Conseil national de la refondation, le nouveau « machin » de Macron

Le « nouveau conseil » du gouvernement Macron II ressemble furieusement à certains autres « coups de comm’ » du gouvernement Macron I.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
Magicien credits Kevin Trotman (licence creative commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Conseil national de la refondation, le nouveau « machin » de Macron

Publié le 7 juin 2022
- A +

Emmanuel Macron a annoncé la création d’un « Conseil national de la refondation » dans un entretien accordé à plusieurs organes de la presse régionale vendredi soir dernier en conclusion des législatives. Son but serait de rassembler les « forces politiques, économiques, sociales, associatives », et lui sera associé un aréopage de citoyens tirés au sort, interrogés sur les grands sujets du moment aux yeux de l’exécutif, c’est-à-dire le pouvoir d’achat, les institutions, l’écologie ou les retraites.

 

L’économie à genoux

Reconnaissons d’abord que cet hommage appuyé de l’exécutif au Conseil national de la Résistance de 1943 (CNR) sonne comme un aveu. Le CNR visait à coordonner la résistance française en temps de guerre, et a accouché d’un programme politique antilibéral visant à la reconstruction d’un pays en ruines. La guerre de Macron contre le virus durant la crise sanitaire s’est surtout traduite par l’acharnement de l’État bureaucratique contre sa propre population. Multipliant les mesures d’exception, les confinements, les couvre-feux et les fermetures autoritaires des commerces divers et variés sur critères arbitraires, le gouvernement a lourdement endommagé le système de production national, en particulier dans le domaine du tertiaire. Résultat, pour éviter l’effondrement brutal de l’économie nationale, Emmanuel Macron a choisi de distribuer l’argent public, faisant exploser la dette publique comme jamais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le programme issu du CNR était hier sous influence du PCF, aujourd’hui, c’est la NUPES qui mène la danse. Pierre Rosanvallon rappelle dans son ouvrage sur l’État en France que l’immédiat après-guerre fut un tournant de l’histoire économique du pays. Porté par l’anticapitalisme des principaux mouvements de résistance français, la planification et la nationalisation ont été les pierres angulaires d’un programme « proto-communiste » visant à faire de l’État le principal agent d’impulsion dans la reconstruction du pays1. Seulement, il est difficile d’évaluer le rôle de cette impulsion étatiste dans la prospérité des Trente glorieuses, comme l’ont très bien vu Thesmar et Landier dans Le grand méchant marché : la planification a-t-elle été à l’origine de la croissance sans précédent du pays, ou la croissance sans précédent du pays a-t-elle permis d’absorber le gaspillage économique organisé par le pilotage politique de la production nationale ? Nous serions tentés de trancher dans le sens de la seconde interrogation.

Pour ce qui est du cas présent, le nouveau gouvernement a choisi de mimer le CNR mais en acceptant comme influence non plus le PCF mais son équivalent parodique, la NUPES, qui elle aussi défend bec et ongles la planification (écologique) et la socialisation de l’économie. Mais en dévoilant son nouveau projet, la Macronie envoie un message clair à ses rivaux : la planification oui, mais avec nous aux manettes (et donc sans vous).

 

Une stratégie de diversion éprouvée

Le « nouveau conseil » du gouvernement Macron II ressemble furieusement à certains autres « coups de comm’ » du gouvernement Macron I.

On se souvient que pour les retraites ou pour le climat, l’exécutif a pu tirer de son chapeau ces « comités de citoyens » pour donner à ses décisions unilatérales une apparence de démocratie directe. Fidèle à une manière de gouverner qui enchaîne tactiques de diversion sur tactiques de diversion, le locataire de l’Élysée s’est fait une spécialité d’enjamber les moments démocratiques qui rythment la vie publique nationale en créant de toutes pièces des « machins » visant à diluer la responsabilité effective du gouvernement ou de transformer ses défaites politiques en opérations de communication réussies. Ici, le gouvernement anticipe sa victoire à la Pyrrhus sur une extrême gauche mélenchoniste en ascension dangereuse, et tente d’étouffer médiatiquement sa dynamique favorable dans les médias.

Rappelons que si le tirage au sort est le principe moteur de la démocratie originelle, elle n’est légitime qu’en démocratie directe entre citoyens égaux2. En démocratie représentative, c’est l’élection qui s’est substituée à lui afin de désigner les représentants du peuple légitimes à contrôler et limiter l’arbitraire d’un exécutif normalement cantonné à la bonne application des lois. Surtout, l’exécutif est clairement séparé du législatif, conformément au principe de séparation des pouvoirs.

En brouillant les cartes pour minorer la légitimité du suffrage sorti des urnes, Macron démontre une nouvelle fois que son autoritarisme technocratique est aux antipodes de l’esprit libéral du gouvernement représentatif.

  1. Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Seuil, 1990.
  2. Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Calmann-Lévy, 1995.
Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Un « aéropage de citoyens » parce que c’est du vent?

  • Qui saisira le Conseil constitutionnel pour mettre fin aux manigances de Macron qui sciemment contourne les institutions démocratiques reconnues?
    Macron fait tout pour la soumettre la France à l’UE dont il rêve, peu importe ce que veulent les français qu’il prend pour des moins que rien.
    Et pour cela, il transforme le pays en démocrature!

  • Le roi des magiciens; encore un » bidule » pour occuper l’espace médiatique mais qui ne sert a rien sinon satisfaire l’égo de notre monarque; N’y a t il pas assez de députés sénateurs at autres représentants du peuple pour avoir besoin de « tirer au sort ????? des citoyens dont il est évident que ce ne seront que des bienpensants a la solde du pouvoir

  • Avatar
    jacques lemiere
    8 juin 2022 at 6 h 58 min

    la création « d’élites. »…

    sans concurrence , les élites sont arbitraires..et bidon…

    un élua moins peut ne pas être réélu… greenpeace par contre…
    la démocratie déjà n’est pas parfaite, faillible , on se demande par quel miracle, une personne faillible peut savoir qui est « infaillible  » pour lui donner le cap à suivre…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il y a bien un déclin de la France au niveau de l’Europe et du monde, et une tentative de contrôle toujours grandissant de la Commission européenne sur les politiques nationales.

Selon Georgina Wright, « il faudrait déplorer à la fois le déclin du poids de la France au sein de l’Union européenne et la mainmise de Bruxelles sur la politique menée par Paris ».

Dans un article publié par Le Monde, Georgina Wright, directrice à l’Institut Montaigne déplore que les Français considèrent, à tort, que l’Europe serait la cause du « d... Poursuivre la lecture

7
Sauvegarder cet article

Notre nouveau et brillant Premier ministre se trouve propulsé à la tête d’un gouvernement chargé de gérer un pays qui s’est habitué à vivre au-dessus de ses moyens. Depuis une quarantaine d’années notre économie est à la peine et elle ne produit pas suffisamment de richesses pour satisfaire les besoins de la population : le pays, en conséquence, vit à crédit. Aussi, notre dette extérieure ne cesse-t-elle de croître et elle atteint maintenant un niveau qui inquiète les agences de notation. La tâche de notre Premier ministre est donc loin d’êtr... Poursuivre la lecture

Le fait pour un gouvernement de solliciter et d’obtenir la confiance de l'Assemblée contribue à la prévisibilité, la stabilité et la sincérité de l’action publique, et cela devrait être reconnu comme indispensable.

Le 30 janvier dernier, Gabriel Attal a prononcé son discours de politique générale, sans solliciter la confiance de l’Assemblée, avant qu’une motion de censure soit soumise, puis rejetée le 5 février. Le gouvernement Attal, comme le gouvernement Borne avant lui, a donc le droit d’exister, mais sans soutien de la chambre.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles