États-Unis : les démocrates maintiennent le racisme en vie

Les démocrates trahissent la mémoire de Martin Luther King Jr.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Photo by Raffaele Nicolussi on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : les démocrates maintiennent le racisme en vie

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 février 2022
- A +

Février est le mois de l’histoire des Noirs. Il est intéressant de voir comment, malgré une oppression certaines dans plusieurs pays, notamment les États-Unis, ils ont pu maintenir leur dignité et progresser. Martin Luther King Jr. est sans doute celui qui a eu la meilleure réflexion sur les relations raciales en 1963 :

Je rêve du jour où mes enfants seront jugés pour ce qu’il y a dans leur cœur et non pour la couleur de leur peau.

Malheureusement pour lui, la couleur de la peau est tout ce qui semble importer pour les démocrates, leurs alliés wokes et leurs laquais des médias. Ils trahissent tous la mémoire de MLK en absolvant de tout péché tout Noir allié de leur idéologie rétrograde et en cherchant à tout prix de la diversité au prix d’anachronisme patents.

Ce n’est pas du tout surprenant. Les démocrates ont accueilli à bras ouverts l’idéologie woke, et avec elle son adoption totale de la novlangue. Ainsi, racisme a été redéfini pour inclure « des structures d’oppression » et donc affirmer que les Blancs ne peuvent être victimes de racisme.

Ainsi, le maire de New York, récemment exposé pour avoir passé des remarques objectivement racistes envers les Blancs, a vite été absout de ses paroles puisqu’il fait partie d’un groupe « historiquement lésé. » Bien que des officiels de la ville n’en fassent pas tout un plat, imaginez simplement si les couleurs avaient été inversées…

Une immunité de racisme si vous êtes dans le bon camp aux États-Unis

En fait, vous n’en n’avez pas besoin. Il existe une tonne de preuves que les laquais des médias pardonneront n’importe quoi aux Noirs qui sont dans la bonne équipe et blasteront toute autre personne.

Rappelez-vous simplement de la présidence de Barack Obama. On répète à qui veut bien l’entendre que sa présidence a été presque parfaite, et que son seul scandale fut d’avoir porté un complet pâle en public. Non seulement c’est faux, mais des actions presque identiques de Donald Trump ont montré la partisannerie aveugle des médias. Pensons simplement :

  • À son abus des édits. C’était qualifié de courageux et audacieux, mais c’était du fascisme sous la gouvernance Trump,
  • Aux nombreuses manifestations sous les deux présidents, automatiquement qualifiées de racistes et de traitrise sous Obama – même sans preuve tangible – et de patriotiques sous Trump,
  • Aux nombreux crimes de guerre. CNN a autant d’articles au sujet de bombardements du Yemen des deux présidents. Mais n’oubliez pas qu’Obama a régné huit ans…

 

Et j’en passe. Toutefois, Obama n’est pas le seul Noir à jouir d’une immunité effective sur ses actions.

Récemment, Stacy Abrams a invoqué son « immunité noire » pour se défendre d’une photo où elle ne portait pas de masque dans une classe de primaire. Toujours à son sujet, jamais les médias n’ont remis en question son refus d’accepter sa défaite aux élections étatiques de 2018. Abrams a même eu l’audace de prétendre le contraire sans que les vérificateurs de faits n’exposent son mensonge éhonté. Mais quand Trump le faisait, tous les coups étaient permis – lui donnant ainsi raison au sujet des #fakenews.

Et que dire de l’animatrice Joy Reid, qui n’a même pas reçu une tape sur les doigts pour des propos homophobes tenus dans le passé. Elle prétextait que son compte a été piraté. Elle y est également allée gaiement avec les remarques racistes durant le procès de Kyle Rittenhouse.

En fait, certains démocrates ont un passe-droit. Joe Biden a formulé des remarques racistes dans les années 1970, et même tout récemment. Cela n’a pas causé de grand scandale, contrairement à Joe Rogan.

Une chasse ouverte si vous frayez hors du droit chemin

Toutefois, l’immunité cesse si vous errez hors de « la plantation », c’est-à-dire que vous reniez les démocrates. Dans ce cas, vous serez crucifié sur la place publique et on vous collera des épithètes racistes telle n* – que je ne peux évidemment pas écrire à cause de mon niveau arbitrairement bas de mélanine.

Le juge Clarence Thomas en sait quelque chose. Il a été qualifié de Noir de service, d’Uncle Clarence et on lui a souhaité une crise cardiaque. Tout ça pour l’odieux crime d’avoir interprété la Constitution selon son but original et non selon une quelconque interprétation moderne. Bref, il n’est pas le bon type de Noir. On le place plus à droite qu’Attila le Hun.

Idem pour le sénateur républicain Tim Scott. Lors de son discours de réplique à l’État de l’Union de Biden, il a affirmé que les États-Unis ne sont pas un pays raciste, même si le racisme est toujours présent et qu’il l’a vécu toute sa vie. Il n’en fallait pas moins pour provoquer l’ire des démocrates et leurs laquais pour ce traitre. On a sciemment questionné sa noirceur. Uncle Tim a même été tendance sur Twitter pendant près de 12 heures avant d’être supprimé. Uncle Barack n’aurait pas duré cinq minutes.

Finalement, et malgré ses opinions historiques plus que discutables, Kanye West est aussi victime des racistes wokes. Il a osé afficher son soutien pour Donald Trump et une « sortie » des Noirs du parti démocrate par Candace Owen, autre commentatrice aux opinions discutables. Il a renchéri ce désir dans une chanson en 2018, où il affirme que les Noirs vivent encore métaphoriquement dans une plantation.

Il n’en fallait pas moins pour provoquer l’ire contre ce crime de la pensée. D’Uncle Tom à des insinuations de crétinisme par une représentante démocrate et un sociologue, il montre que la fameuse diversité tant chérie par les démocrates n’inclut pas la diversité de pensée.

Bref, ce n’est pas demain la veille que nous vivrons dans un monde où l’on peut juger les individus selon la force de leur caractère et non leur taux de mélanine. Et avec l’implantation sournoise et furtive de l’infâme théorie critique des races, l’avenir parait même plutôt sombre.

Et ce n’est pas comme si les républicains aidaient la cause. Leur défense systématique de la police en presque toute situation montre qu’ils ignorent le passé raciste de plusieurs lois comme la guerre à la drogue.

Soyez plutôt comme ces deux joyeux lurons. Ou comme Morgan Freeman, qui refuse de donner une ampleur injustifiée au racisme.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • moi je ne vois qu’un problème réel..
    la coexistence de deux définitions du racisme antagoniste..

    individuelle et de groupe…

    dans l’une le racisme n’ets pas le fait d’un individu mais d’un groupe du l’autre via un système donc on ne peut pas accuser un individu!!! les blancs sont racistes épicétou. Le concept de whiteness ..

    whiteness « valeurs blanches » essentiellement individualisme ..et libéralisme, responsabilité individuelle.

    dans l’autre, les pensées et actes des individus sont scrutés ou enquêté pout conclure au racisme..

    bah…

  • Le racisme ou du moins la ségrégation ont considérablement diminués en 50 ans. Il est passé d’un niveau d’absurdité contre-productive à un niveau latent et détestable, mais résiduel.

    Il y a 40 ans, Whitney Houston devenait mannequin alors que les photographes ne voulaient pas travailler avec des noires !?! Depuis les US ont eu un « afro-américain » comme président (qui était au passage moitié anglais et irlandais, même si on ne lui a jamais reproché d’être rouquin).

    Alors oui, le racisme existe toujours, de même que la pollution, l’injustice sociale ou la maltraitance animale. Mais il est plus difficile de lutter contre des phénomènes résiduels chroniques que contre des anomalies aiguës. Je doute que la recherche de solutions extrêmes comme le wokisme, l’écologisme ou la révolution bolivarienne soient de bonnes idées pour des gens qui se « pensent » intelligents : prescrire des traitements de choc comme thérapie expérimentale de maladies chroniques (qui s’affaiblissent lentement avec le temps) en faisant l’impasse sur tous les effets secondaires ?

    Le racisme disparaît parce qu’il est contre-productif. Mais il risque de rester endémique si l’on tente de l’éradiquer par des méthodes contre-productives.

    • « le wokisme, l’écologisme ou la révolution bolivarienne »

      Ces buts « moraux » ne sont que des moyens de prise de pouvoir.
      Voir l’affaire Evergreen ou de minables petits chef de meute ont pu faire virer des profs, dicter leurs conditions et pratiquer un terrorisme intellectuel totalitaire.

    • les préjuges racistes d’un individu.. lui sont un droit fondamental comme sa connerie..

      les choix racistes d’un individus sont un droit..ne pas engager une personne en raison de sa couleur de peau ou de sa religion..est un droit.. c’ets le droit de jouir de son argent librement..

      les lois racistes sont anticonstitutionnelles..elles sont antilbérales..

      On peut déplorer qu’une société soit composée d’invididus racistes autant mais pas plus qu’elle soit composée d’individus idiots..

      le seul combat politique à mener est législatif..

      ce sont des racistes qui ont aboli la discrimination raciale..
      et et ce sont des antiracistes qui veulent la réintroduire..

      un raciste n’est pas un criminel , c’est un innocent..
      un antiraciste est en fait l’equivalent d’un eugéniste…

  • La gauche est totalement toxique depuis 1917, bien fol qui s’y fie.
    Toute idéologie basée sur la morale ne peut que l’être, le bien justifie tous les moyens.

  • Ca me rappelle une série (Netflix bien entendu ^^) que je regarde en ce moment, dans laquelle un groupe de femmes noires prenant le thé parlent qu’il n’y a dans l’école de leur enfant « que 2 raisins sec dans du lait »… Imaginons que ça soit 3 femmes blanches qui parlent de « 2 grains de riz dans du chocolat »…

  • On dira que les démocrates ont des choses à se reprocher et à faire oublier à leur sujet…comme au hasard :
    – avoir fondé l’organisation au triple K
    – avoir fait campagne au XIXème et sur toute la première moitié du XXème sur le thème « il est inadmissible que les personnes de couleur aient accès au bonheur »
    – avoir été très proche de certains mouvements eugénistes (qui font leur ré-apparition en ce moment même)
    – avoir eu le dernier sénateur membre de l’organisation au triple K
    – masquer les liens entre ce sénateur et un certain Joe Robinette Biden alors qu’il était encore jeune sénateur
    – masquer le fait que les politiques de démocrates impactent négativement les quartiers pauvres et les jeunes entrepreneurs issus de quartiers défavorisés
    – faire oublier que les sénateurs et députés démocrates ont grandement profité de leurs participation boursière dans certaines compagnies pharmaceutiques
    – faire oublier que Biden a traité Don Lemon de « sale n**** » lors d’une interview en live sur CNN alors que ce dernier posait une question tout à fait banale mais qui n’était manifestement pas sur le prompteur de Biden
    – faire oublier que les frontières sont ouvertes et que les cartels sévissent partout dans le sud, raison pour laquelle Trump avait fait constuire le mur (commencé sous Bush, arrêté sous Obama et continué sous Trump avant d’être arrêté sous Biden)
    – masquer le fait qu’ils ont profité de la pandémie pour tricher aux dernières élections cf résultat des divers audits et jugements récents (court suprême => vote par correspondance sans preuve d’identité = inconstitutionnel)
    – masquer le fait que la Californie impose des quarantaines empêchant de nombreux porte-conteneurs de décharger leur marchandises dans des délais raisonnables
    – masquer le fait qu’ils essaient toujours de pousser des ignominies comme la théorie critique de la race
    – masquer le fait que nombre de gouverneurs démocrates se sont comportés en tyrans ne respectant pas leurs propres règles
    – masquer le fait que l’inflation réelle est de 15%
    – faire oublier et masquer leur bilan catastrophique en général
    – faire oublier le bilan catastrophique de Biden en particulier
    – …

    • @Charles W.
      Bonjour,
      – faire oublier que seuls 23% des démocrates ont voté pour l’abolition de l’esclavage (le 13ème Amendement), ce qui mènera à la Guerre de Sécession ;
      – que 100% des démocrates ont refusé que les esclaves devenus libres à la fin de la Guerre aient la citoyenneté (le 14ème Amendement) ;
      – que 100% des démocrates ont refusé d’accorder aux noirs le droit de vote (le 15ème Amendement).
      Les démocrates ne font pas que raviver la flamme du racisme, ils ne l’ont jamais éteinte.

  • Avatar
    DonaldPoutine2027
    19 février 2022 at 9 h 36 min

    Le parti démocrate qui finit comme il a commencé. Ironiquement, l’élection d’Obama en 2008 était la dernière campagne des Démocrates sans « race baiting » / marxisme culturel. Après ça, c’était la déferlante de wokisme… Biden passe pour un modéré comparé à certains cas sociaux du parti Démocrate. Et ne parlons même pas des études sur le « whiteness » etc. D’ici 5-10 ans ça arrivera en France.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

L'Ukraine connaît des combats limités depuis 2014 et une guerre inédite en 2022. Comment expliquer ce scénario tragique ukrainien? Quels sont les multiples enjeux du conflit russo-ukrainien?

L'Ukraine champ d'affrontement entre la Russie et les Etats-Unis

L'aspect global du conflit est perceptible à travers l'affrontement indirect que se livrent d'un côté les USA et de l'autre la Russie. Les Etats-Unis, chefs de file du camp occidental, ont les premiers violé le droit international avec d'abord la guerre du Kosovo en 1998 puis la guerr... Poursuivre la lecture

Le 2 mai dernier, Politico publiait en exclusivité un article traitant de la fuite d'un projet de jugement de la Cour suprême américaine relatif à la remise en cause d'un précédent jugement de cette même cour, Roe vs Wade.

Ce précédent arrêt avait posé les bases rendant légal l'avortement dans tous les États américains et limitant l'intervention de l'État dans la décision d'interruption de grossesse, considérée alors du domaine de la vie privée. Le projet actuellement en discussion et dont le contenu a fuité vers Politico renverrait à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles