Élections : j’ai peur de l’isoloir

Il y a la peur du noir, des fantômes, des canards, du papier toilette, il existe toutes sortes de peurs. Mais moi j’ai peur de l’isoloir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élections : j’ai peur de l’isoloir

Publié le 8 avril 2022
- A +

Un jour on créa l’isoloir. Avec les toilettes, c’est le seul endroit où il n’est pas permis de voir par-dessus votre épaule ce que vous faites. Mais l’isoloir est plus que cela. À la différence des toilettes, l’isoloir n’est pas le lieu d’une délivrance, mais de l’espérance. Il est le lieu de tous les possibles, du changement ou pas. L’isoloir est bien le plus court chemin entre le réel et l’imaginaire.

Et c’est bien là le sujet : le pouvoir incommensurable de mon bulletin de vote sur le cours des choses. Et cette terrible pensée de Spiderman qui revient me hanter : « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. » L’isoloir est le lieu où il ne faut pas se tromper, au risque de passer 5 ans à se mordre les doigts.

J’ai peur de l’isoloir. J’ai peur de me tromper de candidat. De choisir celui qui dit ce qu’il fait, mais ne fait pas ce qu’il dit. Ou bien de choisir l’autre, celui qui dit ce qu’il fait et qui fait ce qu’il dit, mais ce n’est pas ce qu’il fallait faire.

Alors je doute, et me rappelle la formule de Kin Hubbard : « on aimerait voter pour le meilleur, mais il ne fait jamais partie des candidats ». Piqué au vif, je me raisonne : « si je réagis ainsi, alors je ne voterais jamais ». L’erreur de casting fait partie du jeu. Je peux me tromper, c’est le prix à payer. Le droit de vote c’est aussi le droit à l’erreur.

C’est un fait, voter n’exige pas d’avoir raison, juste d’avoir une opinion, et même une conviction si ça me chante. Le savoir est accessoire. En vérité il est même illusoire. On n’attend pas d’un électeur qu’il vote pour le bon candidat. Pour cela, il faudrait qu’il connaisse à l’avance la bonne route à suivre. Il lui suffirait alors de choisir le bon capitaine de navire. Mais non, on ne peut pas savoir, et à vrai dire on ne nous demande même pas de croire, juste de voter. « L’adulte ne croit pas au père noël, il vote », Pierre Desproges.

Et quand bien même il nous prenait l’envie de mûrir une profonde réflexion sur le sujet, il n’en sortirait aucune déduction qui tienne la route, que des conclusions bancales sur le monde idéal, la quête du Graal. D’ailleurs même les penseurs sachant penser nous livrent le même constat :

  • on ne peut pas déduire ce qui doit être de ce qui est. 
  • ce qu’il faut être n’est pas contenu dans ce qui est.

 

Autrement dit, la bonne éthique ou morale à suivre ne sont pas cachées quelque part dans la nature. À nous de nous retrousser les manches pour en proposer une.

 

L’isoloir se mérite

C’est donc à moi de prendre mes responsabilités. Il faut que je sois à la hauteur de l’enjeu. L’isoloir se mérite. C’est pour cela que voter est un droit et pas un devoir. Il faut pouvoir assumer.

Puisqu’il faut y aller, j’ai peut-être trois arguments qui pourraient apaiser ma peur de l’isoloir :

  1. L’isoloir est ce rendez-vous unique où la règle ne vous est plus imposée, mais vous êtes en capacité de faire La règle. De l’hétéronomie à l’autonomie.
  2. L’enveloppe du bulletin de vote est une véritable bague de Gygès, qui vous rend invisible aux autres mais capable d’agir sur le reste du monde.
  3. Le bulletin de vote vous engage, ou pas. Dans le cas d’un vote blanc, il devient alors une phrase optative qui exprime un souhait du genre « que dieu nous aide ».

 

Et si vraiment ces trois arguments ne suffisent pas à apaiser ma peur de l’isoloir, alors je ferais un pas de côté, je regarderais du côté obscur, dans ces pays où l’isoloir est l’endroit où l’on peut voter pour le seul candidat en lice. Puis je prêterais l’oreille et me repasserais en boucle ce que disait le camarade Staline à ses ouailles :

« Ce qui compte ce n’est pas le vote, c’est comment on compte les votes. »

Brrr…

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Le gros problème est que les candidats ne font plus de programmes pour faire évoluer le pays mais additionnent les mesurettes pour faire plaisir au plus grand nombre en sachant pertinemment qu’il n’en réalisera qu’une petite partie. Quand on a entendu il y a 10 ans une candidate proclamer que « vos idées seront mon programme », on a compris qu’on ne s’adressait plus à des gens de conviction qui avait une vision – peut-être erronée – mais cohérente, mais que des bateleurs (sans vouloir insulter ces derniers.
    Mais c’est partout pareil, même dans les pays autocratiques: plus d’hommes et de femmes d’état

    • « en sachant pertinemment qu’il n’en réalisera qu’une petite partie. »
      Vous faites preuve ici d’un optimisme coupable pour croire que leur objectif est la réalisation, même partielle, de leurs promesses de campagne!
      ( Les promesses n’engageant, comme chacun sait, que ceux qui les croient!). J’ai reçu hier dans ma boite aux lettres les tracts électoraux des candidats déclarés, eh bien, après avoir procédé par élimination, je me suis retrouvé les mains vides!
      Autre méthode, cocher dans le programme de chaque candidat les mesures importantes qui seraient celles du candidat idéal en vue du redressement de la France: conclusion, ce candidat providentiel n’existe pas!
      CPEF

    • « en sachant pertinemment qu’il n’en réalisera qu’une petite partie. »
      Vous faites preuve ici d’un optimisme coupable pour croire que leur objectif est la réalisation, même partielle, de leurs promesses de campagne!
      ( Les promesses n’engageant, comme chacun sait, que ceux qui les croient!). J’ai reçu hier dans ma boite aux lettres les tracts électoraux des candidats déclarés, eh bien, après avoir procédé par élimination, je me suis retrouvé les mains vides!
      Autre méthode, cocher dans le programme de chaque candidat les mesures importantes qui seraient celles du candidat idéal en vue du redressement de la France: conclusion, ce candidat providentiel n’existe pas!
      CPEF

  • « L’isoloir est ce rendez-vous unique où la règle ne vous est plus imposée, mais vous êtes en capacité de faire La règle

    La règle c’est la loi. Avoir le « droit » de choisir un prince ou son cousin dans une liste pipée est la garantie que vous n’aurez aucun pouvoir. La France a officiellement atteint le total délirant de 320’000 article de loi, et aucune loi française n’a jamais été votée par le peuple.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Le vote Mélenchon est révélateur d’un symptôme propre à la France : l’extrême gauche est plus forte dans notre pays que dans les autres.

Pourquoi ? Il existe plusieurs réponses.

La première est conjoncturelle : Mélenchon a du talent, c’est un politicien cultivé qui s’exprime avec conviction et éloquence, il entraîne les foules et son islamo-gauchisme lui a attiré les suffrages du monde musulman, en particulier ceux des musulmans en rupture avec la civilisation française. Le vote utile a aussi joué pour lui.

Mais ce sont l... Poursuivre la lecture

Aymeric Caron et Jean-Luc Mélenchon n’ont pas toujours été les meilleurs amis du monde. En 2014, quand il était chroniqueur dans l’émission On n’est pas couché, le premier reprochait au second de passer son temps à glander sur les bancs du Parlement européen et le second l’accusait en retour d’être un « branleur » agitant n’importe quelle rumeur pour faire son show.

Aymeric Caron candidat à la nouvelle union de la gauche

En 2017, timide rapprochement. Le patron de la France insoumise ayant reconnu le caractère « révolutionnaire » du vé... Poursuivre la lecture

Bien qu'il ne se situe que peu de temps après la survenue inattendue de la pandémie de la Covid-19, qui habilla 2020 d'une aura d’étrangeté maudite, le cru 2022 entrera dans les annales de l'histoire, mondiales et françaises, comme ayant été l'année de toutes les nouveautés.

Des prismes inédits de lecture de notre monde commun ont fait leur apparition. La Nouvelle guerre froide, qui s'est déclenchée le 24 février par l'invasion russe de l'Ukraine, servira de plus en plus comme paradigme explicatif d'événements internationaux sans rappo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles