Pass vaccinal : le Sénat fait dérailler la stratégie de Macron

Des voix s'élèvent contre le pompier pyromane Macron qui souffle sur les braises de la panique sanitaire.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Sénat By: Jacques Paquier - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pass vaccinal : le Sénat fait dérailler la stratégie de Macron

Publié le 11 janvier 2022
- A +

Après plusieurs épisodes rocambolesques à l’Assemblée Nationale, la loi sur le pass vaccinal, finalement votée à potron-minet continue son excursion législative au Sénat.

Les sénateurs ont décidément le cuir épais. Alors qu’ils se doutent pertinemment que la moindre réflexion sur une virgule risque de déclencher la fureur de l’exécutif, ils ont quand même décidé de mettre leur grain de sel. A croire qu’ils adorent le spectacle d’un Olivier Véran ou d’un Jean Castex vert de rage en train de s’égosiller en égrenant menaces et attaques ad hominem.

Bernard Larcher en personne est venu plaider non coupable devant les micros de la radio d’Etat. Le Sénat a rapidement trouvé deux ou trois propositions de bon sens qui n’ont absolument aucun autre avenir que celui de déclencher les foudres du duo primo-sanitaire qui s’agite en permanence depuis que la France n’est plus dirigée par un gouvernement, mais par un conseil de défense.

Le pays continuera donc de vivre dans le déni de réalité et dans le jeu électoraliste à la petite semaine pendant les quelques mois qui restent avant l’élection présidentielle. Après on verra. Après moi le déluge.

Comment tirer profit de son incompétence

Cela fait quand même depuis fin août que l’on sait que la politique du pass sanitaire était vouée à un échec retentissant. Cela fait également belle lurette maintenant que l’on a compris la nature du problème : la population à risque, celle qui encombre les hôpitaux et les réas (60% des personnes en soin critique), les 60-80 ans, est quasiment totalement vaccinée (96%). Mais ce sont eux qui votent aux élections, et qui plus est, ce sont eux qui votent soit pour LREM, soit pour LR, avec une claire volatilité entre les deux formations.

Ce sont donc eux qui font la pluie et le beau temps. Ou plutôt, c’est la lèche politique visant cet électorat qui enquiquine tous les Français.

Le coup de génie d’Emmanuel Macron a été de les exonérer totalement de toute responsabilité dans la crise actuelle. Le coupable, c’est le non-vacciné, et les 60-80 ans sont quasiment tous vaccinés. Conclusion simple, logique et implacable : les 60-80 ans sont (presque) tous dans le camp des gentils.

Cette population est d’ailleurs également celle qui a une énorme dépendance envers le système d’Etat providence : retraite, sécu, soins…

Le raisonnement se propage par contamination aux vaccinés des autres tranches de la population, même s’ils se sont fait vaccinés pour pouvoir partir en vacances ou pour garder leur emploi. Une fois les piqures enregistrées sur le smartphone, ils sont rapidement passés à autre chose. Faire son boulot et organiser ses loisirs, ou en trouver un et boucler ses fins de mois est quand même largement plus important que se farcir les leçons des politiciens à la télé ou dans les journaux.

Le match pour la présidentielle

Mais la jolie stratégie machiavélique du candidat Macron à sa propre réélection risque quand même de rencontrer un os. Il semble bien que Valérie Pécresse et son équipe aient refusé l’obstacle et décidé de ne pas jouer le jeu du prétendu maître des horloges. En laissant filer les délires autoritaires et en laissant clairement entendre que tout cela ne la regardait pas, la candidate a bien acté qu’elle avait compris le piège.

Sa stratégie est maintenant limpide : si Emmanuel Macron a décidé d’emmerder les non-vaccinés, Valérie Pécresse a décidé d’emmerder Emmanuel Macron et de démontrer à la France entière que les intention du Président ne concernaient pas que les non-vaccinés.

Gérard Larcher, en allant agiter le chiffon rouge devant le nez d’Olivier Véran ce matin aux micros de France Inter ne fait que développer l’argumentation de Valérie Pécresse qui, dans un discours d’une rare violence, a lancé sa campagne en dénonçant le machiavélisme du pas encore candidat président qualifié tout bonnement de pyromane (en droit Français, un crime passible tout de même d’une peine allant de quinze ans de réclusion criminelle et 150 000 euros d’amende à la réclusion criminelle à perpétuité et 200 000 euros d’amende).

Après la déclaration de la candidate LR, tout comme le président du Sénat allait sourire aux lèvres prêcher le-en-même-temps (on soutient le passe vaccinal mais en même temps on estime qu’il doit disparaître) afin de faire entrer l’exécutif dans une crise de colère noire, le finaliste malheureux à la primaire Eric Ciotti était quant à lui bien plus direct et crachait au visage du Président candidat en refusant de le voir lors de la visite de ce dernier à Nice.

Dans ce contexte, bien peu de chance que les divers incendies qui couvent, comme le bazar des tests à l’école, l’effondrement de l’hôpital ou le climat quasi insurrectionnel aux Antilles, ne s’éteignent dans les semaines qui viennent, surtout que Valérie Pécresse peut compter sur les autres prétendants aux 20% (Marine Le Pen, Eric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon) pour lui emboiter le pas et jouer l’escalade verbale dans la partie de Macron-Castex-Véran bashing qui s’annonce.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Valérie Pécresse qui, dans un discours d’une rare violence, a lancé sa campagne en dénonçant le machiavélisme du pas encore candidat président qualifié tout bonnement de pyromane

    Bof : quand on lit l’article du Point, ce sont en fait des propos très vagues, dignes de la politique politicienne habituelle, mais qui ne s’engagent à rien sur le fond. On n’a pas de quoi être rassuré par Mme Pécresse et ses lieutenants de LR si elle était élue, sur la politique sanitaire qu’elle envisage voire sur d’autres sujets.
    J’ai l’impression qu’on aime bien la candidate de LR sur CP, mais à 10 ou 20% près, à mes yeux c’est un juste un Macron en jupon : il n’y aura aucun changement de fond que ce soit en matière économique, en matière sanitaire, en matière de sécurité ou de lutte contre l’islam politique, bref sous l’angle des libertés tout indique qu’elle sera dans la continuité de ses prédécesseurs depuis 40 ans. En tout cas, jamais je ne voterai pour une personne qui s’est déclarée favorable à l’enfermement des non vaccinés.

    • Avec Pécresse, il n’y aura probablement aucun changement. Avec Macron, il y aura probablement un changement, en pire. Pourquoi Macron ne continuerait pas dans la même veine si ça marche si bien? Macron a déjà la grosse tête, s’il est réélu ça va encore grossir.
      Au point où on en est, je regrette parfois Hollande.

    • Il faut ajouter à cela la tragicomédie qui s’est déroulée à l’occasion du vote du pass vaccinal. Rappel : en gros, un quart des députés LR ont voté pour le pass vaccinal, un quart contre, un quart s’est abstenu et un quart n’était pas présent. Un magnifique exemple qui laisse entrevoir les qualités de leadership de madame Pécresse…

  • Si Valérie Pécresse avait été courageuse, elle aurait pris acte des déclarations de Macron dans le Parisien, elle aurait pris acte que l’objectif de Macron n’est pas sanitaire et qu’il n’y a donc plus aucune raison de voter pour le passe vaccinal.
    Seulement voilà, Valérie Pécresse fait des calculs de boutiquière et veut surtout ne pas déplaire, de peur d’y perdre quelques voix.
    Cette élection, très particulière, devrait être l’occasion d’affirmer des principes forts, comme la liberté de chacun à disposer de son corps, comme la liberté d’aller et venir sans avoir à présenter un laisser passer.
    Elle aurait pu écouter les conseils de Jean Leonetti, qu’on peut difficilement qualifier d’irresponsable.
    Mais il est vrai que s’étant déjà prononcée pour l’enfermement des non vaccinés, il lui est maintenant difficile de dire qu’elle est contre le passe vaccinal.
    Une personne qui a des « valeurs » aussi peu sincères ne peut pas espérer avoir ma voix.

  • En dehors du Bernard Larcher, l’auteur raisonne sur des données incorrectes. Les 60-80 ans ne sont pas vaccinés à 96%. Les 55-64 sont à 92,2%, les 65-74 à 94,3% et les 75+ à 90,2%.
    Il n’y a pas de différences significatives avec les plus jeunes, et c’est d ‘ailleurs une caractéristiques en France de ne pas avoir plus vacciné les « vieux » que les autres (contrairement à d’autres pays en Europe).
    Les non vaccinés, qui ne sont pas forcément des « antivax » d’ailleurs, se répartissent assez harmonieusement entre toutes les tranches d’âge (vaccinés : 18-24 91,5%, 25-34 87,7%, 40-54 90,2%).
    Les non vaccinés sont simplement un bouc émissaire commode.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=NRxWc1GbBqM

Ce 20 janvier, à l'occasion d'une conférence de presse le Premier ministre Jean Castex, a présenté aux côtés d'Olivier Véran un calendrier de levée des restrictions liées au covid. Néanmoins, comparé à  certains pays européens, cet allègement est faible et une vraie sortie de crise semble encore loin.

Levée de certaines restrictions

En matière de levée de restrictions, le calendrier est le suivant :

2 février : fin du télétravail obligatoire, des jauges dans les stade... Poursuivre la lecture

Ainsi, députés et sénateurs auront été jusqu’au bout ! Le texte sur le passe vaccinal a été adopté dimanche 16 janvier par nos parlementaires, enterrant encore un peu plus la démocratie libérale. Pour autant, une soixantaine de députés de toutes tendances, ainsi que les sénateurs du groupe socialiste, poursuivent le combat et ont saisi lundi le Conseil constitutionnel.

Pass vaccinal : le texte devant le Conseil constitutionnel

Essentiellement emmené par le groupe La France Insoumise (vous ne rêvez pas, c’est bien LFI qui se pose en déf... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles