Et si les mathématiques nous aidaient à gagner à l’Euromillions ?

Faut-il jouer les numéros au hasard ? C’est un peu moins simple qu’il n’y paraît. Certains numéros sont plus souvent joués.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by dylan nolte on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si les mathématiques nous aidaient à gagner à l’Euromillions ?

Publié le 27 octobre 2021
- A +

Par Avner Bar-Hen.
Un article de The Conversation France.

Vendredi 15 octobre, un heureux Français a gagné 220 millions d’euros à l’Euromillions, soit le plus gros jackpot de l’histoire de la loterie européenne. N’est-ce pas le bon moment pour se demander si les maths ne peuvent pas donner les numéros gagnants ?

Le Loto fut inventé à Gênes au XVIe siècle. Le principe était de tirer cinq numéros parmi 90, correspondant aux cinq conseillers pris au hasard parmi les 90 sénateurs pour former le conseil de la ville. On pariait sur le résultat de ce tirage au sort.

Deux questions se posent aux joueuses et aux joueurs : certains numéros apparaissent-ils plus souvent ? Certains numéros rapportent-ils plus que d’autres ?

Comment gagner plus en jouant autant ?

La première question est donc de savoir si la Française des jeux « triche » alors que la deuxième question permet de se demander s’il existe une meilleure stratégie de jeu que de jouer des numéros au hasard. Nous allons voir que la réponse à la première question est non, et que la réponse à la deuxième question est oui.

Il y a un consensus chez les statisticiens pour estimer qu’il n’y a pas de tricherie dans les tirages. Le tirage au hasard implique que certains numéros apparaissent un peu plus que d’autres, mais dans des limites considérées comme normales. Le numéro qui est le plus sorti entre le 19 mai 1976 (date du premier tirage) et le 1er octobre 2014 est le 1 avec 834 occurrences et le numéro le moins sorti (sur la même période) est le 29 avec 651 occurrences.

Notons que la Française des jeux n’a pas vraiment intérêt à trafiquer les tirages, car c’est prendre le risque de tuer la poule aux œufs d’or.

Dire qu’il n’y a pas tricherie implique que la probabilité qu’un numéro donné sorte au prochain tirage est toujours la même quel que soit le numéro et en particulier quel que soit le nombre de fois où il est sorti avant.

Tous les sites, journaux et autres bonimenteurs qui prétendent le contraire ne sont donc que des menteurs. Si tous ces diseurs de bonne aventure croyaient réellement détenir le secret pour gagner il serait surprenant qu’ils le partagent.

Pour illustrer le propos, rappelons que les Shadoks avaient construit une fusée qui avait une chance sur un million de fonctionner. Ils se dépêchèrent donc de rater les 999 999 premières fois pour enfin réussir. D’où leur devise : « plus ça rate, plus on a de chances que ça marche ».

On peut aussi penser à Rita Mae Brown : « La folie consiste à faire la même chose encore et encore et à attendre des résultats différents ». La citation est souvent attribuée à tort à Albert Einstein.

Faut-il donc jouer les numéros au hasard ? C’est un peu moins simple qu’il n’y paraît. Certains numéros sont plus souvent joués (par exemple les dates d’anniversaire) et donc toutes les grilles ne sont pas jouées le même nombre de fois.

Les grilles les plus jouées rapportent donc moins quand elles sortent, car il faut diviser le gain entre plus de gagnants. Donc pour paraphraser les Shadoks : « plus une grille est jouée moins elle rapporte ».

Les numéros gagnants

Il est donc tentant de jouer les numéros que les autres ne jouent pas… Malheureusement la Française des jeux ne publie aucune statistique sur les combinaisons jouées. On voit cependant que les gains sont très variables et donc que toutes les grilles ne sont pas jouées le même nombre de fois.

L’absence de données est évidemment propice à tous les fantasmes de martingale. De plus, si le jeu pouvait être rationnel, toutes les combinaisons seraient à peu près autant jouées et donc le nombre de gagnants sera moins variable entre les différents tirages et les gains seraient à peu près les mêmes toutes les semaines. Le nombre de gains élevés chuterait donc et cela limiterait l’attractivité du jeu.

La situation est-elle désespérée ? Pas tout à fait. Des chercheurs ont proposé une méthode statistique pour estimer la fréquence d’utilisation des numéros dans les grilles des joueurs de Loto. Pour cela ils utilisent les nombres de gagnants aux divers rangs.

Si tous les numéros étaient autant joués leur fréquence d’apparition serait de 1/49=0,0204. Le numéro 7 est le numéro favori des joueurs et il est joué 1,7 fois plus qu’il ne le serait si les joueurs choisissaient au hasard. La grille la moins jouée et donc la plus rentable était en 2014 la grille 32-38-39-40-41-43. À vous de voir si vous voulez tenter votre chance.

Dingue de maths

Au-delà du Loto, des ordinateurs ou des réseaux sociaux et de leurs algorithmes, les mathématiques permettent de prévoir les marées, de décoder des messages secrets, de créer des mélodies musicales, et même de multiplier les nœuds de cravate.

En révélant la beauté cachée des théorèmes jusqu’au cœur de notre quotidien, le livre Dingue de maths éclaire d’un jour nouveau les concepts mathématiques et leurs usages. Vous y découvrirez la face visible des mathématiques, celle sans équation.

The Conversation

Avner Bar-Hen, Professeur du Cnam, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Il manque un concept important dans cette réflexion : le nombre de combinaisons jouées par tirage versus le nombre de tirage. En effet jouer 100 tickets avec des valeurs habilement réparties augmente la probabilité de gagner partiellement par rapport à jouer 1 ticket dans 100 tirages successifs

  • il faut quand même se méfier, les tirages du loto ne sont pas aléatoires nous observons qu’ils ont un comportement, HISTORIQUE, comportement à un tirage aléatoire avec en outre équiprobabilité… ce n’est pas pareil..

    rien par exemple n’emepcherait une tricherie sur un tirage de temps à autre…à savoir une altération de l’équiprobabilité. gageons d’ailleurs que la française des jeu fait procéder à un examen des boules pour voir si elles ont la même poids et ne présentent e pas de balourd..ce genre de choses , qui font partie de ce qui pourrait altérer le tirage, et l’équiprobabilité..

    quand on raisonne sur ce genre de problème l’aléatoire est avant tout admis car observé historiquement ..

    une remarque remonter aux probabilités associées à un tirage donné ces boules…ces conditions précises du moment ..exigerait de pouvoir refaire la même experience un nombre de fois infini;.. pas juste « grand »..

    or..sitôt après le premier tirage on a aucune raison de penser que les conditions sont inchangées.. usure des boules ,modifications des conditions et surtout facteurs INCONNUS.

    ajoutons que les calculs qui admettent l’aléatoires et l’quiprobabilité et qui prétendent optimiser les gains ..en évitant de jouer comme les autres.. reposent AUSSI un examen HISTORIQUE de ce qu’ont joué les joueurs..

    on peut faire ce genre de chose MAIS..

    On doit rappeler ses hypothèses ..en admettant que le tirage est equivalent à un tirage aléatoire équiprobable des numéros, en admettant que les joueurs ne vont pas changer de choix de « grille »..alors je peux tenter non pas de « gagner mais d’aumgneter ma « probabilité de gagner plus que les gagnants MOYENS historiques ou choisir les tirages avec le moins de gagnants…

    en pratique donc, on ne sait pas faire RIGOUREUSEMENT. mais les hypothèses sont solides, non infirmée ( statistiquement) par l’histoire..

    Et si un tirage est truqué de temps en temps.. on ne peut pas s’en apercevoir…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lorsque les premiers jeunes réfugiés ukrainiens arrivèrent en France au début du mois d'avril, ce fut une véritable surprise pour leurs petits camarades français qui les accueillirent dans leurs écoles : leur niveau en mathématiques était notoirement meilleur que le leur et certains professeurs de notre Édulcolration Nationale s'en ouvrirent abondamment dans la presse.

Eh oui : apparemment, en Ukraine, les élèves ne lambinaient pas trop sur les exercices simples de mathématiques. Les opérations de base en arithmétique, y compris sur le... Poursuivre la lecture

Par Armand Lépiers, lycéen.

Il s'agit d'un secret de polichinelle, le niveau des élèves français est désormais faible. Selon les derniers classements PISA nous nous hissons péniblement au-dessus de la moyenne des résultats des pays de l'OCDE et à peu près au même niveau que le Portugal...

Cependant, les gouvernements successifs ne cessent de nous seriner que tout va bien, que le constat de la chute du niveau est une esbroufe tantôt réactionnaire tantôt élitiste (souvent les deux) et que nous devrions dormir tranquilles, la relèv... Poursuivre la lecture

On remarquera que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, dans ce bref entretien, où il n’est question que d’ajouter 1 h 30 d’enseignement scientifique aux élèves dont ce n’est pas un «  enseignement de spécialité », doit à la fois se référer aux paroles du président de la République et au Conseil supérieur des programmes qui a élaboré un « projet pour un nouveau programme de mathématiques » à la rentrée 2022 :

🎙️ @jmblanquer : "Nous allons mettre plus de mathématiques dans le tronc commun. 3h30... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles