« Les dépenses publiques en France » de François Facchini

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Les dépenses publiques en France » de François Facchini

Publié le 17 août 2021
- A +

Par François Facchini.
Un article de l’Iref-Europe

Les Français constatent avec amertume que l’argent qu’on leur retient est gaspillé : des dépenses publiques trop lourdes, des bureaucrates trop nombreux et bien payés. À mon sens il ne reste à ces Français que deux petits pas à faire : trop d’impôts c’est trop d’État. Et les cadeaux de l’État se payent cher.

L’ouvrage de François Facchini nous permet de convaincre notre entourage mais aussi le grand public de ce que les dépenses publiques sont un mal français, et un mal incurable. Bien que la maladie se soit aggravée depuis quelque cinquante ans, elle est de tous les temps dans notre pays.

L’ouvrage est riche en données chiffrées, et on sait que les chiffres permettent de convaincre – ce que je déplore d’ailleurs parce que d’autres chiffres comme ceux de Piketty peuvent conclure à l’inverse que l’État n’en fait pas assez et ne travaille que pour les riches. Mais fort adroitement, les chiffres et les courbes de François Facchini sont accompagnés d’analyses plus significatives à mes yeux. Un grand mérite de cet ouvrage est de prendre le problème des dépenses publiques par le bon bout.

Les dépenses publiques et leur croissance ne sont pas une fatalité économique ou financière, et ne doivent rien à la science économique trop souvent assimilée à la macro-économie keynésienne. Les dépenses publiques sont le résultat d’une structure politique et sociale, elle-même héritée d’une longue histoire. Ainsi un chapitre entier (pp. 101-137) est-il consacré à présenter les idées qui, au cours des siècles, ont encouragé à la dépense publique ou au contraire choisi la rigueur fiscale et budgétaire. Ce débat d’idées porte sur la place de l’État dans la société, et cela se traduit dans la Constitution, la législation, le jeu de la démocratie.

Dans le chapitre suivant, François Facchini explique pourquoi la France a une tradition étatique et jacobine qui l’a poussée sans cesse vers les excès de l’État Providence. On ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec l’ouvrage de Jean Philippe Feldman sur « l’exception française ».

Aujourd’hui, on peut repérer ce qui pèse le plus lourdement dans le sens de la croissance permanente des dépenses publiques : la multiplication des services publics monopolistiques, comme celui de l’Éducation nationale, la puissance de syndicats politisés et la rigidité du marché du travail, le poids et la formation de la classe politique dirigeante, la logique électorale qui pousse les candidats à promettre des avantages catégoriels démagogiques.

François Facchini a aussi le courage de montrer et d’expliquer comment les dirigeants français n’ont jamais tenté les réformes qui ont conduit de très nombreux pays à stabiliser ou réduire les dépenses publiques.

Car réduire les dépenses publiques n’est pas impossible, certains pays dépensiers sont devenus « frugaux ». Comment ont-ils réussi leur transition ? C’est l’objet d’un autre chapitre passionnant de l’ouvrage, où l’on trouve l’énumération des réformes décisives, dont la privatisation, la mise en concurrence, l’éducation économique des jeunes générations, la rupture avec le tout idéologique et le tout politique. Pourquoi pas en France ?

Ces nécessaires réformes structurelles sont d‘autant plus indispensables que l’obsession dépensière coûte cher à la croissance française, diminue la compétitivité des entreprises françaises, mais aussi gaspille le capital financier disponible et pire encore le capital humain.

Est-il nécessaire, enfin, de dire qu’à la différence des écrits des thuriféraires du socialisme cet ouvrage est remarquable par sa rigueur scientifique ? Faisant honneur à l’Université (François Facchini est professeur à Paris 1) les notes, les sources bibliographiques et statistiques sont nombreuses et précises, avec bibliographie et Index analytique sur 20 pages. Voilà un travail sérieux pour des étudiants sérieux ou voulant le devenir.

Voilà aussi un message libéral de grande qualité, et je ne peux m’empêcher de vous livrer quelques extraits de la conclusion de l’ouvrage (p. 289) :

« La France a une histoire singulière qui révèle une idéologie favorable à la socialisation des choix de consommation, et qui a un coût en matière de croissance économique et de progrès social.

[…] La présentation des expériences étrangère a montré que la réforme de l’État pouvait se construire autour de politiques de privatisation qui peuvent toucher des secteurs aussi variés que la sécurité sociale (santé, retraites, famille et assurance chômage) les services publics (éducation, infrastructure, justice, etc.) et les entreprises publiques, mais aussi des politiques de baisse du nombre des agents publics grâce à l’e-gouvernement ou à des politiques de réforme des statuts des agents publics et de contractualisation.

[…] Si ceux qui gouvernent ont intérêt à la dépense publique ils soutiennent un régime de connaissance qui baisse le prix des informations pro-dépenses publiques et augmente celui des informations favorables à la réforme du secteur public. Ils insistent sur ce qui se voit, les effets positifs de la dépense, et négligent ce qui ne se voit pas, ses effets négatifs. »

Ces fortes idées sont évidemment celles d’un universitaire libéral, d’un économiste autrichien et d’un membre du Comité de rédaction du Journal des Libertés : rien d’étonnant, mais quel bonheur !

« Les dépenses publiques en France (2021) », de François Facchini, préface de Claude Diebolt


Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • j ai pas lu le livre mais j ai comme un doute vu la description donnee dans l article
    « la multiplication des services publics monopolistiques, comme celui de l’Éducation nationale, la puissance de syndicats politisés et la rigidité du marché du travail, le poids et la formation de la classe politique dirigeante, la logique électorale qui pousse les candidats à promettre des avantages catégoriels démagogiques »
    C est sur que ces points n aident pas mais la depense publique c est d abord le paiement des pensions de retraites et ensuite la securité sociale. A eux deux c est 50 % des depenses, c est poussé par la demographie et ca n a rien a voir avec l education nationale (qui d ailleurs n est pas un monopole : vous pouvez mettre vos enfants dans une ecole privee)

    PS:
    – l education c est 9.6 % (https://www.contrepoints.org/2019/01/19/335026-que-financent-1000-euros-de-depenses-publiques). soit 5 fois moins que secu+retraites
    – si on veut soigner un probleme, il faut deja faire le bon diagnostic. On arrivera a rien si on refuse de tailler dans les postes de depenses les plus importants

    • Aujourd’hui, il y a une oligarchie des fonctionnaires contre lesquels on ne peut quasiment rien faire ! Les politiques en sont la plupart du temps issus, ils ne vont pas couper la branche sur laquelle ils sont assis. C’est le fond de commerce des syndicats et accessoirement, leur pontes peuvent régulièrement en profiter pour pantoufler; si jamais on tente de toucher à leur privilèges, c’est grèves à outrance ! A quand un referendum proposant soit le statut de fonctionnaire, soit le droit de grève ? Pourquoi les arrêts maladie sont 2 à 3 fois supérieurs dans le public que dans le privé ?

      • En France, dans le privé, les enseignants font partie de l’enseignement public et sont donc aussi des fonctionnaires.

  • Qu’un libéral aussi pur jus ait pu devenir Professeur à la Sorbonne me paraît aussi stupéfiant que réconfortant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence W. Reed.

La plupart des amoureux de la liberté et des marchés libres défendent la séparation de l'État (politique et politiciens) de beaucoup de choses - l'église, la famille, les affaires, l'éducation, etc. Peut-être que si la Constitution des États-Unis avait expressément interdit la création par le gouvernement fédéral d'une banque nationale, les Américains auraient été épargnés des méfaits sans fin de ses diverses itérations dans notre histoire.

Peut-être que si la création monétaire de la Réserve fédérale conti... Poursuivre la lecture

S’il est bien une chose qui frappe l’opinion publique française avec la violence d’une charge de nitroglycérine, ce sont les révélations de privilèges dont jouiraient ceux qui nous dirigent. Ça ne manque jamais. Jean Castex pris en flagrant délit de masque dans la poche, Jean-Michel Blanquer surpris à Ibiza, Olivier Véran testé positif ou plus anciennement, les costumes sur mesure offerts à un ancien Premier ministre candidat à l’élection présidentielle.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais.

Dès qu’une personnalité... Poursuivre la lecture

Le crédit d’impôt a été créé afin de corriger des excès d’impositions ou de soutenir certaines activités, principalement non lucratives, auxquelles un individu ou une société adhère et désire soutenir son action.

Notre administration attachée au principe « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » a utilisé cette occasion pour en faire un instrument de pouvoir et de pression ou de récompense au peuple soumis.

Comme souvent le système a dérivé et n’apporte pas les effets souhaités.

Le crédit d’impôt : un principe... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles