Comment l’alarmisme plait et fausse la science

La préférence pour l'alarmisme fait probablement partie de notre condition humaine. Mais contrer certaines pulsions intérieures négatives peut être une bonne idée.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Photo by Stormseeker on Unsplash https://unsplash.com/photos/rX12B5uX7QM

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment l’alarmisme plait et fausse la science

Publié le 10 janvier 2022
- A +

Par Pieter Cleppe.

Selon François Balloux, épidémiologiste de renom qui a dirigé le premier projet de séquençage à grande échelle du génome du virus Sars-CoV2, « la pandémie a créé un marché de la morosité ». Il se qualifie lui-même de fauteur d’espoir de covid, en raison de son point de vue plutôt détaché sur le plan émotionnel à l’égard de la maladie, alors qu’il se décrit lui-même comme ayant « une vision profondément pessimiste et cynique de la vie ».

Il ajoute ainsi :

« Je ne filtre pas mes opinions les plus négatives pour un gain personnel ou financier. Je pense qu’une vision plus pessimiste du covid aurait été bien plus bénéfique pour ma carrière, ma réputation scientifique et mon rayonnement auprès du public. Répandre la terreur, le pessimisme et la morosité depuis une position d’autorité, même si les objectifs sous-jacents sont bien intentionnés, n’est pas quelque chose que je peux tolérer. Il doit y avoir de l’espoir et des objectifs clairs pour que toute mesure de santé publique soit justifiable. »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que son point de vue est vraiment rafraîchissant, notamment lorsqu’il montre que la variante Omicron du covid, qui n’a été à l’origine que de 1,7 % des hospitalisations en Afrique du Sud, est clairement moins nocive que la variante Delta. On peut donc se demander si toutes les nouvelles mesures extrêmes liées au covid, telles que les fermetures, sont nécessaires. Malgré tout cela, les politiciens français vont de l’avant et décident maintenant d’interdire l’accès des restaurants, des théâtres et d’autres lieux aux personnes non-vaccinées dont le test covid est positif, même si, scientifiquement parlant, elles présentent moins de danger que les personnes vaccinées, qui peuvent toujours transmettre le virus. Toutes sortes de restrictions covid sont maintenant justifiées par l’argument que même avec une variante très légère, la capacité des hôpitaux ne peut être étirée. En fin de compte, la principale stratégie n’est pas de trouver des arguments rationnels, mais d’installer une culture de la peur, pour étouffer les voix plus modérées.

L’alarmisme pas uniquement dans le débat sur le covid

Dans les domaines autres que celui de la covid, les médias s’amusent également à susciter la peur, soit pour gagner de l’argent, soit pour promouvoir une préférence idéologique particulière.

Par exemple, le journal britannique de centre-gauche The Guardian rapporte un nouvel article scientifique paru dans Nature et titre : « Un acide gras présent dans l’huile de palme est lié à l’apparition de cancers ». Ce n’est qu’au milieu de l’article qu’il précise que l’acide gras concerné, l’acide palmitique, est en fait « présent dans l’huile de palme – mais aussi dans une grande variété d’aliments tels que le beurre et l’huile d’olive ». Peu importe que l’acide palmitique soit plus répandu dans certains aliments que dans l’huile de palme. Par exemple, il représente 50 à 60 % des graisses totales dans la viande et les produits laitiers, contre seulement 44 % des graisses totales dans l’huile de palme. Pourtant, le Guardian n’a pas publié le titre « L’acide gras présent dans la viande et les produits laitiers est lié à l’apparition de cancers ».

Le fait de mettre négativement en avant l’huile de palme a manifestement pour but de contribuer à la campagne contre la déforestation, ou plutôt à la campagne visant à rendre l’huile de palme responsable de ce phénomène, sans tenir compte du fait que ce problème ne concerne qu’une partie limitée de la production mondiale d’huile de palme.

En outre, le problème de la déforestation est fondamentalement lié à la pauvreté, à l’insuffisance des droits de propriété et à l’application inadéquate de règles visant à protéger une nature précieuse. Le soja, le bois et l’élevage présentent également des risques pour l’environnement, et diverses restrictions à l’importation de produits à base d’huile de palme, telles que proposées par la Commission européenne, pourraient bien avoir pour conséquence que les entreprises des pays concernés se tournent tout simplement vers d’autres cultures, sans aucun avantage pour l’environnement.

Pour les ONG, cela signifie que les restrictions devraient simplement être étendues autant que possible. Mais la question est de savoir jusqu’où ? Elles feraient bien mieux de se concentrer sur une meilleure application des droits de propriété et de la législation des les pays où la production a lieu. Après tout, le développement économique et le respect de l’environnement vont de pair.

La condition humaine

Outre la promotion d’un programme idéologique, certains médias essaient simplement de gagner de l’argent en suscitant la peur. Cela fait partie de la condition humaine d’être davantage intéressée par le message selon lequel quelque chose va mal que par le message selon lequel tout va bien.

Il existe même un site web intitulé « Kill or Cure« , où un certain Paul Battley documente méticuleusement toutes les fois où le Daily Mail, l’un des sites d’information anglophones les plus lus, a rapporté que divers articles – des antiacides aux yaourts – causent le cancer, préviennent le cancer, ou font parfois les deux, comme dans le cas de l’aspirine.

De même, Psychology Today a enquêté sur un article du LA Times qui affirmait que, selon une étude, le vin rouge aiderait à tuer les cellules cancéreuses et rendrait la radiothérapie plus efficace pour les personnes luttant contre le cancer.

Malheureusement, l’article fait erreur, du moins selon Psychology Today, car l’étude « n’a pas été réalisée sur des humains ou même des souris – elle a été effectuée sur des cellules de mélanome dans une boîte de Pétri. Il est très difficile d’extrapoler les résultats d’une boîte de Pétri au corps humain ».

Un autre article de recherche, publié par le British Medical Journal, impute une partie de la responsabilité à la manière dont la recherche universitaire tend à être communiquée. L’étude note que les communiqués de presse, souvent rédigés par des agences spécialisées, vantent souvent les résultats des scientifiques, leur parole étant reprise par des journalistes avides. L’étude suggère que beaucoup de choses pourraient être améliorées si les journalistes veillaient simplement à toujours ajouter un lien vers l’étude originale ou à toujours mentionner le nom des chercheurs.

Fondamentalement, la préférence pour les mauvaises nouvelles fait probablement partie de notre condition humaine, selon le psychologue Tom Stafford, l’un des nombreux auteurs de cette analyse. Selon lui, les humains ont évolué vers la tendance à réagir rapidement aux menaces potentielles. Les mauvaises nouvelles pourraient ainsi être le signal que nous devons changer ce que nous faisons pour éviter le danger.

C’est peut-être le cas, mais il est certain que, dans un souci de civilisation, contrer certaines pulsions intérieures négatives peut être pertinent.

 

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Laurent Lenormand
    10 janvier 2022 at 8 h 19 min

    La peur neutralise la rationalité et nous met sous l’emprise de nos émotions les plus primitives. Quelle tentation d’en jouer, si vous avec quelque chose à vendre ou si vous souhaitez placer une population sous votre contrôle ! (cf. la célèbre formule de Machiavel)
    Pour cette raison, le business de la trouille aura toujours de beaux jours devant lui.

  • L’alarmisme joue sur “l’instinct de peur” décrit par Hans Roesling dans Factfullness
    https://www.contrepoints.org/2018/06/30/319293-cet-ete-adoptez-le-regime-factfulness-dhans-rosling

    • Merci pour votre lien. C’est un article passionnant que je viens de lire en travers mais que que je vais approfondir. J’ai aussi envoyé le lien à ma famille. Super !

  • Merci pour votre article. Pour ma part, je déteste l’alarmisme que je considère comme un cancer inguérissable.

  • le principe deprécaution aurait du être dénoncé par les scientifiques;.

    mais il donne un pouvoir aux scientifiques, du moins le croient ils..

  • Cet auteur va occuper la place du professeur Raoult, vieillissant et qui a besoin d’un digne successeur.
    Les dires et actions de ces hommes, héros de notre époque, sauvent l’honneur de la civilisation occidentale, en grand danger (si ce n’est déjà fait) de sombrer dans bien pire que la décadence: la connerie généralisée, bien pire que tous les cancers, covid ou folies…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne de vaccination impérative visant à réduire la transmission du virus a un petit défaut, en sus d’avoir un peu piétiné droits et libertés de se déplacer, prendre un café, ou travailler : elle s’appuie sur des bases médicales très minces.

"Je me vaccine pour ne pas contaminer papy". "Les réfractaires sont des monstres, des bombes ambulantes, des fumiers, voire, pire, des anti-Science".

Tel est, depuis l'homologation des vaccins contre le Covid il y a treize mois, le message martelé dans la plupart des pays occidentaux, ... Poursuivre la lecture

Il en va des chiffres du covid comme de ceux du chômage ou des comptes publics. Non seulement il est impossible de se fier au discours gouvernemental qui accompagne les différentes publications – mais cela, on le savait ; c’est une donnée pour ainsi dire structurelle du discours politique. Mais surtout, impossible d’en tirer une image adéquate de la situation sanitaire sans chercher d’abord à savoir ce que les chiffres indiqués signifient réellement.

On se rappellera par exemple que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire qualifiait d... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Si la question de l’origine du Covid-19 a occupé un espace réduit dans le débat public par rapport aux restrictions de libertés que nous avons connues depuis mars 2020, elle reste d’une importance capitale pour le futur. Comprendre l’origine de la pandémie est vital pour une orientation correcte des futures politiques de santé publique au niveau mondial.

Le débat semblait pourtant clos depuis un long moment. La thèse généralement admise est que le virus a muté depuis une souche de virus impactant les chauves-souris via l’intermédiaire ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles