Sondage : 54 % des Français estiment que la démocratie fonctionne mal

Pour 48 % des personnes interrogées lors d’une étude IFOP/Décider ensemble, la dégradation démocratique s’est amplifiée sous le mandat d’Emmanuel Macron.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2021-07-15 at 11-55-36 Macron les 7 annonces à retenir du discours du président de la République - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sondage : 54 % des Français estiment que la démocratie fonctionne mal

Publié le 8 décembre 2021
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Les Français s’inquiètent de la dégradation de la démocratie et veulent des solutions plus participatives pour rompre avec la verticalité du pouvoir macronien. Une étude IFOP en partenariat avec Décider ensemble publiée ce mercredi fait l’état des lieux de la démocratie à quelques mois de la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron.

Pour 54 % des personnes interrogées, la démocratie française ne fonctionne pas bien. Sans surprise, c’est du côté des partis protestataires qu’on retrouve le plus de sympathisants insatisfaits des institutions. 57 % des sympathisants de Jean-Luc Mélenchon et 75 % de ceux de Marine Le Pen estiment que la démocratie « ne fonctionne pas bien », tandis que seuls 24 % des sympathisants d’Emmanuel Macron et 31 % de ceux de Benoît Hamon expriment leur insatisfaction.

Un accroissement de défiance

Entre 2009 et 2021, le nombre de personnes interrogées jugeant du déclin de la démocratie est passé de 48 % à 54 %, avec un pic de défiance en 2014 avec 74 %.

Pour 48 % des personnes interrogées, cette dégradation démocratique s’est amplifiée sous le mandat d’Emmanuel Macron. C’est surtout à droite et à l’extrême droite que ce sentiment s’exprime : 64 % des sympathisants de Marine Le Pen et 58 % de ceux de François Fillon partagent ce constat tandis que seulement 18 % des sympathisants d’Emmanuel Macron et 37 % de ceux de Benoît Hamon s’y retrouve. Toujours à part, 53 % des sympathisants de Mélenchon rejoignent la déploration faite à droite.

Ce jugement rejoint de The Economist sur le fonctionnement global de la démocratie en Occident en 2020 suite aux restrictions sanitaires prises dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus.

Le journal avait constaté une nette dégradation de la démocratie française au point de la classer désormais parmi les « démocraties imparfaites ». La démocratie est imparfaite selon The Economist quand les élections sont libres et les libertés de base respectées, mais qu’il existe certaines faiblesses, notamment en matière de gouvernance, de culture politique sous-développée ou encore de participation politique faible.

Davantage de décentralisation

Dans la seconde partie de l’étude IFOP/Décider ensemble, 84 % des personnes interrogées pensent que les citoyens devraient prendre une part plus importante dans le processus de prise de décision politique.

Parmi les solutions les plus populaires, on retrouve l’enseignement sur la démocratie et la participation citoyenne (49 %), le recours aux référendums locaux et nationaux (49 %), l’adaptation de la prise de décision locale à la spécificité de chacun des territoires (48 %).

Dans tous les cas, elles témoignent d’une demande de plus grande décentralisation des décisions et d’engagement civique, au rebours du centralisme bureaucratique et de la recentralisation politique opérée en France depuis le début des années 2000 via la fiscalité des collectivités locales.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Ouais, la demoracie fonctionne très mal, les français n’ont rien compris à la.democratie, ils élisent n’importe qui pour les représenter et maintenant ils veulent que de toutes petites minorités agissantes prennent le relais pour leurs pourrir la vie.

  • Ca dépend. On a 40% des votants qui sont des boomers, pour eux la démocratie qui assome d’impots pour augmenter leurs retraites fonctionne tres bien.

    Puis on a les 60% d’actifs votants. Et pour eux évidemment ca ne fonctionne pas tres bien.

    • Oui enfin il y a aussi les enfants, les assistés, les étudiants, les chômeurs, les fonctionnaires, les élus… En fait il n’y a que 17 M de personnes qui travaillent dans le secteur privé qui produisent de la richesse.

  • Cumuler présidentielle et législatives a été aussi une très grave erreur. Le système de gouvernance est certainement à revoir mais en attendant, c’est toujours sur lui qu’il faudra compter. Remettre un peu de diversité en proposant des alternances à l’assemblée nationale et aussi instaurer de la proportionnelle seraient déjà un bon début.
    Après il reste toujours cette machine infernale d’état profond qui me semble le cœur de notre problème démocratique.

  • Nous avons une démocratie jupitérienne.
    Tout vient depuis le quinquennat du président sauf en cohabitation;
    Si ledit président est incapable ou inexpérimenté ou se prend pour « Dieu parmi nous » tout est à craindre.
    Nous y sommes!

  • Faut-t-il plus de démocratie ? donner plus de pouvoir à un peuple qui confond systématiquement VOTER avec élire ? Et faut-t-il croire au référendum français lorsqu’on observe le résultat du VOTE du traité de Lisbonne et la suite méprisante ? Il me parait difficile d’instaurer un système de démocratie directe où le peuple peut rédiger une loi, demander un référendum sur une loi, et où le gouvernement soumet au référendum des lois dont il sait qu’elles feront l’objet d’une demande de référendum par le peuple ( en moyenne 4 x l’an sur plusieurs sujets) . Bien sûr il y a des règles pour cela. Donner au peuple français l’équivalent, proportionnel évidemment, amènerait le pays à une déstabilisation totale, un vote ou plusieurs votes chaque jour ?? Entre les privilégiés du fonctionnariat et les agents RATP-SNCF-La Poste EDF etc, leurs nombres avec l’immense masse de leurs retraités très jeunes !! et leurs familles, ils arriveraient chaque jour à rassembler le nombre de voix nécessaire pour faire une votation et à pondre un texte de loi pour augmenter leurs privilèges, à soumettre à votation. Et soyons francs, que dirait la dite élite en place aux manettes, depuis le mafieux de la petite commune au pouvoir suprême ? Ils n’ont aucun intérêt à plaider pour une démocratie directe ou un peu améliorée. Ils sont aussi partie prenante des privilèges. Faut pas rêver, ce n’est pas pour demain ni après la prochaine révolution.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.

Quatorzième volet de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles