GAFAM : une haine injustifiée

Tout le monde semble en vouloir aux GAFAM, et vouloir l’intervention de l’État pour circonscrire leur influence. Seulement les accusations portées masquent mal les desseins politiques qui pourraient faire plus de mal que de bien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mark Zuckerberg by Dan Farber (Creative Commons CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

GAFAM : une haine injustifiée

Publié le 9 octobre 2021
- A +

Par Pierre Schweitzer.

Les procès à répétition contre les grandes entreprises du numérique, au sens propre comme au figuré, se placent de moins en moins sur le terrain du droit et de plus en plus sur celui de la politique. Une évolution inquiétante pour l’avenir si on tient compte d’une part de l’exagération grossière des maux qu’on cherche à guérir, et l’ignorance des effets pervers d’un tel usage de la puissance publique.

L’assaut contre les GAFAM

Pas une semaine ne se passe sans qu’un organe gouvernemental ou para-gouvernemental ne s’en prenne aux grandes entreprises du numérique telles que Facebook, Google (Alphabet), Apple, Amazon ou encore Microsoft.

Qu’on les appelle big tech, GAFAM ou simplement grandes plateformes numériques, personne n’a de mots assez durs pour les qualifier. Les médias se délectent d’ailleurs des nombreuses auditions de responsables de telles entreprises, durant lesquelles le personnel politique et bureaucratique surenchérit d’accusations volontiers sensationnalistes.

Dernier exemple en date : des documents internes à Facebook et Instagram révèleraient la nocivité de ces applications sur leurs utilisateurs, particulièrement adolescents, ce que l’entreprise et son fondateur ne peuvent donc ignorer puisqu’il s’agit des conclusions de leur propre enquête.

Et lorsque ce n’est pas sur l’utilisation d’algorithmes addictifs censés maximiser le temps d’attention que chacun dédie à leurs écosystèmes, Facebook et les autres usual suspects sont accusés de laisser se répandre de fausses nouvelles, de ne pas laisser de répandre de vraies nouvelles, de ne pas payer leur juste part d’impôts et taxes, et surtout d’exercer une domination si écrasante sur leurs marchés respectifs que les petits concurrents n’auraient désormais plus aucune chance de les battre à la régulière.

Le marché échouant à accomplir des buts que le législateur, l’universitaire ou le commentateur télévisé lui a fixés, la conséquence logique est un appel sans cesse renouvelé, sur un ton de plus en plus accusateur, à une régulation accrue. Il semble que chacun a ses propres raisons d’en vouloir aux GAFAM, et que tous s’accordent sur le recours à l’État pour obtenir ce qu’ils veulent.

Certes, j’ai mes propres griefs à l’encontre de ces plateformes numériques dont je suis un utilisateur sceptique mais pragmatique. Je suis de moins en moins convaincu par l’équilibre coûts-avantages du modèle de gratuité des contenus, et si je vois tant d’adultes perdre leur temps, leur concentration et leur sang-froid sur des réseaux où le niveau du débat ne dépasse guère celui du Café des Sports, alors je ne peux qu’imaginer les dégâts qui se préparent pour les générations d’adolescents qui, n’ayant pas connu la vie d’avant, ont encore moins de recul sur ces usages.

Toutefois je reste convaincu que les solutions avancées sont pires que le mal, et que ce mal lui-même n’a rien d’une évidence. Ayant récemment développé ces considérations dans un article publié par l’Institut Libéral, je me contenterai ici de résumer les points qui me semblent manquer au débat public.

Responsabilisons les parents

Sur les dangers sociétaux d’un usage massif de réseaux sociaux par des jeunes de 13 à 18 ans, voire moins, il ne faut pas se laisser berner par le caractère désormais public de toutes les mesquineries qui ont caractérisé les cours de récréation depuis la nuit des temps.

Le harcèlement numérique est profondément déplaisant, mais on oublie combien l’appartenance à des communautés virtuelles peut constituer une échappatoire salvatrice pour l’adolescent légèrement marginal qui il y a 30 ans pouvait se sentir seul au monde et qui aujourd’hui peut se mettre en contact avec des communautés du monde entier autour d’une passion, d’une phobie, d’une maladie, d’une orientation sexuelle ou de toute autre particularité. Ainsi les mêmes outils numériques qu’on accuse de pousser à la conformité sociale peuvent servir à l’exact opposé.

Par ailleurs, on aurait tort d’oublier combien les parents et les proches ont un rôle à jouer en la matière : il est sûrement difficile de maîtriser l’usage que font les jeunes d’Internet, mais passer quelques heures de son précieux temps à mettre en place des outils de contrôle et surtout à éduquer ses enfants au savoir-vivre numérique et au piège psychologique de la comparaison permanente aux vies artificielles des « influenceurs » est un prix modique à payer en comparaison des bénéfices que permettent ces mêmes réseaux numériques.

La liberté n’est un bienfait que si on l’utilise sagement, mais celle-ci ne peut exister sans les tentations que ne manqueront jamais d’offrir les marchands de tout poil. Laisser l’État se charger du problème ne garantit qu’une chose : le renforcement de son pouvoir de censure des applications et contenus numériques et la promotion de sa propre déclinaison de gratification immédiate, c’est-à-dire la dépense publique financée par une dette insoutenable.

Sur un volet plus économique, il semble que le législateur perd de vue les objectifs originels de la lutte contre les monopoles de marché, ou du moins les interprète d’une manière tellement vague qu’elle confine à l’arbitraire. Comme le soulignait déjà Bastiat en son temps, l’économie ne doit pas être vue comme une course de chevaux où la concurrence serait à la fois le moyen et la fin.

Le faux problème du monopole des GAFAM

Dans le monde économique, dont le but n’est pas de créer des emplois ni de mettre en œuvre un projet de société, mais plus simplement de proposer des services au consommateur libre et consentant, la concurrence n’est que le moyen de faire émerger les meilleurs producteurs.

Bastiat l’illustre avec l’exemple d’un cheval de poste que l’on choisit en raison de sa capacité à livrer un message le plus rapidement possible, sans se soucier de savoir si cela est juste envers des chevaux physiquement moins aptes, puisque le but n’est pas de faire concourir des chevaux mais bien de satisfaire un but précis au moindre coût. Dans le cas des plateformes numériques un simple coup d’œil aux parts de marché des entreprises dans le collimateur des autorités de la concurrence suffit à douter de leur caractère véritablement monopolistique.

Même lorsqu’il est avéré, un monopole n’est pas un problème en soi. Ile devient  lorsque les barrières à l’entrée du marché deviennent infranchissables. Or en matière d’industries numériques les empires se font et se défont plutôt rapidement si l’on compare aux industries traditionnelles. Dans les années 1990 on se demandait bien qui pourrait détrôner Netscape, MSN, AOL, Yahoo! ou encore Blackberry…

Ce n’est pas très surprenant puisqu’en matière d’applications et de contenus, les coûts fixes et l’accès au marché sont nettement inférieurs au domaine des biens tangibles. Les sommes importantes que parviennent encore à récolter des start-ups visant à devenir le prochain TikTok ou Snapchat témoignent de la conviction qu’ont les investisseurs dans la possible remise en cause des positions dominantes actuelles.

Une protection du consommateur aux effets pervers

Enfin le public ignore souvent combien la complexité des législations censées protéger les intérêts du consommateur produit en réalité un effet pervers : seules les grandes entreprises disposent des ressources financières pour se mettre en conformité et ne pas risquer la faillite pure et simple en cas d’infraction (volontaire ou non).

Ainsi l’investissement de mise en conformité des entreprises débutantes vient directement détourner de précieuses ressources humaines et financières de la recherche d’innovation qui devrait constituer leur objectif premier, et ce afin de satisfaire le consommateur. Le fait que Facebook réclame parfois d’être plus régulé devrait nous alerter sur les motivations réelles qu’une telle demande peut bien cacher.

De manière plus générale des recherches remettent régulièrement en cause l’existence de bénéfices réels des législations antitrust sur le niveau effectif de concurrence et de prospérité économique, mais la simple admission d’une telle possibilité mettrait de nombreux professionnels de la régulation dans une situation d’inutilité fort embarrassante1 2.

La dernière tendance inquiétante concerne la manière dont la législation – notamment européenne – en matière de concurrence se concrétise dans les faits.

Comme l’indique H. Schneider dans un article récent3, les définitions utilisées pour caractériser les comportements anti-concurrentiels sont de plus en plus vagues, et surtout la charge de la preuve est peu à peu en train d’être inversée, obligeant les entreprises qui ont eu le mauvais goût d’être plébiscitées par leurs consommateurs à démontrer qu’elles ne nuisent pas aux intérêts de ces derniers.

Alors que les amendes financières s’enchaînent depuis quelques années, on entend résonner les applaudissements de ceux qui, comme la presse subventionnée ou les gouvernements en faillite qui commencent à manquer d’argent pour les subventionner, estiment que les gagnants du marché libre leur doivent une partie de leurs bénéfices. Difficile de ne pas y voir un clin d’oeil à l’électeur en mal de bouc-émissaire plutôt qu’une défense sincère et efficace du consommateur.

Article modifié le 09/10/2021 à 13h27 : rajout des notes de bas de page.

  1. Robert Lawson & Ryan Murphy (2016) Does antitrust policy promote competition?, Applied Economics Letters, 23:14, 1034-1036, DOI: 10.1080/13504851.2015.1130784
  2. Voigt, Stefan, The Economic Effects of Competition Policy: Cross-Country Evidence Using Four New Indicators (September 2006). Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=925794 or http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.925794
  3. H. Schneider: European Union Antitrust Policy in the Digital Era, CEI Issue Analysis 2020 n°8, octobre 2020. L’auteur décortique les affirmations de la Commission Européenne, de certains commissaires, ainsi que celles du rapport Crémer et al. qui constitue la principale influence des évolutions législatives en cours. Schneider fait le constat d’une totale inversion de la charge de la preuve, les accusés ayant été définis comme coupables d’avance et faisant l’objet d’accusations plus politiques que rigoureusement économiques ou juridiques.
Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Pas très convaincant le paragraphe sur les barrières à l’entrée. C’est une chose de créer un réseau social à la mode comme tiktok, s’en est une autre de déboulonner Google ou Amazon. Seul la Chine l’a fait en interdisant la concurrence et en injectant les milliards d’argent public, et après cela ils sont quand même en train de les démanteler (alibaba…)

  • Les politiques s’en prennent à eux pour les assujettir et les transformer en organe de propagande si ce n’est de contrôle de la population.

    • La seule chose qui les embête, c’est la perte de recettes fiscales. Dont d’ailleurs les GAFAM n’y sont pour rien…
      L’article réduit la question à celle des réseaux sociaux. Google n’est pas un réseau social, Amazon n’est pas un réseau social, Apple n’est pas un réseau social, Microsoft n’est pas un réseau social.
      Seul Facebook en est un. Et on peut parfaitement vivre sans. C’est plus difficile de vivre sans téléphone, sans ordinateur, sans faire ses courses sur le net et sans Google.

  • Plaidoyer bancale pour les GAFAM.

    -il un à 30 ans, un adolescent marginal pouvait se sentir seul. Oui mais ce n’est pas ses contacts avec les réseaux sociaux, dont peut être ceux qui partagent sa marginalité, ne le font parfois que pour mieux le démolir une fois qu’on l’a incité à s’épancher.
    -l’usage que font les mineurs des réseaux sociaux et d’Internet est plus influencé par les copains que par des parents. Il est naïf de croire que ce sont les parents qui peuvent orienter l’accès à Internet.
    -sur un volet plus économique, Internet et ses applications n’existeraient pas sans les lignes téléphoniques ou câbles optiques (+ leur maintenance) utilisés gratuitement par les GAFAM. Amazon n’existerait pas sans les routes et les aéroports payés par nos impots, etc.
    -les premières Lois anti trust sont nées aux États-Unis pour protéger le consommateur américain. Elles ont été appliquées sur des entreprises au marché 100% interne US. Elle ne sont pas appliquées aux GAFAM car ces derniers drainent une énorme quantité de devises qui bénéficient aux États-Unis.
    -les amandes européennes sont ridicules (300 millions) par rapport aux amandes infligées aux entreprises européennes (7 milliards pour BNP, 9 milliards pour WW…) par les États-Unis.
    -il n’y a pas que les nouvelles entreprises du net qui doivent détourner une partie de leurs ressources pour respecter les législations. Toute nouvelle entreprise, quelque soit son domaine doit le faire.

    • Intéressant le volet des lois antitrust non appliquées aux GAFAM, mais ça ne m’étonne pas des US

      Entièrement d’accord avec votre commentaire, auquel je rajouterai ceci : le risque de censure de l’information, qui n’est plus un risque mais un fait. Certes ce sont des plates-formes privées, mais s’il ne faut pas parler que de Facebook et google ce sont 2 entreprises qui pèsent fortement dans le domaine de la liberté d’expression. Et quand je vous la censure sur ces 2 plates-formes qui a pris une ampleur considérable depuis le début du covid je ne peux que m’inquiéter.

      Le plus grave étant pour moi les conditions d’utilisation de youtube ne permettant plus d’aller à l’encontre du discours de L’OMS, sinon censure de la vidéo. Des vidéos de scientifiques non partisanes ont ainsi été supprimées

  • Il y a des liens croisés entre l’administration US, les politiques, et les GAFAM, donc la polémique FB tient du théâtre d’ombres. Ces liens croisés expliquent partiellement la soudaine passion d’entreprises privées pour l’arène politique.
    Personnellement je me tiens à l’écart de leurs services et j’encourage mes proches à en faire autant: la meilleure sanction est l’abandon.
    Deux remarques:
    1- Les utilisateurs « historiques » de FB et autres, qui ont signé pour un truc fun, permettant de promouvoir leur business, etc., n’avaient pas signé pour une plateforme woke. Le glissement s’est opéré après. D’une certaine façon, ils pourraient collectivement invoquer une tromperie et modification abusive des règles d’utilisation, entraînant un préjudice correspondant au temps et / ou moyens investis.

    – A ce point, un gros obstacle à la liberté d’expression, outre le législatif (qui aux US est limité par la constitution,) c’est le secteur bancaire/moyens de paiement. C’est ce qui crée des difficultés considérables pour un réseau comme Gab: les moyens de paiement électroniques et les réseaux bancaires ont un rôle quasi incontournable et leur liberté de choisir leurs clients / de les virer avec pertes et fracas pour des raisons politiques est en contradiction avec la liberté de commercer.
    Et ce, d’autant plus que « fondez votre propre banque/réseau de paiement » est très difficile pour des raisons réglementaires. On a donc le cul entre deux chaises: trop ou pas assez de réglementation.
    Sans parler d’un pays comme la France où leur intermédiation est légalement obligatoire (une aberration en soi.)

  • Avec le gloubi-boulga sur les « GAFAM », on catégorise et on juge les entreprises non pas sur ce qu’elles apportent de positif ou négatif, sur leur pratiques ou notre dépendance économique et individuelle mais sur un modèle économique auquel on est incapable de participer.

    Les problèmes sont réels, mais les discussions sont vaines car accaparées par les politiciens et les activistes qui brouillent volontairement les cartes pour enrichir la recette du gloubi-boulga et en augmenter le pouvoir nutritif.

    Même problème que pour l’écologie, le Covid, le wokisme, etc…)

    • En fin de compte, les jeunes (ou les attardés ?) aiment bien le gloubi-boulga parce qu’ils ont de gros besoins nutritionnels pour leur croissance, un estomac à toute épreuve, le goût de l’expérimentation même stupide … et une faible notion de pourquoi ils se nourrissent.

  • C’est la censure qu’espèrent imposer les critiques, comme la lanceuse d’alerte contre Facebook !

  • Considérer come non négatifs les monopoles des Gafam est décoiffant dans un environnement libéral. Le moteur de recherche Google a-t-il progressé depuis 10 ans ? Non, il a juste rempli d’encarts publicitaires volatils là où les producteurs de contenus pouvaient se financer avec leurs publicités propres. Facebook avait-il besoin de Whats app ou Instagram ? Non, les acquisitions furent juste pour tuer dans l’oeuf toute concurrence. Quant aux états, sont-ils vraiment dans la lutte contre ces monopoles ? Non, ils veulent juste une part des profits colossaux et défendent la nature monopolistique des ces entités avec comme contrepartie le contrôle et la soumission des populations.

    • Les GAFAMs ne sont pas des monopoles.
      Apple est durement concurrencé par Samsung, Xiaomi et tant d’autres.
      Microsoft est lui même concurrencé par Apple pour le système d’exploitation et par un paquet d’entreprises pour les matériels.
      Google est un leader sur les navigateurs et moteurs où la concurrence est réelle.
      Amazon est aussi un leader mais aisément contournable pour nos achats sur le web…
      Ces boîtes se sont justement développées dans un environnement profondément libéral (les States) et ne doivent leur position de leader qu’à la médiocrité de leurs concurrents.

  • « il ne faut pas se laisser berner par le caractère désormais public de toutes les mesquineries qui ont caractérisé les cours de récréation depuis la nuit des temps. » Vous avez tout à fait raison, ayant fréquenté l’école depuis l’âge de trois ans jusqu’à récemment, comme « apprenant » puis comme « enseignant », je peux témoigner que le harcèlement existe à tous les âges (oui, même parfois en salle des profs), mais avec des « armes » de plus en plus sophistiquées, qui doivent être mieux maitrisées.

    • « les mesquineries qui ont caractérisé les cours de récréation depuis la nuit des temps. »

      Lorsque je persistais à user mes fonds de culottes dans un lycée après le BAC, j’observais cela depuis la fenêtre.

      Normalement le problème aurait pu être facilement résolu avec des « pions », mais déjà à l’époque cela manquait…

  • Oui et non.
    Disons que la diversité des rs fait qu’ils ne sont pas vraiment en concurrences, se disputant des marchés différents.
    Ensuite, la censure, la manipulation de l’information peut poser des problèmes, si ça influe par trop le destin politique d’un pays, et je doute que ce soit une influence pro-liberale.
    Maintenant, leur propre interventions risquent de provoquer l’effet inverse, et je ne crois pas qu’une politique antitrust change la donne.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Rincón.

Interrogé sur la meilleure façon de lutter contre les monopoles dans sa série de documentaires intitulée Free to Choose, Milton Friedman a eu une réponse ferme : le marché libre. Certains de ses invités avaient d'autres positions et soutenaient que l'intervention de l'État était nécessaire, mais Friedman n'y croyait pas.

L'affaire Netflix a donné raison à Friedman, une fois de plus

Mercredi 20 avril, les actions de Netflix ont connu une chute impressionnante de 36 %. Les communiqués de presse conventionnels ... Poursuivre la lecture

L’idée que les règles vont tout résoudre est très profondément ancrée dans la culture européenne, la pensée des citoyens et l’esprit des hommes politiques. Nouvelle illustration avec le Digital Markets Act.

Allons-nous pour autant créer des champions européens et contrôler notre avenir numérique ?

C’est la fiesta à la Commission européenne !

Un accord de principe a été donné par les États membres, le Parlement et la Commission concernant le fameux Digital Markets Act (DMA pour les initiés), en discussion depuis un peu plus d'un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles