Gaz de schiste : ne parlons pas de ce qui fâche !

Il est surprenant que ni les hommes politiques ni les media n’évoquent la possibilité de recourir au gaz de schiste localisé sous nos pieds.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Puits de Gaz (Crédits : Rich Anderson, licence Créative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gaz de schiste : ne parlons pas de ce qui fâche !

Publié le 16 mars 2022
- A +

Il est surprenant qu’à la veille d’une très grave crise de l’énergie ni les hommes politiques ni les media n’évoquent la possibilité de recourir au gaz de schistes localisé sous nos pieds et dont nous avons la pleine maîtrise.

Le 13 juillet 2011, un an avant les élections présidentielles et sans doute afin de s’assurer la bienveillance des écolos de tout poil mais aussi de l’opinion, la majorité parlementaire, à l’initiative du député Christian Jacob PR, réputé de droite, a fait voter une loi qui interdisait non seulement l’exploitation mais aussi l’exploration et donc l’arrêt des exploitations mais aussi des recherches de gisements exploitables économiquement.

Le rapport de l’Institut Montaigne (2014) notait que « cette situation prive la France d’un levier de négociation important vis-à-vis des pays fournisseurs de gaz. »

Depuis on a confié au Conseil d’État la mission de modifier le Code minier de 1810. Mais la réforme n’a pas encore abouti, d’autant plus qu’à l’approche de l’élection présidentielle il est urgent d’attendre. Or, la situation politique et militaire modifie brutalement la donne et la pénurie de gaz menace non seulement le confort mais aussi l’activité économique de la France et autres pays européens.

J’ai donc acheté le journal Le Monde du 9 mars 2022, espérant y trouver mention de cette possibilité. Que nenni ! En page 8 un grand article « Comment l’Europe pourrait se passer du gaz russe » propose quatre solutions politiquement correctes :

  • diversifier les fournisseurs,
  • assurer ses stocks,
  • déployer les énergies renouvelables,
  • économiser de l’énergie.

 

Ces lapalissades et lieux communs rejoignent la vulgarité de l’expression « Si ma tante en avait… ce serait mon oncle ! »

Il faut rappeler qu’en moins de trente ans les États-Unis sont passés du statut d’importateur de gaz à celui de premier exportateur mondial, notamment vers l’Europe, sans que, compte tenu de l’étendue  du pays, la qualité environnementale globale soit atteinte comme le prétend le film malhonnête et mensonger Gasland.

Le simple bon sens devrait nous conduire à envisager l’exploitation du gaz de schistes national dont on connaît mal l’importance puisque les recherches ont été interdites par la Loi Jacob de 2011.

Selon le rapport Montebourg de 2012 les experts considèrent que :

L’exploitation du pétrole et du gaz de schiste en France pourrait rapporter entre 103 et 294 milliards d’euros sur 30 ans et créer 225 000 emplois, soit un gain de croissance de 1,7 % par an sur cette période. De quoi constituer une nouvelle filière d’excellence, comme l’aéronautique ou le nucléaire.

On notera aussi l’hypocrisie des arguments moraux puisque en fin de compte l’interdiction de l’exploitation du gaz de schistes sur le territoire national aboutit en fait à en reporter les nuisances éventuelles sur l’Amérique du Nord… ce qui rappelle l’interdiction des OGM pourtant importées car indispensables à la nourriture du bétail français.

Au XIXe siècle, il n’a pas été question d’interdire l’exploitation et l’utilisation massive du charbon indispensable au développement industriel malgré les pollutions mais aussi limitant l’exploitation des forêts pour le bois de chauffe.

La véritable raison pour l’interdiction du gaz de schistes est de ne pas porter atteinte au développement de l’éolien coûteux et intermittent grâce aux financements publics. L’exemple de l’Allemagne avec l’Energiewende met en évidence l’impasse des énergies renouvelables qui aboutissent en fait à satisfaire les Verts et une partie de l’opinion aux dépens du contribuable en recourant in fine à la multiplication des centrales thermiques polluantes pour assurer la sécurité de la fourniture électrique des citoyens.

Que faire ?

L’exploitation du gaz de schistes impliquerait de mettre en place un mécanisme d’indemnisation des habitants et au premier chef des propriétaires subissant des dommages directs et indirects évalués par des experts indépendant des pouvoirs publics toujours partisans du principe de non-indemnisation institué en 1943. Les conflits devraient être jugés par les tribunaux civils et échapper à la compétence des tribunaux administratifs dont les membres sont des fonctionnaires certes indépendants mais sensibles aux décisions du gouvernement.

L’exploitation du gaz de schistes ne nécessite pas de nouvelles réglementations publiques mais une affirmation des droits de propriété privés sur le fond et le tréfonds (nationalisé en fait par le Code minier de 1810) et la pleine responsabilité de l’entrepreneur libre de s’assurer et ne pouvant plus reporter sa responsabilité sur les pouvoirs publics au titre de l’autorisation ou permis accordé.

Nous disposons donc d’une ressource pouvant contribuer à alléger notre facture énergétique entre 10 et 30 %. Il serait stupide sinon criminel de s’en passer pour des motifs politiciens et juridiques. Les peuples d’Europe veulent des politiques de l’énergie peu coûteuses, favorables au climat et sans fracturation hydraulique. Il va bien falloir choisir, ce qui est le devoir des candidats à l’élection présidentielle.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Les ennemis de la France œuvrent contre tout enrichissement du pays .

  • Avatar
    jacques lemiere
    16 mars 2022 at 7 h 32 min

    bon…prospecter d’abord…

    on se rend compte à ce niveau du poids de l’idéologie..ne pas pouvoir savoir!!!!

    je ne suis pas sur que nos enfants nous diront « merci »…

  • Pour moi, il faut impérativement évaluer les réserves de gaz et pétrole de schistes en Europe et en France, puis en fonction de l’importance des réserves, lancer immédiatement des puits d’essais pour valider des méthodes préservatifs mieux l’environnement. Nous avons des sociétés de premier plan pour cela. Quand je pense qu’il y a encore des gens qui croient que le gaz peut sortir du robinet comme dans Gasland. Mais qu’attendre encore de nos politiques? Le président Macron qui a fermé Fessenheim, le candidat Macron qui veut construire des EPR?

  • Plutôt crever que d’exploiter des richesses naturelles pour ne pas déplaire aux adorateurs de la déesse Planète!
    Quelle misère!

    • En effet ! Mais c’est une fausse misère d’enfants gâtés, la même que celle qui fait renoncer à exploiter notre nickel parce que ça détruirait quelques hectares de notre magnifique bocage, ou à laisser s’installer un centre logistique Amazon avec des prétextes analogues. Il serait temps de laisser ces écolos vivre comme ils l’entendent, sans les richesses artificiellement produites ni aide d’aucune sorte, pour qu’ils comprennent combien de ce qui leur paraît naturel est en fait le fruit succulent des efforts des autres.

  • Dans l’affaire des GDS comme dans la transition énergétique, il y a une volonté de montrer au monde notre vertu en agissant contre notre propre intérêt et en adoptant un mode de vie ascétique.

    Outre le fait que cela nous est imposé par une minorité en dissimulant plus ou moins le but et les modalités de la chose, la posture est en elle-même ridicule : venter des vertus pacifiques à un guerrier ou le contraire ?

    Qu’une certaine mouvance y croit, d’accord. Qu’on l’espère dans un futur indéterminé, d’accord. Que des politiques responsables (devant le peuple) et auto-proclamés clairvoyants (entre eux et dans les médias) l’affirment et agissent en conséquence, pas d’accord. Un grand coup de balai est de plus en plus nécessaire et urgent !

  • Aucun de nos politicards n’aura le courage de mettre ce sujet à son programme pour 2022, preuve une fois de plus que :
    – soit ils n’ont aucun courage (pour ne pas dire autre chose)
    – soit ils ne veulent pas déplaire aux écolos
    – soit ils ne veulent pas admettre qu’ils ont eu tort (ainsi que leurs prédécesseurs) de stopper cela
    – soit ils préfèrent investir des milliards d’€ en pure perte dans l’éolien et le photovoltaïque afin de favoriser des lobbies (avec possibilité de placer du monde et de recevoir des subsides ?)
    Les américains n’ont pas eu ces états d’âme et peuvent se permettre d’avoir une certaine autonomie que nous n’aurons jamais.
    Les écolos sont la ruine de notre pays et je ne pardonnerai jamais à Macron d’œuvrer dans leur sens, il a dévalorisé sa fonction.

  • « Nous disposons donc d’une ressource pouvant contribuer à alléger notre facture énergétique entre 10 et 30 %. Il serait stupide sinon criminel de s’en passer pour des motifs politiciens et juridiques ».
    En fait, ce ne sont même pas des motifs politiciens ou juridiques. C’est simplement parce que ce serait reconnaître que ceux qui ont voté cette loi avaient tort. Or, il y avait beaucoup de députés actuels dans ce cas, soit directement, soit appartenant aux mêmes groupes. Et reconnaitre qu’on a tort, c’est très dur. Ça vaut bien quelques milliers de milliards d’euros…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que nous vivions dans un monde aux ressources finies semble une évidence pour tout le monde. De là naissent toutes sortes de théories qui se ramènent essentiellement à la nécessité de ralentir, voire de stopper notre croissance, car comment avoir une croissance infinie dans un monde aux ressources finies ?

Comme souvent, cette évidence n’en est pas une. Elle constitue un cas classique de sophisme, c’est-à-dire de raisonnement faux malgré une apparence de vérité.

Savez-vous ce qu’est le guano ? C’est un amas d’excréments d’oiseau... Poursuivre la lecture

Qui a encore en mémoire le documentaire Gasland ? Projeté en 2010 au festival de Sundance aux États-Unis son contenu s’était répandu comme une traînée de poudre dans le monde entier.

Véritable procès d’intention à l’encontre des exploitants américains de gaz et pétrole de schistes, le documentaire mettait en avant la question controversée de la pollution des nappes phréatiques par la méthode de la fracturation hydraulique. La célèbre image du « robinet en feu » laissant supposer une eau du robinet polluée par le gaz a fait le tour du m... Poursuivre la lecture

À la fin du mois de février 2020, le monde redécouvrait le spectre lointain et oublié des pandémies qui avaient décimé tant de populations dans l’histoire de l’humanité. Deux ans plus tard, une autre plaie oubliée s’abat sur le continent européen, la guerre.

Dans les deux cas, afin de lutter contre ces fléaux, l’arme économique et financière est de sortie. Une première arme commune à ces deux épisodes malheureux, l’argent magique et les taux négatifs, un autre virus qui a infecté les banques centrales depuis des années et dont on ne s’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles