Onzième Week-end de la liberté : « Rendez-nous la liberté ! »

« Rendez-nous la liberté ! » est le thème du onzième Week-end de la liberté organisé par le Cercle Frédéric Bastiat. Il aura lieu du 23 au 25 septembre à Saint Paul-lès-Dax, hôtel Sourcéo.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
liberté (credits FMas)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Onzième Week-end de la liberté : « Rendez-nous la liberté ! »

Publié le 9 août 2022
- A +

La France est un des pays les plus corsetés, les plus sclérosés du monde. Les droits naturels, liberté, propriété, personnalité, sont mis à mal par 483 impôts, prélèvements, et par 78 codes.

Leur objectif n’est pas de financer, ou d’organiser des services utiles à la population.

Il est l’achat de voix. Il est de modifier les comportements de chacun dans le sens souhaité par les politiciens. Le libre arbitre disparaît, les individus sont contrôlés.

Non pas contrôlés au sens surveillés. Depuis l’arrivée massive du numérique c’est déjà fait, avec des moyens multiples, peu coûteux, sans que les gens s’en rendent compte. Mais contrôlés au sens maîtrisés, dominés, soumis à une volonté extérieure. Comme un pilote contrôle son avion, son drone. Les individus sont chosifiés, leur personnalité est niée.

L’exemple le plus flagrant est le QR code, moyen grâce auquel les politiciens peuvent contrôler les comportements individuels, obliger ou interdire de faire telle ou telle chose. Il a été mis en œuvre par l’autorité centrale dans le cadre des mesures de coercition sociale au prétexte des covid. Gageons qu’après ce succès il est appelé à un grand avenir.

 

Gouverner par la peur

Impôts, prélèvements, taxes, codes, ne suffisaient pas aux politiciens. Désormais ils utilisent la peur pour modifier le comportement des gens et les soumettre à leurs caprices.

Peur de la maladie

Nous venons, au prétexte des covid, de vivre des mesures liberticides d’enfermement et de coercition sociale, impensables auparavant, imposées par le gouvernement secondé par un politburo, dans un pays prétendu démocratique et libre. Ces mesures ont été validées par une Assemblée et des instances judiciaires à la botte. Le contrôle du comportement s’est insinué dans les détails les plus insignifiants de la vie. Par exemple, en interdisant de consommer debout dans les bars. Il s’est insinué jusqu’à l’intérieur des maisons. Par exemple en incitant, lors des repas de famille, à faire manger les personnes âgées sur une table, voire dans une pièce séparée. Le scientisme à la Lyssenko remplaçait le bon sens. Les dégâts de l’oppression par l’autorité centrale ont été bien plus graves, y compris en termes de vies humaines, que ceux découlant des épidémies elles mêmes.

Peur de la fin du monde

Nous trouvons là la doxa du dérèglement climatique, néfaste et anthropique, ainsi que de ladite « sixième extinction de masse ». Sous ces prétextes, l’État utilise l’écologie punitive liberticide, qui ne fait pas mystère de son désir de modifier les comportements individuels. Le but est d’induire « un comportement responsable » et « sauver la planète ». Pour cela les Français subiront la fameuse transition énergétique, et le développement durable. Ces malheureux Français paieront la facture en termes de pouvoir d’achat et de libertés, comme toujours, mais aussi de santé : il n’y a pas de système de santé performant sans énergie abondante et bon marché.

Peur de la guerre

Alléguant de la guerre en Ukraine, agitant le spectre de l’invasion russe, le gouvernement a pris des sanctions contre les Français, pour paraît-il « provoquer l’effondrement de l’économie russe ». La Russie va bien, merci pour elle. La France va mal. Les conséquences des sanctions, l’augmentation des prix et le rationnement, intitulé pudiquement « plan de sobriété énergétique », sont les plus visibles et les plus immédiates. Ces conséquences s’ajoutent au mal investissement gigantesque engendré par les décisions terribles de l’État au prétexte des covid, et au mal investissement vert. Ces mal investissements ont confisqué et confisquent des sommes colossales au détriment de secteurs vitaux pour la France. Tout cela survient sur une économie française déjà en lambeaux.

 

L’économie française est en ruines, la dette et les déficits sont sans fond. Pour les politiciens, qui vivent dans leur monde magique, c’est la fuite en avant dans les dépenses et l’achat de voix. Bien des Français sont restés traumatisés par ce qu’ils ont vécu ces deux dernières années. Ils sont en mauvaise santé physique et psychologique. Ils sont plus divisés que jamais et leur misère s’accroît.

Il faut en sortir.

 

Rendez-nous la liberté

Il est plus que temps que les Français retrouvent la liberté économique, la liberté d’expression, la liberté de mener à bien leur projet vie, cela dans une atmosphère sereine grâce à la sécurité des biens et des personnes. Il est plus que temps que l’État se concentre sans faiblesse sur ses fonctions régaliennes sécurité intérieure et extérieure, justice, souveraineté en politique étrangère, qui sont en déshérences aujourd’hui. Là aussi les Français paient la facture. Parfois de leur vie.

« Rendez-nous la liberté ! » est le thème du onzième Week-end de la liberté organisé par le Cercle Frédéric Bastiat. Après deux ans d’interruption il revient !

Il aura lieu du 23 au 25 septembre à Saint Paul-lès-Dax, hôtel Sourcéo.

Pour découvrir et s’inscrire, c’est ici

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • St-Paul-les-Dax, 13000 hab.
    Ça sent la cabine téléphonique du PC, cette affaire !
    Je suis convaincu qu’il s’y dira de jolies choses, comme il y en a dans cet article. Mais l’entame est bien trop racoleuse. « La France est un des pays les plus corsetés, les plus sclérosés… ».
    Quel public espérer ? Des geignards qui ne sont jamais sortis de chez eux, qui ne savent rien des horreurs du monde, qui pensent que Paris, c’est Pyongyang-sur-Seine ?

    -4
    • La Greta : si on ne fait rien, la planète est fichue.
      Le Liberâleur : si on ne fait rien, la France est fichue.

      -2
  • La Russie va bien, merci pour elle. La France va mal…
    La preuve : les touristes ukrainiens se précipitent à Moscou pour la saison touristique.

    -5
  • Les interventions sont très intéressantes, et un grand merci pour le partage de ces conférences sur votre chaine Youtube !

  • oui, vous avez entièrement raison; mais vu les commentaires (à part un) ce n’est pas avec les lecteurs de Contrepoint que la liberté gagnera en France!
    Contrepoint a bien changé snif

  • Je partage entièrement votre analyse.
    Malheureusement, les amoureux de la liberté sont minoritaires et je suis très pessimiste quant à l’avenir des jeunes qui ont bien du mal à prendre conscience de ce qui nous arrive.
    La crise Covid a démontré qu’on est prêts à tout gober. La plupart des personnes avec qui j’en discute n’ont pas été choquées par les attestations, les couvre-feu, la vaccination des femmes enceintes et des enfants, le quoi qu’il en coûte et la dette qui en découle…
    La prochaine étape sera la restriction du nombre de douches hebdomadaires, il est vrai, que pour une part des Français, 3 douches par semaine c’est déjà beaucoup…
    Le plus déprimant, c’est qu’aucun parti du « cercle de la raison », cher à Alain Minc, ne défend réellement la liberté !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

taxes
15
Sauvegarder cet article

L’absolue nécessité de la peur

Alors que l'automne n'est même pas encore entamé, tout le monde semble vouloir parler déjà d'hiver. À commencer bien sûr par nos élites qui nous rappellent, par leur incroyable talent prévisionniste, que gouverner c'est prévoir, vous allez voir ce que vous allez voir.

D'ailleurs, on a vu : ayant su prévoir - avec un brio inégalé - que la France pourrait largement se passer de nucléaire grâce à sa batterie de moulins à vent et de petits panneaux solaires, nos formidables politiciens arrivent à présent et très progressivement à la conclu... Poursuivre la lecture

Par Paul Cwik.

Ordres exécutifs ! Masques obligatoires ! Confinement ! Allons-nous perdre notre pays ? Dans quelques années, le reconnaîtrons-nous ? Beaucoup de gens sont inquiets que la gauche soit en mouvement et qu'elle prenne le pouvoir.

Que pouvons-nous faire ?

C'est cette dernière question que l'on me pose le plus souvent et, honnêtement, je me la pose aussi assez souvent. Que pouvons-nous faire ? Parfois, en replaçant un problème plus important dans le contexte d'une situation plus petite, je peux trouver un peu de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles