Commission des Finances : la NUPES va vous faire les poches

Le risque est bel et bien réel de voir la présidence de la commission des finances de l’Assemblée nationale dirigée par un député mélenchoniste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Screenshot 2022-02-21 at 13-36-03 Mélenchon à « La France dans les yeux » sur BFMTV - Replay - YouTube https://www.youtube.com/watch?v=J5-VjTRGGe0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Commission des Finances : la NUPES va vous faire les poches

Publié le 10 juin 2022
- A +

Véritable peur ou stratégie de communication pour mobiliser les troupes à quelques jours d’une élection à l’abstention record ? Si la seconde option semble la plus probable, l’inquiétude dont ferait montre la Macronie interroge. Une inquiétude qui se manifeste à seulement quelques jours du premier tour des élections législatives et après une percée des candidats NUPES dans les circonscriptions des Français de l’étranger, pourtant plus bourgeoises que celles de l’intérieur et donc moins sujettes aux votes anticonformistes.

Il faut certes voir ces résultats avec du recul.

D’une part, la NUPES fait face au syndrome RN : des scores très élevés au premier tour, mais une absence totale de réserves de voix pour un second tour où s’ajoute un front républicain.

D’autre part, les élections législatives sont un scrutin national certes, mais avec de très forts enjeux locaux du fait du mode de scrutin par circonscription. Ce mode de scrutin en fait une élection plus favorable à la droite républicaine, très ancrée localement, que la présidentielle.

Malgré tout, le soir du 19 juin la NUPES pourrait bel et bien devenir la première force d’opposition au gouvernement.

Le risque est donc bel et bien réel de voir la présidence de la commission des finances de l’Assemblée nationale dirigée par un député mélenchoniste.

 

Une coutume vieille de 15 ans

En suivant les estimations les plus récentes, le groupe NUPES, réunissant socialistes, communistes, écologistes et mélenchonistes, devrait avoir entre 150 et 200 députés, ce qui en ferait le premier groupe d’opposition.

Or, depuis 2007, le président de la commission des finances est systématiquement un membre de l’opposition.

Sous Nicolas Sarkozy, ce poste était occupé successivement par Didier Migaud puis par Jérôme Cahuzac, l’un futur président de la Cour des comptes et l’autre futur ministre du Budget de François Hollande condamné plus tard pour fraude fiscale.

Depuis 2012, ce sont les députés UMP puis LR Gilles Carrez et l’ancien locataire de Bercy Éric Woerth qui se sont succédé. Un Éric Woerth qui était encore, en 2017, dans l’opposition puisqu’il ne s’est rallié au président de la République qu’en février de cette année.

De ce fait, il est parfaitement envisageable de voir le futur groupe NUPES, potentiel premier groupe d’opposition, envoyer un des siens prendre la place du député de l’Oise.

 

Un grand pouvoir de contrôle

Si cette fonction peut paraître très anecdotique, il faut bien comprendre les enjeux de ce qu’est la commission des Finances. Ce cénacle de la prétention a longtemps vu se presser les plus avides de fonctions ministérielles.

Il existe 15 commissions permanentes dans l’ensemble des deux chambres. Toutes participent à la fonction de contrôle de l’activité gouvernementale dévolue au Parlement.

Comme son nom l’indique, la commission des Finances contrôle spécifiquement les questions de finances publiques, mais également les questions monétaires, de crédit et les activités financières. Son champ de compétence est si vaste qu’il englobe les questions de fiscalité locale, de banques et d’assurances. Bref, cette commission contrôle ce que le gouvernement fait de notre argent.

Le rôle du président de cette commission est fondamental, puisqu’outre une fonction de représentation auprès des autres commissions, il dirige les travaux de cette commission et ses débats, choisit l’ordre du jour et surtout contrôle les lois de finances et les amendements parlementaires concernant cette matière.

 

Coquerel va t-il nous déplumer ?

Un des noms les plus entendus pour présider cette commission n’est autre que le député de Seine-Saint-Denis et membre de la commission des Finances Éric Coquerel. Communicant et ancien trotskyste, l’élu a eu ses ronds de serviette dans de nombreux partis de gauche, de la LCR à LFI en passant les chevènementistes chez qui il provoquera une scission suite aux velléités de l’ancien maire de Belfort de s’allier aux gaullistes. Appelant régulièrement dans sa carrière à l’union des antilibéraux et très actif à l’Assemblée, Éric Coquerel est l’auteur de 182 propositions de lois visant entre autres au blocage des prix, à l’instauration d’une taxe « sur les profiteurs de crise » ou encore à la garantie d’emploi par l’État.

Il nous assurait sérieusement en 2017 que la France Insoumise n’a « pas de structure pyramidale liée à un homme providentiel ». C’est à se demander si nous ne sommes pas voués à rire durant 5 ans tout en nous faisant déplumer. La France en 2027 sera un pays de 67 millions de rieurs ruinés…

Une question contournée

Au soir du 19 juin, et encore plus lors de l’installation de la nouvelle Assemblée, le visage de l’Assemblée nationale pourrait donc bel et bien changer du tout au tout. Une assemblée que le président de la République semble de toute manière vouloir contourner dans la veine de son mépris habituel des acteurs démocratiques.

En effet, après la convention citoyenne sur le Climat, Emmanuel Macron a annoncé la création d’un Conseil national de la refondation chargé ni plus ni moins que de se prononcer sur les grandes réformes qui seront mises en place durant le quinquennat. Cette fonction habituellement occupée par le Parlement lui permet, tout en dédaignant la représentation nationale et territoriale, de se targuer d’un sens démocratique avec le fameux tirage au sort.

Ce contournement de la démocratie représentative ne saurait rendre moins dangereuse l’attribution de la présidence de la commission des finances à un député du groupe NUPES au programme d’un autre âge.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Pour assurer son pouvoir, Macron a renforcé MLP et son RN puis Mélenchon et ses Insoumis.
    Un apprenti sorcier qui nous mène droit dans le mur en se fichant éperdument de la France qu’il veut diluer dans une Europe dont les peuples n’approuvent pas forcément.
    En attendant, honte aux français qui s’abstiennent de voter faisant ainsi le jeu de minorités mortifères comme les écolos aux municipales et aujourd’hui les ouailles de Mélenchon.
    Sans parler de Macron qui peut continuer à enjamber en toute impunité la Constitution!

    • La droite désunie ou « collaboratrice » avec le « régime en place » a gagné le gros lot !
      L’abstention a fait élire des écolos radicaux (+ pastèques) à Bordeaux,Lyon,Grenoble…
      On passe au braquet supérieur avec l’assemblée nationale.
      Quand la droite va t’elle enfin mettre ses intérêts individuels carriéristes de côté pour mettre la France sur la voie du redressement ? briser les dogmatismes interdisant une droite unie instaurés par la gauche ?
      La France mérite t’elle un « Hugo Chavez » ? une inflation de 3212% (Vénézuela 2021, même si elle ne sera « que » de 284% actuellement en année glissante).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
gouvernement remaniement
0
Sauvegarder cet article

Ce lundi à 16 heures Emmanuel Macron a convoqué un Conseil des ministres à l'Élysée, quelques heures après la nomination du nouveau gouvernement. Il pourrait notamment y être évoquée la question de confiance que la Première ministre Élisabeth Borne peut poser à l'Assemblée à l'issue de sa déclaration de politique générale prévue mercredi. La cheffe du gouvernement n'a pas encore dit si elle engageait ou non sa responsabilité.

L'Élysée annonce que la p... Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles