Histoire du tirage au sort en politique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Histoire du tirage au sort en politique

Publié le 10 avril 2012
- A +

Du partage des butins guerriers aux expériences de démocratie délibérative contemporaines en passant par la sélection des dirigeants politiques, le tirage au sort peut-il être considéré comme un gage de démocratie ? Bien qu’elle introduise une logique d’égalité radicale entre citoyens, propose une méthode impartiale de résolution des conflits et garantit le pouvoir de tous sur tout un chacun, cette pratique ne résume pas à elle seule la démocratie.

Lire le reste de l’article d’Yves Sintomer sur l’excellent site de La Vie des Idées.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'IREF.

La jeunesse fait l’objet de toutes les attentions de l’État : tout bachelier a accès à l’université, tout est fait pour favoriser les emplois jeunes et, dernière mesure en date, un Pass culture. Résultat de cette bienveillance de l’État : le tirage au sort pour accéder à l’université et le chômage massif des jeunes. Quant au Pass culture, va-t-il réellement permettre le libre choix ou faudra-t-il se plier aux priorités étatiques ?

Permettre l'accès de tous à l'université conduit au tirage au sort... Poursuivre la lecture

Par Henri Dumas.

Le collectivisme et l’égalitarisme, s’ils n’étaient pas aussi dangereux pour l’humanité, seraient un gisement de gags extraordinaires.

Égalité à l’Éducation nationale

Voilà une boutique égalitariste et collectiviste en diable.

Sa mission, je pense que personne n’en doute, est d’accumuler et de classer le savoir, les connaissances, puis de les transmettre.

Sur le premier point, l’accumulation, on attendrait objectivité et absence totale de parti-pris. En effet la constitution du capital des connaiss... Poursuivre la lecture

Par Jean-Yves Naudet. Un article de l'Iref-Europe

Les médias ont mis en avant le cas de l’Ile-de-France, où sont restés sur le carreau 857 candidats pour lesquels la médecine était le premier choix, car ils n’ont pas été tirés au sort.

Comme le cas est emblématique, le cabinet du ministre a promis de trouver une solution, ce que contestent les universités qui n’ont ni les amphis, ni les enseignants pour les accueillir. On a moins évoqué la province. Le cas d’Aix-Marseille est représentatif.

L’université a rassuré en disan... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles