Huile de palme : Bruxelles contre-attaque

La politique de Bruxelles en matière d’huile de palme aggrave la crise du coût de la vie – et elle est également mauvaise pour le libre-échange et l’environnement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Extraction d'huile de Palme au Cameroun (Crédits verni22im, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Huile de palme : Bruxelles contre-attaque

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 juillet 2022
- A +

La crise du coût de la vie s’aggrave avec la montée en flèche de l’inflation. Dans toute l’Europe et dans le monde entier, les gens ont du mal à payer les dépenses essentielles comme les factures de carburant et d’énergie. Certaines des plus fortes hausses de prix concernent les produits de consommation courante, comme les denrées alimentaires et les cosmétiques, et de nombreuses familles ont du mal à payer leurs courses hebdomadaires. Avec la guerre en Ukraine, la lenteur de la reprise économique après la pandémie de covid et les perturbations des chaînes d’approvisionnement mondiales, toutes sortes d’articles ménagers deviennent plus chers et des millions de personnes sont en difficulté.

Mais malheureusement, comme c’est devenu habituel, les bureaucrates de Bruxelles aggravent une situation déjà mauvaise. En s’immisçant dans le marché et dans la vie des particuliers, l’Union européenne risque d’augmenter encore le coût des achats pour les familles – et de nuire à l’environnement par la même occasion – en raison de sa guerre contre un produit inoffensif appelé huile de palme.

Par le biais d’une série de nouvelles règles et de nouveaux règlements concernant la déforestation, l’UE cherche à réprimer l’utilisation de l’huile de palme. Elle fait pression pour qu’elle cesse d’être utilisée comme biocarburant d’ici 2030. Compte tenu des problèmes auxquels l’Europe est confrontée en matière de prix des carburants et de manque de diversité dans l’approvisionnement en carburant, l’interdiction d’un biocarburant clé est clairement une décision erronée. Il est également clair que la décision d’éliminer progressivement l’utilisation de l’huile de palme comme biocarburant d’ici 2030 n’est que le début, et non la fin, des mesures anti-huile de palme de l’UE. En fin de compte, ils la considèrent comme nocive et veulent l’interdire complètement.

 

L’approche de l’UE à l’égard de l’huile de palme pose plusieurs problèmes

L’huile de palme est indispensable. Elle est utilisée dans des milliers de produits, du chocolat au déodorant. Alors, étant donné qu’elle est si largement utilisée, pourquoi les régulateurs de Bruxelles sont-ils si catégoriques quant à la nécessité de réduire son utilisation ? La réponse est l’environnement – ou, pour être plus exact, une démonstration de vertu écologique éhontée. L’UE, comme de nombreuses institutions politiques dans le monde, s’est convaincue que l’huile de palme est responsable de la déforestation et que la bonne façon de sauver la nature de la destruction est de s’attaquer aux importations d’huile de palme.

Malheureusement, Bruxelles a complètement méconnu les faits de cette question.

L’encadrement de la déforestation est illogique. Le passage à des produits alternatifs serait pire pour l’environnement. Si l’huile de palme est si largement utilisée, c’est en partie parce qu’elle est économe en terres. Comparée à des produits alternatifs comme l’huile de tournesol, l’huile de palme est bonne pour l’environnement car elle utilise beaucoup moins de terres pour produire la même quantité d’huile. S’attaquer à l’huile de palme, c’est faire preuve de myopie. Elle doit être remplacée par quelque chose – une autre huile végétale – et toutes les autres options utilisent beaucoup plus de terres et entraînent l’abattage de beaucoup plus d’arbres. La plupart des huiles sont entre 6 et 10 fois moins efficaces qu’elle en termes d’utilisation des terres ; et donc pires pour l’environnement.

Cela nous ramène à la question du coût de la vie. Étant donné que les huiles végétales alternatives – qui comprennent également l’huile de soja, de colza et d’olive – utilisent davantage de terres, elles sont pires pour la nature et pour notre porte-monnaie, car elles coûtent plus cher à produire. Vous remarquerez que les gammes de produits « sans huile de palme » sont toujours plus onéreux que les autres et destinées aux classes moyennes. Elles sont considérées comme des produits de semi-luxe. Ceux derrière les campagnes contre l’huile de palme n’ont pas une pensée pour les familles en difficulté, celles qui souffrent réellement de la crise du coût de la vie.

Bien sûr, nous connaissons la véritable raison pour laquelle l’UE déclare la guerre à l’huile de palme : c’est l’huile végétale la plus accessible et la plus utilisée au monde, et donc la plus grande menace pour les industries locales comme l’huile d’olive. Si l’on met de côté son discours vert, la raison pour laquelle l’UE est si disposée à faire augmenter les prix sur les étagères des magasins et à appauvrir les citoyens européens est de sauvegarder la production locale d’huile. Cela va directement à l’encontre des valeurs du libre-échange.

L’huile de palme provient du monde entier, mais le plus grand fournisseur était l’Indonésie, jusqu’à récemment. Compte tenu de la guerre en Ukraine et des pénuries mondiales, l’Indonésie a récemment interdit les exportations, ce qui signifie que la Malaisie, deuxième fournisseur, pourrait devenir le premier fournisseur mondial. L’huile de palme malaisienne est vitale pour l’économie de la Malaisie, mais comme elle se trouve en dehors des frontières de l’UE, Bruxelles ne souhaite pas préserver les liens commerciaux entre les entreprises européennes et l’huile de palme malaisienne.

Cela met en évidence des problèmes plus larges liés au nationalisme, au protectionnisme et au mercantilisme dans la politique commerciale. La guerre politique de l’UE contre l’huile de palme aggravera la situation des consommateurs européens en rendant les produits plus chers pendant une crise du coût de la vie, et sera également mauvaise pour la planète, mais ils ne s’en soucient pas car leurs priorités sont faussées. Et bien sûr, comme nous le savons tous très bien, ils n’ont pas de comptes à rendre à ces consommateurs européens dans les urnes, de sorte qu’ils peuvent continuer à poursuivre leurs intérêts politiques et économiques aux dépens de l’homme de la rue. L’huile de palme est l’exemple parfait de ce problème avec l’Union européenne.

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Il est quand même injuste d’accuser l’UE dans son ensemble de cette nouvelle aberration. C’est plutôt, comme souvent, la faiblesse de la résistance à la mode ridicule de l’écologie « quoiqu’il en coute » que l’on voit trop souvent à l’oeuvre (nucléaire, glyphosate, OGM…etc. )
    C’est cette écologie destructrice qu’il faut combattre et non l’UE.

    • Pour autant, l’UE est le vecteur récurrent de cette « écologie destructrice » qu’elle favorise de manière itérative sans JAMAIS avoir de vision à moyen et long terme, ni d’ailleurs de la « supportabilité » à court terme de ses décisions.
      L’interdiction brutale (car 2035 c’est demain) des véhicules thermiques est une stupidité sans nom. Des voix s’élèvent, y compris en Allemagne contre cette décision écolo-stupide.
      Il conviendrait de laisser se développer les différentes solutions jusqu’au moment ou les technologies alternatives seront fiables, c’est à dire viables en l’absence de subvention.

      11
    • L’UE rassemble toutes ces idéologies délétères et rend vaines les tentatives de s’y attaquer. Commençons donc au contraire par cantonner l’UE à l’espace de libre-échange qui devrait être sa seule mission, et ensuite nous aurons une chance de lutter contre l’écologisme.

  • Comment Bruxelles peut elle penser que l’huile de palme s’opposerait à l’huile d’olive? Ce n’est vraiment pas la même qualité, gout etc… Un remplaçant serait plutôt l’huile de colza ou de tournesol. Qui est aussi produit mondialement.
    L’explication la plus simple est que « c’est bien connu que l’huile de palme est mauvais pour la planète », donc si on si oppose on est dans le camp du bien, donc faisons le. Une petite pensée pour les producteurs d’huile d’olive grecs et les immigrés qui n’ont pas d’argent pour se nourrir? J’en doute…

  • Pour l’UE l’important c’est la plume dans le cul…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

La future sobriété annoncée dans les principaux médias serait contrainte par la situation générale (covid et guerre en Ukraine).

Ces privations forcées (heureuses ?) deviendraient-elles aujourd’hui l’autre nom du rationnement que les Français ont connu pendant la guerre entre 1940 et 1945 ?

La cause est-elle à rechercher dans « la conjoncture » internationale, ou est-ce le résultat de l’impéritie et de l’incompétence des gouvernements successifs depuis au moins 15 ans ?

 

La sobriété serait vertueuse ?

Il est ... Poursuivre la lecture

Après la grande distribution, les stades de football ? Invitée ce mardi de nos confrères de France Info, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra a annoncé que les événements sportifs pourraient incessamment sous peu se dérouler plus tôt qu’à l’habitude afin de limiter la consommation électrique des éclairages. Incessamment sous peu car cela pourrait s’appliquer dès cet hiver. Plus tôt qu’à l’habitude car la ministre souhaite réduire la consommation énergétique du secteur dont elle a la garde.

En cause : un plan d’économie d’énergie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles