Le langage woke ou le triomphe contemporain du socialisme

Si vous pensiez qu’Isabelle de Castille était la reine inégalée de la torture, détrompez-vous et tournez vos yeux vers l’Amérique, où c’est la langue de Shakespeare que l’on torture.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Ehimetalor Akhere Unuabona on Unsplash - https://unsplash.com/photos/d7dbquSgZ5M

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le langage woke ou le triomphe contemporain du socialisme

Publié le 7 avril 2021
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

Chez l’Oncle Sam – et de plus en plus au Canada – les wokes adorateurs de l’État providence et des impôts confiscatoires torturent tellement la langue de Shakespeare que George Orwell aurait pu s’en inspirer.

Tout commence par le dévoiement du terme liberal. Adam Smith ou Frédéric Bastiat dénoncaient les méfaits de l’intervention du gouvernement dans l’économie. Aujourd’hui, certains vénèrent le Dieu État et en réclament toujours davantage du moment qu’il a la bonne couleur.

Ce n’est malheureusement pas nouveau. Ludwig Von Mises nous avait solennellement avertis dans Bureaucratie : « Ces gens se disent libéraux mais veulent abolir la liberté. » Son livre étant sorti à une époque où le collectivisme était considéré comme une alternative valide au capitalisme et à l’économie de marché, il a été donc probablement oublié.

Les libéraux anglo-saxons ont donc pu faire progresser en toute impunité leur torture du langage.

Langage woke : sexisme, racisme et les autres ismes

Cette torture est particulièrement affligeante au XXIe siècle dans les universités devenues les berceaux d’une nouvelle mentalité totalitaire et de redéfinitions arbitraires du langage.

Désormais, le racisme, le sexisme et autres ismes négatifs ne s’appliquent que dans le cadre d’une structure oppressive entourant la victime. Bref, les hommes blancs hétéros sont exclus. Et tout est racisme : avoir un chien, être une famille traditionnelle, voter Trump, dire qu’il n’y a pas de mal à être blanc, l’intelligence artificielle

Quant au sexisme et à la misogynie, il suffit de haïr le féminisme radical même si l’on est une femme, le végétarisme, de faire preuve de sarcasme de bon goût, utiliser une app un peu sotte, de se plaindre d’odeurs corporelles… On va même jusqu’à envier la Corée du Nord pour ses avantages.

Et grâce aux redéfinitions arbitraires, vouloir tuer les blancs ou les hommes ne va pas à l’encontre des standards communautaires. Poser une question tout à fait raisonnable vous vaudra une volée d’insultes et d’insinuations gratuites.

Les phobies

Pourquoi les wokes dépensent-ils autant d’énergie à défendre les femmes puisqu’elles ne sont pas différentes des hommes ?

Non, je ne parle pas ici d’égalité juridique. En 2021, les hommes et les femmes sont officiellement pareils. Les hommes peuvent accoucher et avoir leurs règles, les femmes peuvent avoir un pénis et les femmes trans n’ont strictement aucun avantage sur les femmes. On applique même ces inepties aux animaux et aux bébés.

Et si vous osez questionner le fait qu’une femme trans ait presque tué son adversaire dans un match de MMA ou que vous portiez un costume, vous êtes évidemment coupable de transphobie.

Les wokes ne se plaignent-ils pas aussi que les personnes sans utérus n’ont pas le droit d’exprimer d’opinion sur l’avortement ? Ou que pas de consentement = viol ?

Justifier l’injustifiable

Finalement, et sans surprise, les wokes ont promptement redéfini le sens du mot violence afin d’asseoir leur idéologie socialiste rétrograde.

En effet, la violence exclut désormais les dommages à la propriété. Pourquoi ? Parce que les assureurs vont réparer les dommages. Et afin que le message soit bien compris, les médias complices insistent sur le pacifisme de la majorité des protestations Black Lives Matter – en oubliant le milliard de dommages, et en interviewant de façon hyper complaisante quiconque défend la destruction de la propriété d’autrui. Aussi a été créé le plus orwellien des sous-titres imaginables.

Grâce à l’endoctrinement scolaire et le soutien des médias, les wokes ont réussi à contrôler le langage et à ostraciser quiconque n’adhère pas à 100 % à leurs idées, même un allié comme JK Rowling. Oui, une langue évolue, mais ladite évolution se fait de façon objective et progressive, pas de façon subjective et soudaine.

C’est pourquoi, quand je parle de la gauche en anglais, j’utilise the hashtag #newspeakliberal pour refléter leurs véritables intentions. Le terme apparait même dans l’Urban Dictionary.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • illusion médiatique…

    vertu ostentatoire..

    mais incohérence profonde..

    tant qu’ils évitent la démocratie, et c’ets ce qu’ils font, médias , université, colloques, institutions , ils « gagnent »..

  • Cet article fait mieux prendre conscience que la connerie, l’abrutissement si on sait que ça existe a l’état naturel, cela se cultive aussi comme les poissons d’élevage.
    Si l’on y prend garde, la proportion de cons pourrait croitre exponentiellement, plus vite que le Covid, et il n’y a pas de vaccin.

  • Excellent article ! Les références et images sont merveilleuses (spéciale dédicace au « non viol » d’une grosses qui force un me à avoir une relation sexuelle avec elle avec les arguments qui vont avec ! :D)

  • Les woke, pas « les wokes ». Woke est un adjectif, donc invariable.

    • En français, on dit les verts, car les adjectifs s’accordent. Pas en anglais, les green, les woke, etc.

      • Quand un terme étranger est adopté en français, on cesse de l’accorder ou de le traiter comme il l’était originellement et on lui applique les règles française (cf. l’Académie Française)…

      • On parle donc des aquariums et pas des aquaria, des scenarios pas des scenarii, etc.

  • «triomphe du socialisme…» ??? Bizarre pourquoi parle-t-on de plus en plus de l’extrême-droite alors ?
    Il est vrai que nous sommes en France, plus socialiste que l’URSS de l’époque avec un budget systématiquement à découvert et dont la plus grande partie est affectée aux abonnés permanents aux aides sociales !

  • Ca part dans tous les sens, et je ne vois pas le rapport entre le titre qui parle de socialisme et l’article qui n’en parle pas…

  • « Si vous pensiez qu’Isabelle de Castille était la reine inégalée de la torture,  » : belle exemple de « wokisme » !

  • Une fois face book et tweeter éteint, tout ça n’existe pas si vous ne consultez pas les médias remplis de journalistes flemmards

  • Avec la gauche c’ est toujours la surrenchère dans la lutte contre les discriminations,la justice sociale et l’ égalitarisme. Chaque nouvelle génération doit inventer de nouvelles luttes etc etc

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lionel Chanel.

Les Ouïghours, cette population turcophone et musulmane de la province chinoise du Xinjiang, sont assujettis au pouvoir communiste de Pékin depuis 1950. Les camps de rééducation, lieux d’enfermement et de tortures physique et psychologique, représentent l’aspect le plus répugnant du totalitarisme à l’œuvre en Chine contre cette minorité.

Des témoignages, comme celui de Gulbahar Haitiwaji, une rescapée de ces camps qui vient de sortir un livre sur son expérience de détenue, permettent de se faire une idée de l’... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps de couvrir des épisodes de grande violence, il semble que les médias aux États-Unis ont opéré un virage à 180° depuis le tournant du siècle. Avant, il semblait qu’on ne voyait que des Noirs à la Une partout. Mais maintenant, l’écrasante majorité de cette couverture est réservée aux Blancs.

Deux fusillades récentes (et d’autres massacres récents) illustrent ce point.

Il y a tout d’abord l’infâme fusillade de Buffalo, perpétrée par un jeune homme très instable mentalement. À l’instar d’une autre fusillade au M... Poursuivre la lecture

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles