.
    Sauf nos brillants bureaucrates qui auront des logements de fonction entièrement gratuits!

  • « Depuis 2022, l’installation de chaudières neuves au fioul ou au gaz est interdite ».
    L’installation de chaudières neuves au fioul est interdite pour tout logement (ancien, rénové, neuf). Celle de chaudières neuves au gaz est encore autorisée dans le logements déjà existants … mais çà craint …

  • Une partie de la France consomme autant ou plus d’electricité dans les climatiseurs l’eté et les pompes des piscines, autre evidence, ont n’a pas les memes besoins de chauffage daans les Alpes ou a Perpignan, les propos dicours et propositions des ecolos et politiques qu’i veulent imposer la meme solution a tous sont totalement debiles, cela relevent de l’enfermement.
    Vive la liberté d’inventer , de reflechir , de créer de produire, a la’abri des tarritudes ecolo-Politiques.

  • Si on considère l’effet final de toutes ces mesures sur la température future du globe, on s’aperçoit qu’il se mesure en centièmes de degrés…
    Si la France cessait soudainement d’exister, la quantité de CO2 émise par le monde entier serait abaissée de moins de 1 %.
    Ayons donc le courage de cesser d’appliquer des mesures stupides décidées au niveau européen par des irresponsables.

  • Les bâtiments de l’Etat, écoles, casernes, administrations diverses et variées, musées, etc … sans oublier les logements de fonction, de l’Elysée aux logements de moindre importance, sont-ils tous aux normes ? Des rénovations sont-elles prévues ? Montrer l’exemple avant d’obliger les citoyens ! Car la loi est la même pour tous, du citoyen au président !!!

    • Montrer l’exemple avant d’obliger les citoyens, pour l’incompétence ils savent très bien faire. Ne leur demandons pas de généraliser.

    • Ne vous en faites pas, si rénovations de ces bâtiments il y a, vu qu’il s’agit de bâtiments publics, elles seront à votre charge, pas à la leur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Écologisme
12
Sauvegarder cet article

Le silence épais des écolos

Tiens, voilà qui est remarquable : alors que tous les feux sont au vert pour les écolos, on ne les entend point. Oui oui, regardez la situation : elle devrait leur être favorable et on devrait les voir monter sur leurs ergots à chaque page de journal, sur chaque plateau télé, sur tous les réseaux sociaux...

Après tout, voilà qu'on crame du charbon comme jamais : 45 % de l'électricité allemande provient des centrales à charbon dont certaines ont été réouvertes récemment. En France, elles n'ont pas redémarré mais les lois qui les y autor... Poursuivre la lecture

La France vise la neutralité carbone en 2050 afin de lutter contre le réchauffement climatique. La certitude que l’on peut avoir est que l’exploitation des énergies fossiles qui a permis la croissance des moyens de production alimentaire et du confort de vie ne pourra perdurer que dans la limite de l’existence de ces ressources.

D’après l’ADEME, 47 % de l’énergie produite est consommée par les ménages à des fins domestiques (éclairage, chauffage, cuisine, hygiène) mais la majeure partie est constituée par le chauffage et le cas échéant... Poursuivre la lecture

inflation zero pouvoir achat
4
Sauvegarder cet article

Dans un entretien au Nouvelobs, l'économiste Éloi Laurent s’étonne que la défense du pouvoir d’achat fasse consensus à l’heure des crises écologiques qui ne seraient, selon lui, que « le fruit empoisonné de notre pouvoir de tout acheter ». De la même manière, c’est dans une tribune de Reporterre que le pouvoir d’achat est accusé d’être un concept anti-écolo, voire même une forme de réductionnisme stérile pour l’être humain.

Cette vision animiste de la nature couplée à une rhétorique chrétienne culpabilisante n’est pas nouvelle. Dans le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles