Abracadabra, la réforme des retraites disparaît dans un tour de pass pass sanitaire

Ce cirque vaccinal n’est qu’une diversion : par absence de courage, on détruit nos libertés pour éviter les réformes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Abracadabra, la réforme des retraites disparaît dans un tour de pass pass sanitaire

Publié le 16 juillet 2021
- A +

par h16

Le peuple, frétillant de plaisir, va enfin pouvoir reprendre le cours de ses activités puisque, c’est certain, grâce au pass sanitaire, tout va rentrer dans l’ordre ! Youpi ! Cependant, en attendant que les mauvaises surprises et les déceptions s’accumulent, on est en droit de se demander pourquoi, alors que les services de réanimation se vident, il est venu à tout l’exécutif français l’idée subite de lancer ainsi une telle opération ?

Avant toute chose, il faut bien comprendre que si l’une ou l’autre dérive liberticide devait avoir lieu, c’était bien dans la torpeur de l’été : eh oui, c’est toujours pendant l’été que les veuleries et les pires saloperies politiques sortent du bois pour prendre le soleil, alors que les uns et les autres sont déjà partis en vacances ou s’apprêtent à le faire. Ici, c’est pareil : tout doit être prêt pour la rentrée qu’on pressent déjà grandiose, et l’été est le meilleur moment pour cogner fort. Mission réussie.

Ceci posé, on pourrait facilement imaginer que l’imposition d’une nouvelle couche de restrictions de libertés (que certains imbéciles présentent hypocritement comme un gain de liberté) a été pensée, comme évoqué dans le précédent billet, pour punir le peuple de Gaulois réfractaires.

Il est bon de rappeler que le Président a fort peu goûté les débordements dont il fut la cible en 2018 et 2019 et il n’est pas invraisemblable d’imaginer que, particulièrement outré qu’une partie du peuple ait pu ainsi montrer son mécontentement à son égard, il veuille maintenant prendre sa revanche.

Du reste, il a prouvé que ni la cohérence, ni la bienveillance ne risquaient de l’étouffer : toute la gestion de la crise a été particulièrement foutraque et improvisée, et les quelques mesures fortes qu’il a prises l’ont toujours été dans le mépris le plus total des conséquences humaines. Les confinements durs, les couvre-feux, les petits cerfas ridicules à remplir pour un oui ou un non, les amendes vexatoires, le traitement outrageusement inégal d’un point à l’autre du territoire (certaines cités sensibles n’ont jamais goûté aux petits pandores des attestations), tout fut fait pour que la France d’en bas paye chèrement ses rebuffades de début de mandat.

On ne peut pas non plus complètement écarter l’hypothèse – plus dérangeante mais pas complètement impossible – que Macron, dont on se rappelle malgré tout qu’il envisageait énigmatiquement de ne pas se représenter en 2022, sentant la partie électorale très mal engagée pour ses miches, aurait choisi de mettre le pays dans un état pitoyable avant son départ pour garantir à son successeur un quinquennat particulièrement pénible voire abominable.

En effet, dans ce qui n’est ici, je le réécris, qu’une hypothèse de pensée, fracturer le pays et jeter les Français les uns contre les autres permettrait de rendre le pays ingouvernable à tout élu de 2022. Par contraste, cela permettrait à Macron d’incarner le dernier Président d’une France encore entière avant le gouffre qu’il aurait consciencieusement préparé.

Tordu certes, mais pas beaucoup plus que les roueries habituelles des politiciens qui ont occupé le poste, et pas moins que les manigances, mensonges et hypocrisies de l’actuel locataire de l’Élysée.

Mais plus raisonnablement, on comprend surtout qu’ici, cette formidable réduction des libertés à l’acide hygiéniste n’est qu’une grosse diversion. Réussie du reste : tout le pays ne bruisse que du pass, de tests et de variants ; les uns se montent le bourrichon contre les autres et habilement, le politicien divise pour mieux régner en étant certain de conserver les gardes prétoriennes du bon côté du pouvoir ; et si cela peut aider à les séparer du reste de la population, c’est encore mieux, surtout lorsqu’il s’agira de lui taper dessus.

Cette diversion n’est pas fortuite : il s’agit ici de ne surtout pas faire les réformes dont le pays a profondément besoin et que Macron avait menti s’emparer lors de son élection.

En réalité, oubliez la réduction de la masse salariale des fonctionnaires : Macron renonce.

Oubliez aussi la réforme des retraites : il ne l’a pas avoué, mais Macron renonce aussi.

Avec la diversion, il trouve un motif en béton armé pour ne surtout pas se lancer dans la moindre remise à plat du système français, au bord du gouffre : pour le Président, tout ça attendra que l’état sanitaire du pays le permette.

Ainsi, la réforme des retraites sera engagée dès que « l’épidémie sera sous contrôle et la reprise bien assurée ». Autant dire « aux calendes grecques » puisque l’ensemble de l’opération actuelle revient à dire que l’épidémie n’est pas sous contrôle et que la seule chose qu’on peut assurer concernant la reprise économique est qu’elle sera copieusement fusillée par ces mesures calculées à dessein.

On comprend même avec cette déclaration qu’il devient carrément impératif que la crise sanitaire perdure : d’un côté, on musèle tout le monde, de l’autre (sortir de la crise et lancer ces réformes), c’est s’assurer de mettre le peuple dans la rue. Certes, ne pas les lancer, c’est potentiellement faire une croix sur les 40 milliards du plan de relance européen qui sont conditionnés à la bonne marche de l’économie française… Mais la crise constitue aussi une bonne excuse pour réclamer l’argent sans justement se mettre en danger.

Oui, vous l’avez compris : tout ce cirque vaccinal n’a absolument plus rien de médical.

Les objectifs de Macron ne sont plus, depuis longtemps, de diminuer l’impact d’un virus sur la population.

D’une part, les gouvernements qui se sont succédé à la tête du pays ont amplement prouvé qu’ils n’avaient jamais rien eu à faire de la santé des Français (le nombre de scandales sanitaires suffit à étayer cette remarque). D’autre part, on ne peut pas prétendre vouloir baisser la pression sur les services hospitaliers quand, dans le même temps, on a tout fait pour fermer encore et encore des lits d’hôpitaux et de réanimation, et ce même en pleine pandémie et au contraire de tout ce qui était annoncé partout. On ne peut pas prétendre vouloir protéger le système de soins français tout en menaçant de licenciement les soignants qui refuseraient le vaccin, et ce alors que les équipes sont épuisées, que les soignants démissionnent et que les pénuries en personnel opérationnel sont criantes.

Non, aucun doute n’est possible : Macron ne suit qu’un but purement politique, un agenda rempli de petites manœuvres de politique politicienne et ce pass sanitaire n’est qu’un moyen parmi d’autres pour arriver à ses petites fins personnelles, et exclusivement ça. Dans ce schéma élyséen, le peuple n’est qu’une variable d’ajustement.

Réveillez-vous : vous êtes en train de vous faire ajuster.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • En Ripoublique Française, le pire est toujours certain. On nous laissait vaguement tranquille aussi longtemps que nous abandonnions sans broncher les deux-tiers de ses revenus. Mais là, ça devient carrément dystopique. Sauf miracle, faudra choisir entre la fuite et le martyr.

    • « Sauf miracle: » Aide-toi, le ciel t’aidera.
      Venez en manif demain. Vous risquez quoi, de rencontrer des gens différents? Parfois même un gaucho ou un facho a des choses intéressantes à dire. Réseautez, complotez, préparez.

  • On aura au moins gagné ça : la mise sous cloche d’une réforme débile !

  • C’est surtout le déficit ZÉRO qui devrait être visé. Or ils en sont incapables. Pour rester au pouvoir, ils (ces charlatans) doivent être généreux, surtout avec l’argent des autres, pas le leur.
    L’inflation, largement supérieure à 2% est déjà bien présente, même si pas encore ressentie, certains étant encore à l’abri sous l’aile de l’état-papa.
    Attendez juste l’inflation à 10% sur les produits alimentaires et cela pourrait tourner à la bronca.

  • Je vois peut-être trop loin et il est à espérer que ce virus décide de jouer contre nos gouvernants, mais j’en viens à penser que justement Macron a l’intention d’utiliser tous les leviers notamment du virus pour prendre en otage la prochaine élection. Vu le niveau d’atteinte aux libertés sans que beaucoup y trouvent à redire, j’ai presque envie de dire que tout est malheureusement possible… Son intervention de lundi de toute façon ne présage absolument rien de bon pour la suite.

    • voila,  » sans que beaucoup y trouvent à redire »..

      les français manifestent pour leur liberté… pas celle des autres et c’est là le hic..

      et c’est le cas dans les commentaires sur ce site.. vous voyez des critiques acerbes sur des points de détail d’un contradicteur  » du camp d’en face » mais une grande mansuétude pour des arguments bancals qui vont dans le sens du narratif..

      le reflexe de la recherche du positionnement POLITIQUE du contradicteur..

      et on peut ajouter rune floppée d’articles à classer dans le cas de la technophilie, du scientisme et de la défense de la croissance économique..

      le concept d’interet général est toujours ramené à favoriser la masse, c’est antilibéral par nature..

      le seul « levier » pour justifier l’action politique hors régalien repose sur le concept de nuisance intolérable causée à autrui.. car…tout comme on pollue quand on fait quoique ce soit, on nuit à autrui…en faisant du bruit en lâchant un pet, l’enfumant par son bbq, son tabac, en soulevant de la poussière…en bouchant « son » soleil.. en le contaminant se ses miasmes..

      la limite tolérable intolérable est en général purement arbitraire et donc normalement à manipuler avec circonspection. AU lieu de circonspection, nous avons désormais des tas de gens , qui vont accepter d’agresser autrui pour lui reprocher une nuisance dérisoire et même une opinion! « punch the nazzi.. » « kill the butcher »..etc…
      ils portent leur étroitesse de vue comme un étendard, MA hiérarchie des nuisances est la meilleure et indiscutable… les écolos excellent la dedans.

      ce qui advient en france à cause de l’pidémie n’ est pas lié à la personne de macron, mais à la l’évolution de l’opinion publique..dans le domaine de la santé, l’environnement et la technologie..et à la politisation de nombreux scientifiques.

      je ne vois pas la sortie…

  • Après les costumes de Fillon qui ont réussi à occulter le débat démocratique, nous auront les variants covid plus ou moins imaginaires pour occulter la prochaine campagne. CPEF

  • Au bord du gouffre…. Je sens que la commission a prévu de donner un petit coup de pied avant 2022..au fond du gouffre peut être la lumière !

  • La mise en place de l’artillerie lourde pseudo-sanitaire est un préalable. Dès lors que la populace sera sous contrôle, la Macronie sortira son matériel de tonte. Objectif: exproprier le peu qui reste des richesses du pays au profit de la caste des capitalistes de connivence, dont une partie importante s’est déjà largement goinfré a l’occasion de cette « pandémie ».
    La tâche du successeur s’annonce, s’il y en a un, s’annonce effectivement difficile.

    • « au profit de la caste des capitalistes de connivence »

      On avait la caste des capitalistes de connivence, plus récemment la caste des bobos citoyens qui interdisent au péquenots de venir les polluer. Maintenant la caste des vaccinés.

      Je m’étais toujours demandé comment les indiens étaient tombés dans leur système de castes aberrant. Maintenant je sais : ils ont eu des « zélites » bien avant nous.

  • Superbe !
    Merci, h16.
    D’habitude, vos propos touchent à l’ironie, avec un zeste (parfois très gros) de provocation, avec toujours une large dose d’humour.
    Cet article est admirable. Je m’en suis fait une copie imprimable et imprimée.
    Merci de votre lucidité, de votre intelligence.
    Comme disent les gens de mon pays d’adoption : « respect » !
    Merci.

  • les retraites peau-de-chagrin sauf pour les suppôts du régime !

  • Remplir l’attestation, par Jean Lénarque :
    résumé du résumé du manuel dictionariel du bon usage des cerfas en 12 volumes . . . . (poids 76,3 kilogrammes)

  • A quand l’emergence d’un parti ouvertement même pas libéral, mais dans le registre lâchez nous la grappe.

  • Si vous acceptez l’idée que l’exercice de la médecine doit être contrôlée et autorisé par l’etat , vous avez accepté l’idée que l’état a un droit de regard sur votre santé et vous choix de vie… il y a certaines choses qui deviennent inéluctables.
    d’une question de principe vous jouez un jeu de réglage de curseurs arbitraire et dérisoire..

    toute comme si vous acceptez la retraite par répartition.. ou la sécu..ou l’ed nat…

    au final ce sera l’opinion de la majorité qui emportera…parce que la definition de l’interet général sera toujours celle du plus grand nombre..

    la politique « sanitaire s’effondrerera quand le nombre réalisera ou sera convaincu qu’il n’en tire plus de profit.. comme le socialisme…

  • Les sondages (à prendre avec précaution) indiquent plus de 6 français sur 10 favorables au pass. 6 sur 10 préférant la sécurité (bien vendue après la peur) à la liberté. Nous sommes pourtant loin de la peste et du choléra.
    Le Bambino a répondu à l’attente d’une grande partie de français susceptibles de le réélire, leur vie ayant été épargnée grâce à lui.
    Pinocchio a encore un avenir.

    • « Those who would give up essential Liberty, to purchase a little temporary Safety, deserve neither Liberty nor Safety. » Ben Franklin.

      La France (et la plus grosse partie du monde) ne mérite plus rien, ni la liberté, ni la sécurité, ni même le confort dans lequel elle vit, achetée par la sécurité, la liberté, le sang et le génie de générations passées.

      Triste.

  • Les cas en soins intensifs sont décalés de 20j par rapport au x infections… Normal qu’ils baissent encore quand l’autre monte

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
crise santé
0
Sauvegarder cet article

Le 17 novembre, l'ISNI a appelé à la mobilisation dans toute la France pour protester contre la quatrième année d’internat votée par l’Assemblée et le Sénat et contre les nouvelles obligations imposées par le PLFSS.

Elle n'a pour l'instant entrainé aucune inflexion de la politique de santé.

 

Le Conseil national de la refondation peut-il sauver notre système de soins ?

À la lecture de l'interview de mon confrère Philippe Denormandie dans Le Quotidien du Médecin du 10 novembre, ma réponse est négative car il est sourd... Poursuivre la lecture

Illustration de personne portant un masque anti covid
10
Sauvegarder cet article

The Atlantic, vénérable mensuel fondé au XIXe siècle, a récemment fait paraître un article d’Emily Oster qui a largement défrayé la chronique : dans « Let’s declare a pandemic amnestie » (déclarons une amnistie pour la pandémie), l’auteur tente d’aligner quelques arguments en faveur d’un pardon général pour tous ceux qui, pendant la pandémie, ont pris les décisions – y compris les plus farfelues  – au motif essentiel que chacun a cru faire du mieux qu’il a pu avec le peu d’informations dont il disposait.

L’article, sobrement chapeauté ... Poursuivre la lecture

En décembre dernier, alors que l'hystérie de la presse était à son maximum concernant ce qui se transformait en épidémie carabinée de rhume omicron, 194 pays se sont mis d'accord pour accroître les pouvoirs de l'OMS.

Bien évidemment et comme trop souvent lorsqu'il s'agit de décisions très importantes qui vont présider à l'avenir de millions d'individus, la presse a conservé une discrétion de violette au sujet de ce processus qui vise effectivement à renforcer les capacités d'intervention de l'Organisation Mondiale de la Santé en cas de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles