Oui à la retraite à 65 ans, nous avons assez perdu de temps

OPINION : nous devons passer sans attendre à la retraite à 65 ans pour tous. Cette réforme doit avoir lieu cette année.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Retraites By: Franck Michel - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Oui à la retraite à 65 ans, nous avons assez perdu de temps

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 novembre 2021
- A +

Par Claude Goudron.

Quand, dans un geste populiste, François Mitterrand a accordé la retraite des Français à 60 ans il savait qu’au nom des droits dits acquis, il allait plomber l’avenir de la France pour des décennies.

Au mépris d’une logique qui voudrait que plus la durée de vie augmente, plus le départ en retraite soit reporté, tous les pays européens l’ont compris et à de rares exceptions dont la France, imposent un départ à la retraite entre 65 et 67 ans.

Retraite : trente années de tergiversations

Depuis le Livre blanc des retraites préfacé en 1991 par Michel Rocard, la remise en cause de l’âge de départ à la retraite à 60 ans a été maintes fois évoquée mais toujours reporté, à part une exception sous le gouvernement Fillon qui l’a difficilement fait passer de 60 à 62 ans.

Je me souviens avoir eu en 2010 une discussion avec le député de l’époque à qui j’avais demandé pourquoi ne pas passer directement à 65 ans. Il m’avait répondu que la France serait dans la rue ce à quoi j’ai rétorqué qu’elle le sera également pour le passage à 62 ans, ce qui s’est confirmé.

Etait-ce si pénible la retraite à 65 ans ?

Avec une pénibilité dans l’industrie et le bâtiment beaucoup plus importante que de nos jours, je n’ai pas l’impression que c’était un calvaire pour nos concitoyens à l’époque des Trente glorieuses. Ma génération regrette souvent cette période qui a permis au pays de conserver sa place dans l’économie mondiale.

En ayant gagné depuis 1970 plus de dix années d’espérance de vie, les personnes âgées de 65 ans aujourd’hui seraient parties à la retraite à 53 ans à l’époque de nos grands-parents.

Le piège des droits acquis

Par opportunisme, électoralisme et au mépris des lois économiques, un décideur politique qui se permet de jouer sur la crédulité de tout un peuple, promet de mettre quoiqu’il en coûte en application des erreurs économiques telles que cette retraite à 60 ans mais également les 35 heures, des jours de congé supplémentaires etc. est un irresponsable !

Il engage la France tout entière dans le piège des droits acquis si chers à nos syndicalistes, et ne permettra aucun retour en arrière même si la survie du pays en dépend. Les rares exceptions suivies de périodes chaotiques de grèves, débordements voire insurrections font trembler la classe politique qui va trop souvent baisser les bras et occulter le problème.

Il est impératif de chasser ce terme de droits acquis de notre vocabulaire et lui opposer celui d’obligation de résultat autrement plus dans l’intérêt de la classe laborieuse.

Une durée de temps de travail à généraliser

Qu’il est loin le temps des trains à vapeur. Chez les fonctionnaires la pénibilité a depuis longtemps disparu, en tout cas elle n’est pas plus importante que dans le secteur privé et la moyenne des salaires à largement rattrapé son retard. Il n’y a donc aucune raison que les fonctionnaires bénéficient d’un statut particulier pour leur départ à la retraite.

65 ans pour tous, à part quelques exceptions pour ceux qui ont travaillé dans un environnement agressif.

Cette égalité de traitement peut être réalisée dans un délai très court.

Le faux problème des carrières longues

Toujours à la recherche de complications et d’une soi-disant justice, le cas des carrières longues est actuellement à l’ordre du jour.

C’est un faux problème. En effet un étudiant ne démérite pas moins qu’un jeune qui commence à travailler très tôt, sauf à croire que le premier, même lorsqu’il est obligé de trouver un petit boulot pour financer ses études, ne peut être considéré comme participant à la vie active de notre pays.

On peut aussi admettre qu’il travaille aux mêmes horaires que son professeur et qu’il travaille en plus chez lui.

Si malgré cela on conteste mon raisonnement alors il faut aller jusqu’au bout de cette logique et retirer du temps travaillé les heures de formation d’un salarié.

Alors oui, il faut instaurer une retraite pour tous à 65 ans et garder une durée de cotisation de 43 ans minimum pour une retraite complète ce qui conduirait à une retraite plus tardive pour ceux ayant fait des études après 22 ans, rien n’empêchant d’accepter en plus une part de retraite par capitalisation pour ceux qui le souhaitent.

Une perte de plus de 10 % de PIB

Quarante années de folies gauchistes nous ont fait donc perdre environ 5000 heures de travail par salarié avec comme conséquence une perte d’au moins 10 % du PIB, sans compter celle perdue avec les 35 heures.

Faire travailler les fonctionnaires jusqu’à 65 ans permettrait également d’en réduire leur nombre de 400 000 tout en conservant la même capacité de travail.

Retraite : la conclusion

Faute de prévoyance et de courage le pays a perdu beaucoup trop de temps.

Nous devons passer sans attendre passer à la retraite à 65 ans pour tous. Les Allemands partent déjà à 67 ans. La France restera néanmoins le pays le plus social d’Europe mais sans occulter la pérennité d’un système de retraite actuellement à bout de souffle et endetté au-delà de l’acceptable.

Alors oui, monsieur Macron, faites cette réforme cette année, ce ne sera pas un suicide électoral. Au contraire, en rattrapant une partie de vos promesses, vous vous crédibiliserez !

A lire aussi : Retraite moyenne : + 98 % à la RATP et + 44 % dans la fonction publique d’État

Article initialement publié le 7 juillet 2021

Voir les commentaires (85)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (85)
  • Toujours les mêmes vieilles recettes éculées.
    Je prône :
    – la fin de la retraite par répartition
    – la fin des cotisations obligatoires
    à charge pour les Français de se constituer si et quand ils le souhaitent et selon la forme qu’ils souhaitent l’épargne pour leur retraite.

    • A charge à l’Etat de respecter et faire respecter la propriété privée, dont le patrimoine constitué pour la retraite. C’est tout ce qu’on lui demande sur le sujet !

      • Exact, car c’est bien beau de mettre en place un système par capitalisation, si à l’arrivée on vous dit : par solidarité votre retraite capitalisée est soumise à l’impôt, la CSG, CRDS, CASA, prélèvement social, cotisations diverses……. et je ne sais quel délire encore.
        Car entre le moment où vous commenceriez à épargner
        et celui où vous pourriez espérer toucher votre retraite,
        ils s’en passeraient des péripéties.

    • c’est clair parce qu’imposer la retraite à 65 ans pour tous n’a rien de libéral..

    • Exactement, l’état n’a rien a faire dans les retraites
      Pas plus d’ailleurs que dans la santé, l’assurance chômage/l’emploi, le logement, l’énergie, le transport…

  • Bien que me tirant une balle dans le pied, il conviendrait que cette réforme s’accompagne par solidarité et équité d’une non indexation des pensions des retraités pour leur période d’activité postérieure à 1981.

    • c est toujours amusant des gens qui parlent de mettre l age de la retraite a 65 ans ou plus et qui eux sont parti a 58 voire moins (meilleur exemple Juppé mais c est pas le seul, je serai curieux de savoir l age de depart des retraités qui postent ici en expliquant que les jeunes doivent travailler plus)
      Si on met la retraite a 65 ans il faut recalculer les pensions actuelles avec les memes conditions et donc leur appliquer une decote (ou a minima les geler jusqu a ce que le surplus ait ete eclusé)

      • Absolument d’accord, les bénéficiaires actuels ne devraient pas avoir leur mot à dire sur ce que les futurs bénéficiaires devront avoir. Ou alors ré indexer au fil de l’eau leurs pensions en fonction des modifications futures…. Donc vers le bas

  • La retraite, c’est libéral ?

    • « Dès lors que la solidarité est obligatoire, elle n’a plus de valeur morale. Et pour ce qui est des retraites, elle ne désigne en fait que le vol d’une génération par une autre. » Pascal Salin.
      J’espère que ça répond à votre question.

      • « le vol d’une génération par une autre »
        C’est ce genre de propos, totalement caricatural, qui plombe le libéralisme en France…
        On se fait plaisir, à la rigueur, mais on se coupe définitivement de pouvoir convaincre la population.
        J’attends avec impatience le jour où les promoteurs du libéralisme sauront se montrer plus diplomates.

        • la vérité est rarement amusante/plaisante (sinon tout le monde la dirait).

        • He oui, tout comme les gauchistes, les libéraux ne sont pas en manque de querelles internes sur le thème « qui c’est qui est le plus libéral ».

          • a partir du moment ou l’idée d’un autre est fondée et juste ça vous gêne en quoi qu’il soit plus libéral que vous? ouvrez un peu votre esprit

            • Le libéralisme est méfiant vis à vis des constructions intellectuelles quelles qu’elles soient. Être  » le plus libéral », est ce être encore libéral?

  • L’âge de la retraite importe peu, ce sont les trimestres accumules qui déterminent quand vous avez intérêt à partir..

  • ode à la retraite par répartition, ode à tout le monde pareil.

    la retraite par repartition actuelle repose sur comment obtenir le max au dépend des autres.. et même des générations futures!!!
    superbe projet collectif…

  • Et c’est reparti…

    Comme toujours on envisage le problème des retraites que du point de vue de la rentrée d’argent et non du point de vue de la sortie et donc des retraités.

    Comme toujours ce sont des personnes certainement heureuses dans leur travail, qui gagnent certainement bien leur vie, qui ont fait des études longues et pour un travail pas fatiguant qui font la morale aux autres.

    Comme toujours on essaie de prendre prétexte de ce qui de passe à l’étranger sans réellement savoir ce qui se passe concrètement.

    Comme toujours on part du principe que la retraite par répartition est la base de départ.

    Halte à la retraite à 64 ou 65 ans! Qu’on laisse tout le monde choisir en leur âme et conscience.

    • Pas aussi simple que cela. Si les gens ne cotisent pas assez (répartition ou capitalisation peu importe) et s’ils veulent partir tôt en retraite, le revenu résultant devra être abondé par qui ? Il faut bien un minimum de contribution pour les actifs tant en termes de cotisations que de durée d’activité pour assurer leur autonomie dans leurs vieux jours. Maintenant que le revenu de 10000 €/mensuel soit obligé de cotiser et de travailler tard pour avoir une retraite de 6000 € en effet, cela ne se justifie pas.

  • Le système par répartition repose sur la démographie. Cela fait 45 ans maintenant que la natalité baisse en France. C’est une tendance lourde facilement mesurable et explicable aux Français. Pourquoi les intelligences qui dirigent notre pays depuis 45 ans n’ont pas expliqué le problème et présenté la solution de la variabilité de l’âge de départ comme viabilité du système? Si ce système doit être maintenu sinon d’en présenter les alternatives

    • en 45 ans les politiques auraient eu le temps d’anticiper mais pour cela il aurait fallu du courage !!!!!

    • 1er les politiques ne sont pas des gestionnaires, tout au mieux des acteurs de théâtre qui ont épousé leur prof.

      2 éme le système par répartition est mathématiquement viable vu les cotisations salariales et patronales ponctionnées sur 40 a 43 ans, et que l’ on vous restituera au mieux 50% de la valeur moyenne de vos 25 meilleures années de travail

      3 eme l’etat pioche dans la caisse depuis des décennies pour donner des pensions aux fonctionnaires qui n’ont pas de caisses de retraites et donc pas de cotisations non plus ( côte patronnal)

  • Tout français normalement constitué sait que mitterand a fait énormément de mal à son pays malgré ce qu’on essaie de nous faire croire, le passage aux 35h a été une aberration et nous a valu une descente aux enfers en Europe, la retraite à 60 ans à été un non sens reconnu par tous les analystes.
    Mais tous ces gens de gauche ont été trop contents d’être écoutés et soutenus.
    Tout ça pour s’assurer un matelas de voix et avoir une paix sociale (pas si sociale) et pour continuer à être la pays qui aide le plus les gens pour continuer à ne pas travailler.
    Quand les gens comprendront-ils que dans la vie on est responsable de ce qui nous arrive mais on est aussi responsable de ce qui ne nous arrive pas ? En gros si vous ne prenez aucun risque et vous complaisez dans votre médiocrité, restez-y et laissez ceux qui en veulent s’en sortir faire ce qu’il faut pour s’en sortir.
    Si les médiocres veulent rester des médiocres, si les assistés veulent rester des assistés, libre à eux. Certains me direz-vous n’ont pas le choix mais il me semble que c’est trop facile.
    On ne peut plus continuer ainsi, tous les voyants sont au rouge et on continue à les rendre écarlates pour continuer à contenter une minorité et à faire du social.
    Il y a encore des français qui en ont marre de cette situation, qui veulent réagir et tout envoyer en l’air sans automatiquement passer par une révolution, il n’est pas possible que nos dirigeant ne sachent pas ce qu’il faut faire, ou alors c’est qu’ils ne sont pas à leur place.
    Par contre pour faire quelque chose il faut en avoir et ne pas vouloir contenter Jean, Pierre et Paul afin de garder son électorat, il faudrait un candidat qui fasse table rase de pratiquement tout (surtout des idées et du programme des écolos) et reparte d’une feuille blanche.
    Allez voir au rayon Fiction.

    • On y est arrivé avec la faiblesse des augmentations depuis 81. La baisse de pouvoir d’achat n’a pas d’autre cause que l’alourdissement des impôts de production.

    • Mitterrand est mort il y a 25 ans, les socialistes qui se sont succédés depuis n’ont rien corrigés, j’attends la suite…

      • Vous faites erreur, Hollande a réformé les retraites en augmentant le nombre de trimestres avec la réforme Touraine de 160 a 172 trimestres obligatoires. C’ est la réforme la plus courageuse et la mieux menée. Elle rend plus juste et équitable la reformette de Sarkozy de 2010 qui augmentait simplement l’age de départ a 62 ans, pénalisant ainsi les carrières longues et n’impactant pas les gens ayant commencé à travailler tard

    • Vous accusez Mitterrand sans comprendre pourquoi il a mené cette réforme des retraites! Tout d’abord sachez qu’a l’époque le.Âge de départ si il était de 65 ans il fallait seulement 37.5 années de cotisations pour une retraite à taux plein. Donc que pesez vous au.il se passait quand les seniors qui avaient commencé à 16 ans arrivaient vers 55 ans et que leur patron les regardaient d’un sale œil parce qu’ils trainaient la patte… direction assedic ou cpam !! Et à côté de ça les jeunes ne trouvaient pas de boulot donc plus de cotisations pour renflouer le système à long terme. Si aujourd’hui on accuse l’arrivée massive du baby-boom à la retraite, chose quand même prévisible depuis plusieurs décennies, ce phénomène ne va pas durer plus de 25 ans. donc tout ce remue ménage n’est que la lubie de nos gouvernants qui étant incapables de gérer les budgets qu’on leur alloue se verraient bien taper dans le magot pour masquer un peu plus leur incompétence. si il devait y avoir une réforme des retraites elle en devrait concerner que la durée de cotisation, et non pas l’âge ! Sauf si on veut que les jeunes commencent de plus en plus tard à travailler pour diminuer la durée. De plus comment se réveille t’on un matin en se disant «  tiens on va travailler 2 ou 3 voire 5 ans de plus! » ça revient à dire à un client «  ça va vous coûter 100 euros a 12% près… »

  • Macron échouera à réformer les retraites . Il sera forcé par la rue à un semblant de réforme. Il faut dire tout haut ce que personne n’ose dire même tout bas, nous sommes fainéants et une meute sans fin profite du système mis en place par Franchou le Vichyste et dont la faillite avérée a déclassé la France pour très longtemps. Sans plus de travail, la France sera rayée des tablettes du monde qui influence.

    • Sans le covid, la réforme des retraites serait passée. Elle était à l’assemblée nationale et il n’y avait plus de manifestations. Toutes les corporations ont eu soit gain de cause, soit capitulées.
      La « rue » est inexistante. Il n’y a que des révolutionnaires de salon.

  • Et encore une pseudo réforme qui va toucher les électeurs du privé qui portent au pouvoir des politiques qui bétonnent les retraites du public…

  • l’erreur a été faite par Vichy en 1941 en instaurant la répartition obligatoire contrôlée par l’Etat.

    • Une répartition non obligatoire ne peut jamais fonctionner, l’exemple des fonctionnaires en dit long, dix ans après avoir vu disparaître une partie de leur économies dans le naufrage du Cref (Complémentaire de retraite de l’Éducation nationale et de la Fonction publique), des centaines de milliers d’épargnants sont concernés par cette affaire, demandez leurs. Il n’est pas responsable de dire que la répartition obligatoire est une erreur. Expliquer nous comment la génération d’entrée qui n’a pas d’économies pour ses vieux jours pourra vivre dans la vieillesse. Le sujet est le même pour les caisses sous forme de capitalisation, qui finance la génération d’entrée qui ne cotise pas 40 ou 45 ans et qui vivra 20 ans ou plus à la retraite ? Il n’est pas question de dénigrer la capitalisation, il suffit d’expliquer son fonctionnement, ses avantages et inconvénients. Le mix répartition pour tous pour la base, obligatoirement tous au même niveau + une complémentaire obligatoire, aussi sous forme de capitalisation, prestations et cotisations définies entre partenaires sociaux d’entreprise ou de corps de métiers, qui peut par exemple prévoir la retraite anticipée avant l’âge de retraite de la base et ou prendre en charge une rente pont jusqu’à l’âge officiel de la base etc à condition qu’elle s’autofinance !! Le libre choix devrait être donné à ce niveau là. Supprimer la répartition n’est par faisable. C’est bien elle qui a permis aux retraités d’après guerre meurtrière de pouvoir vivre-survivre… Et qui donnera la garantie de la bonne conjoncture pendant des décennies voire des siècles ? Il n’est pas non plus admissible de dire : à la soupe populaire – resto du coeur etc. La société doit s’organiser par des obligations et devoirs pour éviter un drame social que l’on connait dans bien des pays pauvres. Il est grand temps de responsabiliser les gens par des obligations et devoirs au lieu de les attiser sur des droits sans se poser la question qui va payer, combien cela coûte et qui en profite.

  • Bof ! Au point où on en est ! Sachant que l’État a balancé par la fenêtre 197 milliards d’€ depuis 2012 pour la transition écologique, non pas inutile, mais nuisible, on peut continuer comme ça pour les retraites jusqu’à la faillite finale.

  • Pour rappel, la retraite à 60 ans n’existe plus. Sarkozy l’a fait passer à 62 et Hollande a augmenté le nombre de trimestres nécessaires.

  • J’ai mieux: oui à la retraite quand on veut, comme on veut, et m.. !

  • Le probleme est plus profond et ne peut etre resolu en mettant l age de la retraite a 65, 67 ou 70 ans
    Le probleme est double :

    1) on a de plus en plus de retraité qui vivent de plus en plus longtemps et qui coutent de plus en plus cher en soins medicaux (ne pas oublier ce parametre : le cout des soins a explosé depuis 81)

    2) pour financer le 1) on a taxé de plus en plus ce qui a logiquement anémié l economie francaise. Et comme les besoins augmentent avec un economie en declin on taxe encore plus ! histoire de faire mourrir la bete plus vite je suppose

    Autrement dit, reculer l age de la retraite est juste un palliatif. Ca permet de repousser dans le temps la faillite du systeme mais pas plus. Vu l age de l auteur je suppose que ca lui suffit et il doit se moquer que ceux qui l ont nourri pendant sa retraite se retrouve le bec dans l eau quand ils seront agés

    • Êtes vous certain que seuls les vieux travailleurs je dis bien travailleurs plombent les comptes du pays…?
      Et tous les profiteurs du système qui se font loger, soigner entretenir à l’œil toute leur vie, retraite comprise ils comptent pour du beurre…?
      Surtout que ces vieux travailleurs continuent de payer des impôts et taxes diverses.
      Toujours anti-vieux #cd : ces parents ont dû le déshériter …

      • @JLB
        1) j ai de bonne relation avec mes parents
        2) j ai moi meme quasiment l age d etre retraité (certains retraités qui sevissent ici sont surement parti avant mon age actuel)
        3) c ets pas parce que vous avez des cheveux blanc que vous n etes pas lucide et ne voyez pas que c est le plus gros probleme de la France (c est le premier poste de depense et on ne pourra redresser le pays si on continue a engloutir toute la richesse produite dans le systeme social. Sans compter l effet demotivant
        pour les jeunes generations)
        4) Si vous travaillez a creuser des trous puis a les reboucher, vous avez beaucoup travailler mais ca n a servit a rien. Il faut voir votre contribution nette. Autrement dit si vous avez travaillez mais vous avez elu Mitterrand, Chirac c est a mettre a voter passif (je m inclus dedans car si j etais trop jeune en 81, je suis coupable pour 88 meme si j ai pas vote pour lui)
        5) il y a des profiteurs c est sur mais il faut garder en etet les ordres de grandeurs ! Il y a quasiment 15 millions de retraités. donc 15 millions de pensions a payer et de soins medicaux a financer ! Ca coute bien plus cher que 1 millions de personnes au RSA.
        Surtout que les retraités actuels ont un niveau de vie superieur aux actifs (c est pas moi qui le dit, c est l iNSEE). Comment une economie peut tourner correctement quand ce sont les inactifs qui vivent le mieux en ponctionnant le travail des productifs ?

        • En quoi je creuse les déficit, jai largement cotise pendant ma carrière professionnelle et même si je sais que l’argent mis est parti en fumée dans un système de retraite foireux, je ne vois pas pourquoi j’aurais honte de toucher ma pension.
          Cela fait 40 ans que je suis d’accord pour reformer le système, mais cela ne s’est jamais fait, je n’y peu rien…

          • @JLB
            « En quoi je creuse les déficit »
            Faites le calcul de ce que vous avez paye comme cotisation et ce que vous allez percevoir. Vous allez vous rendre compte que vous allez toucher bien plus (ca depend evidement de votre etat de santé mais un retraité actuel peut esperer vivre jusqu a 90 ans. soit pres de 30 ans a la retraite. a votre avis combien a t il payé tout les mois comme actif ? le montant de sa pension actuelle ?

            PS: je simplifie un peu. je neglige le fait que les cotisations auraient rapporte des interet mais de l autre cote je ne compte pas les soins medicaux . ca devrait s equilibrer

            Pour le reste, je suis d accord qu un individu n est pas responsable de tout. Tout comme je ne suis pas responsable de la catatrophe Mitterrand/chirac bien qu electeur a l epoque
            Mais au moins la pudeur devrait faire qu on se transforme pas en donneur de lecon et a demander des sacrifice pour tous sauf soi meme comme l auteur ici (car il ne lui vient meme pas a lidee de mettre a contribution sa classe d age)

            • Vous mélangez retraite et assurance maladie…. 90 ans je vous le souhaite, mais bon pour l’instant c.est 83 ans la moyenne masculine. les cotisations que vous avez payé ont servi à payer les retraites de vos aînés à une époque où le coût de la vie était différent de celui où vous même vivrez votre retraite, financée par vos descendants…

        • Cessez SVP de mélanger retrait
          Es et assurance maladie

  • Bien avant que l’État ne se saisisse du truc, la retraite organisées par des communautés ( de travail ou autre) permettait à un vieux travailleur incapable de continuer à gagner sa croûte (dépendant) d’être pris en charge par la communauté.
    L’État désireux d’accroître son contrôle sur la société a voulu en faire un sorte de Club Med pour les (plus ou moins) vieux…
    D’autant qu’en détruisant l’économie on pouvait facilement invoquer le fameux « échec du vilain capitalisme »
    Aujourd’hui il faudrait garder le Club Med et traiter en plus la dépendance.
    Retour à la case départ avec en plus un gros boulet au pied.
    Le Futur a de l’avenir!

  • Changeons l’angle de vision pour trouver la solution: retraite d’abord de 22 à 62 ans ensuite travail jusqu’à en crever, ainsi l’on ne change pas l’âge de la retraite. CQFD.

  • Tout cela est bel et bon mais il faut du courage pour le mettre en œuvre et çà il en manque singulièrement à nos politiques !!!! Pourquoi ??? Parce qu’ils représentent le peuple et que ce peuple est devenu fainéant et assisté ( socialisé au sens socialiste ) et comme tous les peuples mous est appelé à disparaitre pour être remplacé par de nouveaux arrivants ambitieux et courageux !!! Ce ne sera pas la première fois dans l’histoire de l’humanité qu’une civilisation mourra en refusant de se battre pour son avenir !!! Nous en sommes là et les remplaçants arrivent de plus en plus nombreux ; malgré quelques combats d’arrière garde ce pays est foutu car nous n’aurons pas un nouveau De Gaulle ou une nouvelle Jeanne d’Arc pour nous mobiliser contre un occupant accepté sans lutter !!!!!

  • Mais en France certains ont la retraite légale à 67 ans avec une decote de 5% par an en cas de depart anticipé( ce qui fait 25% en moins si depart à 62 ans)ce sont les professions dites libérales(je n aime pas ce mot car ils ne sont plus libres de rien mais juste des vaches à lait pour l etat!)et personne n’en parle jamais;d ailleurs leurs caisses de retraite sont des vrais caisses avec du vrai argent,et bien gérées cest pour cela que Macron et ses sbires lorgnent dessus et voudraient au nom bien sur d une pseudo justice de façade s approprier cet argent et etatiser leur système au lieu de s’en inspirer.De plus aucun acquis social de base pour ces travailleurs,pas de congés payés ni maladie,cela doit etre cela l égalité dans ce pays.Sachez qu un veterinaire part à 67 ans avec moins qu un instituteuret ne me dites pas qu il peut se faire sa retraite à coté,cest tout juste impossible actuellement vu le niveau de charges!Et pendant ces etudes il ne s’est pas amusé mais a travaillé plus que les autres pour décroché un concours difficile.

    • seireusement 😉
      Vu ce que gagne un veterinaire (j en connais un donc pas de miserabilisme) c est ridicule de dire qu il n est pas capable de mettre de l argent de coté !

    • La comparaison entre réserves mathématiques = capital présent comptabilisé individuellement pour financer les prestations futures ou en cours avec les réserves actuelles et aléatoires d’une caisse en répartition est grotesque. L’assurance de base de tous est sous le régime de la répartition. En gros, le coût capitalisation ou répartition est le même, à la différence qui paye et à qui ???. Pour financer pendant 40 ans 20 ans de retraite il faut économiser 1/3 du revenu pendant 40 ans. Exemple Revenu but 10’000 Coti 3’333 = R net 6’666; Coti 3’333 x 40 ans = 133’320 divisé par 20 ans de retraite = Rente 6’666. Oubliez l’intérêt réel = i – moins inflation, ou un rendement non réalisé ! Il est absorbé par l’inflation crash boursier frais bancaires de gestion etc. En plus, mathématiquement, à chaque augmentation du revenu il faut racheter la différence de réserve mathématique sur les années déjà écoulées pour maintenir le ration Rente vieillesse = dernier Revenu net. J’aimerai connaître l’organisme qui garantit un taux d’intérêt fixe sur 40 ans de coti + au moins 20 ans de retraite. Et il faut expliquer comment et qui financera des indexations des rentes vieillesse en cours dans un système par capitalisation. Si cela ne convainc pas, faite des calculs sur 65 ans écoulés et un peu plus en arrière, par exemple depuis début 1900. Les données inflation et intérêts ou rendement sont connus, surtout n’oubliez jamais le coût de gestion / frais. L’âge de la retraite est évidemment important sur le plan financier si l’on ne veut pas sombrer dans l’insolvabilité et crouler sous la dette à charge de la jeunesse. Peut être sommes nous en phase de création d’une immense inflation pour réduite les dettes publiques qui seront remboursées en monnaie de singe, allez savoir ?

      • Intéressant votre calcul, mais ajustez le aux 43 ans de cotisations pour la dernière génération prévue dans la réforme Touraine. 1 tiers on est pas loin de ce que le salarié et le patron cotise, non? Il est où le problème vous démontrez que le système est viable

  • Oui, s’il la faisait maintenant, j’irais voter pour lui.
    Mais je crains qu’il ne bougera pas.
    Un sans couilles reste un sans couilles.

  • imposer encore , ça ne vous dérange pas ?? moi si .

    • La retraite à 60 ans voire 58 et même 56 ans c’est du Mitterrand tout craché, coût non financé* de l’époque à aujourd’hui : astronomique !
      sauf par nos impôts, bien sûr.

  • Le vrai libéralisme serait de pouvoir choisir l’âge de départ.
    Et bien sûr, le montant de la retraite serait fonction des droits acquis.
    Je trouve le raisonnement sur les étudiants spécieux.
    Les étudiants auront un salaire plus élevé et donc accumulent plus de droits que ceux ayant terminé leurs études plus tôt.
    Ceci compense une durée d’activité plus courte.

  • en fait le VRAI débat se situe sur le sort de ceux qui peuvent pas travailler pour un salaire qu’on juge décent…et ceux qui n’on pas pu capitaliser..

    alors qu’ils sont un problème somme toute secondaire à traiter ils ont modelé notre société.

    Par ailleurs, assez curieusement alors que l’auteur parle de durée de vie pour justifier l’âge de départ à la retraite, il semble ignorer que la différence de durée de vie entre une femme cadre et un ouvrier doit être de plus de dix ans… si on introduit la longévité pour justifier l’âge de départ on doit aussi adapter les cotisations!!!

    tiens… pour illustrer..https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t31.18172-8/22861386_842048385970035_7294415874838772487_o.jpg?_nc_cat=111&ccb=1-5&_nc_sid=730e14&_nc_ohc=81TVc2FhgPoAX-U0L9l&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&oh=62d713d50eaefdff9e2eb343df6d6fa5&oe=61A5B210

    la retraite par répartition est injuste de toutes façons..

  • Je ne vois pas pourquoi il devrait y avoir un âge légal de la retraite. C’est une rente viagère comme une autre qui se calcule assez facilement: proportionnelle à la masse cotisée (actualisée) et inversement proportionnelle à l’espérance de vie. Si vous la prenez à 32 ans vous aurez cotisé 10 ans au lieu de 40 et vous la toucherez 60 ans au lieu de 30 ans, elle sera donc 8 fois plus maigre. C’est un choix comme un autre si on ne compte pas sur la charité publique forcée pour s’en sortir.

  • Non à la retraite à 65 ans, oui à la retraite à la carte à partir de 60 ou 62 ans. Je l’ai fait chez les médecins, cela marche. Le montant dépend de l’âge auquel vous partez, et il est très facile de le calculer pour que cela soit actuariellement neutre et pour le régime (les autres), et pour l’intéressé.
    Indépendamment des équilibres, reculer l’âge bloque des postes, le libérer en libère et réduit le chômage.

  • Mitterrand n’a jamais accordé la retraite à 60 ans dans un geste populiste. Il n’a jamais rien fait pour le peuple. Il a accordé la retraite à 60 ans pour éviter que les chiffres du chômage explosent. Cela aurait mis en péril son septennat par la perte de la majorité aux élections des députés.
    Dire que les fonctionnaires n’ont pas un travail plus pénible que dans le privé est faux : les arrêts de travail y sont plus nombreux. Normal, ils sont tous atteints par le bore-out (à ne pas confondre avec le burn-out). Mais comme ils sont pationnés par leur travail, ils préfère rester fonctionnaires malades que travailler dans le privé en bonne santé.
    Le système par répartition ne tiendra pas longtemps avec le départ à la retraite à 62 ans. Les syndicats le savent mais c’est un moyen parmi d’autres de pousser la France vers le bolchevisme dont rêvent tous les sympathisants de gauche.

  • Les pays bien gérés avec des retraites par capitalisation parlent déjà de 67 ans.

    • Oui, vous êtes sûr qu’ils cotisent autant que nous ? Financièrement et en terme de durée ? Qu’appellez vous bien gérés ?

  • Et aujourd’hui, j’irais même jusqu’à 70 ans, sauf bien sûr pour les métiers particulièrement pénibles.

  • Retraite à 65 ans ?
    J’ai 75 ans, j’ai pris ma retraite à 65 ans, contraint et forcé.
    Les plus belles années de ma vie ne sont ni celles de ma jeunesse (avant 40 ans), ni celles de cette retraite où je me sens inutile.
    Mais entre 40 et 65 ans, quand j’ai créé de la richesse pour mon pays, propulsé des acteurs efficaces du monde du travail, investi (ou dépensé …) pour (sans que cela soit mon objectif, je l’admets) développer l’activité économique de mon pays.
    Je suis en plein accord avec @Nom : « Halte à la retraite à 64 ou 65 ans! Qu’on laisse tout le monde choisir en leur âme et conscience. ».
    Oui, qu’on laisse à chacun le choix de son régime, quitte qu’il aille se nourrir aux restos du cœur s’il s’est planté !

  • Breff, c’est ceux qui travaillent qui doivent encore aller plus loin , aller voir ceux qui finissent à 55 ans ou 57,ras le bol de cette inégalité, j’ai bientôt 60 ans, 160 trismestres cotisé, manque encore 8 ou 10 en fonction de ma date, si jamais ils prolonge, en caduche directement, no mais

  • L’âge de la retraite, le grand débat 60 ans ou 65 ans voir 67 ans, tout dépend du métier, ça c’est une réalité, mais une personne qui a commencé sa carrière à 17 ans aura cotisé 45 ans, et je pense que cette personne aura bien remplie son contrat. Mais il y a plusieurs problèmes de nos jours, comme les retraités plus que centenaire, les gens qui finissent leur carrière au chômage, et l’employabilité que la société est capable de donner quand la population est vieillissante, la moyenne d’âge actuellement est de 62,8 ans privé comme public, mais comme je suis ouvert d’esprit, je laisse la liberté de son départ. Pour réformer notre système de retraite , il faut d’abord faire le ménage pour qu’elle soit comprise

    • Ce message n’est pas de moi.

      @ JACQUES B : si vous êtes nouveau sur le site, pourriez-vous modifier votre pseudo SVP en sorte qu’il n’y ait pas confusion entre nous ? Merci …

  • Une simple réforme consisterait à donner aux gens leur salaire complet sans toucher au système.
    Une fois que le peuple aura fais chaque mois des chèques de 1000€ aux URSSAF et à la CNAV, la réforme viendra d’elle même

  • Acquis sociaux ou droit acquis ? Il faut cessez de confondre les 2. Si des acquis sociaux sont présents, ce n’est pas pour une éternité, surtout s’ils sont à crédit comme c’est le cas. Les droits acquis, exemple une rente vieillesse en cours, se défendent. Il est difficile de s’imaginer que l’on pourrait la réduire drastiquement, bien qu’une bonne crise économique ne pourra pas l’empêcher.

  • Cher Monsieur GOUDRON’ je vais vous épargner les plumes mais tout de même… votre raisonnement sur le « faux problème des carrières longues » le mériterait tellement il est simpliste et partial, en fait on dirait presque du Macron. Tout d’abord est il nécessaire de vous rappeler que l’étudiant qui fait de grandes études le fait pour obtenir une carrière mieux rémunérée, plus intéressante, plus rapide dans l’évolution hiérarchique. Ensuite cet étudiant bénéficie de bourses d’etudes, de toute la logistique académique ou universitaire financée par l’état, et même si il a besoin de faire un petit job d’étudiant pour arrondir les fins de mois, si il ne cotise pas ou pas suffisamment aux caisses de retraites: 200 smics horaire pour valider un trimestre il n’ a droit a rien. Cela vous choque ? Pas de bras pas de chocolat ! Celui qui travaille tôt, lui il cotise donc il est juste que ses droits a la retraite soient reconnus tout de même. Quant à votre raisonnement sur le temps de formation d’un salarié, non seulement cela ne changera pas sa capacité à valider les trimestres car le nombre d’heure est infime sur une année civile, mais de plus si on va au fond de votre « idee » il faudra aussi enlever les congés payés, le temps passé en réunion, bah oui c’est pas du travail c’est de l’information/concertation, les entretiens individuels.

    Pour finir avec vos propos vindicatifs et non concernes par ces contraintes que vous voulez imposes aux autres : âge légal à 65 ans et 43 ans de cotisations, cela pénalisera beaucoup plus les gens qui ont travaillé tôt et vous le savez très bien : Paul a commencé à travaillé à 17 ans si il part à 65 ans il aura du cotise 48 ans. pierre a commencé à travailler à 22 ans ( ingénieur) si il part à 65 il aura lui cotise les fameux 43 ans, donc 5 ans de moins que Paul ! Monsieur vous méprisez les gens qui ne sont pas de votre engeance en prônant ce genre d’injustice, je vous souhaite encore de nombreuses années de prêche dans le désert loin des oreilles influencées vulnérables et séniles.

    • PS: 200 smics horaires pour valider un trimestre avant la fin de l’annee civile de ses 20 ans, en carrière longue

      150 smics horaires pour valider un trimestre « normal »

      Les 2 cas se comptent sur une année civile,, en théorie on peut valider 4 trimestres avec un seul salaire mensuel de ministre ou de député par exemple

  • Une telle logorrhée verbale alors que la seule vérité sur une éventuelle nécessité d’une nouvelle réforme des retraites ne réside uniquement que sur la durée de cotisation et non sur un report d’âge légal de départ ou d’âge pivot ou encore âge d’équilibre… ces subterfuges linguistiques ne fonctionnent plus Monsieur, vous avez surfé sur les 30 glorieuses, félicitations, rangez vos cartons et allez raconter vos histoires à vos petits enfants.

  • Mr bitume, vous comparez les retraites allemandes à celles des français comme un populiste que vous êtes sans le savoir. Les allemands partiront effectivement à partir de 2029 à 67 pour un taux plein, sauf… les carrières longues ( comme en France) sauf que chaque mois manquant subira une décote de 0,9% par trimestre manquant contre 1,2% en France, sauf que le taux de cotisation en Allemagne est inférieur à 20% contre 28% en France, sauf que… beaucoup de différence qui explique cela vous ne pensez pas?

  • Ok boomer ! 40 de gauchisme, que le temps passe vite quand on s’amuse à jouer les patrons. Déjà les 35 heures ne concernent que les salariés CNRO et ETAM, en Plus chaque baisse de temps de travail 45h,41,40,39,35h s’ est systématiquement suivi de coups de fouets plus forts pour conserver la même productivité, tout du moins dans le privé… et même si cela n’a pas généré de nouveaux emplois comme prévu, cela n’en a pas enlevé. Pour rappel c’est quand même meme bien l’industrialisation ,la robotisation si chères à votre coeur et à votre patrimoine actuel qui a généré le plus de chômage au monde ! C’est quand même bien les plus gros patrons du cac40 qui payent le moins d’impôts sur le revenu? Vous êtes bien d’accord?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a suggéré que les impôts sur  les bénéfices des entreprises soient utilisés pour rembourser la dette covid du pays :

Les entreprises vont rendre ce qu'elles ont réussi à obtenir grâce à la protection de l'État[...] c'est une solution juste et efficace qui mérite en tout cas d'être étudiée.

J’avoue que le propos m’a laissé pantois mais que je l’ai mis sur le compte de la fatigue.

Par contre le ministre a été impeccable en réaffirmant fermement qu’une dette devait être remboursée.Poursuivre la lecture

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Après six ans de développements inaboutis dans la douleur, le projet de logiciel de rédaction des plaintes, petit nom : Scribe, destiné à faciliter, harmoniser et moderniser le travail de la police et de la gendarmerie dans le contexte du passage à une procédure pénale intégralement numérique, a été purement et simplement abandonné à la fin de l’année dernière. Perte sèche pour les contribuables : 13,3 millions d’euros, selon un rapport d’audit de la Cour des comptes publié le 1er juillet dernier.

Une paille, finalement, quand on pense... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles