Stade de France : l’exécutif fait diversion pour masquer la faillite de l’État

La faillite de l’État dans sa mission essentielle, protéger les biens et les personnes, est complète.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Screenshot_2021-03-18 Gérald Darmanin, émission spéciale - C à Vous - 17 02 2021 - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Stade de France : l’exécutif fait diversion pour masquer la faillite de l’État

Publié le 31 mai 2022
- A +

Le coup d’envoi de la ligue des champions samedi dernier, qui a vu du Real Madrid sur Liverpool, devait être une fête. Malheureusement, la fête s’est vite transformée en chaos. La faute à qui ? Aux supporters anglais sans tickets, selon le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Mais rapidement, la version officielle a évolué : c’est la faute aux individus sans billets, puis aux faux billets, si on en croit la version du ministre des sports Amélie Oudéa-Castéra. Finalement, dimanche soir, le préfet de Paris Didier Lallement a porté plainte pour « fraude massive aux faux billets ».

Depuis lundi après-midi, c’est désormais à la fraude au niveau « industriel » qu’il faut croire.

Dans tous les cas, on accuse les amateurs de foot, de préférence étrangers, pour masquer des défaillances plus profondes qui mises bout à bout offrent une sorte de résumé de tout ce qui ne va pas dans notre pays. Seulement cette fois-ci, grâce aux réseaux sociaux et à la presse étrangère, les manipulations de l’exécutif pour masquer les incidents à tous les niveaux n’ont trompé personne.

La grève dans les transports en commun. Les syndicats CGT, FO, Unsa et La Base ont appelé à la grève samedi jour de match afin d’impacter au maximum l’évènement. Donc pas de RER B ni de RER A pour les supporters, qui ont dû se débrouiller pour arriver sur zone en se pliant aux exigences des corporations syndicales que le monde entier nous envie, et qui font la pluie et le beau temps en matière de transports, le tout pour défendre leurs intérêts particuliers.

 

Violences et chaos surréaliste au Stade de France

Des racailles partout. Elles ont attaqué des supporters, se sont pressées à l’entrée sans tickets, et ont débordé les stadiers. Résultat, la police est intervenue à plusieurs reprises, a multiplié les interpellations et les incidents ont éclaté partout autour du stade.

Scénario assez classique en France, il a visiblement un peu surpris la presse étrangère qui n’imaginait pas que la Seine-Saint-Denis ne soit pas aussi idyllique qu’Emily in Paris.

Mais dans un pays où la violence explose et où l’on déplore plus de 120 attaques au couteau par jour, à quoi fallait-il s’attendre dans un des endroits les plus sinistrés de France ?

Une police hors de contrôle. Selon divers témoignages, l’intervention de la police n’a pas fait dans la dentelle, gazant et réprimant resquilleurs comme supporters sans retenue.

Effaré, le sous-secrétaire d’État aux sports britannique Chris Philp s’est déclaré « horrifié » par les scènes de fans anglais gazés par les forces de l’ordre sans justification. Le club de Liverpool a demandé l’ouverture d’une enquête indépendante pour y voir plus clair suite à ces événements qui ont mis en danger et lésé des fans venus pacifiquement assister à un match de foot. Une nouvelle fois, au passage, nos voisins britanniques nous donnent une leçon en matière d’État de droit.

Pour Raj Singh Mahil du magazine britannique Sporting News, contrairement aux affirmations de la préfecture, des ministères et même de l’UEFA, les supporters ne sont pas en cause dans le chaos total observé autour de la rencontre Liverpool-Real Madrid :

« Les jeunes du quartier qui ont d’abord sauté les grilles du stade, puis ont envahi les environs, ont évidemment leur part de responsabilité. Les forces de l’ordre sont les suivantes : sans parler des autorités françaises en particulier, dont les méthodes et les failles sont bien documentées, le maintien de l’ordre dans le football en général est une préoccupation majeure. »

 

La faillite du régalien

La faillite de l’État dans sa mission essentielle, protéger les biens et les personnes, est donc complète. Elle est maintenant visible aux yeux du monde entier, et une communication gouvernementale lacunaire et orientée pour masquer la réalité des faits ne suffira pas pour calmer le jeu. Cet épisode dit beaucoup de la déliquescence de la démocratie représentative à l’ère Macron. Il faut désormais lire la presse étrangère pour avoir une information non filtrée sur la violence et l’insécurité qui pourrissent les quartiers. Comme à l’époque de l’URSS. Il devient urgent de cesser de gaspiller l’argent public et de l’allouer à aux fonctions essentielles de l’Etat. Si rien n’est fait, les jeux olympiques, ça se passera comment ?

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Les mémoires ont du mal en France, lors de la coupe du monde 1998 qui à eu lieu en France, le même genre de problèmes avait déjà eu lieu, les organisateurs avaient vendu plus de billets et de lits d’hôtels qu’il n’avait de place, des milliers d’amateur de foot se sont retrouvés à faire les SDF, dans une capitale hyper dangereuse.

  • Oui, c’est honteux et ça ne déshonore pas que la France mais surtout les Français.

  • Mais c’est bien sûr. Un canal pour amener la mer en Seine Saint Denis.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
gouvernement remaniement
0
Sauvegarder cet article

Ce lundi à 16 heures Emmanuel Macron a convoqué un Conseil des ministres à l'Élysée, quelques heures après la nomination du nouveau gouvernement. Il pourrait notamment y être évoquée la question de confiance que la Première ministre Élisabeth Borne peut poser à l'Assemblée à l'issue de sa déclaration de politique générale prévue mercredi. La cheffe du gouvernement n'a pas encore dit si elle engageait ou non sa responsabilité.

L'Élysée annonce que la p... Poursuivre la lecture

Héros en 2015 suite aux attentats terroristes, zéros depuis 2019 avec les manifestations des Gilets jaunes, depuis 7 ans la police fait le yoyo dans le cœur des Français. Journées décalées, rappels à répétition pendant les jours de congés, désordres dans le commandement, lieux de travail vétustes, moyens matériels inadaptés, absence de soutien de la hiérarchie, le malaise de la police est palpable. Pourtant la sécurité publique, avec l’affaire dite « des piqures » est au cœur de la population.

Le phénomène des piqûres en soirée, toujou... Poursuivre la lecture

football
7
Sauvegarder cet article

Malgré les tentatives d'étouffement médiatique de la part du gouvernement et de la presse elle-même, les dérapages folkloriques de la Ligue des Champions à Saint-Denis le 28 mai dernier continuent de faire des petits grumeaux dans la politique française.

Ce samedi là, on s'en rappelle, avait eu lieu une interaction citoyenne, festive et musclée entre des supporters et des jeunes locaux, espiègles riverains probablement déçus de ne pouvoir assister à ce petit moment footballistique et familial. La police du cru avait sainement agi en ga... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles