Critical race theory : le marxisme empoisonne encore plus les relations raciales

La critical race theory fait partie d’un mouvement récent de révisionnisme historique visant à banaliser le racisme anti-blanc à grande échelle.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Jon Tyson on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Critical race theory : le marxisme empoisonne encore plus les relations raciales

Publié le 23 août 2021
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

De l’esclavage aux lois Jim Crow, en passant par la guerre à la drogue et de multiples autres lois, il ne fait pas de doute que le racisme a eu une influence durable sur les États-Unis. Il est certes important de l’enseigner pour rappeler les nombreuses injustices – pensons au massacre de Tulsa, qui n’a que récemment été « redécouvert » – afin d’en éviter d’autres.

Mais ce n’est pas en utilisant le spectre déformant de la novlangue woke que la situation va s’améliorer. C’est exactement ce que propose la critical race theory, dont le débat sur son enseignement fait présentement rage.

Les plus futés auront immédiatement repéré en quoi consiste cette théorie bidon : le marxisme. En fait, on ne s’en cache même pas. Le premier résultat de recherche sur Duck Duck Go (au 22 août) affirme qu’il s’agit d’une « branche du marxisme européen… qui cherche à faire le lien entre race, racisme et pouvoir. »

Et n’en déplaise aux vérificateurs de « faits » comme Snopes, il s’agit effectivement d’un moyen détourné pour blâmer les blancs à propos de tout. En entrevue dans l’article mis en lien, une « experte » sur le sujet affirme que « le vol du travail et le vol des terres » fut la base de la fondation des États-Unis. Et comme les gens au pouvoir étaient exclusivement blancs, ça ne prend pas la tête à Papineau pour faire le lien.

Critical race theory : une réalité subjective

CRT fait partie d’un mouvement récent de révisionnisme historique visant à banaliser le racisme anti-blanc à grande échelle. Il y a quelques années, le 1619 Project visait à devancer la fondation des États-Unis aux débuts de la colonisation – et donc avec l’arrivée d’esclaves.

Plusieurs historiens ont objecté à cette déformation patente de la réalité et ont questionné l’attribution d’un prix Pulitzer. Mais l’auteur, Nicole Hannah-Jones, n’avait que faire de la réalité. Elle a explicitement dit que son projet n’avait que faire de l’objectivité. Il ne faut pas s’en étonner, elle qui affirme que grâce au socialisme, le racisme n’existe pas à Cuba.

Attendez, vous n’avez encore rien vu ! CRT est tellement englobant que l’on veut maintenant dépeindre les mathématiques et les sciences appliquées comme racistes. Après tout, elles se fient à des faits objectifs, reproductibles et observables. Si les non-Blancs ne performent pas aussi bien dans ces sujets, c’est évidemment à cause d’un racisme systémique.

Mais le plus enrageant au sujet de la CRT est que les syndicats de l’enseignement veulent le faire entrer dans le cerveau des étudiants en secret. Un puissant syndicat de l’enseignement a poursuivi une mère qui voulait simplement savoir si on enseignait la CRT à sa fille, affirmant que le personnel serait harcelé si l’information sortait au grand jour. Ce même syndicat avait pourtant juré ne pas enseigner cette théorie bâtarde.

Le syndicat peut évidemment compter sur ses alliés des médias qui dépeignent les opposants à la CRT comme une crise imaginaire fabriquée de toutes pièces, feignant même qu’il n’existe pas de standards à ce sujet. C’est évidemment financé par des fonds obscurs…

Mais alors, pourquoi des Noirs s’opposent à cette pseudo théorie? Et pourquoi les partisans de la CRT sont incapables de définir le racisme sans tourner en rond ?

Bref, la CRT n’est qu’une énième tentative de blâmer les Blancs pour tous les maux affligeant presque toutes les autres races. Oui, plusieurs minorités ethniques ont été explicitement et légalement discriminées. Mais ce n’est pas avec une séance d’autoflagellation ou des réparations que la situation va s’améliorer.

Par ailleurs, suis-je le seul à penser qu’il suffirait de remplacer « blanc » pour *une certaine religion* pour revoir le pire de ce que l’humanité a fait ?

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • C’est curieux chez les progressistes ce besoin de concurrencer OSS117.

  • ça a un « avantage, les préjugés raciaux individuels deviennent ( devrait devenir) alors insignifiants..

  • On dit que ce sont des blancs qui ont inventé les mathématiques modernes, la mécanique (quantique ou non) , l’électricité, le moteur à combustion ou électrique, la Kalashnikov, les barrages hydrauliques, les turbines, la théorie de la relativité, la démocratie, le téléphone, les vaccins et la médecine moderne, l’ampoule électrique, le tracteur, les routes goudronnées, le chemin de fer, la chimie, les caravelle (bateaux) etc.
    Hé bien non ! Tout ça n’est que mensonge ! Ça n’a pu être inventé que par des gens de couleur. Soyez en convaincus. Mais ne cherchez pas ces vrais inventeurs sur Internet, vous ne les trouverez pas parce qu’Internet est une invention de blancs.
    Les blancs n’ont inventé que l’esclavage, le racisme, la haine de son prochain, le terrorisme, l’obscurantisme, les raz-de-marées, les tempêtes, les déserts… Et j’en oublie surement.

    • jacques lemiere
      24 août 2021 at 7 h 32 min

      pour l’esclavage c’est un tour de force….
      l’ecalvage était une pratique universelle.. la civilisation occidentale…l’a pratiqué mais aussi.. rejeté par principe..

      pas les blancs.. ne tombez pas dans le panneau…
      ici ce sont des concepts défendus non pas par « les blancs mais par des personnes…

      l’individualsime, les libertés fondamentales de l’être humain., les valeurs de la société occidentales .. c’est ceci qui est la véritable cible..pas les blancs..

  • Par ailleurs, suis-je le seul à penser qu’il suffirait de remplacer « blanc » pour *une certaine religion* pour revoir le pire de ce que l’humanité a fait ?

    Je n’ ais pas bien compris ?

    • J’associe ce commentaire au vôtre: moi non plus, je ne comprends pas bien.

      J’ai l’impression que l’auteur indique ici que les wokes sont en fait obsédés par les blancs au mépris de réalités bien connues. Précisément, ils associent aux blancs toutes les tares et toutes les fautes de manière injustifiée tandis que, dans la réalité réelle, il ne faut pas chercher bien loin pour trouver un large corpus d’idées qui se concrétise depuis longtemps de la plus terrible des façons.

  • Les asiatiques performent encore mieux que les blancs aux USA! Mais les wokes sont trop bêtes pour réfléchir, comme tout bon marxiste pour qui les faits n’existent pas!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la chute du Mur de Berlin et la dislocation de l’URSS, beaucoup ont cru à « La Fin de l’histoire », une thèse popularisée par Francis Fukuyama dans son essai éponyme et contredite par Samuel Huntington, son professeur à Harvard, dans Le Choc des civilisations. Pour autant, l’histoire est circulaire, et non linéaire, et la question qui occupe Anne Applebaum dans Démocraties en déclin est légitime : comment la démocratie peut-elle se retourner contre elle-même ?

Elle est bien placée pour en parler. Ayant étudié l’histoire à Yale, les r... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Le parti communiste français (PCF) a été créé en 1920 et a eu un rôle politique important après la Seconde Guerre mondiale. Mais il a perdu ce rôle depuis beaucoup d’années. Certes, en principe, le parti communiste français existe encore, mais on n'en entend jamais parler car il ne joue aucun rôle public important.

Ainsi en 2021 ce parti a perdu sa dernière présidence de conseil départemental. Il dispose encore un nombre limité d’adhérents et son journal, L’Humanité, existe encore (mais est fort rarement évoqué).

On a donc le se... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

À chaque « premier mardi de novembre après le premier lundi de novembre » – pour subtilement éviter de prononcer le mot de Toussaint – plusieurs juridictions américaines vont voter. Ce fut le cas le 2 novembre dernier et si les démocrates n'y prêtent pas attention, ils pourraient avoir de mauvaises surprises pour les élections de mi-mandat l’an prochain.

En Virginie particulièrement, le démocrate Terry McAuliffe a été battu par le républicain Glenn Youngkin. Durant toute la campagne, Youngkin s’est concentré... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles