L’Europe allemande d’Olaf Scholz ne fait pas rêver

Allons-nous vers une Europe fédérale autour de l’Allemagne ? Le chancelier allemand Olaf Scholz défend une approche centralisatrice de l’Union européenne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Olaf Scholz by SPD Schleswig-Holstein 2 (Creative Commons CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Europe allemande d’Olaf Scholz ne fait pas rêver

Publié le 22 juillet 2022
- A +

Allons-nous vers une Europe fédérale resserrée autour de l’Allemagne ? Dans un article pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le chancelier social-démocrate allemand Olaf Scholz vient de décrire sa vision de l’Europe. Il y défend une approche centralisatrice de l’Union européenne et appelle à la fin des veto nationaux afin d’assurer un plus grand poids sur la scène internationale. Mais les politiques écologiques et de défense allemandes passées et présentes montrent que la méfiance doit être de mise.

 

Fin des veto nationaux et critique de l’égoïsme national

Dans cet article Scholz déclare :

L’unité. Nous devons absolument la maintenir et l’approfondir. Pour moi, cela signifie qu’il faut en finir avec les blocages égoïstes des décisions européennes par certains États membres. Fini les initiatives nationales isolées qui nuisent à l’Europe dans son ensemble. Nous ne pouvons tout simplement plus nous permettre des vetos nationaux, par exemple en matière de politique étrangère, si nous voulons continuer à être entendus dans un monde de grandes puissances concurrentes. 

Mais l’Allemagne est-elle la mieux placée pour critiquer le manque d’unité et l’égoïsme national des pays européens ?

C’est sa politique antinucléaire persistante au niveau national et européen ainsi que son fort partenariat russe qui ont conduit à une dépendance au gaz russe dont on ressent actuellement les effets géopolitiques. L’introduction du nucléaire dans la taxonomie européenne s’est faite contre l’Allemagne par une coalition entre la France et divers pays, comme ceux d’Europe centrale.

L’Allemagne parle beaucoup d’une défense européenne, mais continue d’acheter de l’équipement militaire américain au détriment de la France et des autres partenaires européens. Le dernier exemple étant l’achat d’avions de chasse F-35 américains en 2022. En tant que membre fortement atlantiste, il est probable qu’une Europe unie sera fortement alignée sur la politique étrangère américaine.

 

Plus facile à dire qu’à faire

L’autre problème est aussi l’applicabilité de cette vision. Pour mettre fin aux vetos nationaux, il faudrait réviser les traités européens. Un point déjà avancé sous la présidence européenne de la France.

Néanmoins, il est loin de faire l’unanimité. Le 9 mai 2022, 13 États membres de l’UE s’opposaient à cette idée de révision de traité : Pologne, Roumanie, Finlande, Suède, République tchèque, Malte,  Croatie, Slovénie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Danemark et Bulgarie.

De plus, les différents gouvernements européens sont de plus en plus contestés par des forces antisystèmes, voire eurosceptiques (comme en France ou en Italie). Dans un tel contexte, il apparait que les vœux de Scholz vont rester lettre morte. Ils risquent même d’attiser les divisions.

Une position médiane à travers la confédération serait plus judicieuse : en respectant la diversité des États membres et en s’en servant pour faire de l’Europe un centre de puissance. La devise de l’Union européenne est « Unis dans la diversité ». Il ne faudrait pas oublier cette diversité qui a été la force de l’Occident et de l’Europe.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Olaf Scholz est le frére caché de Françis Hollande.

  • Quand on voit la gestion par ce monstre tolalitaire qu’est Bruxelles
    des dossiers sanitaires, énergétiques, monétaires, et ukrainien,
    cette Europe fait vraiment envie
    Pauvreté, totalitarisme et maintenant guerre…
    M Scholz, on a vraiment envie de votre proposition, mais en attendant essayez de trouver du gaz pour votre population et votre industrie…

  • Tous derrière l’Allemagne ? L’exemple récent ou historique de la politique internationale allemande ne plaide pas pour M. Scholz. Une grande Europe allemande c’est le rêve caressé par Bismarck et Adolf Hitler. Certes les moyens employés sont différents … Mais c’est bien l’Allemagne qui par son pacte germano-russe sur le gaz a mis l’Europe et principalement la France dans la panade énergétique et dans la situation ubuesque d’avoir à financer l’agresseur que l’on condamne par ailleurs en soutenant l’Ukraine agressée. L’Allemagne qui par son tropisme antinucléaire (en fait anti français) a aggravé la situation en matière de gaz à effet de serre (charbon et lignite plus gaz). Alors parler d’égoïsmes nationaux quand on est soi-même au plus près de ses intérêts, c’est une peu abusif.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

Taiwan
1
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Depuis plusieurs mois, la presse étrangère évoque la pénurie de semi-conducteurs et de micropuces. Les mesures liées au covid ont perturbé leur production. Ces nouvelles sont passées relativement inaperçues et n’ont pas soulevé beaucoup de réactions en France. Pourtant, l’enjeu est beaucoup plus important qu’on ne le pense.

Dans notre monde actuel dépendant des appareils informatiques, les semi-conducteurs sont essentiels. Sans eux, nos ordinateurs ne pourraient pas être fabriqués. Ainsi, au début de l’ann... Poursuivre la lecture

Les négociateurs du Parlement européen et des États membres de l'UE (Union européenne) sont récemment parvenus à un accord sur de nouvelles règles européennes visant à lutter contre ce que l'on appelle le "blanchiment écologique", par lequel des entreprises se présentent comme plus respectueuses de l'environnement qu'elles ne le sont réellement. Les nouvelles règles imposent une série de nouvelles exigences en matière de rapports - d'abord aux grandes entreprises, puis également aux PME - dans le but de "mieux informer" les citoyens de "l'imp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles