Climat, guerre, insécurité… : le retour de la peur

Qu’il s’agisse du climat, du covid, ou de la guerre, la peur est de retour et est un outil puissant pour l’étatisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
madness! by Mats Törnberg (Creative Commons CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climat, guerre, insécurité… : le retour de la peur

Publié le 4 avril 2022
- A +

Alors que les crises s’enchaînent, le GIEC a dévoilé le 28 février dernier le second volet de son sixième rapport sur l’état du climat.

Ironie de l’actualité : ce document est publié seulement quelques jours après le début du conflit russo-ukrainien, ou du moins de sa partie la plus médiatisée puisque les deux pays sont en conflit depuis bientôt 8 ans.

Qu’il s’agisse du conflit ukrainien, des élections présidentielles ou du retour du covid, à l’hiver qui s’abat sur la France s’ajoutent de vieilles ficelles, celles qui viennent toujours quand on les attend le plus.

 

La peur de la guerre

Avez-vous peur du conflit russo-ukrainien ? Non ? Pourtant, nombreux sont ceux qui semblent éprouver une véritable crainte du conflit. C’est du moins ce qu’évoquent plusieurs articles depuis le début de la guerre.

Or, nous le savons, la peur est un des grands moteurs de l’intervention publique. Bertrand de Jouvenel a, en son temps, montré bien mieux que quiconque, que la guerre a été le premier motif de mise en place de l’impôt. La hausse des achats d’armement de ces dernières semaines n’est guère là pour détromper cette thèse.

En période électorale, la peur sait se manifester dans les recoins où elle est la plus utile.

 

La peur de l’extrémisme

Submersion migratoire pour les uns, panique écologique pour les autres et… risque populiste pour l’actuel chef de l’État. Chaque candidat y va de son jeu sur les craintes de l’électorat pour attirer à lui les précieuses voix qui lui permettront à terme de remporter la magistrature suprême.

Emmanuel Macron est un spécialiste de la chose, justifiant son immobilisme par la crainte d’une opposition de plus en plus tournée vers les extrêmes. Une double ironie lorsqu’on sait que cette configuration de l’opposition est issue d’une stratégie volontaire de l’actuel président de la République. L’ironie est en effet double car le premier quinquennat d’Emmanuel Macron ne s’est pas manifesté par le respect des contribuables à qui il a fait payer doublement les services du désormais célèbre cabinet McKinsey à la fois par les prestations facturées et par l’optimisation fiscale opérée par le cabinet. Emmanuel Macron ne s’est pas non plus illustré par son goût de l’État de droit ni même des libertés, et ce en particulier au moment de la pandémie.

Une pandémie qui devrait bientôt revenir à nos souvenirs, puisque la recrudescence des cas de covid a d’ores et déjà amené certaines municipalités à imposer le port du masque dans les bureaux de vote le 10 avril prochain.

 

Le retour du masque

Car si l’obligation de port du masque a été partiellement levée depuis mi-mars, il y a fort à parier qu’elle pourrait bien revenir après la phase électorale.

Plutôt que symbole de la peur du virus, le masque risque également de devenir un objet de stigmatisation de ceux qui le portent alors qu’il est, en Asie de l’Est, un symbole de la responsabilisation des individus vis-à-vis d’un risque collectif.

Comme souvent, le sujet n’est donc ni le masque ni le vaccin, mais la question de la contrainte. Or, la peur est un des plus puissants outils pour la justifier.

 

La peur de vivre

En déplacement ce jeudi 31 mars en Nouvelle-Aquitaine, le président-candidat n’a pas hésité à remettre en cause un de nos droits les plus vitaux : la légitime défense. Une déclaration qui s’inscrit dans le contexte de la mise en examen d’un agriculteur de 35 ans après avoir tué un individu qui s’était introduit par effraction dans son domicile la semaine précédente.

Le chef de l’État, garant des institutions et en particulier de notre État de droit, piétine donc une nouvelle fois ce qui s’oppose au monopole étatique : le droit d’assurer soi-même sa sécurité en cas de défaillance de l’intervention publique.

Difficile de ne pas voir ici un nouvel avatar de cette peur, puisqu’en expliquant que la légitime défense n’a pas lieu d’être, Emmanuel Macron nous indique que notre seul salut est la puissance publique, quitte à vivre dans la peur d’une agression sans que nous ne puissions intervenir. Refuser la légitime défense aura pour conséquence d’être face à deux risques au lieu d’un : l’agression et les tribunaux en cas d’issue malheureuse.

 

Vous vous sentez menacé par la guerre ? Le changement climatique ? Le grand remplacement ? La Covid-19 ? La délinquance ? Donnez de l’argent à ce brave État pour qu’il vous protège de tous ces soucis, mais attention : s’il vous vient à l’esprit l’idée saugrenue de vous défendre vous-même, vous serez sanctionné.

Quelle magnifique époque…

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Macron est contre la légitime defense. Et Benalla alors ? Son job ? Son port d’armes ?
    Il dit que l’Etat via sa police est le seul garant de la sécurité (laquelle n’est pas un droit). Il ne veut pas que les citoyens se défendent et que le pays devienne un Far West alors que c’est lui qui crée ce Far West en laissant des criminels dehors. Comme le dit l’auteur d’articles et comme le note l’article d’Europe 1, les citoyens qui se défend seront punis : l’agriculteur de 35 ans s’est interdire de revenir chez lui. L’homme sur lequel il a tiré n’était pas seul : il avait 3 comparses. Lui, il était seul avec sa gamine… et la police ?
    Môssieur Macron est contre la légitime défense, soit ! qu’il compte alors sur les seules forces de l’ordre comme nous : que les agents qui le protègent lui soient affectés ailleurs et qu’il compose le « 17 » au besoin.

  • J’ajoute que quand Môssieur Macron a pris une gifle, il a répliqué sans attendre l’action de sa garde prétorienne.

  • L’ ennui de ne pas avoir peur de tous les maux qui affligent la planète est que ceux qui tremblent vous considèrent comme un zombie ou un inconscient méprisable. Entre deux maux, il faut choisir le moindre, c’est pourquoi je préfère encore appartenir à la deuxième catégorie tout en faisant tout pour que le pire n’arrive pas.

  • La peur ? C’est surtout l’indignation facile et « vertueuse » qui mène le monde, bien plus qu’une quelconque peur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel suspense insoutenable cela fut. Alors que depuis deux mois, le nom d’Élisabeth Borne était susurré dans la presse, elle a évidement été nommée à Matignon. Bien qu’elle constitue un formidable symbole pour l’égalité des sexes, elle incarne en réalité la gauche technocrate dont est issu le chef de l’État.

Sa nomination illustre très bien la tonalité générale du gouvernement annoncé vendredi après-midi : technocrate et vaguement saupoudré d’écologie et de wokisme pour marquer le ton de la campagne législative.

Car ce gouvernem... Poursuivre la lecture

société
1
Sauvegarder cet article

Le conflit ukrainien, la récente élection présidentielle puis la préparation des législatives ne doivent pas laisser penser à une sortie définitive de la crise épidémique. Bien sûr, la levée de l’obligation de port du masque dans les transports semble marquer la fin de la séquence de restrictions. Celles-ci sont escamotées. Pour un temps seulement ? Les spécialistes rappellent que les variants courent encore. Et les images des habitants de Shanghaï confinés avec une inouïe brutalité semblent sorties d’un film catastrophe. En tout cas... Poursuivre la lecture

Quand on est jeune étudiant d'Agrotech Paris, filière de formation pour ingénieur dans l'agriculture et l'agroalimentaire, il n'est pas toujours simple de faire le buzz. Reconnaissons cependant une belle réussite à l'exercice mené par un petit groupe d'entre eux pour exprimer leurs soucis.

C'est une vidéo qui a largement fait parler d'elle ; c'est normal, elle a tous les bons ingrédients de la recette pratique pour une viralité d'actualité : tombée à un moment plutôt creux sur le plan politique (la campagne électorale n'intéresse perso... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles