Le flop du pass sanitaire

OPINION : tout l’échafaudage d’arguments présentés par le président de la République et l’équipe gouvernementale à la mi-juillet est en train de s’effondrer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Suivez l'allocution d'Emmanuel Macron à 20h-Figaro Live-YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le flop du pass sanitaire

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 31 août 2021
- A +

Par Olivier Maurice.

Beaucoup d’événements se sont produits depuis le 12 juillet et le lancement du passeport sanitaire, de nombreux événements et de nombreuses informations.

Tous vont dans le seul et même sens : en plus d’être un gâchis économique et social, le passeport sanitaire se révèlerait bien être une totale aberration sanitaire. Son principal crédit semble en fait d’avoir radicalisé le noyau dur des supporters de l’équipe au pouvoir.

On a bien observé une augmentation des vaccinations, mais en y regardant de plus près, ce sont surtout les populations les moins à risque qui se sont ruées dans les centres de vaccination, en grande partie pour pouvoir profiter de leurs vacances, des cinémas et des restaurants. Comme en plus, on leur a accordé le droit de pouvoir tomber le masque, de s’affranchir des gestes barrières et même celui d’éviter l’isolement en cas de contamination, la pilule a été vite avalée.

Pour d’autres, plus soucieux de leur santé et de celle des autres que de l’urgence de pouvoir boire une bière en terrasse, les indices qui s’accumulent un peu partout sur l’absurdité de la mesure ont vite fait de conforter leur intuition initiale, à savoir qu’un gouvernement qui ne fait que mentir ou se tromper depuis un an et demi ne pouvait que de nouveau mentir et se tromper une fois de plus.

Pour un bon nombre enfin, l’injustice et l’humiliation de la mesure les a finalement convaincus, soit de sortir dans la rue, soit de la nécessité de trouver un moyen à court ou à moyen terme de mettre fin à toute cette folie, soit des deux.

Il est maintenant indéniable que quasiment tout l’échafaudage d’arguments présentés par le président de la République et l’équipe gouvernementale à la mi-juillet est en train de s’effondrer.

Des vaccinés contagieux

L’argument de la contagion des personnes à risque par les non-vaccinés a été le premier à tomber, même s’il a fallu un bon mois et demi (à partir de la diffusion des premières preuves que les vaccins n’empêchaient en aucun cas la contamination, dont le précédent article a été un, sinon le tout premier en France) pour que l’information arrive enfin au cerveau des experts médiatisés et ne déclenche l’évidence de la conclusion qui s’impose immédiatement : les vaccinés infectés et exemptés de toute mesure de précaution sont autant de bombes virales lâchées dans la nature.

Le pass sanitaire est passé en quelques semaines d’une bulle de protection virale à un vecteur de transmission avéré. Même le conseil scientifique s’est finalement rendu compte de la perte d’efficacité et a appelé le gouvernement à changer de discours, façon politiquement polie pour expliquer que le pass était inutile et carrément dangereux.

Évidemment, on n’a vu depuis aucune communication institutionnelle expliquant avec condescendance qu’en étant vacciné, vous avez de fortes probabilités de devenir un heureux porteur asymptomatique massacrant joyeusement papi et mamie sous la bénédiction médiatique et gouvernementale.

On n’a pas eu droit non plus à l’inquisition traquant les vaccinés en les traitant d’assassins et d’égoïstes comme c’était le cas il y a un mois et demi, mais cette fois à l’encontre des non-vaccinés…

Urgence ou prétexte ?

On s’est également rendu compte que l’urgence de la quatrième vague qui s’annonçait comme une déferlante monstrueuse allant tout balayer sur son passage, relevait à fois de l’exagération, du pessimisme, de l’absence de sang froid et du manque total de confiance accordée à la société civile.

L’étude des données en Martinique, département présenté pendant plusieurs semaines comme étant l’antichambre de l’enfer et la preuve de l’absolue nécessité de la vaccination, montre clairement a posteriori que la prétendue vague monstrueuse de contaminations  avait déjà atteint un plateau à partir du 20 juillet, soit 10 jours avant la mise en place du reconfinement.

Bizarrement, depuis que l’on ne peut que constater le manque total d’évidence quant à l’efficacité des mesures (pour être gentil), on n’entend plus parler d’apocalypse zombie en Martinique …

Une totale impréparation

L’étude plus approfondie des chiffres martiniquais donne d’ailleurs une claire idée de l’incroyable niveau d’exagération et d’incapacité des services de santé à gérer le problème.

Début juillet, le département avait été quasiment épargné par l’épidémie, ne déplorant que 104 décès imputés au Covid-19 depuis mars 2020 (2,7 pour 10 000 habitants, soit 6 décès par mois en moyenne). Alors oui, l’épidémie a frappé en juillet et en août, et a frappé durement, comme a frappé durement la première vague en métropole en mars-avril 2020.

En un mois, la Martinique a compté 200 décès. 725 lits d’hôpitaux sont actuellement occupés.

Lors de la première vague en métropole, on a compté 2800 décès en un mois dans la région grand Est qui a été la première touchée : 5 décès pour 100 000 personnes dans la région grand Est en un mois, tout comme 5 décès pour 100 000 personnes en Martinique entre le 15 juillet et le 15 août…

Mais comment les services sanitaires sur place n’ont-ils pas pu anticiper qu’une première vague serait forcément sévère ? Comment ont-ils pu ignorer que l’adhésion à la vaccination serait forcément faible dans une population qui avait été largement épargnée depuis 18 mois ? Pourquoi a-t-il fallu attendre la mi-août (soit un bon mois) pour que subitement le nombre de lits (hospitaliers et de réanimation) soit magiquement multiplié par deux du jour au lendemain ?

Bizarrement, on n’entend nulle part que la vague initiale martiniquaise a fait autant de morts que la vague initiale qui a frappé l’Est de la France, alors que, quand même, 20 % de la population avait reçu une première dose au 15 juillet 2020…

Une protection en question

Le dernier argument que l’on entend encore est celui de la protection contre les formes graves. Le chiffre de 85 % des cas graves non vaccinés est encore régulièrement sorti comme arme nucléaire pour faire taire avec autorité ceux qui osent poser des questions.

Passons sur les épisodes pornographiques de malades hospitalisés confessant leurs fautes en public et sortis comme illustrations… Cet argument risque lui aussi de ne pas mettre longtemps à s’effondrer tout comme les autres.

D’abord parce que le débat est toujours ouvert, les chiffres n’étant pas rendus publics pour des raisons d’ailleurs parfaitement légitimes de confidentialité, le pivot entre les deux bases de données, celle des patients hospitalisés et celle des personnes vaccinées, ne pouvant être fait qu’à partir des numéros de sécurité sociale.

Surtout parce que les données internationales, principalement israéliennes mais aussi américaines, semblent contredire totalement le chiffre français sorti comme joker par tous les commentateurs et qui ne repose que sur une seule étude, publiée le 30 juillet sur les malades hospitalisés entre le 31 mai et le 11 juillet, soit avant la « vague delta » et donc sur un nombre très faible de cas, pour bon nombre hospitalisés depuis belle lurette, et ce dans la partie descendante de la vague de printemps et donc infectés à une époque où quasiment personne n’était vacciné.

Accessoirement d’ailleurs le chiffre exact est de 78 % de patients décédés du Covid-19 non vaccinés, chiffre d’ailleurs inférieur au ratio de personnes hospitalisées non vaccinés (85 %), ce qui pourrait signifier qu’il y a davantage de décès chez les vaccinés entrant à l’hôpital que chez les non vaccinés (comme quoi une seule étude ne veut pas dire grand-chose).

Quand on ajoute à tout cela quelques cas concrets de personnalités connues, comme Jakob Devarieux, le chanteur du groupe Kassav, mort du Covid-19 et ayant reçu 3 doses, ou la candidate de télé-réalité Sabrina Perquis, elle aussi gravement atteinte alors qu’elle a elle aussi reçu 3 doses, on peut raisonnablement se dire qu’une mise au point sur l’efficacité réelle des diverses injections ne serait pas du tout superflue plutôt que d’en faire une bataille d’arguments d’autorité.

Médecine ou politique

Les solutions de déclenchement de réponse immunitaire sont une magnifique innovation technologique qui a permis de concevoir des outils très performants en un temps record.

Mais ce sont des outils thérapeutiques, ce ne sont pas des instruments politiques.

Aucun médicament, aucun geste chirurgical, aucune thérapie n’est efficace à 100 % et dans tous les cas. Ça n’existe pas.

Les médecins passent à minima 9 ans à apprendre que pour être à même de tenter de soigner un individu, il faut au préalable faire un diagnostic personnalisé, ciblé et précis et qu’il faut ensuite adapter le traitement à la réponse de l’organisme…

Neuf années, pour se tromper parfois, et cela pour un seul individu… Pour le suivant, il faut tout recommencer.

Mais non, en dix minutes à la télé, on a fièrement établi qu’une poignée de fonctionnaires feraient mieux pour la population entière en quelques jours avec des textes de lois et des décrets.

Un affreux gâchis

Plutôt que de valoriser le bénéfice, la confiscation par les autorités de la mise en œuvre d’un acte médical ne peut que se solder logiquement par un échec retentissant qui ne fait que propulser au premier plan les faiblesses de celui-ci.

Que retenir de ces vaccins anti-Covid, une fois le concert de promesses passé à la moulinette de la réalité ?

  • Qu’ils ne marchent pas, au point qu’il faut a minima une troisième dose, sans plus d’assurance que cela sera suffisant.
  • Qu’ils peuvent même se révéler extrêmement dangereux en créant un trompeur sentiment d’impunité et de sécurité.
  • Que ce n’est pas la vaccination qui nous sortira demain de la crise sanitaire. Le ministre de la Santé Olivier Véran a d’ailleurs déjà laissé planer l’ombre d’une extension du passe sanitaire au-delà de la date prévue du 15 novembre.
  • Qu’en revanche, un des effets facilement observable a été de couper le pays en deux et de faire descendre dans la rue toute une partie de la population, faisant ainsi planer le risque sérieux d’une dérive ou d’un embrasement.

Absurdistan encore et encore

Comme c’est devenu maintenant l’habitude depuis 18 mois, on voit à nouveau se dérouler devant nos yeux le même scénario de série B.

Pour commencer, après quelques discours grandiloquents à base de patrie en danger, d’effort collectif, de promesses qui n’engagent que ceux qui les écoutent et de tout va bien se passer… le gouvernement foire totalement l’exécution d’une tâche présentée comme excessivement simple et dont il a fièrement revendiqué le leadership et s’est octroyé avec morgue le monopole : en l’occurrence il s’agit ici de la vaccination, mais le scénario s’est déjà produit à l’identique pour les masques, les tests, l’isolement, le traçage…

Afin de cacher sa pitoyable contre-performance et pour ne pas avoir à rendre des comptes du lamentable foirage de l’administration et du gouvernement dont il a l’ultime responsabilité, le président de la République monte au créneau et bombe du torse en annonçant des mesures radicales et musclées.

S’ensuit une usine à gaz technocratique remplie d’incohérences et de dysfonctionnements, qui finit par s’effondrer et fuir de partout une fois confrontée à la réalité.

Ce qui oblige l’exécutif (c’est en général le Premier ministre qui est chargé d’avaler son chapeau et de vendre des couleuvres) à mettre tout le monde d’accord en imposant une solution bien générale et bien liberticide : port du masque obligatoire et généralisé, tests et isolement obligatoires, confinement et autre couvre-feu.

On n’y coupera pas, la mécanique est déjà lancée pour camoufler l’épisode pass sanitaire par la prochaine vaccination obligatoire, son extension à l’ensemble de la société, ou une quelconque autre option encore plus liberticide et inefficace que les précédentes.

A moins que, après tout ça, dans une semaine, c’est la rentrée… et il arrivera peut-être un jour où quelqu’un sifflera la fin de la récré, parce que toute cette joyeuse plaisanterie et ce gigantesque monceau d’incompétence et de suffisance ne fait plus rire beaucoup de monde.

Voir les commentaires (54)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (54)
  • Castex est optimiste d’ un bon retour à la vie normale, la France est en bon chemin…Voilà comment ils vont s’ en sortir, circulez il n’ y a rien à voir.

    • Sans oublier Véran qui nous a affirmé à la télé hier soir que le pass sanitaire est « un succès salué à l’étranger ».
      Exactement le même discours que dans Courrier International le 27/08, Le Point le 28/08, L’Express le 30/08. Notre fabuleuse presse indépendante a gentiment préparé les cerveaux en amont la Véreuse déclaration, c’est parfaitement orchestré.
      Et vu qu’il n’y a quasiment plus un seul journaliste indépendant dans ce pays, et que les français n’ont jamais brillé par leur pratique des langues étrangères, personne ne contredira notre bon ministre.
      Qui contrôle l’information, contrôle l’opinion. Goebbels trouverait notre gouvernement vraiment très doué.

      • « Goebbels trouverait notre gouvernement vraiment très doué. »

        C’est celui qui a le plus mal fini dans l’affaire si vous y regardez de près.

      • Véran qui nous a affirmé à la télé hier soir que le pass sanitaire est « un succès salué à l’étranger »

        Oui, comme le confinement a été un succès, selon les clowns à roulettes du gouvernement et leurs relais médiatiques, et tant pis si bien des pays étrangers (Suède, Texas…) prouvent l’inverse ; et tant pis si les plus grands épidémiologistes au monde comme le Pr Ioannidis, affirment le contraire, études à l’appui.

        On a de plus en plus l’impression de vivre en ex-URSS, quand la Pravda affirmait que « l’Occident décadent » allait s’écrouler d’une semaine à l’autre, mais que le glorieux socialisme allait produire la prospérité et le bonheur parfaits…

        Information contrôlée par le pouvoir, c’est tout à fait vrai et scandaleux, mais aussi trop de fainéantise, de crédulité et de fascination pour l’État-providence chez trop de Français, qui reconduisent les mêmes au pouvoir élection après élection.

        • Les 500 signatures ont surtout permis de censurer absolument tout les autres candidatures que celles du tandem bureaucratie/politicien professionnel

      • Je pense qu’il faudrait plutôt comparer notre gouvernement à Mohamed Saïd al-Sahhaf (ex ministre de l’information de Saddam) qui soutenait mordicus que la victoire de Saddam était proche alors même que les américains étaient aux portes de Badgad…ou plus proche de nous à l’actuelle administration américaine qui se congratule quotidiennement de ses immenses succès (pas d’inflation, plus de covid, pas de problème à Cuba, pas de problème à la frontière avec le Mexique, pas d’émeutes quasi quotidiennes dans les états démocrates, pas de défaite en Afghanistan, …). Goebbels a eu quelques succès militaires à célébrer…et accessoirement, on évite un point Godwin bien inutile.

  • « l’évidence de la conclusion qui s’impose immédiatement : les vaccinés infectés et exemptés de toute mesure de précaution sont autant de bombes virales lâchées dans la nature. »

    C’était LA grande question à laquelle il fallait répondre avant une fois de plus se lancer dans des bricolages politiques.

    Si un vacciné reste contagieux, on ne peut vendre la protection des autres comme argument pour forcer la vaccination. Le sentiment de fausse sécurité induit va à l’opposé de la vaccination avec un résultat allant de fortement diminué à aggravé, et un piège pour la « com » s’il faut revenir en arrière.

    D’autre part, toutes les statistiques sont biaisées si on ne tient pas compte du profil de risque (génétique, médical et comportemental) des « cas » ainsi que de l’évolution des traitements et des variants. Plus on progresse dans la gestion individuelle du Covid, et plus on régresse dans sa gestion collective à cause d’une administration bornée.

    • « Si un vacciné reste contagieux, on ne peut vendre la protection des autres comme argument pour forcer la vaccination. »

      On peut se demander si ce n’est pas ce qui s’est passé dans un certain nombre de pays qui ont vacciné beaucoup et très vite (Seychelles et Mongolie en tête) et qui n’avaient que très peu de cas avant et ont vu les contaminations, les hospitalisations etc. exploser après.
      Avant ils contrôlaient les entrées dans le pays, ils traçaient les malades et la population sans doute effrayée faisait plutôt attention aux gestes barrière. Après la vaccination : frontières ouvertes, bienvenue à tous (à la limite sous condition de vaccin), plus trop de gestes barrière, et plus de tests généralisés donc de suivi des malades.

      On peut d’ailleurs se demander si les « rebonds » de « variant Delta » de Juillet/Aout dans nombre de pays occidentaux ne relève pas de la même logique. Amplifiée par les pass vaccinaux (aussi appelés « green pass » ou « pass sanitaires ») qui renforcent l’illusion de protection, et qui n’étant pas très populaires sont vendus à coup de « avec lui vous revenez à la vie d’avant ! plus de masques, de distance, de gel, de toussa ». Et hop, ça repart pour un tour !

      • D’ailleurs c’est très étonnant cette multiplication des « pass sanitaires » un peu partout. Une mesure jamais vue dans aucun pays occidental, et qui d’un coup aparait un peu partout, « organiquement » bien sûr et vise à « forcer la vaccination sans l’obliger » et bien sûr « à protéger la santé » puisque c’est devenu un des objectifs principaux des états (la santé hein, les libertés c’est plus si utile).

      • C’est marrant, mais vous avez l’air de croire aux gestes barrières. Je pense que les gestes barrières sont des simulacres des gestes d’asepsie que l’on rencontre dans les blocs opératoires.
        Les gestes barrières, c’est l’équivalent du signe de croix dans l’eau bénite quand on rentre dans une église.
        Les 2/3 de la population des pays développés sont dans la magie. Malheureusement la plupart des français sont restés dans la superficialité.
        L’asepsie est un métier.
        Le virus est installé. Faut faire avec.

        • « L’asepsie est un métier. »

          Pour les blocs opératoires, on a développé des ventilations à flux laminaire. Pour les chambres stériles pour immunodéprimés, il faut des chambres en surpression.

          Si on installe des détecteurs de CO2 dans les écoles, c’est parce que c’est la façon la plus simple de détecter que l’aération est insuffisante pour empêcher la transmission du Covid, malgré les masques, gels, vaccins et bonnes paroles …

        • Je n’y crois que moyennement. Mais simplement si je reste dans un endroit aéré, que je ne suis jamais physiquement très près des gens que je me lave les mains régulièrement, j’ai moins de chance d’attraper une saloperie qu’elle soit aérosol ou manuportée. Si en plus les gens qui toussent, reniflent etc. gardent leurs postillons pour eux, ça devrait être pas mal, vaccin ou pas.

          Pour moi LE geste barrière c’était quand même d’aérer au max et d’être dehors autant que faire se peut. Geste barrière assez peu « publicisé » chez nous, contrairement à l’Allemagne.

          • « LE geste barrière c’était quand même d’aérer au max et d’être dehors autant que faire se peut »

            autrement de sortir loin et longtemps au lieu de se laisser confiner …

  • De toute manière il va falloir que les chiffres d’infections et autres diminuent avant les élections, ils pourraient perdre des voix si ça ne baisse pas. Le fait de rendre le PCR payant devrait logiquement diminuer le nombre de cas, ce qui va amorcer les discours type « vous voyez grâce au pass ça baisse, nos mesures portent leurs fruits ». Le terreau est fertile dans ce pays, ils peuvent tenter n’importe quoi ça marchera encore…

    • Je m’apprêtait à écrire le même commentaire, on doit être nombreux à penser la même chose

      • Oui je confirme, j’attends moi aussi leur belle autosatisfaction lorsque les « cas » baisseront par réduction du nombre de tests (mais ils diront que c’est grâce à la vaccination).

    • c’est sûr que les tests payants vont avoir un effet radical, comme la mise en place des tests a eu un effet remarquable sur le nombre de cas détectés. Et comme le pass sanitaire a un effet remarquable sur le nombre de « non vaccinés contaminés » (avec, tout aussi remarquablement, très peu de vaccinés touchés – évidemment, ils ne se font pas tester pour un oui ou pour un non, eux !)

  • Point très intéressant : le conseil scientifique a en grande partie basé son avis d’instaurer le pass sanitaire sur un article de recherche, le « Bosetti et al » (Epidemiology and control of SARS-CoV-2 epidemics in partially vaccinated populations: a modeling study applied to France). On y trouve d’ailleurs les chiffres annoncés par Macron, comme les 12 fois plus de chance d’être contaminé sans vaccin qu’avec.
    Or petit problème : non seulement l’article en question n’a pas fait l’objet d’une relecture par ses pairs, mais en plus ses équations sont complètement fausses (non homogène) et l’accès aux données est refusé.. N’importe qui qui comprend un peu les équations différentielles peut aller vérifier.
    Voilà comment sont prises les décisions au sommet de nos jours dans notre pays…..

    • « +1 »

      « N’importe qui qui comprend un peu les équations différentielles peut aller vérifier. »

      Inutile car superflu. Baser une décision politique sur une « étude scientifique » unique (« relue » ou pas) est un non-sens de gens qui confondent science et magie.

      Aucune modélisation ou théorie ne comporte de vérité et n’a d’intérêt pratique tant qu’on ne peut s’en servir de façon prédictive parce que l’expérience lui donne un intérêt dans ce sens. Quand en plus on extrapole les chiffres pour en déduire qu’on doit vacciner les enfants avec des technologies expérimentales, les adeptes du « scientisme » deviennent des gens dangereux.

      • Tout à fait. C’est comme pour le réchauffement climatique : on fait une confiance aveugle à des modèles qu’on présente comme la seule et unique vérité scientifique.
        Mais les gens oublient que tout modèle est par définition faux : il n’est qu’une simplification du réel, une représentation partielle du monde mais certainement pas la réalité dans toute sa complexité. Et du coup ce qu’on appelle « science » n’a plus rien de scientifique !

    • Un article sur le contrôle de l’épidémie avec des équations différentielles n’est même pas à lire : il s’agit de modélisation, intéressante pour comprendre l’impact de certaines hypothèses dans un cadre donné, totalement inutile pour comprendre réellement le monde et plus encore le prédire (sauf à avoir des lois connues et fixes avec un pouvoir prédictif vraiment établi, genre en physique).

      • En plus, un article prétendument centré sur de la modélisation mathématique et qui a visiblement été rédigé avec Word (au lieu d’un classique LaTeX) ça n’inspire pas confiance sur la qualité du travail sous-jacent. Du peu que j’ai pu voir, ça sent le truc bidouillé sur un coin de table, vite torché, deux trois simul’ d’un modèle qui traînait sur l’ordi d’un des auteurs, vaguement re-paramétré pour obtenir les résultats désirés (il faut vacciner tout le monde, surtout les jeunes).

        Si c’est ça l’épidémiologie française et ce sur quoi nos « décideurs » s’appuient pour choisir leurs « mesures », ça fait peur.

        • Le code du modèle de Niel Fergusson qui a été utilisé pour justifier les lockdowns (que l’intéressé n’a pas jugé utile de respecter car il semblait avoir un besoin urgent de se rendre chez sa dulcinée) était pas mal non plus dans le genre.

  • Encore un antivax qui nous pond un article à deux balles !
    Aucun argument sinon des affirmations sans fondement ! depuis quand un vaccin est illégitime ? pourquoi avez-vous accepté d’être vacciné contre la polio, la tuberculose (BCG) . . .allez porter plainte contre vos parents !! mdr !!

    • Ce n’est pas un article antivax, c’est un article sur le pass sanitaire.
      Sortez des réflexes journalistiques ; toute critique du gouvernement est soit complotiste, antivax, planiste.. ou tout cela à la fois.

      • Je suis un « anti-macron primaire » ; ce n’est pas une raison pour dire que le pass sanitaire est inutile ! même si ce dernier avait juré qu’il ne le mettrait jamais en place ! dès le début de cet article, on devine la site et je ne l’ai même pas terminé tellement ça me gonfle de lire et relire ce genre de crachat sans argument ! le pass permet aux récalcitrants de se faire vacciner ce qui est une bonne chose car dire que le vaccin est inutile est un mensonge; forcer les gens à se faire vacciner en leur coupant certaines libertés (dont celle de contaminer . . .) je trouve cela normal .

        • « le pass permet aux récalcitrants de se faire vacciner ce qui est une bonne chose »
          le problème, c’est que la cible des vaccins doit être les personnes à risques, et non les jeunes dont le risque de faire une forme grave suite au Covid, est très faible.
          Sortez un peu de votre vision binaire, vacciné vs non vacciné.
          Je remarque c’est un exercice assez compliqué pour beaucoup de mes connaissances, parfois (souvent) très instruits.

        • Moi, ce qui me gonfle est de relire la propagande gouvernementale dans des commentaires de gens qui n’ont pas lu les articles (et s’en vante).

          C’est ni plus ni moins qu’une police de la pensée.

          • Je suis assez très surpris par tous ces commentaires sur ce site. En général les analyses sont cohérentes et réfléchies. Or dès que l’on parle de ce Pass Sanitaire, on tombe dans le dogme; les libéraux « doivent » être contre.
            Pourtant c’est bien la vaccination qui nous permettra bien plus vite de retrouver l’essentielle de nos libertés perdues depuis l’arrivée du Covid début 2020.
            Affirmer que le vaccin n’est que pour les personnes fragiles occulte toute la partie transmission de la maladie. Et si oui bien sur en étant vacciné, on peut encore transmettre le Covid, cette transmission est néanmoins largement réduite (On peut se battre sur le pourcentage de réduction mais dans tous les cas c’est réduit).
            Tous les moyens de réduire la propagation de la maladie sont bons et nous fera retrouver nos libertés perdues, et en cela le pass sanitaire est un des moyens et n’est pas plus liberticide que nombre d’interdiction ou obligation de la vie de tous les jours!

            • « Pourtant c’est bien la vaccination qui nous permettra bien plus vite de retrouver l’essentielle de nos libertés perdues depuis l’arrivée du Covid début 2020. »
              Simple naïf ou complice? Une liberté soumise à autorisation gouvernementale, comment ça s’appelle?

        • La liberté est une, indivisible et non négociable. J’ajouterais que tout gouvernement qui restreint les libertés établies par le contrat que constitue la constitution de l’Etat considéré est illégitime de fait.

          Une fois ceci posé, il existe énormément de bonnes raisons de ne pas se faire vacciner avec les candidats vaccins actuels, en particulier si vous êtes une femme, enceinte, ou que vous souffrez de problèmes cardiaques ou que vous êtes allergiques. A titre personnel, je réussi l’exploit d’être allergique à un anti-histaminique (0.01% de chance d’après le Vidal) ainsi qu’à d’autres médicaments…j’attends toujours de trouver un généraliste, un centre de vaccination, phramacie ou hopital qui accepte de me vacciner au vu de mes antécédents…

          L’Histoire regorge de certificats de pureté en tous genres qui tous ont mené à un grand nombre de dérives autoritaires. Il convient donc de le refuser catégoriquement le « certificat de pureté sanitaire » sur ce seul motif.

        • Non, le pass sanitaire hystérise le débat, comme fait Macron depuis le début.
          La démocratie libérale est basée sur un pouvoir qui respecte les droits fondamentaux des individus.
          Là Macron piétine les droits des individus, piétine le secret médical, piétine le consentement thérapeutique, en un mot, c’est une régression des droits de l’homme que je n’avais connu.
          La question de l’utilité des violations des libertés, pour notre bien, sont toujours les arguments de tous les politiques avides d’ego, comme malheureusement Macron en est l’exemple, utilisé pour instaurer leur volonté de puissance.
          Volonté de puissance, il n’est question que de cela. Je suis le Roi.

        • Nous n’avons pas le pass en Belgique
          Ce n’est pas pour ça que l’on tombe comme des mouches…

    • C’est quoi le rapport entre covid et les virus que vous citez ?
      Vous êtes au courant qu’un vaccin contre le sida est entré en phase 3 (comme celui du covid), j’espère que vous allez vous le faire injecter car le sida est aussi un virus… 😉

    • Un vaccin qui réduit les chances d’attraper (et de transmettre la maladie) de moins de 99.999% n’a aucune chance de permettre la disparition de la maladie.
      Un vaccin qui réduit les chances d’être infecté de 40% pour une maladie qui ne présente une létalité que de 0.27% ou nettement moins chez de large pans de la population, 0.05% chez les moins de 70 ans (Chiffres Ioannidis et al.) n’a pas vraiment d’intérêt médical, surtout en masse.

      Il existe un nombre conséquent de gens ayant un réel bénéfice à tirer de ces vaccins et pour lesquels les risques associés sont modérés et acceptables : ces populations ne sont même pas vaccinées à 90%. Mais pour faire bien dans les « compétitions de kékettes » entre « leaders éclairés » notre chef jupitérien et (pas si) bien aimé à décidé que ça serait pas mal de vacciner les jeunes à tour de bras en leur interdisant le bar et les boites de nuit sinon, et en promettant, parfois, des chances de gagner des gadgets électroniques ou des trucs à manger. Et pour faire passer encore mieux la pilule : plus de gestes barrières !

      Ca serait légitime si l’efficacité du vaccin était celle de celui du ROR… Mais là.

      Et sinon, vous citez le vaccin contre la polio. Vous êtes au courant que c’est une très mauvaise référence ici ? Deux fois il a été introduit avant que les tests aient été complétés réellement, deux fois il a du être retiré après avoir causé des tas de morts inutiles. Il n’a finalement été introduit pour de bon qu’après un délai conséquent et n’est devenu obligatoire que TRES longtemps après. Il est par ailleurs assez bien établi chez les spécialistes de la vaccination que ces vaccins n’ont que très marginalement aidé à la (quasi) éradication de la polio, les causes comportementales, hygiéniques et de développement du niveau de vie en général étant bien plus importantes…

      • « Un vaccin qui réduit les chances d’attraper (et de transmettre la maladie) de moins de 99.999% n’a aucune chance de permettre la disparition de la maladie. »

        A 99.999%, bien sûr que si, mais le problème est que l’efficacité du Pfizer vis à vis du Delta est aux dernières nouvelles de l’ordre de 32% et là c’est loin de suffire.

    • « pourquoi avez-vous accepté d’être vacciné contre la polio, la tuberculose (BCG)  »

      Euh !

      J’ai le souvenir qu’à l’école primaire, on nous a fait mettre en rang et conduit dans une salle sans aucune explication. Et là une espèce de loup-garou nous à méchamment griffé sans un mot et provocation de notre part.

      Depuis, je n’accepte plus de me mettre en rang sans explication.

    • Une personne qui met dans le même panier tous les vaccins est au degré zéro de la connaissance scientifique.
      Je suis impatient d’entendre vos contre-arguments scientifique à l’article.

    • Antivax ?

      J’ai fait la promotion des vaccins sur ce site dès mars 2020 (au tout, tout début de la crise), fustigé le gouvernement pour sa lenteur à s’orienter vers la solution vaccinale en juillet 2020 (alors que la France entière était soi-disant contre les vaccins) et dénoncé la lenteur à vacciner en janvier 2021 (alors que la même France entière s’extasiaient des 10 vaccinations quotidiennes).

      https://www.contrepoints.org/2020/03/24/367411-coronavirus-la-bonne-strategie-simposera-malgre-tout
      https://www.contrepoints.org/2020/07/16/376244-covid-19-letat-discute-des-masques-une-startup-developpe-un-vaccin
      https://www.contrepoints.org/2021/01/02/387727-vaccins-une-organisation-bureaucratique-bien-francaise

      (accessoirement comme j’imagine qu’antivax est une insulte, je vous demanderais gentiment de bien vouloir la retirer)

      • Tous les moyens sont bons pour obliger les gens à se faire vacciner donc le pass est un bon moyen en si vous êtes vacciné, pourquoi pondre cet article : ceux qui ne veulent pas se faire vacciner, on s’en balance non ?

        • « Tous les moyens sont bons pour obliger les gens à se faire vacciner »

          Eh bien non justement.
          C’est ce qui fait toute la différence entre un « despote éclairé » et un libéral par exemple.

          Je suis également vacciné, depuis début mai, c’est dire si je n’ai pas attendu les gesticulations estivales de Macron et Véran. Et comme tout bon libéral, je suis farouchement opposé au pass sanitaire, non seulement liberticide et bureaucratique, mais aussi inefficace au plan sanitaire.

        • Parce que vacciner tout le monde est totalement stupide et sert juste d’excuse pour tenter de camoufler une gigantesque incompétence et irresponsabilité. Et à vous lire : ca marche !

        • Je suis vacciné et je pense que le pass est liberticide, inutile sanitairement ou en « promotion du vaccin » pour ceux qui en auraient besoin (le chantage ça marche avec 2/3 des gens mais le tiers restant ça le bloque encore plus) et mauvais au plan épidémiologique/santé publique (il incite les jeunes à se faire contaminer -ca va plus vite pour avoir le pass que le full vaccin- il incite à des regroupement en lieu clos sans précautions) et pour l’économie.

          Après, quand on force par la loi les commerçant à violer la loi (sur le refus de vente), faut pas non plus s’étonner si ces mêmes se mettent de plus en plus à violer d’autres loi (sur les impôts et taxes, par exemple, ou droit du travail) plus tard !

          • Et je précise, pour les durs de la comprenette, que le fait d’être vacciné ne fait pas de moi un « pro vaccin » qui pense qu’il faut vacciner tout le monde contre tout (ça serait absolument anti-scientifique, anti-médical et illogique) et je pense que les 11 vaccins « déjà » obligatoires en France ne devraient pas l’être : chacun décide des risques qu’il veut prendre, en fonction des autres risques auquel il peut ou pas échapper…

        • Et puis, hors vaccin, ça ne vous dérange pas d’avoir à montrer des papier pour des actes du quotidien ? Ca ne vous titille pas un peu le méfiomètre de savoir que le gouvernement avec 50 lignes de code modifiées dans le back-end des serveurs de vérif du pass peut savoir où vous êtes allé, quand, avec qui, lier ça avec vos revenus déclarés et lancer des contrôles fiscaux ? Peut potentiellement rajouter un petit « and » dans la validation du pass, genre « vacciné ET qui n’émet pas trop de CO2 » (pas de scan loin de chez lui sauf s’il y a un scan correspondant pour la SNCF, pas plus de 2 voyages en avion par an), etc.

          Et puis si on vous demande aujourd’hui une preuve de « non-COVID » pour certaines activités (presque toutes, en fait), pourquoi pas demain une preuve de vaccination contre autre chose (au pif, la rage, le HPV, la méningite, etc.) ou de non-Sida ? Une preuve de « visite chez le dentiste de moins d’un an » ? Une preuve de non-cancer ?

        • « Tous les moyens sont bons pour obliger les gens »

          Alors allez vivre en Iran, en Corée du Nord ou en RDC. Ne restez pas chez un mou comme Macron.

  • crier à tort ou à raison….faire autant de bruit que possible….se contredire d’un paragraphe à l’autre…. imputer à Macron ou à je ne sais qui la responsabilité de tout ce qui bouge ou ne bouge pas….Bref, dire tout et son contraire, c’est bien le principal défaut des français toujours prêts à critiquer et jamais à proposer des solutions concrètes…..c’est tellement plus facile de s’opposer par principe et de courir les rues histoire de faire du bruit à 4.000 face aux 70.000.000 d’autres ! merci les réseaux d’inconscients et les tribunes qui ne donnent la parole qu’aux incompétents………..

    • Techniquement, les syndicats de Police donnent des chiffres tout autres que ceux fournis par le ministère de l’intérieur (en gros, il faut faire entre x4 et x5).

      Ensuite, je ne vois pas en quoi forcer l’injection d’un « candidat vaccin » à l’efficacité douteuse et aux effets secondaires plus ou moins inconnus ne me semble pas être une solution concrète. Au mieux, il s’agit de s’agiter pour faire croire que l’on fait quelque chose alors qu’en réalité le pouvoir en place est très content de la situation actuelle, car cela lui permet d’étendre son contrôle sur les voix discordantes qui sont souvent celles de la raison…sinon, pourquoi mentir sur les chiffres, pourquoi interdire les traitements d’urgence faits de bric et de broc, pourquoi rejeter les recherches menées en France sur les traitements et les vaccins, pourquoi transférer la souveraineté sanitaire de la France à l’UE ?

      Ensuite, l’élite politico-médiatique est effectivement composée de quelques milliers de personnes qui se croient plus intelligentes que les autres et qui de fait devraient imposer leur volonter aux autres. S’il y a un groupe de personne à qui il conviendrait de ne jamais donner la parole, c’est bien à cette pseudo élite qui n’est même pas fichue de lire plus d’un livre par an en moyenne (et à condition qu’il y ait une belle couverture et de belles illustrations).

  • De plus en plus comiques les articles et les commentaires anti-vax et anti-pass sur Contrepoints.
    çà vire à l’enragement.
    Bon, maintenant, on a le droit aux « épisodes pornographiques » (!!!!) des hospitalisés.
    Quant aux 2 exemples de célébrité, le milieu médical a bien confirmé que les greffés (et en particulier Jacob Devarieux) étaient des victimes potentielles, même vaccinées.
    Dans l’attente (impatiente, mais certaine ) de prendre une bonne volée de « -« ,….

    • Vous devriez être ravi. C’est un des rares endroits où on n’a pas, à longueur de journée des articles et interventions pro « vaxx » et pro-pass, ça vous fait donc une distractions.

      Personnellement c’est de l’ensemble des baratins médiatiques sur le COVID en général que j’ai du mal. Particulièrment les trucs de « médecins » qui visiblement ne savent pas lire un article de recherche, ou qui bidonnent leur données. Et les reportages tous les jours sur les services de réa, débordés forcément, avec des agonisant partout qui du haut de la grande connaissance en épidémiologie que donne le fait d’avoir choppé un virus, disent aux spectateurs sidérés d’aller se faire vacciner.

      Lourdingue. D’autant que les données sont dispo pour qui veut les regarder, que la presse internationale est facile à consulter et qu’on voit en 2s que le bruit de fond français est essentiellement mensonger.

    • En même temps, quand vous présentez dans les médias des personnes en réa en « soin palliatif », quand vous ne montrez et interviewez que des personnes non vaccinés, on peut en effet se poser des questions sur la partialité des infos.
      Perso, j’aimerais bien entendre l’avis d’un gars qui a déjà eu le covid, s’est vacciné et se retrouve encore intubé… Et il y en a pourtant… Mais j’imagine que les journalistes ne vont pas en trouver… 😉
      PS : je ne vous ai pas mis un « – » car vous pouvez tout à fait avoir votre avis…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
l'inflation
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Bydlak.  Un article de Reason

 

Les avis divergent pour savoir qui est à blâmer pour l'inflation. C'est le président. C'est l'ancien président. Les chaînes d'approvisionnement. La Russie. Les entreprises.

Avec une inflation de 8,5 %, il est important de comprendre d'où vient la faute. Et avec des problèmes sous-jacents allant des effets économiques liés au Covid-19 et des décisions prises par les banques centrales aux politiques adoptées par les récentes administrations présidentielles et à l'interconn... Poursuivre la lecture

article 24 France libéral
3
Sauvegarder cet article

100 % anti libérale. C’est une présidentielle désastreuse pour les partisans des libertés qui s’achèvera le 24 avril.

L'intégralité des douze candidats a défendu des plateformes suprêmement indifférentes au premier terme de notre devise nationale. On peinait à y déceler des mesures qui auraient été, même vaguement, d'inspiration à rebours de l'État-nounou/État-père fouettard, ou même un seul discours éloquent sur les libertés publiques.

Le libéralisme absent du programme des candidats

Les douze pétochards se sont plutôt livrés à... Poursuivre la lecture

Alors que le printemps et les élections présidentielles arrivent à grands pas, les propositions les plus navrantes fleurissent à une fréquence telle qu’il est difficile de savoir quel candidat affichera le programme le plus liberticide pour 2022.

Le pass climatique de la WWF

Et comme si ce brouhaha n’était pas déjà suffisamment pénible, voilà maintenant que les ONG s’ajoutent à la cacophonie et s’imaginent pour des raisons obscures avoir un droit de regard sur la vie des Fra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles