Un jeune sur cinq ne condamne pas le meurtre de Samuel Paty. Tout va bien.

Lorsque plus personne n’ose aborder certains thèmes devenus tabous, le premier qui le fait sérieusement emporte la mise.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Terrorisme islamiste : quelles causes by Voyou Desoeuvre(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un jeune sur cinq ne condamne pas le meurtre de Samuel Paty. Tout va bien.

Publié le 18 octobre 2021
- A +

Par h16.

Il y a un an, Samuel Paty était décapité par un terroriste islamiste déclenchant une sorte de consternation de la classe politique et médiatique, la colère du peuple français et la résignation du corps enseignant qui, de PasDeVague en PasDeVague, sentait bien que cela devait arriver un jour ou l’autre.

De façon traditionnelle, des hommages furent donc rendus ce vendredi 15 octobre dans les établissement scolaires de la République. Heureuse surprise (c’est en tout cas ainsi qu’elle est présentée par le ministère de l’Éducation), les exactions en marge de ces commémorations ont été moins virulentes que ce à quoi on pouvait s’attendre.

Pensez donc : au lieu de quelques voitures cramées, d’une classe ou deux mises à sac, d’un ou deux profs tabassés, d’émeutes ici ou là, « il n’y a eu que quelques incidents, on en a recensé 98. C’est beaucoup moins que ce qu’il y a eu quand il y a eu des attentats précédemment », comme l’explique de façon biscornue Jean-Michel Touvabien, ministre de l’Édulcoration nationale et formidable athlète de l’euphémisme olympique.

Et franchement, on aurait tort de s’inquiéter de ces petits mouvements d’humeur d’une certaine catégorie de population lors des hommages pour commémorer, je vous le rappelle, la décapitation par un islamiste d’un enseignant qui avait eu l’outrecuidance de proposer un cours sur les caricatures de Charlie Hebdo, journal qui a lui-même été la cible d’un attentat meurtrier.

Le fait que 23 % des jeunes de 18 à 30 ans ne condamnent pas cet attentat odieux en toute décontraction youplaboum ne doit pas faire oublier les 77 % qui, eux, condamnent, voyez-vous.

Un cinquième de ces jeunes qui sont indifférents, trouvent normal voire nécessaire ce que Samuel Paty a subi, voilà qui ne doit pas du tout inquiéter. Près d’une centaine d’exactions dont 7 graves au moment de ces commémorations, voilà qui doit même rassurer sur la bonne santé et la vitalité de la liberté d’expression de nos chérubins en zones tendues et dans ces quartiers émotifs qui font la particularité pittoresque de certaines banlieues françaises : dans un pays qui irait mal, ces chiffres seraient plus haut, n’est-ce pas, mmhvoyez, voilà voilà.

En pratique, chaque commémoration émaillée d’incidents honteux minimisés par les sombres fanfarons au pouvoir, chaque exaction lamentable démontrant une nouvelle lâcheté républicaine, chaque attentat islamiste qu’on enrobera d’un « Surtout Padamalgam ! » bruyant donnent de nouvelles cartouches à ce chroniqueur devenu quasi-candidat qu’on voit partout dans les journaux actuellement.

Alors, certes, oui, de façon évidente et inquiétante, le discours de Zemmour oblitère par sa tonitruance les atteintes actuelles, lourdes, délétères et catastrophiques, à toutes nos libertés : le pass sanitaire n’est plus un sujet, l’hystérie sanitaire virant à la dictature non plus…

Malheureusement, on ne peut lui donner tort de dénoncer la minimisation des actes les plus graves dans le discours dominant : au prétexte de politiquement correct, d’ouverture d’esprit, de modernité ouverte à toutes les cultures et toutes les références, on transforme des comportements scandaleux en petits dérapages innocents avec lesquels il faut bien composer.

Il arrive un moment où, malgré tout, l’euphémisation forcenée ne parvient plus à rejoindre la dure réalité, complexe, qui exhibe alors quelques traits saillants.

D’une part, on ne peut que noter la scission de plus en plus claire de certains quartiers, voire de certaines villes avec le reste du territoire français. C’est évidemment vrai de ces quartiers où la police ne peut plus entrer, mais de façon plus large, les établissements scolaires donnent aussi une excellente illustration de ce phénomène avec absence grandissante de discipline, des exactions maintenant courantes sur les enseignants dans les classes et en dehors des classes, et le niveau général qui s’effondre.

Au motif politiquement correct qui consiste à ne surtout pas froisser les habitants de ces quartiers, on a raboté les exigences scolaires au point que l’ensemble de l’instruction dispensée en France n’est plus que l’ombre lointaine de ce qu’elle fut il y a quarante ou cinquante ans. L’Édulcoration nationale, incapable de gérer ces cas sociologiques, a choisi de s’aplatir (à coup de #pasDeVague) et de transiger partout où elle le pouvait ; ce n’est plus qu’un bateau ivre, prenant l’eau de toutes parts pendant que l’actuel ministre court, un sparadrap à la main pour faire mine de boucher l’un ou l’autre petit trou jouxtant les brèches énormes du navire qui s’enfonce dans la pire des médiocrités et de la soumission au politiquement correct.

D’autre part, cet abaissement, cet aplatissement voire cet aplaventrisme total de l’institution scolaire française n’est pas un hasard et n’est que la reproduction de ce qu’on observe partout ailleurs dans les médias et chez les politiciens.

Ainsi, pendant trop longtemps, il n’a pas été possible de dénoncer les dérives présentées comme religieuses ou culturelles d’une part malheureusement croissante de la population, sans déclencher immédiatement des réactions outrées de toutes les classes jacassantes ; l’anesthésie du discours politique et médiatique qui a pris place depuis plus de vingt ans n’a finalement fait que nourrir et grossir les frustrations de toute une partie de la population française confrontée directement aux effets indésirables graves de ce politiquement correct délétère, à savoir en premier lieu le délitement de toute autorité dans la police et la justice puis dans l’instruction et bientôt partout ailleurs.

Dans ce contexte, il n’était ni étonnant de voir les scores du FN (puis du RN) grimper depuis les années 2000, ni surprenant de voir le succès de Zemmour au moment où il reprend ces sujets à mesure que Marine Le Pen les délaisse dans une manœuvre politiquement suicidaire visant à rejoindre par « dédiabolisation » la classe jacassante toujours aussi profondément opposée à ces thèmes.

Comme il n’est plus possible de parler de l’immigration, de l’assimilation (ou de son échec en France), du communautarisme, de l’importance d’une société d’ordre et de justice, de l’importance du patrimoine, de la culture et de sa transmission, sans déclencher des réflexes pavloviens des jacassants qui n’ont alors que le mot « fasciste » à la bouche, le premier candidat qui le fait ouvertement et sans s’en défendre ni faire mine de s’excuser récupère immédiatement l’attention de tous ceux qui subissent justement les débordements quotidiens des politiques menées jusqu’à présent.

Et au vu du périplaquisme confondant de toute la classe politique sur ces thèmes devenus essentiels à force d’être tus, on se dit qu’il va avoir de beaux jours devant lui.

La liberté, quant à elle, devra attendre.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • Si 23% des jeunes ne condamnent pas l’assassinat, c’est qu’ils sont musulmans. La décapitation fait partie des sentences pour crime contre l’islam et est toujours pratiquée en Arabie Saoudite.
    Mais la question qui demeure c’est celle de ses collègues qui ont condamné S. Patty après son cours.
    Je suis certain que leur hypocrisie sans limite les a poussé à se conformer à la minute de silence et à expliquer pourquoi « c’est pas bien de décapiter son professeur laïc ».

    • Il y a une énorme marge entre désapprouver un cours et accepter la décapitation du prof. Ce n’est pas de l’hypocrisie même s’il aurait mieux valu bien sûr ne pas désapprouver.

      • -2, donc au moins 2 personnes pensent que les collègues qui ont désapprouvé ce cours étaient d’accord pour que le « responsable » soit assassiné et de quelle façon ! Ça fait peur cette totale absence de nuance.

        • Pour la nuance justement, ce n’est pas n’importe quel cours qui a été désapprouvé. Et si les apparences semblent indiquer qu’il a été désapprouvé pour son contenu, je crois que la simple existence d’une certaine partie du public de ce cours a énormément pesé dans cette désapprobation. Cette partie même qui a fait des vagues et a remis l’adresse de Samuel Paty au tueur.

          La nuance n’interdit pas des conclusions sans équivoque. Au contraire, elle permet de mieux les asseoir.

          (ps: je n’ai pas voté sur votre commentaire)

          • Oui vous avez raison. C’est clairement cette partie du public qui pose toujours problème. Mais le fait qu’il n’y ait jamais de réponse à la hauteur de la part de nos hauts-fonctionnaires, du fait de Pasdevague et de Padamalgame, au contraire même, ne peut qu’aboutir à cette auto-censure, par peur, d’un grand nombre de nos concitoyens.
            Le drame ne vient pas d’abord de ces « simples gens » mais de nos zotorités

            • @mimosa « par peur » : on peut aussi s’interroger sur la peur de son ombre de cette armée des ombres qui a peur du loup alors que techniquement elle ne risque absolument rien.

      • Marge pas si énorme. En désapprouvant, c’est prendre le parti des islamistes et donc de ceux qui ont voulu sa mort. Ça revient à les cautionner et leur trouver des circonstances atténuantes.

  • Cela fait maintenant deux ans que je suis très régulièrement les interventions de Zemmour, alors que ce ne fut que sporadiquement avant. Mon instinct de libéral « classique », ancré depuis mon adolescence, il y a déjà longtemps, me poussait à rejeter ses thèse (il appelait de ses voeux le retour à la planification étatique dans le Suicide Français). Je ne peux que constater qu’il a changé, notamment sous l’influence d’un chroniqueur régulier de Contrepoints, et son bonapartisme fondamental s’est un peu nuancé d’une approche de type « cessez d’emmerder les français et ça ira mieux, vous verrez » (Baisse de la fiscalité, des exigences réglementaires, rationalisation de l’état, réduction du mille feuille administratif). Il ne s’oppose au libre échange que quand les partenaires ne jouent pas le jeu, etc. etc. Il n’est pas contre une immigration de travail (strictement contrôlée). En ce ce sens il se pourrait qu’il soit paradoxalement la personne la plus libérale dans l’offre politique actuelle, qui ne l’est absolument pas. Sauf si on entend libéral comme « liberal », au sens anglo-saxon du terme, ce cancer vis à vis duquel Contrepoints n’est pas immune, loin de là, hélas.

    • Vous avez entièrement raison mais, ce n’est pas le sujet. Zemmour ne peut rien faire au phénomène paty et aux jeunes totalement hors contrôle. La justice est de gauche la gauche aime la charia, justice suprême, on se demande pourquoi elle a accepté l’arrêt de la peine mort.

      • En fait, pour modifier les comportements des administrations, il faut changer les modalités permettant de faire carrière, les déconnecter de la culture gauchiste actuelle. En ce sens, une réforme administrative est possible, nos hauts fonctionnaires ont été vichystes à une écrasante majorité, ne l’oublions pas…

        • @Propone la seule réforme à faire est la suppression du statut . Sauf pour la police et l’armée . Sans cette réforme , rien n’est possible et inversement. Un nouveau leader pourrait alors virer avec pertes et fracas le scribouillard enturbanné de Bercy qui renâcle et tout le troupeau suivrait .

          • Et encore, même la police et l’armée pourraient, en grande part, être constituées de contractuels en CDD ou CDI classiques. On pourrait supposer que les grands directeurs et autres officiers supérieurs soient des fonctionnaires avec statut spécial pour les mettre à l’abri des pressions politiques et assurer une continuité. Mais on pourrait croiser ça avec une partie renouvelée à chaque changement de gouvernement.

            LE truc qu’il faudrait réformer surtout c’est le lien caché mais tellement fort entre haute administration et médias « dominants ». Ces médias vivent désormais majoritairement des « aides » (distribuées par les élus… mais sur recommandation de fonctionnaires) ET des ventes aux administrations, peut-être plus importantes encore. Si les journaux, la télé, etc. dépendaient pour vivre de la satisfaction de leur audience réelle, et non de celle de quelques énarques inconnus du grand public (et tous de gauche, « progressistes » et violemment socialistes), la France entière changerait sans doute très vite.

        • @Propone et Val
          Bonsoir,
          Couper net les subventions étatiques aux syndicats serait un bon début. Dans l’EdNat, il y en a beaucoup. Sans subventions, il y aurait un tri.

    • Avec vous une source pointant cela ? Comme vous je m’inquiète un peu du Zemmour ultra étatiste et bureaucratique.

    • Le problème de certains libéraux est qu’ils le sont tellement inconditionnellement qu’ils ne voient pas que certaines idées (idéologies) qu’ils appellent en bons libéraux à tolérer conduisent à une catastrophe en termes de libertés ; ici, la charia – mais on pourrait aussi parler du communisme ou d’autres idéologies.
      En cela, ils font penser à ce que certains appellent « l’angélisme de la gauche » sur certains sujets. C’est là qu’on retombe sur le concept anglo-saxon « liberal »…
      Bref, un certain nombre de libéraux manquent de réalisme, et restent trop dans une forme d’idéologie abstraite, éthérée, déconnectée du réel.

  • C’est exactement pour ces raisons que je voterai Zemmour. Côté économie il a l’air mieux que les autres finalement, mais c’est totalement pour ces questions de société que je voterai pour lui. A quoi me sert de soutenir une politique soi-disant ouverte et républicaine avec n’importe lequel des autres candidats, si c’est pour, au final, laisser évoluer la société vers la charia !

  • périplaquisme : cela désigne quoi concrêtement ?

  • On ne doit pas être loin des 20% d’immigrés par chez nous, principalement musulmans donc pour qui la décapitation est une sorte de bonnet d’âne pour mécréant. En y ajoutant ceux qui s’en tapent parce que le sujet n’est pas passé en série sur netflix, on doit bien être au dessus des 25% de négationnistes. Au moins, cela conforte les souverainistes quant à exprimer haut et fort leur conviction.

  • Ne trouvez vous pas que la terreur qui gagne les français par la décapitation et les attentats islamiques peuvent être assimilés à la terreur de Robespierre et Danton qui ont écrit les droits de l’homme avec le sang des guillotinés

  • 1900: Population de l’ Afrique entre 100 et 200 millions contre 400 à 500 millions en Europe

    2000: population de l’ Afrique 1 milliard, la population de l’ Europe n’ a pas trop changé

    2050: Afrique 1,5 milliards, Europe 400 millions……….etc etc

    • Et la population de l’Europe qui n’a pas trop changée est désormais à près d’un tiers formé de descendants des africains précédemment nommés, et pas des européens de 1900…
      Mais il est interdit de s’en inquiéter. Alors que quand 10 000 « européens » étaient installés en Algérie (« pays » qui n’existait pas avant leur arrivée), c’était grand scandale et il fallait d’urgence le faire cesser.
      Les libéraux en papier mâché qui pratiquent le « deux poids deux mesures » sont à mon sens des socialistes comme les autres (l’incohérence est leur marque de fabrique).

  • Excellent article qui remet sans façon la réalité sur le tapis.
    Mine de rien nous sommes tous plus ou moins anesthésiés avec l’inqualifiable politique dénoncée ici. Macron est un manipulateur au moins aussi florentin que le fut F. Mitterrand, et durant plus de 14 ans. La montée de l’extrême droite sert effectivement la nouvelle candidature de Macron pour 2022.
    Pas de chance pour les français, la République et le pays, que ce soit MLP ou EZ qui accède au 2e tour, pour Macron c’est du kif au même.
    L’avenir du pays semble désormais scellé.

  • 23% des jeunes d’aujourd hui seront 23% des vieux de demain !!
    On a un gros pb qu’il va falloir arrêter de nier!!!

    • En fait ils seront plus de 23%… Avec ceux qui débarquent déjà « vieux » et les locaux qui cassent la pipe ou se cassent ailleurs, la proportion croit régulièrement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Eric Zemmour
0
Sauvegarder cet article

La spirale de l’échec continue pour Reconquête!, le parti nationaliste d’Éric Zemmour : après un score médiocre à la présidentielle, le premier tour des élections législatives de dimanche a confirmé son décrochage avec 4,2 % des suffrages exprimés.

🔴🎥 La réaction des militants d’Éric #Zemmour - éliminé au premier tour - lorsque Jean-Luc #Mélenchon a pris la parole hier soir.@QOfficiel pic.twitter.com/T56ZFpexHO

— Élections 2022 🗳 | #JeVote (@2022Elections) June 13, 2022

Porté par des sondages ... Poursuivre la lecture

populisme
0
Sauvegarder cet article

L’irrésistible montée du populisme vient encore d’être mise en évidence par les résultats de l’élection présidentielle française. Certes la coalition des mécontentements n’a pas conquis le pouvoir, mais elle s’en rapproche. L’avenir est donc périlleux. La foule reste mécontente, mais la foule n’est pas le peuple. Voilà bien l’essence du populisme qui, malgré l’étymologie, s’adresse à la foule en colère pour lui promettre ce qu’elle désire, sans le moindre souci de faisabilité.

 

L’irrésistible montée du populisme

Il suffit ... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Votre nouvel essai est une piqûre de rappel salutaire contre certaines idées reçues qui circulent dans le débat public. Pour vous, le procès contemporain intenté contre l’individualisme est une fausse piste. Au contraire, c’est le communautarisme, le grégarisme et le tribalisme qui gagnent du terrain. À quoi répond ce besoin d’identité collective ? En quoi est-il un danger mortel, psychologiquement et socialement, pour l’individu singulier ?

Thierry Aimar : J’ai distingué dans le livre deux catégories d’individus : les I... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles