Censure dans l’Union européenne : bienvenue à Bruxellinegrad

En théorie, l’Union européenne rejette la Russie. En pratique, Bruxelles imite Moscou en matière de censure dans l’UE.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Censure dans l’Union européenne : bienvenue à Bruxellinegrad

Publié le 23 mars 2022
- A +

Article disponible en podcast ici.

Selon l’empereur Marc-Aurèle, « la meilleure façon de se venger d’un ennemi, c’est de ne pas l’imiter ». Dans ce cas la Russie est-elle vraiment l’ennemi de l’UE, tant nos gouvernements imitent Poutine dans ses lois liberticides ?

Verrouiller les médias

Commençons par la liberté d’expression et la pluralité des médias.

L’État français contrôle déjà la télévision. Cinq des sept premières chaînes sont étatiques (France 2, France 3, France 4, France 5, Arte), le reste est détenu par des oligarques français : TF1 avec Bouygues, C8, CNews avec Bolloré, BFMTV avec Drahi. M6 est quant à elle détenue par le groupe allemand Bertelsmann.

L’État est aussi présent à la radio avec France Inter, France info, France bleue, France culture, France musique, Fib et Mov. Le reste étant là aussi possédé par des oligarques. RTL par le même groupe allemand Bertelsmann, RMC par le même Drahi, Europe 1, RFM et Virgin Radio par Lagardère.

Pour la presse, l’État se contente de verser d’énormes subventions aux journaux, lui donnant un pouvoir de vie ou de mort sur chaque titre. De toute manière, là aussi on retrouve les oligarques. Le Monde est détenu par Xavier Niel, Libération par le même Drahi, Le Figaro par Dassault, Les Échos par Bernard Arnault, Le Journal du Dimanche par le même Lagardère, CNews, Gala, Télé- Loisirs par le même Bolloré.

Le paysage médiatique français constitué exclusivement d’État et d’oligarques n’a rien à envier au paysage médiatique russe. Mais comme Poutine, nos gouvernements souhaitent encore restreindre l’accès à l’information.

Étendre la censure par la loi

Il faut se rappeler de la loi Avia. Le gouvernement voulait imposer une liste de sujet haineux interdits sur internet. Les plateformes telles YouTube ou Twitter devaient supprimer le contenu en moins d’une heure. Le râteau de la censure serait donc particulièrement large pour éviter toute amende.

Cette loi, bien qu’adoptée par l’Assemblée, fut annulée par le Conseil constitutionnel. Cependant, même abrogée, elle est tacitement appliquée par les plateformes pour ne pas se mettre le gouvernement à dos.

Durant le covid, des vidéos contraires à la vaccination obligatoire ont été retirées. Comme celle de Pas Content TV qui partageait un tweet de l’OMS sur l’inefficacité des vaccins. Ou encore comme Zemmour, qui a vu sa vidéo de candidature supprimée par Youtube.

Cette volonté troublante de contrôler l’information comme le ferait Poutine est particulièrement visible avec la guerre en Ukraine.

Interdire tout ce qu’on ne peut pas censurer

Les deux camps ont au même moment mis fin à la diffusion de chaînes d’opposition. Dans le camp du mal, Poutine a bien évidemment réduit au silence Les Échos de Moscou un média libre et indépendant. Dans le gentil camp du bien européen, Ursula von der Leyen, a stoppé Russia Today, une chaîne de désinformation complotiste.

Les similitudes continuent entre l’UE et le régime autoritaire russe. Actuellement, les ministres de l’Économie française et allemande souhaitent le départ de Facebook de l’UE. Bien sûr, contrairement au camp du mal, qui souhaite bannir Facebook pour censurer la liberté d’expression, le gentil camp du bien souhaite bannir Facebook pour nous éviter de nous faire voler nos données.

En soi, je partage l’argument de Bruno Le Maire, Facebook a davantage besoin de l’Europe que l’Europe a besoin de Facebook. Mais peut-on croire que le gouvernement se préoccupe de notre vie privée ?

Après tout, il n’a pas hésité à stocker nos données de santé chez Microsoft avec le Health Data Hub. Sans oublier la Loi Renseignement votée en France en 2015, qui légalise la surveillance de masse en continu de tout l’internet français. Les fournisseurs d’accès internet ont également l’obligation de conserver pendant un an l’historique de navigation de tous leurs clients.

De plus, de même que Poutine souhaite interdire la messagerie chiffrée Telegram, l’UE tente depuis des années d’interdire les messageries chiffrées telles Telegram ou Signal pour mieux nous espionner.

Aussi devant ces faits, on peut se demander si Bruno le Maire souhaite bannir Facebook, cette plateforme qui vole nos données ou Facebook, cette même plateforme qui permet aux informations de circuler et aux mouvements des Gilets jaunes ou du Convoi de la Liberté de s’organiser ?

Pareil pour Bitcoin, le camp du mal russe souhaite le bannir pour contrôler toutes les transactions du pays. Pour le gentil camp du bien européen, il faut le bannir ou du moins le réguler fortement pour de bonnes raisons : éviter sa pollution comme avec la loi MICA récemment votée à Bruxelles, éviter le financement de tout un tas de fantasmes (y compris le financement du camp du mal) ou nous protéger de sa volatilité.

Les mesures prises par le camp du bien, qui ressemblent pourtant étrangement à celles du camp du mal, sont avant tout là pour nous protéger contre les méchants qui nous entourent.

Cela résume bien les raisons invoquées suite aux deux ans de confinement, couvre-feux, pass sanitaire et vaccination obligatoire. À ceci près que pour le coup, ça ne vient pas de Poutine. La Russie n’a eu ni confinement général ni pass sanitaire.

Quant à l’envie d’envahir un autre pays, il semblerait bien que Poutine nous ait imités en voyant le Kosovo en 1999, l’Afghanistan en 2001, l’Irak en 2003, la Libye en 2011 ou la Syrie en 2011.

En conclusion, mis à part que le camp du bien est forcément le bien car progressiste et dirigé par de gentils technocrates, et que le camp du mal est forcément le mal car dirigé par un méchant russe, les deux semblent converger vers une idéologie commune : censurer toutes les oppositions et interdire toute technologie pouvant aider le citoyen dans son émancipation face à l’État.

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • C’est marrant cette manie à vouloir systématiquement comparer les actes d’un dictateur et ceux d’une administration occidentale.
    Où sont les théâtres de Marioupol abritant des enfants bombardés par la Commission européenne ? Ses cadavres de civils dans les zones résidentielles ou commerciales assiégées par les frappes aériennes ? Ses chars pénétrant dans des villes affamées ?
    Tentative de récupération indigne. Un peu de décence, svp.

    -12
    • Avatar
      jacques lemiere
      23 mars 2022 at 7 h 23 min

      je ne vois pas ça comme ça…

      On répète à l’envi depuis un moment que le politiquement correct ou la lutte contre les dictatures par des mesures de nature dictatoriales se multiplient..

      juste un point sur les I..

      Nous sommes ici le camp du moins mal… mais on file un mauvais coton..

      • Avatar
        jacques lemiere
        23 mars 2022 at 8 h 15 min

        des tas d’antifa ont de bonnes intentions à savoir veulent lutter contre l’extremisme..et pourtant..

    • Ce n’est pas parce que l’Europe ne fais pas rentrer des chars dans des villes affamées que l’on ne doit pas dénoncer la mainmise sur l’information par les administrations occidentales. C’est plutôt ça qui est indécent pour des soi-disantes démocraties.

      13
      • PierrePonce a raison. Vous perdez toute credibilite en comparant Von der Leyen et Poutine.
        Qu il y ait des gens a Bruxelles qui revent de censure est un fait (Von der leyen a ete surnomme Zensurla au lieu d Ursula il y a 15 ans). Mais comparer ce qui se passe en ukraine aux pitoyables tentatives de l UE est ridicule.
        je signale aussi a l auteur qu en lybie ou ailleurs on y est jamais allé avec des chars et on a pas fait le siege de villes

        -10
        • Parbleu, on y est allé avec des avions chargés de bisous et des missiles de croisière humanitaires en « laissant » les chefs de guerre tribaux et les jihadistes – entraînés et armés par le Père Noël – faire le boulot un peu salissant sur le terrain.
          Le saviez-vous? Si le sang ne gicle pas directement sur le mufle rose d’un élu ou d’un expert-la-morale de plateau télé, cela démontre sa supériorité morale, que dis-je, sa sainteté! Vive le camp du Bien!

        • L’article compare les volontés de contrôler l’information dans les deux camps
          Alors expliquez nous qu’il n’y a pas de contrôle de l’information en occident si vous n’êtes pas d’accord avec cette comparaison ( comparer c’est envisager ensemble deux ou plusieurs objets de pensée pour en chercher les différences ou les ressemblances hein ! ) au lieu de votre sempiternel homme de paille nous accusant d’intelligence avec Poutine seulement parce que nous sommes capables de continuer à avoir un regard critique sur nos démocraties.
          Alors il n’y aurait pas de volonté de contrôler l’information dans notre fine équipe de dirigeants ?
          J’attends de vous lire.

          Fait d’envisager ensemble (deux ou plusieurs objets de pensée) pour en chercher les différences ou les ressemblances.

          Fait d’envisager ensemble (deux ou plusieurs objets de pensée) pour en chercher les différences ou les ressemblances.

        • Avatar
          jacques lemiere
          23 mars 2022 at 12 h 46 min

          moi je ne suis pas d’accord…il ne dis pas kif kif…dans l’absolu;..

          je considère poutine comme un autocrate et JUSTEMENT je m’en sers pour illustrer le comportement de plus en plus illibéral de l’ue..

      • Je n’ai rien contre la dénonciation des diktats bruxellois. J’ai moi aussi une longue liste sous le coude – à laquelle n’a même pas pensé François Jolain.
        Mais par respect envers toutes les victimes Ukrainiennes, et pour ne pas chercher à minorer la noirceur de Poutine, comme tout honnête homme, je m’abstiendrai de la moindre comparaison entre Poutine et Bruxelles.
        Cette réponse vaut pour tous les (censurés) qui tentent avec Bruxelles un genre de « reductio ad Poutinum ».

        -3
        • « Toutes les victimes ukrainiennes » : à ce propos, cela fait des semaines que les méchants russes, avec des dizaines de blindés, des soldats partout, des bombardements quasi non-stop et à l’aveugle (oh les vilains ils ont tiré sur un théâtre alors qu’on avait écrit « Enfants » dehors !!), démolissent l’Ukraine. Comment expliquer que l’ONU recense pour le moment si peu de morts ?
          726 morts au 15 mars alors que le conflit a commencé le 24 février d’après le HCDH. Et l’Ukraine a autorisé la reconnaissance faciale sur les drones afin d’identifier les victimes, donc on ne peut pas dire que c’est un problème de comptage.
          Soit les russes sont vraiment très très très maladroits (ce qui est peu probable), soit le camp du bien sous-estime le nombre de victimes (ce qui ne serait pas dans son intérêt), soit il y a un gros décalage entre la réalité et le carnage sanguinaire du tyran soviétique dépeint dans les médias.
          Et comme l’a fait remarquer un autre lecteur, je ne parle même pas du Donbass et de ce que le camp du bien ukrainien fait à ses propres concitoyens depuis 2014 sous prétexte qu’ils sont pro-russes.
          Le pire dans tout ça, c’est que des deux côtés, et depuis bien plus longtemps que cette année, ça fait des victimes chez des gens qui n’ont aucune envie de se taper dessus : des tas d’Ukrainiens ont de la famille russe, et vice-versa. Quel gâchis…

    • Comme c’est confortable d’être dans le camp du bien..

      • L’ironie est que Poutine se pense également dans le camp du bien ( il se bat dans sa tête contre des n.azi ) et lui cela permet de justifier ses saloperies.
        Tout le monde se pense dans le camp du bien s’y on y pense sérieusement.
        Il y deux camps sur CP qui s’affrontent ( gentiment) au sujet de la nécessité de contrôler l’information.
        Ceux qui pensent que la fin justifie les moyens ( pas de liberté pour les ennemis de la liberté ) et ceux qui pensent que nos moyens ne peuvent être contraire à notre fin ( la liberté ). Forcément quand on est dans le premier groupe «  cela permet tout » et quand on est dans l’autre groupe « cela oblige » de continuer à chérir la liberté.

        • Aerosolkid, vous êtes suffisamment intelligent pour comprendre que ce n’est pas le sujet.
          Evitez de ressembler à ces poivrots qui s’écharpent pendant un enterrement.

          -5
    • « Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt. »

      Le jour où un mec un « peu moins bien du camp du Bien » arrive au pouvoir, il aura juste à faire appliquer la lois… Tant le camp du Bien lui aurait donner toutes les clés du royaume pour gouverner à sa guise (macron en est un bel exemple, tout comme la situation au Canada ) ; il suffit de constater l’évolution de libertés depuis ces 10 dernières années et projeter pour les 10 prochaines…

    • C’est marrant cette manie de croire systématiquement les choses sans les remettre en question et de faire la morale ensuite. Vous oubliez un peu rapidement qu’en temps de guerre, la principale victime, c’est la vérité.
      Et dans cette guerre, il y a beaucoup de choses pas claires :
      – Les bâtiments de Marioupol qui se font bombarder, mais quasi sans victimes
      – Les marins ukrainiens soi-disant morts en envoyant balader les russes, mais qui finalement se sont juste rendus
      – Le Vasily Berkov détruit par l’armée ukrainienne, mais qu’on a revu dès le lendemain naviguer tranquillement sur la Mer Noire
      – Les tas de cadavres, j’en ai vu un en vidéo récemment, il y avait un cadavre… en train de fumer une clope, en attendant que la mise en scène soit prête pour la photo
      – Quant à l’histoire de la maternité bombardée, les journaux ont vite arrêtés d’en parler parce que de nombreuses zones d’ombre subsistent (peut-être le bataillon Azov qui aurait utilisé des ukrainiens comme boucliers humains)
      Bref, je ne prétends pas détenir la vérité, je me méfie juste des infos qu’on nous transmet.
      Déjà parce qu’après deux ans de Covidisme, de fact checking orientés, de contre-vérités et approximations, et de silence sur les sujets qui fâchent, je n’ai plus aucune confiance dans ces brodeurs subventionnés qui osent encore s’appeler journalistes.
      Ensuite parce que sur le fond, je suis totalement d’accord avec le concept de ce billet : aujourd’hui, en façade on se prétend encore une démocratie, mais on commence à remplir toutes les cases d’un régime autoritaire. Surveillance des citoyens et absence de vie privée (merci TousAntiCovid, les drones et les lois sur la censure d’internet), médias dans les mains d’une minorité et on censure les médias étrangers, économie sous perfusion et subventions de partout, pouvoir dans les mains d’un seul despote, droits qui passent après les devoirs, privation de libertés si on refuse d’obéir.
      Alors essayez de nuancer un peu votre réflexion, et sortez de ce grotesque cliché « Poutine c’est le vilain dictateur qui veut diriger le monde, l’OTAN c’est les gentils qui se battent pour les droits des humains ».
      Au final, ça fait quinze ans que Poutine dit de laisser l’Ukraine tranquille, l’OTAN a continué les négociations pour la faire entrer dans son giron. Ce qui aurait eu pour conséquence que les USA auraient pu installer des bases militaires avec des ogives nucléaires à la frontière à quelques centaines de kilomètres de Moscou ou Volingrad. Même si ça ne justifie pas ses actes, on peut comprendre que ça ait inquiété Poutine.

      16
      • Oui tout a fait, la TV Francaise c’est la propagande de radio Zelensky. Vous oubliez de preciser que ça fait 8ans que Porochenko puis Zelensky bombardent le Dombass et violent les traités de paix. Factuellement, ils sont allés chercher les embrouilles avec ours Russe, maintenant qu’ils se débrouillent entre eux.
        En s’impliquant la dedans l’Europe a tout à perdre.

      • Comme s’il ne suffisait pas de majorer les méfaits de Bruxelles, par « reductio ad Poutinum », voilà qu’en prime, vous cherchez a minorer les exactions de Poutine.
        On vous placerait dans un magasin de porcelaines démocrates, vous ne verriez pas l’éléphant autocrate.

        -5
        • Ah, comme ça grandit un homme de dénigrer ses opposants, et en plus ça ne demande même pas d’avoir des arguments concrets !

    • La décence serait de reconnaître que l’article, loin de faire l’apologie de Vladimir, dénonce l’adoption par les « gentils » de méthodes de manipulation et de censure dignes des états mafieux.
      Pour le reste, j’ai assez de mémoire pour me souvenir des couveuses du Koweit, des armes de destruction massive de Saddam, du massacre des musulmans kosovars par des Serbes quasi cannibales, et plus récemment, de la requalification en hérétiques des refuzniks de l’ARN.
      Au cas où vous seriez très jeune ou très naïf, chacun des casus belli « humanitaires » cités ci-dessus s’est révélé totalement bidon… Une vérité qui n’a été reconnue qu’après que des pays entiers aient été dévastés par le Camp du Bien.
      Lequel se fiche de plus en plus ouvertement des libertés et droits humains fondamentaux. Plus il se donne une posture morale, plus il y a anguille sous roche. Ce n’est pas une question de démocratie contre dictature, c’est oligarchie connivente 2.0 contre dictature à papa.
      Mais venez encore nous parler de décence…

    • La question n’est pas : qui a la plus longue … liste de méfaits et de mensonges, et qui gagne la première mi-temps de la guerre médiatique !

      J’ai un gros doute sur l’importance de cette guerre médiatique pour influer sur l’issue du conflit, et je crains au contraire qu’elle ne fasse qu’envenimer les choses et provoquer l’escalade.

      En revanche, je ne crois plus un mot de ce que disent les médias : trop d’incohérences, de parti-pris évident et de refus de l’autocritique. L’autre jour, un diplomate faisait remarquer (avec toute sa prudence professionnelle et grande quantité de cirage de pompe) que les médias déliraient dans leurs « analyses » stratégiques. Bien que non personnellement mis en cause (ni même sa chaîne), le présentateur ne cessait de l’empêcher de parler.

      La censure n’est peut-être pas du même ordre de grandeur chez nous. Mais je crois qu’on a plus à perdre à l’accepter chez nous que les russes qui vivent avec depuis longtemps et savent prendre du recul.

      • Si la question est de savoir qui a la plus longue, fin du débat, cela n’a pas beaucoup d’intérêt à mes yeux, j’ai déjà gagné ?
        Si la question est de savoir si une démocratie qui proclame la liberté comme un de ses principes fondateurs peut utiliser des moyens contraire à ce principe pour atteindre ses fins il va falloir beaucoup de circonvolutions et de tortillage de popotins pour me convaincre.

        • Pour vous (re)mettre les points sur les « i », la question n’est pas celle de la cohérence démocratique – par ailleurs fondamentalement légitime – mais celle des comparaisons saugrenues, minorant de fait, au passage, les exactions de Poutine, pendant que celui-ci bombarde l’Ukraine.

          -5
          • La guerre c’est toujours moche. Que les victimes soient Ukrainiennes, irakiennes, syriennes, libyennes, palestiniennes, afghanes….
            https://www.youtube.com/watch?v=8L_9-GS7ZCM

            Je crois qu’un vrai libéral haie la guerre, mais il se doit aussi de dénoncer les « coups de pute » fait en douce par les gauchistes dégénérés que sont les démocrates Américains via la CIA pour placer leurs gouvernements fantoches. Opérations qui foirent généralement (les gauchistes sont vraiment pas doués…) et qui au final ont mis en place les islamistes en Afganistan, les gardiens de la révolution en Iran, … En syrie il s’en est fallu de peu de même qu’en Egypte ! Le tout en faisant couler le sang d’innocents.
            Poutine n’est pas un saint, certes, mais il y a bien pire et beaucoup plus dangereux!

          • « les exactions de Poutine, pendant que celui-ci bombarde l’Ukraine. »

            Il a fait bien pire en Tchétchénie ou en Syrie. Ce qui ne nous a pas freiné pour lui payer 200 chars par jour en gaz !

            Assiéger et chasser les populations font partie des techniques de guerres ancestrales : on fait fuir les civils et on tape dans le tas pour économiser ses troupes.
            Alors d’une part, il y a la tentative des ukrainiens de nous impliquer nous européens pour obtenir une interdiction de vol des Russes – mais à quel titre ? – (alors que les américains les ont laissé tombé militairement et nous économiquement). Et d’autre part une idéologie de la « guerre propre » dans les médias qui rappelle les « frappes chirurgicales de la guerre du golfe.

            Je ne suis pas pro-poupou, mais j’ai parfois du mal à suivre …

    • Ou sont les habitants de Tripoli, de Bagdad ou du Yemen? Qui est vraiment a l’origine des exactions que vous mentionnez? On ne le saura jamais. Less bad is not good.

  • « J’ai vécu dans votre futur et ça n’a pas marché  » écrivait l’ex dissident soviétique Bukovsky.
    L’Europe de Bruxelles et la Russie post-soviétique sont deux régimes apparemment différents, mais de même nature : un totalitarisme plus ou moins soft où l’Etat a un rôle pivot, bien conceptualisé par Mussolini il y a un siècle : « Tout avec l’Etat, rien sans l’Etat, rien contre l’Etat ».

  • Les poutinistes sont de sortie. Combien bien installés dans un immeuble de Saint Petersbourg pour inonder les médias européens de messages anti occidentaux ? A trop en faire, bientôt Contrepoints n’aura plus besoin de quémander quelques sous pour survivre (je me suis fait avoir), il passera par Moscou comme tant d’autres avant lui et maintenant. Propagande ? J’ai surtout vu sur les chaînes du système des louanges sur Macron pour son attitude ferme à l’égard de Poutine alors que la réalité était qu’il concourrait avec l’Allemagne pour le titre du plus lâche. Comme par hasard, ce sont les pays européens les plus libres qui copinent le moins avec Poutine, et les plus étatistes qui sont les plus timides. C’est donc vraiment étrange ici de voir ce déferlement de propagande dont on ne sait plus si elle vient de l’extrême droite ou de l’extrême gauche., il ne manque plus que Jacques Sapir pour couronner cette dérive.

  • Ou sont les regrets de certaines presses Européennes, lorsque les millions de morts en Irak, des villes bombardés, des familles massacrés et les mitrailleurs qui se marrent, les prisonniers Irakiens torturés, le vol systématique du pétrole Irakien, la mise en place de Daech par les services secrets US, ce qui m’inquiété le plus, se serait de fâché Poutine, qu’il se retrouve à en deux mois à Malaga en passant par Varsovie, Berlin Londres, Bruxelles, Paris.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce lundi à 16 heures Emmanuel Macron a convoqué un Conseil des ministres à l'Élysée, quelques heures après la nomination du nouveau gouvernement. Il pourrait notamment y être évoquée la question de confiance que la Première ministre Élisabeth Borne peut poser à l'Assemblée à l'issue de sa déclaration de politique générale prévue mercredi. La cheffe du gouvernement n'a pas encore dit si elle engageait ou non sa responsabilité.

L'Élysée annonce que la p... Poursuivre la lecture

Russie Kaliningrad OTAN
1
Sauvegarder cet article

Par Cindy Regnier.

Le déclenchement de la guerre en Ukraine, et l’intensification des tensions entre la Russie d’une part et l’OTAN, l’UE et, tout récemment, la Lituanie d’autre part, ont placé au cœur de l’actualité l’exclave russe de Kaliningrad, située entre la Pologne et la Lituanie.

Mi-juin 2022, en application des sanctions imposées par l’UE, Vilnius bloque le transit de charbon, de métaux et d’outils technologiques alimentant la région (oblast) de Kaliningrad depuis la métropole. Ces marchandises constituent la moitié des... Poursuivre la lecture

tiktok
1
Sauvegarder cet article

Un article de la Foundation for Economic Education (FEE).

Pour des millions de personnes aux États-Unis et dans le monde, TikTok est devenu la dernière folie. Créer ses propres vidéos et les partager avec d'autres n'a jamais été aussi facile. Des créateurs de contenu qui étaient totalement inconnus il y a quelques mois sont devenus des superstars, et leurs fans et eux-mêmes en apprécient chaque minute.

Mais tout le monde n'est pas content.

Dans une lettre adressée le 24 juin aux PDG de Google et d'Apple, Brendan Carr, com... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles