Et si la ressource la plus importante était la créativité humaine ?

La créativité humaine, qui se manifeste au quotidien et qui depuis des milliers d’années a résolu la plupart des problèmes de rareté auxquels nous avons été confrontés, pourra continuer à faire de même.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Photo by Dragos Gontariu on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si la ressource la plus importante était la créativité humaine ?

Publié le 12 juillet 2022
- A +

Vivons-nous dans un monde fini ?

Le simple fait de poser la question suscite parfois des réactions indignées tant la réponse semble évidente. Pourtant, la question des ressources naturelles et de leurs limites est complexe. Une façon utile d’y réfléchir, sans pour autant prétendre la régler, est de considérer le monde entrepreneurial. Cela nous permet de développer une approche plus nuancée, et moins pessimiste, de la question.

 

La leçon des entrepreneurs

Que peuvent nous apprendre les entrepreneurs sur la notion de ressource ?

La théorie de l’effectuation, développée par la chercheuse indo-américaine Saras Sarasvathy, a depuis longtemps montré qu’ils ont une relation particulière, et a priori contre-intuitive, avec les ressources. Alors qu’on les présente souvent comme partant d’une idée puis cherchant les ressources nécessaires pour la réaliser, Sarasvathy montre que, très souvent, ils font l’inverse : ils partent des ressources dont ils disposent pour imaginer ce qu’ils peuvent en faire. J’ai des pommes de terre, que puis-je en faire ?

Dans cette approche, il n’y a pas de problème de manque de ressource, puisqu’on s’impose de ne faire qu’avec celles dont on dispose. Le manque de ressource n’existe que si l’on détermine un objectif a priori : si je veux faire des frites (objectif), il est nécessaire de me procurer des pommes de terre (ressources). Si je n’ai pas les moyens de m’en acheter, ou pas le temps, ou qu’il y a une pénurie, mon objectif ne peut être atteint. Lorsqu’ils partent des ressources effectivement disponibles, les entrepreneurs ne sont pas confrontés à ce problème.

De nombreux exemples ont montré que ces ressources sont parfois extrêmement basiques. Ainsi madame Tao, une Chinoise jetée à la rue avec ses enfants par la mort soudaine de son mari, survit en vendant… des bols de riz à des étudiants. Ressource sans grande valeur pour beaucoup, le riz est pour elle une question de vie ou de mort. De fil en aiguille, elle finira par ouvrir un restaurant, puis une usine de sauce pimentée vendue aujourd’hui dans le monde entier.

Toutefois, faire avec ce que l’on a sous la main n’est pas si simple que ça. Cela suppose que l’on ait une idée de ce qu’on a sous la main, ce qui est loin d’être évident. Je peux disposer de certaines ressources sans en avoir conscience. Par exemple, mon voisin est un très bon bricoleur et il pourrait facilement m’aider à aménager mon food truck. Mais je le connais mal, et je reste bloqué. Inversement, je peux penser que je dispose d’une ressource alors que ce n’est pas le cas. Passionné de cuisine, je crois que je fais très bien les pizzas. Mes amis n’en sont pas convaincus et me le font savoir. Notons que cela n’empêche pas de réussir. Refusant de les croire, j’ouvre quand même une pizzeria. Mes pizzas ne sont pas géniales mais comme c’est la seule pizzeria de la région, mon affaire démarre.

 

Une ressource a une valeur lorsqu’elle est conceptualisée par un entrepreneur

Ce qui compte, c’est donc ce que l’on croit des ressources dont on dispose, l’idée qu’on s’en fait, pas les ressources elles-mêmes.

Ce point est capital, et c’est pour cela que lorsqu’elle observe que l’entrepreneur démarre avec ses ressources disponibles, Sarasvathy précise que celles-ci sont de trois ordres :

  1. Qui je suis
  2. Ce que je sais.
  3. Qui je connais.

 

Ces trois types se ramènent en fait à un seul : ma croyance sur qui je suis, ce que je connais et qui je connais. Je crois que je suis habile, je crois que je sais bien faire les pizzas, je crois que mon voisin va m’aider, etc.

Ce qui compte c’est donc la façon dont l’entrepreneur voit une ressource, car c’est ce regard qui va lui donner de la valeur. Trouver une utilité à une ressource, c’est ce que les chercheurs appellent la conceptualiser. En ce sens, une ressource n’a pas de valeur ou d’intérêt en elle-même (au sens économique du terme bien sûr. Elle peut avoir une valeur esthétique ou sentimentale totalement non économique, mais ce n’est pas le sujet ici).

L’entrepreneuse chinoise Cheung Yan découvre par hasard, lors de vacances aux États-Unis, que les décharges américaines ne savent pas se débarrasser du papier. Or, elle sait que le papier peut être recyclé pour faire du carton, très recherché en Chine par les entreprises exportatrices. En conceptualisant cette ressource, elle bâtit un empire du carton d’emballage. Le papier n’a aucune valeur pour les décharges, mais elle est capable de le transformer en ressource par une action créative. C’est d’ailleurs une observation faite depuis longtemps par les théoriciens de la ressource comme Edith Penrose que ce qui compte n’est pas la ressource, mais l’utilisation qui en est faite. Vous pouvez bâtir votre maison en 1750 en Pennsylvanie juste au-dessus d’un puits de pétrole, celui-ci n’aura aucune valeur pour vous. Un siècle plus tard, il vaut une fortune parce qu’un usage de ce qu’il contient a été imaginé. L’action créative fonctionne également dans l’autre sens, rendant certaines ressources, hier hautement prisées, inutiles et sans valeur. C’est le cas des blocs de glace, qui ont fait l’objet d’un commerce très important au XIXe siècle pour la réfrigération, jusqu’à ce que le développement des réfrigérateurs mécaniques dans les années 1920 leur fasse perdre toute valeur.

D’une certaine manière, tout est technologie, notait d’ailleurs Fernand Braudel.

Par technologie, il entendait « nos efforts patients et monotones pour marquer le monde extérieur ; les changements rapides et les améliorations lentes des processus et des outils ; et ces innombrables actions qui peuvent ne pas avoir de signification innovante immédiate mais qui sont le fruit de connaissances accumulées ».

Tout est technologie, c’est-à-dire tout est connaissance, la technologie étant une façon d’intégrer de la connaissance pour qu’elle soit utilisable par ceux qui ne la possèdent pas. Notre intelligence supérieure et l’utilisation de cette intelligence pour inventer et innover sont ce qui nous différencie du monde animal et qui font que le problème de la disponibilité des ressources ne peut pas être pensé comme une question purement physique, ou comme un écosystème purement biologique incapable de créer sa propre technologie pour repousser les limites auxquelles il est confronté.

C’est ce que l’économiste Julian Simon a depuis longtemps montré en soulignant le rôle des incitations et du mécanisme des prix pour surmonter les pénuries de ressources. Au lieu de considérer la quantité physique de ressources, il s’est intéressé à leur prix et à la créativité humaine que des prix plus élevés suscitent. Il considérait la rareté des ressources comme un défi temporaire qui peut être résolu par une plus grande efficacité, une augmentation de l’offre, le développement de substituts, en bref cette fameuse technologie (connaissance) évoquée par Braudel. La relation entre les prix et l’innovation, insistait-il, est dynamique. La rareté relative conduit à des prix plus élevés, les prix plus élevés créent des incitations à l’innovation, et les innovations conduisent à l’abondance, abondance qui peut mener à une consommation excessive, qui entraîne un nouveau cycle. Parce qu’il s’agit d’un système économique, et non purement biologique ou physique, les ressources ne s’épuisent donc pas nécessairement, comme le craignait le biologiste Paul Ehrlich, car contrairement aux animaux, nous avons la possibilité d’une action correctrice. Elle n’est pas garantie, mais elle est possible et même probable.

Dans un discours récent, Sarasvathy va plus loin et avance même l’idée au premier abord surprenante de considérer un monde dans lequel la seule ressource rare est… le temps et la créativité des êtres humains. Une mesure consiste à considérer que 80 000 heures (40 ans à 40 heures par semaine, 50 semaines par an) constituent le temps dont disposent la plupart des êtres humains pour un travail créatif et productif. Selon elle, la question devient donc ce que l’on peut faire de ces 80 000 heures. Multipliées par sept milliards d’êtres humains, ça fait en effet un paquet d’heures créatives ! Loin de ne voir les humains que comme des consommateurs de ressources finies, Sarasvathy nous invite à les considérer aussi comme des sources de solutions et des créateurs de ressources.

 

Parier sur la créativité humaine

Est-ce que suivre Sarasvathy et Simon signifie espérer un miracle face aux contraintes de notre planète ?

Bien sûr que non. Il s’agit simplement de penser que la créativité humaine, qui se manifeste au quotidien et qui depuis des milliers d’années a résolu la plupart des problèmes de rareté auxquels nous avons été confrontés, pourra continuer à faire de même. Cela constitue un pari, mais sans doute plus raisonnable que celui consistant à croire que les limites de ressources sont physiques, donc infranchissables, et que nous n’y pouvons rien, sauf à renoncer à notre civilisation actuelle. Sans nier les défis auxquels notre planète est confrontée, on peut s’inspirer des entrepreneurs, ne pas céder à la peur, et refuser un futur présenté comme inéluctable.

En substance, il s’agit de faire une sorte de pari de Pascal sur la capacité créative humaine, c’est-à-dire que nous avons davantage à perdre en étant pessimistes qu’en étant optimistes.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « nous avons davantage à perdre en étant pessimistes qu’en étant optimistes. » Je ne saurais rien écrire de mieux. Merci pour votre article positif qui me conforte dans ma façon de voir le monde dans lequel nous vivons.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
ISF
2
Sauvegarder cet article

On attribue cette expression à Jacques Chirac lorsqu’il était Premier ministre, alors qu’il jurait contre les députés de sa majorité qui critiquaient Simone Veil et son projet de réforme, en les traitant de « cons comme une valise sans poignée ». C’était le temps où les valises avaient des poignées rivetées, avant que l’on développe les valises avec poignée intégrée, avec des roulettes (invention de Delsey, en 1972).

C’est vrai qu’une valise sans poignée, c’est vraiment con.

Mais que dire d’une poignée sans valise alors ?

Poursuivre la lecture

Que nous vivions dans un monde aux ressources finies semble une évidence pour tout le monde. De là naissent toutes sortes de théories qui se ramènent essentiellement à la nécessité de ralentir, voire de stopper notre croissance, car comment avoir une croissance infinie dans un monde aux ressources finies ?

Comme souvent, cette évidence n’en est pas une. Elle constitue un cas classique de sophisme, c’est-à-dire de raisonnement faux malgré une apparence de vérité.

Savez-vous ce qu’est le guano ? C’est un amas d’excréments d’oiseau... Poursuivre la lecture

En Occident, l’opinion est attentive à la préservation de l’environnement, et ce souci commence à gagner le reste du monde. La surpopulation et la limitation des ressources sont souvent accusées. Et si Malthus avait raison : allons-nous épuiser les ressources de la Terre du fait d’une surpopulation galopante ?

 

Malthus est-il toujours d’actualité ?

Cette crainte de la surpopulation a seulement deux siècles.

Auparavant, et depuis toujours, chaque que roi ou empereur recherchait l’augmentation du nombre de ses sujets,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles