Covid-19 : stop aux fantasmes débilitants

OPINION : le gouvernement britannique a le mérite d’avoir rappelé que l’objectif est bel et bien le retour à la liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
TV Interview With Boris By: Garry Knight - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid-19 : stop aux fantasmes débilitants

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 juillet 2021
- A +

Par Drieu Godefridi.

Le Covid et les vaccins forment un thème sur lequel il est devenu malaisé d’échanger de façon rationnelle, tant les passions sont exacerbées et les couteaux idéologiques tirés.

Quand des citoyens ont été privés, près de dix-huit mois durant, de leurs moyens de subsistance — le droit de travailler ! — et d’un grand nombre de libertés élémentaires, on comprend leur exaspération. Reste qu’il devrait être possible de faire entendre une analyse rationnelle, et saluer l’efficacité d’une politique quand elle est bien menée.

Royaume-Uni et France, des stratégies pas si éloignées que ça

La France et le Royaume-Uni semblent adopter des stratégies antinomiques de sortie de la crise Covid, le Royaume-Uni ne jurant que par le retour à la liberté — officiellement, le 19 juillet dernier — la France multipliant les nouvelles mesures contraignantes.

À y regarder de plus près, ces divergences sont toutefois plus formelles que réelles, aussi vrai que le Royaume-Uni persiste à imposer des mesures contraignantes pour un grand nombre de citoyens, et que le gouvernement français tente tant bien que mal d’accompagner, en fait, un retour à la « normale », c’est-à-dire la liberté sous toutes ses formes (circuler, travailler).

Tentons d’y voir plus clair en discernant, dans cet épineux débat, quelques vérités objectives.

Tout d’abord, les vaccins anti-Covid fonctionnent.

Ils sont efficaces et le sont même remarquablement. Ces vaccins marquent une avancée technologique esquissant un changement de paradigme, gros de mille développements médicaux qui ne resteront étrangers à aucun d’entre nous.

Quand la critique de toute chose est bienvenue, il faut également pouvoir saluer et célébrer une avancée du génie humain, lequel ne s’incarne jamais aussi bien que dans le progrès technique. Au Royaume-Uni, le retour à la liberté s’accompagne d’une explosion des contaminations — les fameux « cas » — car le vaccin n’empêche pas la contamination, mais de tomber malade ; tandis que le nombre de décès reste négligeable, de 20 à 30 fois inférieur à ce qu’il était avant la vaccination.

Non seulement les vaccins anti-Covid ont été développés dans un délai record, encore leur efficacité est-elle nettement supérieure à la plupart des vaccins précédents. Ce sont là des faits dont la négation interdit tout débat rationnel.

On lit beaucoup que les vaccins tuent, parfois même qu’ils tuent davantage que le virus à l’origine du Covid. Qu’on reprenne l’exemple du Royaume-Uni, et l’on verra que si le Covid a causé la mort de 130 000 Britanniques, le nombre de victimes des vaccins — car oui, il en existe, toute médication comporte des effets indésirables, parfois odieux — se chiffre en dizaines. La proposition selon laquelle les vaccins tuent davantage que le virus se situe donc en dehors du champ rationnel.

Haine des vaccins à droite comme à gauche

Historiquement, les vaccins suscitent des haines et fantasmes idéologiques majoritairement concentrés à la gauche du spectre idéologique, plus particulièrement dans les milieux écologistes, en raison de leur atavisme hostile à la tekhnè — telle l’énergie nucléaire — qui leur paraît un viol de Gaïa.

Constatons que l’hostilité aux vaccins anti-Covid se concentre cette fois majoritairement dans les milieux « de droite » : l’honnêteté oblige à le reconnaître. Depuis des mois, les meilleurs sites « conservateurs » américains multiplient les titres sur le modèle « Mr. X got vaccinated. Two days later he was dead ! » comme si cela prouvait quoi que ce soit.

Matrice particulièrement fertile en fake news de toutes sortes, les vaccins génèrent quotidiennement des milliers d’articles, vidéos, interviews, interventions de tel ou tel médecin, qui ne reposent sur aucune donnée factuelle — et sont tout simplement faux au sens le plus basique de ce terme — mais n’en sont pas moins partagées des millions de fois.

Ces cascades d’élucubrations poétiques comportent inévitablement des effets substantiels. Quand des millions de lecteurs prennent connaissance des paroles d’un médecin qui explique, contre toute évidence, que les vaccins anti-Covid conduisent à l’obturation des vaisseaux sanguins, et mèneront des dizaines de millions de personnes à la mort, il est bien certain qu’une fraction de ces lecteurs en conservera un doute, une idée, comme une réminiscence et un soupçon.

On lit beaucoup que le Covid aurait dû se traiter comme d’autres virus, en « laissant faire » la nature. Le fait qu’aucun pays dans le monde, de la Chine totalitaire aux États-Unis, en passant par l’intégralité des pays asiatiques et partout ailleurs, n’ait opté pour cette stratégie, ne devrait-il pas inciter les partisans de cette théorie à nourrir leur réflexion de davantage de données factuelles ?

Covid et climat

Autre thèse populaire dans certains milieux libéraux et « de droite », l’idée que le Covid et le climat, tout cela c’est blanc bonnet et bonnet blanc : un prétexte dont usent les élites « mondialistes » pour imposer leur dictature. On m’a régulièrement posé la question dans ces termes, jusqu’au Brésil, à l’occasion de la parution en portugais de l’un de mes essais. Pourtant, cette thèse ne résiste pas à l’analyse.

Le virus à l’origine du Covid est, selon toute vraisemblance, issu d’un laboratoire à Wuhan, qui menait des expériences contestables dans leur principe — consistant à manipuler un virus naturel pour en aggraver la contagion humaine — dans des conditions de sécurité et d’hygiène déplorables.

Prenant connaissance du problème, le régime chinois en a tu la réalité des semaines durant, le temps que le mal se propage à la planète. Bilan temporaire : quatre millions de morts. Quatre millions de morts ! Ce crime contre l’humanité au sens le plus littéral de l’expression est le critère anatomique de l’histoire du Covid ; sa cause, son origine et ce qui le distingue d’autres problématiques.

Un scientifique canadien, le Pr. Reynald Du Berger, était régulièrement invité sur une radio canadienne pour ses propos critiques à l’égard du GIEC et de la politisation de la science du climat. On lui demanda de s’exprimer sur le Covid, tentant chaque fois de lui faire dire que Covid et climat ne sont que deux aspects d’une même thématique. Ce scientifique rigoureux s’y refusa, allant jusqu’à complimenter les pouvoirs publics canadiens pour leur gestion du Covid. Refusant d’alimenter les fantasmes de ses hôtes, il mit un terme à sa collaboration.

La gestion du Covid par des pays tels que la Belgique, la France ou le Royaume-Uni fut à maints égards calamiteuse, particulièrement durant les premiers mois de l’épidémie. À l’époque, j’ai publié The Belgian Carnage pour décrire les aberrations insupportables, l’amateurisme et la bêtise de la gestion belge de la première phase de l’épidémie.

La gestion britannique ne fut pas plus heureuse, avec notamment l’improvisation du choix de « l’immunité collective » remplacée dans l’urgence et la précipitation par l’option de l’enfermement collectif. Avec, au final, un nombre de morts Covid par million d’habitants similaire au Royaume-Uni et en Belgique ; il est à peine inférieur en France. Reste que des pays tels le Royaume-Uni et la Belgique, dans une moindre mesure la France, ont appris de leurs erreurs et ont organisé — la palme revenant incontestablement au Royaume-Uni — une campagne de vaccination remarquablement efficace.

Belgian Carnage

On ne peut pas déplorer le Belgian Carnage si on n’est pas capable de souligner le succès et la remarquable organisation de la politique de vaccination qui s’en est suivie.

En résumé, le gouvernement britannique comme le gouvernement français font ce qu’ils peuvent pour gérer la sortie de la crise Covid. Reconnaissons au gouvernement britannique le mérite d’avoir rappelé, avec force et clarté, que le retour à la liberté — Freedom ! — est bel et bien l’objectif ultime de la gestion de cette effroyable peste jetée sur le monde par un régime totalitaire.

Voir les commentaires (150)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (150)
  • Pour qui ne regarde pas la télé, n’écoute pas la radio, ne lit pas les journaux, cette « effroyable peste » n’a même pas existé..

    • Dans les Ehpads et dans les cimetières ensuite, bien peu regardent la télé, lisent les journaux ou écoutent la radio.

    • Donnez donc un peu de votre temps aux hôpitaux et peut être changerez vous d’avis M.AffreuxJojo.
      Nier la réalité de la surcharge hospitalière durant les 3 vagues est une forme de négationnisme. J’entends que vous cotisez des sommes consequentes à la sécurité sociale, ce qui vous donne tous les droits vis à vis de la santé en tant que client-roi (dont celui de venir cracher sur les soignants si vous êtes malade, ou même accompagnant), mais le revers de médaille sera probablement le droit de retrait pour soigner les patients non vaccinés et nous serons quittes

      • Une fois les soignants non vaccinés virés, vous allez effectivement être quitte : sous effectif massif, plein de vaccinés contaminés à soigner, et les paria que vous méprisez partiront avec leur argent pour des assurance santé privées et des cliniques privées : beaucoup moins de ressources financières aussi.

        • … les parias partiront avec l’argent de qui ? Certainement pas le leur !

          • bah si.
            Faut pas croire, les « non vaccinés » mis au ban de la société sont plus des actifs, et tous vaccinés plus des retraités. C’est bien, de façon générale, le « non vacciné » qui paye pour les soins (et le vaccin) du « vacciné ».

            Encore une magnifique illustration du fait que la génération actuellement à la retraite, née après guerre, souvent nommée « boomers », est probablement la plus égoïste de l’histoire, collectivement. Ou la plus socialiste, mais ça revient au même.

    • Vous même vous êtes inexistant.

    • En effet.
      Lors de la grippe asiatique, on ne savait même pas qu’elle avait eu lieu.
      La grippe de HK, les gens ne l’ont su qu’après coup.

      Si les gens n’étaient pas scotchés dans les médias, la plupart ne saurait même pas qu’il y pandémie et apprendraient peut-être la mort de la tante de machin d’une mystérieuse maladie.
      On n’a pas renoncé aux liberté, ni sacrifié l’économie, pourquoi ça devrait être différent ?

  • Je ne trouve pas le vaccin anti covid « remarquablement » efficace. Il l’est comme bcp d’autres vaccins.

    • ok…va pour le remarquablement.. mais donc opposez vous aux gens qui disent qu’il est inefficace… d’ailleurs une appreciation collective..

      c’est simple. moi je me vaccine.. tout comme moi je suis les recommendations de la médecine moderne… ce qui revient en fait à dire que j’accepte l’idé qu’on ne me cache pas l’exitence d’un risque pour moi connu mais caché par « cupidité ».

    • @gillib
      ……mais vous n’avez pas lu la publicité des fabricants

    • Il est même remarquablement moins efficace que la plupart des autres vaccins…

    • Il est comme celui de la grippe.

      • oui mais celui là n’est pas obligatoire… pour le moment…

      • Un peu moins, même… Et c’est pas glorieux, celui de la grippe est franchement pas très efficace (mais il a des excuses, les modèles prédictifs imparfaits qui font qu’on joue à la loterie sur les souches, nombreuses).

    • Une chose, c’est qu’il me semble qu’on n’a jamais mis en place de campagne de vaccination en pleine pandémie et donc, n’a pas l’expérience d’une telle situation.
      Les vaccins, on connait leur effets pour des maladies courantes, mais dans ce cas ?

  • Le problème c’est que ces vaccins ne sont pas accessibles à tous (je fais partie des personnes à qui on refuse la vaccination du fait d’antécédents médicaux). Conditionner le retour à la « liberté » à l’obtention d’un passeport sanitaire / certificat de vaccination me semble effectivement hautement problématique et constitue un précédent dangeureux.

    Un appel à la responsabilité individuelle comme ce qui a été fait en Suède me semble être une bien meilleure solution que les mesure coercitives que prends ce gouvernement et cette république de plus en plus illégitime.

    Enfin, à titre personnel, je constate que les personnes de mon entourage professionnel qui militent pour le passeport sanitaire n’ont toujours pas compris l’une des règles d’hygiène de base consistant à se laver les mains en sortant des toilettes où à « dire bonjour de loin » quand on n’a pas d’autre choix que de venir au bureau quand on est légèrement malade…

    • Ils préfèrent déléguer leurs responsabilités mêmes infimes à l’état-nounou contre une autorisation temporaire, comme une soumission (cf. discours de la servitude volontaire, à prescrire et lire de toute urgence pour le plus grand nombre de français j’ai l’impression)

  • L’auteur semble perdu sur certains aspects et y raconte un peu n’importe quoi. Déjà si la planète a fait comme la Chine c’est à dire confiner sa population, c’est bien parce que c’est la Chine qui est devenue le leader mondial dans la tête de nos dirigeants (même aux usa mais pas dans tous les états: les démocrates ont plutôt confiné contrairement aux républicains). Ensuite pourquoi les gens émettent des critiques sur les vaccins et ne veulent pas tous se faire vacciner malgré, certes, une certaine efficacité prouvée statistiquement? C’est bien parce que nous sommes dans une expérience de Milgram géante, et puis parce que la parole des politiciens ne vaut plus rien, entre mensonge et mépris envers sa population considérée comme infantile et tout juste capable de voter de manière téléguidée tous les 5 ans en France. Par ailleurs certes le vaccin arn contre le covid est efficace mais il comporte bien plus de risques que les vaccins classiques (et dont le risque de thrombose). Et enfin on ne connaît pas les effets à long terme (et alors qu’on veut nous faire croire sur certains plateaux télé, ou journaux, voire tous, que la taille de l’échantillon de tests équivaut à la durée d’observation).

  • bah dès le départ on a compris que des gens ont CHOISI une position sur les vaccins..

    c’est effectivement un des ressort de ce qu’on appelle à tort complotisme.. mais qui tient de l’acceptation d’accuser sans preuve …

    on s’est retrouvé avec un exploit technologique et un espoir… AUSSITOT suspect… et qu’il FAUT absolument réussir à dénigrer.

    • Dénigrer ou valider, ça marche des deux côtés. Au lieu de présenter simplement un tableau de bénéfices risques, on veut emprisonner les français (de fait) qui soit souhaitent plus de temps pour prendre leur décision, soit décident que ce bénéfice risque n’en vaut pas la peine.

      • le bénéfice risque est individuellement inconnu…..

        on ignore les « causes »…

        les accusations classiques portées contre « big pharm »a est que ils « savent des trucs »… et qu’ils les taisent par cupidité …

        il faut rappeler aux gens que la mise sur le marché d’un médicament ou d’un vaccin..est de toute façon non exempte de risques.. même si on a plus de connaissances sur les mécanisme chimiques , au final l c’est on a essayé le truc… ça a l’air de marcher..

        et des médicaments donnent lieu à des ajustements…quant à l’apprecaition du bénéfice risque..avec le recul..avec les données on les déconseille à des sous groupes..

        l’idée générale de la médecine moderne, et son succès au point de vue collectif d’ailleurs , se résume à assimiler le bénéfice risque d’un individu à celui d’un groupe pas trop stupidement choisi , c’est à dire dont vous partagez des causes plausibles.. puis continuer à chercher…dépister les anomalies..

        • Qu’on accepte un « risque » d’effets secondaires graves ou de mort pour ce qui un acte supposé guérir pose question à la base. Primum non nocere?
          Le principe de bénéfice-risque revient à réduire la médecine à une gestion statistique de la santé.
          Entendons-nous bien: face à une maladie dangereuse n’offrant qu’une chance sur deux de survie, la question ne se pose même pas. Mais étendre ce principe à toute la médecine, quel que soit le patient, le contexte et la maladie, ça c’est vraiment un problème et ce n’est pas acceptable, surtout dans un pays où l’état détient le monopole sur un système de santé collectivisé.

          Et l’auteur fait l’impasse totale sur les questions de fond, qui sont précisément les questions qui dérangent à propos de la gestion de cette épidémie. A commencer par le diktat vaccinal imposé par l’état, excluant toute autre solution, interdisant toute autre méthode de prévention et de soin, empêchant même de communiquer à propos des alternatives thérapeutiques, et ne cherchant même pas à en étudier l’efficacité potentielle. Ce n’est pas normal, ce n’est pas acceptable, rien ne justifie cet acharnement insensé à imposer le vaccin contre toute autre solution. Personne d’honnête ne peut soutenir l’idée que « seul le vaccin » est la solution, quand ces vaccins n’ont pas passé toutes les étapes de recherche et de validation, quand on interdit d’en publier les résultats détaillés, quand l’opération d’expérimentation toute entière est imposée dans l’opacité et la désinformation la plus totale.

          Avec cet article, Mr Drieu se décrédibilise totalement.

          • Je suis d’accord avec vous Dr slump, mais je crois en la sincérité des idées de l’auteur même si je crois qu’ils oublient des éléments importants du dossier.

          • Bonjour, je vous trouve sévère.
            Tout d’abord, c’est un billet d’opinion avec lequel on peut être ou pas en désaccord mais je ne saisis pas votre sentence sur la « crédibilité » de l’auteur : le propos n’est pas insensé et n’est pas présenté comme une enquête sourcée mais comme un exercice de rationalité.
            En second lieu, il est notoire que la procédure de mise sur le marché a été accélérée à toutes ses phases en réponse à l’urgence ressentie par le public et le pouvoir, rendant la démarche acceptable en l’état.
            Le vaccin n’est peut être pas la seule solution mais sans doute la meilleure à l’instant présent , et je suis bien content de ne pas devoir l’attendre jusqu’en 2031.
            Et ce même avec ses effets secondaires car toute substance active en a et en aurait eu encore dans dix ans. Pour l’opacité, pardon mais la connaissance des procédés ou approches scientifiques liés au risque ne permettra jamais à aucun particulier de savoir quel est son propre risque individuel quel que soit son niveau et son assiduité.
            Et d’ailleurs, si on savait comment les saucisses sont faites, personne n’en mangerait !

          • Pour le moment, on n’a pas l e choix que de réduire la médecine à une gestion statistique de la santé, dire le contraire est au pire un mensonge au mieux une simplification .

            le bénéfice risque individuel est INCONNU… donc on ne sait pas si on ne nuit pas …on le sait sur une population.. car on a essayé sur un échantillon en gros c’est ça… on traite les causes inconnues come un aléa..

        • Vous commentez plus que quiconque sur Contrepoints et c’est une bonne chose.
          Malheureusement, on peine souvent à vous comprendre.

          Cette difficulté résulte de votre syntaxe chaotique et, dans une moindre mesure, d’une orthographe relâchée. Sans compter l’emploi systématique du mot « truc ».
          Vos propos ne manquent pas d’intérêt, mais nombreux doivent être ceux qui, comme deux de mes amis, passent au-dessus de vos textes qu’ils jugent illisibles.

          Au demeurant, vous faites comme vous voulez, bien sûr. Je vous prie d’excuser ma franchise si elle vous a froissé.

          • ..désolé mais rien à cirer.. et je je sais..

            je commente pour relâcher un peu de pression..et je rappelle souvent des évidences. il est notoire que bien écrire n’a jamais aidé a déciller les yeux de ceux qui veulent ne pas voir, et l’éloquence a autant servi les idéologies que la vérité…(et tiens, on pourrait parler de la jargonnisation de la science qui atteint des tels niveaux qu’on peut se demander si elle n’est pas un but en soi pour dissuader les lecteurs non initiés)

            il en va de l’éloquence comme du conflit d’interêt… ça importe si les idées exprimées sont erronées ..

            contrepoints peut d’ailleurs mettre une clause si ça lui chante de suppression des commentaires contenant des fautes d’orthographes..ou me virer, c’est son droit le plus strict..

            • Rien à cirer, vous n’écrivez que pour décompresser en alignant des évidences, prendre la peine d’écrire de façon intelligible n’apporte rien aux débats ?

              C’est bien, bonne continuation.

              • eh oui il ya des gens qui se foutent de l’approbation des autres..

                mais si vous avez pris la peine de commettre un sarcasme sur une partie de ce commentaire -ci que vous avez lu et compris … pourquoi pas sur l’ensemble pourquoi pas sur le vice de l’éloquence. et de la primauté de la rhétorique sur la logique.

                en français la forme est secondaire dans la démonstration..

                je ne me sentirais pas « obligé » de commettre tant de commentaires si d’autres, éloquents et fin lettrés, faisaient le boulot de réfutation nécessaires dans la recherche de la vérité…

                ou…c’est bien gentil de corriger les gens qui ne sont pas d’accord avec toi, mais c’est une faute funeste que de ne pas corriger ceux qui sont d’accord avec toi..

                • Mais je ne vous corrige pas, ce serait improductif, long et peu respectueux.
                  Ma réponse reprend votre «  rien à cirer », qui, lui, n’est pas très élégant.
                  J’ai simplement voulu vous signaler que vos écrits sont difficiles à lire, ce qui nuit à la compréhension de vos arguments.
                  Vous êtes vexé ? Il n’y a pas de quoi : une remarque constructive n’est pas une insulte.
                  Restons-en là, si vous le voulez bien.

            • la critique qui vous a été faite de Simdew était respectueuse. Elle avait pour but d’aider la communauté des lecteurs à mieux vous comprendre, non pas à vous faire taire. Visiblement, par cette dernière réponse, vous montrez que vous n’avez pas compris.

        • @ Jacques L.
          ” le bénéfice risque est individuellement inconnu…..”

          Non il n’est pas inconnu: jeunes de 12-17 ans sans comorbidité: 0 morts

          Même si toutes les données ne sont pas publiées comme elles devraient l’être si on voulait être transparent, la moyenne d’âge des décès Covid (supérieur ou égal à l’espérance de vie) et le nombre de comorbidités liées (de 1 à 3) donnent une bonne idée du risque Covid.
          Concernant le vaccin, l’absence de publications en temps réel des données concernant les décès induits peut vous faire penser que ça n’existe pas, ou pire, que collectivement c’est insignifiant…
          Bah pour moi le décès d’une personne de plus de 80 ans c’est insignifiant, individuellement ET collectivement

          • Pressé de toucher les héritages et peu pressé de vieillir ?
            Franchement, comparer l’importance des décès, même sur la base de l’âge du décédé, ça n’a jamais été jugé très recommandable, même chez les libéraux.

            • En France, en 2019, l’ espérance de vie à la naissance est de 85,6 ans pour les femmes et de 79,7 ans pour les hommes. D’après vous, ce serait 6 ans de trop pour les femmes ?

            • Franchement, apprendre le décès d’une personne de + de 80 ans ce n’est pas un scoop et ça ne fait pas pleurer dans les chaumières, sauf pour p-e les proches qui devaient quand même s’y attendre. Alors mourir de ça ou d’autres choses il fallait s’y attendre.
              Ce n’est pas histoire de dire que la vie a moins de valeur à tel âge et plus à tel autre.
              Perso je ne sacrifierais pas ma vie pour quelqu’un, excepté p-e pour un de mes enfants, mais surtout pas pour un inconnu, et c’est donc bien la valorisation d’une mort par rapport à une autre quoique vous puissiez dire.

              • Eh bien moi, je ne sacrifierais pas non plus ma vie pour celle de 1000 inconnus, mais je prendrais volontiers le risque d’un voyage en avion, par exemple, pour le faire. Parce que le bénéfice et le risque sont connus avec confiance et précision, je peux les évaluer et décider. En ce qui ME concerne, et sans aller à des considérations d’évaluation de la valeur de ma vie par rapport à celle des autres, parce que les différences en sont insignifiantes au regard des différences de probabilités.

                • Et c’est aussi ce que fait le médecin quand il prend sa voiture et le risque d’un accident pour aller visiter un patient de plus de 80 ans. Devrait-il ne visiter que ceux qui n’ont pas encore « fait leur temps » ?

                  • La probabilité d’avoir un accident mortel en voiture par km parcouru est de 4 10^-9… y a de la marge et c’est bien pour cela que personne ne se pose la question, pas même le médecin…

            • J’ai soixante-treize, je suis en bonne santé et cependant je ne vois pas l’intérêt de vivre trop vieux et impotent. Être une charge pour mes enfants est ma crainte principale et je songe à recourir à l’aide à mourir le cas échéant. Par contre quand je mourrai j’espère être conscient et entouré de ma famille, le contraire de ce qui s’est réellement passé autant en France qu’au Canada ou je vis, pour ne citer que ces pays deux pays dits privilégiés.

  • Moi c’est surtout les effets à long termes qui m’inquiètent quand on sait qu’il y a déjà plus d’effets à courts termes que pour les vaccins classiques… par contre si un vaccin classique sort demain avec les procédures de validation classiques, alors là je suis d’accord pour me faire vacciner.

    • Les effets à long terme du vaccin vous inquiètent, mais pas ceux du covid sans vaccin ? Qu’est-ce qui vous pousse à cette distinction ?

      • Certainement son coût bénéfice-risque à lui… pas celui de la collectivité

        • Eh bien qu’il le détaille, son calcul bénéfice-risque !

          • J’ai déjà eu le covid je n’estime pas avoir besoin du vaccin et j’ai 23 ans, en pleine forme.

            • Ca, c’est une opinion (tout-à-fait soutenable, d’ailleurs), mais pas un détail de calcul. Un calcul détaillé aurait expliqué pourquoi le risque d’une mutation du virus qui pourrait vous frapper à nouveau en tant que non-vacciné vous apparaît comme plus faible que le risque d’une mauvaise réaction de votre corps en parfaite santé au vaccin.

              • Peut-être aussi que le fait de se sentir finalement obligé par des manœuvres infantilisantes l’encourage d’autant plus à ne pas se faire vacciner, dans l’attente du variant qui serait peut-être supposément grave pour les jeunes, menace brandie depuis l’année dernière déjà.

                • Peut-être, en effet. Mais montrer qu’on est à même de faire un calcul détaillé serait aussi une belle manière de résister à l’infantilisation…

                  • Vous voulez quoi? Une simulation par méthode de Monte-Carlo avec techniques de réduction de variance? Vous voulez une Value at Risk sur les éventuels frais d’hospitalisation? En C, C++, Python?

                  • Une simulation n’est souvent qu’une autre manière de cacher qu’on n’est pas à même de faire le calcul détaillé, c’est à dire de comparer bénéfices et risques en ayant correctement pris en compte l’essentiel des facteurs. Détourner l’attention sur la VAR, le langage de programmation, ou autre, dans les cercles scientifiques, c’est aussi compris comme ne pas vouloir avouer qu’on ne l’a pas fait.
                    Enfin ça l’était quand j’avais 23 ans et que nous développions les langages de programmation que vous semblez maîtriser aujourd’hui…

                  • Vous semblez confondre comptabilité et calculs probabilistes… Ici on parle de déterminer la probabilité de tomber gravement malade du covid, ou du vaccin et combien cela coûterait en moyenne, ou dans les pires cas, etc. Par ailleurs, les formules exactes sont pour le monde des bisounours. Si déjà en probabilités vous avez une fonction de répartition c’est pas mal et les simulations peuvent éventuellement être menées. Je vous invite à voir ou revoir la méthode de Monte-Carlo qui s’applique pour les problèmes aux dimensions supérieures à 3, ce qui semble être le cas ici.

                  • Hi hi hi ! 🙂 🙂 🙂
                    Vos invitations à étudier Monte Carlo montrent bien que vous ne cherchez pas à comprendre ce qu’on vous dit, mais à imposer vos certitudes de jeune méprisant. Lisez-donc mes bouquins et ceux de mes grands amis statisticiens, les actes des multiples colloques internationaux que nous avons organisés, et réfléchissez un peu. A moins bien sûr que vos remarques ne visent qu’à ramener un peu d’humour et de bonne humeur dans ces discussions…

              • Il y a plus de chance qu’ayant déjà eu le covid le patient soit plus protégé qu’une personne vaccinée 😉

              • Non, ce n’est pas une opinion. L’immunité donnée par la maladie elle-même a été admise comme étant plus efficace que celle du vaccin.

          • ” Eh bien qu’il le détaille, son calcul bénéfice-risque !”

            Il n’a pas à le détailler, même si je vois qu’il l’a fait ici.
            C’est une décision personnelle qui n’est pas sujet à discussion ou évaluation par d’autres.
            Encore une fois c’est de l’interventionnisme dans la vie des autres.

            • Ma question était : « qu’est-ce qui vous pousse à cette distinction ? »
              Il pouvait effectivement répondre « vous n’avez pas à le savoir ». OK. Mais une décision personnelle ne prouve en rien qu’on est à même de faire le calcul bénéfice-risque, et fournit ainsi un argument de poids à ceux qui veulent prendre ces décisions à notre place : sa décision est personnelle, arbitraire, tandis que prétendent-ils la leur est bien plus raisonnée et efficace. Et ils sont ainsi réélus…

              • Grande différence : ma décision n’engagerait que moi et j’en assumerais les conséquences, alors que eux engagent la vie des autres (mais pas la leur) et de par l’expérience passée ils n’en assumeront pas les conséquences

      • @MichelO
        « Préférer le risque des effets du Covid à ceux du vaccin », c’est pour certains préférer s’en remettre à Dieu plutôt qu’aux « experts ».
        Franchement, à entendre ces experts s’écharper entre eux, à les voir glorifiés par des journalistes qui ne font plus leur travail et utilisés par des politiciens pour justifier leurs tendances tyranniques, avouez que Dieu, quel que soit le nom qu’on lui donne, est bien tentant.

        • Oui, et comme Dieu est bon, Il s’arrangera pour que les effets favorables à long terme, du vaccin ou de la maladie, l’emportent sur les mauvais.
          Sérieusement, les experts ont été désacralisés par les réseaux sociaux et le journalisme moderne, et sont devenus experts dans la forme mais ignares sur le fond. ne pas avoir de véritables experts représente bien 80% de notre problème !
          S

      • Bah vu les chiffres, absolument pas.
        J’ai été dans de la foule, au travail, croisé même de peu une personne « cas contact », et j’ai fait hier un test sérologique pour voir si par hasard je n’avais pas eu le Covid (sans que je le sache)… Et bah négatif… Mince, je dois bien faire parti de la tranche de personnes qui ont moins de 1% de chance de l’attraper (et moins de 0,5% d’en mourir)…

    • Eh oui les moyens de prévention de base sont de nouveau totalement oubliés. Distance et lavage des mains, zinc et vit. D. Puisqu’on vous dit que hors vaccin point de salut, voyons, cessez de résister !

  • Il faut aussi s’arrêter de dire des conneries. Il se trouve que ce virus ne s’attaque pas de manière égale à toutes les couches de la population.Si vous regardez les statistiques officielles moins de 2 % des décès de la Covid sont des personnes de moins de 45 ans. Vous pourrez toujours, malheureusement, trouver une personne d’une vingtaine d’années qui soit décédéede la Covid. Mais de là à obliger les jeunes de se vacciner avec un vaccin qui est toujours en face trois ou quatre de certification, qui fait joujou avec le matériel génétique des cellules humaines je trouve que c’est criminel. Tout le problème des vaccins en France contre la Covid c’est qu’à long terme on est dans l’inconnu. Peut-être qu’il ne se passera rien mais si dans une dizaine ou une quinzaine d’années vous avez l’apparition de maladies auto-immune, du style des sclérose en plaques vous avez déclenché des maladies pour une population qui n’était pas mise en danger par la Covid. Je vous rappelle jusqu’à maintenant que le plus petit délai entre la mise sur le marché d’un vaccin, son AMM définitive, et le faite qu’il soit rendue obligatoire était de 15 ans… dans ces conditions on sait à peu près quels sont les inconvénients qui peuvent se produire et il n’y a aucune raison de ne pas se vacciner surtout que généralement il s’agit de maladies autrement plus graves que la Covid. Et même si on avait un vaccin avec une technologie connue on pourrait prendre le risque beaucoup plus facilement. Je préférerais nettement utiliser le vaccin chinois même Je préférerais nettement utiliser le vaccin chinois même si son efficacité n’est pas aussi bonne. Je crois savoir que ça serait aussi le cas de celui développé par Sanofi, que nous attendons toujours….

  • « Tout d’abord, les vaccins anti-Covid fonctionnent. »
    Au mieux, Ils fonctionnent un tout petit peu.

    https://crowdbunker.com/v/UtmdGjsw

    • « conseil scientifique indépendant »…de quoi???

      la science ne conseille pas …

      les scientifiques le font…et ce n ‘est JAMAIS NEUTRES.

      pas besoin de « conseil scientifique » juste de rappeler TOUTES les données connues..

  • Cet article est certes mesuré, mais il occulte (sûrement de façon non-intentionnelle) tout un tas de faits :
    – Parler de gestion calamiteuse, c’est occulter les mensonges d’arracheur de dents du gouvernement au début et tout au long de la crise
    – Tresser des couronnes aux vaccins, c’est occulter le fait que beaucoup ont proposé et proposent toujours des traitements en début de maladie, traitements refusés de façon incompréhensible en l’absence de vaccins
    – Quatre millions de morts du Covid en 18 mois quand normalement 85 millions de gens meurent sur cette période. Les stats prouvant que 99% des personnes tués par le virus avaient au plus un an d’espérance de vie…
    – L’hygiène de vie (non obligatoire) mais qui aurait pu sauver beaucoup de monde : entretien du système immunitaire avec vitamines B et C, zinc, magnésium; perte de poids; exercice physique; etc.
    – Et quid des cas doublement vaccinés qui meurent du virus en Israel et en UK ?
    – La liberté de millions de jeunes gens, disons jusqu’à 50 ans, est-elle moins importante que quelques mois de la vie de vieillards qui de toute façon peuvent, eux, prendre le risque de se faire vacciner ?

    • NON les refus d’examiner d’eventuels remedes n’est pas incomprehensible…
      les autorisations PROVISOIRES des vaccins ne sont justifiées que par l’absence de remedes prouvés….

      • Une AMM conditionnelle permet l’autorisation de médicaments qui répondent à un besoin médical non satisfait avant que des données à long terme sur l’efficacité et la sécurité ne soient disponibles. Cela est possible uniquement si les bénéfices de la disponibilité immédiate du médicament l’emportent sur le risque inhérent au fait que toutes les données ne sont pas encore disponibles. L’AMM conditionnelle rassemble tous les verrous de contrôles d’une autorisation de mise sur le marché standard pour garantir un niveau élevé de sécurité pour les patients

      • Exactement !!! CQFD

  • Si vous voulez qu’un thème soit traité, proposez un article à Contrepoints mais ne reprochez pas à un auteur d’avoir parlé d’autre chose ! Votre hiérarchie personnelle des sujets importants n’a aucune raison de s’imposer au monde…
    Et il est bien, à mon humble avis, que les problèmes du pass sanitaire, problèmes politiques s’il en est, soient bien séparés de la question technique de l’efficacité du vaccin.

    • En fait le bénéfice-risque est traité dans cet article quand il dit 130’000 morts d’un côté et quelques dizaines à cause du vaccin… mais il est traité à la sauce Véran c’est à dire de manière collective alors que ce devrait être un choix individuel en fonction de son propre risque a soi et non celui de la collectivité
      Ma femme est morte* à cause du vaccin mais 50’000 personnes ont été sauvés, ça le ferait une belle jambe: cf le paradoxe du tramway, je suis sûr que vous, vous touchez a l’aiguillage (c’est ce vous faites ici depuis 1 an), Godefridi aussi, mais pas moi…
      * : expérience de pensée

      • Bonjour Sam,
        Nul ne peut prétendre dire ce qu’il ferait réellement avec l’aiguillage dans le dilemme du tramway, à moins d’y avoir été pratiquement confronté. Mais pour le covid comme pour de nombreux autres cas, il ne s’agit pas tant de savoir si on toucherait à l’aiguillage que de déterminer avec un minimum de confiance combien de personnes sont réellement en danger sur chaque voie, et même s’il y en a.
        Votre femme serait morte de toute façon, et 50000 personnes qui auraient pu être sauvées ne l’ont pas été parce que vous ignoriez que ça ne sauverait pas votre femme, voilà où nous en sommes dans notre expérience de pensée. OK que chacun choisisse suivant son propre risque, quand bien même son choix ne serait pas le mien. Où ça coince, c’est quand l’évaluation des risques des uns des autres est secondaire, et qu’un peu plus de travail montre que celles et ceux qu’on prétend avoir sauvé en sacrifiant les autres ne risquaient en fait absolument rien.

        • MichelO, bouger l’aiguillage ou ne serait-ce que se poser la question, c’est se prendre pour Dieu, c’est de l’interventionnisme, c’est se donner le droit de decider qui doit mourir et qui doit être sauvé, pour moi la question ne se pose même pas.
          ====
          Ma femme s’était morte de toutes façons ? J’ai pô compris

          • D’une certaine manière, je suis d’accord avec vous ! Et bien surpris de l’être !
            J’essaie en vain de faire comprendre que bouger l’aiguillage (ou empêcher quelqu’un de le bouger) requiert de savoir avec précision ce qui se passerait dans chacune des branches. Ce qui apparaît à nos yeux comme choisir entre 1 vie et 50000 mérite d’abord de se voir valider comme étant bien ce choix qui nous serait proposé. Dans la pratique, ces prétendus choix sont fréquemment autres que ce que nous croyons voir, et la première chose à faire est de poser le choix sur la foi d’informations fiables et correctement chiffrées. On vous fait choisir de sauver votre femme ou les 50000 personnes par votre action, mais le choix réel est peut-être de sauver ou pas les 50000 personnes et que le sort de votre femme ne dépend pas de votre action. Pour moi, c’est important de lever les incertitudes et poser le choix sur ces informations fiables, plus important que l’option qui sera prise.

            • Et puis imaginez qu’en bougeant l’aiguillage vous sauviez un terroriste en devenir… hi hi … vaut mieux laisser la responsabilité à la nature…

      • Pour les décès à l’hôpital, on était à 45000 au 1/1 et on est à 85000 aujourd’hui.

        • -1 🙂 ?
          En effet, 44985 au 1/1, j’avais pris la liberté d’arrondir…

        • Effectivement, tant la dynamique de l’épidémie que le nombre des morts ou des hospitalisés sont très comparables entre 2020 et 2021 (peut-être un poil pire en 2021, mais on a eu janvier et février alors qu’en 2020 ces mois étaient tranquiles) montrent que la vaccination de masse n’a pas eu grand effet (à vrai dire, aucun effet visible du tout à échelle macro).

          C’est intéressant : il semble y avoir un bénéfice individuel sur certains groupes au moins, mais au niveau population, c’est quasi imperceptible. Serait-ce que, conformément aux doctrines bien établies, la vaccination en période épidémique fait gonfler l’épidémie et que ce gonflement compense quasi point par point les gains individuels ? Ou que le vaccin tue globalement presque autant qu’il protège, ou qu’il y a soudain une létalité accrue en 2020 (pas vraiment visible non plus) ?

          Beaucoup de questions que les données « sales », l’imprécision des chiffres officiels et le choix de tout baser sur le vaccin, « quoi qu’il en coûte » (et donc d’ignorer toutes les autres voies de recherche et toute recherche qui n’est pas a priori favorable aux stratégies vaccinales) laissent en suspens.

    • Merci de le réaffirmer, vaccins et pass sanitaire sont deux sujets à traiter séparément.

  • Arrêter ce covid cirque : attrapons tous la version delta et on sera tous immunisés, si c’est pas déjà fait.
    Mais qu’est ce que les mondialistes vont sortir du chapeau pour continuer leur guerre?

    • Bientôt, sanofi fait sa mixture et tu l’auras ton delta et plus encore.

    • Oui, si on a moins de 65 ans, ou moins de 50 sans comorbidité. Sinon, vaut mieux pas.
      A 70-80 ans, le risque létal du covid, grimpe autour de 10-15 %. Là, ça devient un peu la roulette russe…

      • pas tout à fait lanzarote, on sera immunisés( pour un temps indéterminé) , morts ou avec des séquelles d’ailleurs mal connues..

        il faut être complet…

        • et comme dit jéremy…même si on ne connait pas les « causes » et donc la pertinence des groupes .. celui des plus de 70 ans c’est quantitativement equivalent à la roulette russe..

      • les 10-15% de létalité pour les plus de 75 ans c’est vrai pour les variants « historiques ». Pour le Delta je ne serai pas aussi catégorique… On manque de données et elles sont volontairement rendues obscures pour empêcher de démêler l’effet du vaccin et de l’évolution des propriétés des variants (ce qui laisserait d’ailleurs penser que la baisse de létalité observée vient plus du virus lui même que du nombre de vaccinés, sinon ils donnerait les données et non des blah-blah à la télé ou en dépêches AFP.

    • pas à vie, loin de là. (cela dit, il semble que ça soit encore pire pour les vaccins).
      J’ai eu une forme peu symptomatique en Mars 2020… Il ne me reste presque plus d’immunoglobines IgG anti-covid en Juillet 2021. Cela dit, on peut se poser, dans le cas de cette maladie sur la pertinence de toute cela (vaccin et immunisation via anti-corps spécifiques) puisqu’il semble (et c’est connu depuis mai 2020 au moins) que les défenses du corps contre le SARS-CoV2 sont multifactorielles et que certains s’en tirent très bien sans aucun anti-corps spécifiques, d’autres les perdent vite, d’autre plus lentement, sans qu’on sache vraiment pourquoi.

      Ce qui explique aussi sans doute deux dimensions peu discutées du vaccin : il marche plus ou moins bien (et de façon très significative) suivant les individus avec une durée de protection très variable, et aussi qu’il y a une forte augmentation des contaminations quand les gens sont récemment vaccinés.

      • Je pense que personne ne s’y intéresse parce que vous êtes loin d’être la seule, j’ai plusieurs cas autour de moi (et chez moi) du cas positif dont la proche famille n’attrape pas le virus. Il leur faudrait admettre que cette possibilité existe, peut-être largement, l’analyser et peut-être conclure que oui, les jeunes et les bien-portante peuvent vivre leur vie sans se préoccuper de ce vaccin. Et ça, pour un Gvt qui en a acheté des millions, ce n’est pas possible, il faut les écouler.

      • Cela a été étudié dans des familles confinées, avec en moyenne 5 personnes, à la fin de la période, il n’y avait en moyenne, si 1 était contaminé, qu’1 autre personne contaminée et 3 indemnes. Ensuite, il existe l’immunité cellulaire, mais elle n’est pas facile à étudier.

      • « forte augmentation des contaminations quand les gens sont récemment vaccinés »

        Rien de mystérieux : c’est plein de virus dans les centres de vaccination.

      • C’est un truc qu’on savait très tôt, personne n’a voulu y regarder de plus près.
        Quand il y a eu une « super contamination » à bord du Charles de Gaulle, en exercice NBC (aucun renouvellement d’air, aucune sortie à l’extérieure, la baille est fermée de façon étanche) seule 69% a été contaminé (et pourtant la distanciation sociale sur un porte-avion quand on ne sort pas sur le port, et même, c’est un poil compliqué, les lieux de vie étant exigus)… Les 30% non contaminés ça venait d’où ? Les contaminés qui n’ont pas fait de formes graves, ça venait d’où ? On a dit que les marins en surpoids étaient plus souvent atteint de formes graves que les autres mais que l’âge était un facteur deux fois plus important que ce surpoids pour expliquer les risques… Et on s’est arrêté là !

  • Et pourquoi on demande pas la pass sanitaire pour prendre le métro ou le RER?

    • Parce que les virus n’y survivent que quelques secondes, trop pollué, sans doute bcp d’ozone etc…. Je rigole, mon premier gros rhume je l’ai attrapé dans le métro parisien. ?

    • parce que les décisions ne seront jamais « purement sanitaires », mais électoralo- economico-socialo- moralo-égalitaro-sanitaires..

      • Pas de pass sanitaire dans le RER car c’est le lieu le moins risqué de l’univers, dixit Mme Pécresse. Sérieusement, sans doute il y a des raisons pratiques (contrôles…), on veut limiter les risques de révolte, il y a un aspect punitif dans le pass: tu peux aller dans ton wagon à bestiaux pour ton bullshit job, mais pas partir en vacances en TGV.

    • Parce que le gouvernement est à Paris et que les révolutions partent de Paris en général… Faut pas trop emmerder les parisiens quand on est « au milieu ». Les autres, les ploucs, les « égoïstes et irresponsables » ils peuvent crever (d’ailleurs ils ont moins d’équipements médicaux, moins d’infrastructures, moins de tout)…

    • Tant qu’il y a des rats, bios, c’est qu’il n’y a pas de virus, non?

  • « Tout d’abord, les vaccins anti-Covid fonctionnent.
    Ils sont efficaces et le sont même remarquablement. »


    Ah ?
    Les courbes des décédés des différents pays ressemblent pourtant furieusement à celles de l’année passé. Elles ont l’air de se moquer totalement de la vaccination.
    .
    (20 juillet 2020/ 20 juillet 2021, moyenne 7 jours)
    Royaume uni: 21/57
    France: 13/19
    Allemagne: 3/18
    Suisse: 0/6
    .
    En Suisse ou l’omerta n’est pas aussi forte on voit apparaître des totalement vaccinés qui décèdent du covid.
    On voit aussi des décédés après vaccination mais là, les journalistes expliquent que c’est évidemment dû à leurs lourdes pathologies et pas du tout à cause de la vaccination. L’année passée quand ils arrivaient à 86 ans dans la même situation ils décédaient pourtant « du covid » et pas de leurs lourdes pathologies.
    .
    « On ne peut pas déplorer le Belgian Carnage si on n’est pas capable de souligner le succès et la remarquable organisation de la politique de vaccination qui s’en est suivie »

    Clair mais quand on a fini le concours de celui qui a le plus injecté de produit expérimental à sa population on peut regarder les résultats:
    Le 28 février 2021 quand la deuxième vague est complètement terminée la vaccination complète était à 3%, elle n’a eu aucun effet dans la fin de cette deuxième vague. Le Pic de 2021 sera d’ailleurs beaucoup moins fort que celui de 2020 alors que la vaccination était à 0%.
    Si elle est encore moins forte l’hiver prochain il faudra se souvenir qu’elle avait déjà baissé de 58% SANS vaccination.
    .
    En science ce serait bien d’avoir des corrélations indiscutables avant de tirer des conclusions.

    • Globalement, ces vaccins sont bénéfiques pour la population à risque. Plus de 65 ans, comorbides après 50 ans et obèses.
      Vos remarques sont cependant parfaitement entendables dans la mesure où elles confirment l’exces d’imprudence dans les discours gouvernementaux. Il semble, en tout cas en France, que nos dirigeants aient choisi de grossir la case bénéfice et de passer sous silence la case risque. La prudence autour de AZ et ses thromboses n’est plus de mise. Est-ce parce que les stocks gonflent et que le gvt panique à l’idée de ne pouvoir tout refourguer ? Parce que la France, comme un paquet de pays développés s’est lancé, en catimini, dans une stratégie zéro covid, quoiqu’il en coûte ? Parce que les élections approchent et que Macron ne veut plus confiner le pays ?
      Carotte et bâton. Les vaccinés peuvent tomber le masque en lieu clos, ne plus être jamais cas contact, etc. Les epidemiologistes s’étranglent. Ce sont des décisions politiques, pas sanitaires. Elles nous renvoient au masque inutile en situation de pénurie, puis obligatoire sous peine de sanction 3 mois plus tard.
      Cette politique de gribouille n’aide pas à convaincre les Français de l’interet de la vaccination, c’est certain.

      • entendables si on veut..la belle affaire..
        mais le fait que des gens vaccinés décèdent du covid n’apporte RIEN… et je ne vois simplement pas de quelles courbes de décès guillaume parle.. qui puisse être pertinentes….

        donc ????….

        alors si des gens qui causent correk ont saisi la démonstration de la réfutation de l’efficacité de vaccins qu’il me m’expliquent.

        • la vaccination ne relève pas de la science puisque que c’est une précaution… on juge a postériori… si on le peut…

          le faible role de la vaccination dans la fin de la « seconde vague » ne remet pas non plus en cause la question de l’interet ou non de se vacciner…qui reste essentiellement spéculatif implicant en gros que il n’y pas d’apparition de variants qui changent la donne..

          fondamentalement vous pouvez die la même chose pour les campagnes de vaccination contre la grippe…qui oui sont spéculatives.

          je dois reconnaitre que je n’ai pas été voir les etudes scientifiques…mais des articles de vulgarisations qui affirment que le constat actuel est que la vaccination est efficace au point de vue de la protection immunitaire contre les virus existants..

      • En tout cas leur politique de Gribouille m’a convaincu de leur nocivité.

    • @Guillaume P,

      Arrêter vos mensonges anti-vax et de venir les propager ici. Les décès chez les personnes vaccinées 2 doses font partie des exceptions. J’imagine aussi que vous faite partie de ces gros naïfs qui ont lu ou lu indirectement le rapport britannique ( un document médical officiel) qui expliquerait qu’il y a en GB presque autant de morts vaccinés que de non vaccinés. Il suffit de faire une recherche sur Google pour savoir que ce rapport est simplement une projection futur imaginée dans une situation des plus pire et non un constat actuelle comme aimeraient nous faire croire les anti-vax.

    • Concernant le rapport britannique, ma réponse n’est pas la bonne ayant confondu avec une autre affaire. Mais l’affirmation qu’il y aurait presque autant de morts vaccinés que de non vaccinés en GB selon le rapport officiel britannique est une fausse interprétation certainement volontaire des anti-vax.

      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/07/01/est-il-vrai-qu-en-angleterre-les-vaccines-meurent-davantage-du-variant-delta_6086566_4355770.html

      Être me sortez pas le coup du journal le Monde des gauchistes subventionnés aux ordres quand soit-même on croit au rapport officiel du système de santé britannique qui est étatique.

      • bel enfumage de l’immonde

        si on compare les populations, vaccinées non vaccinées, ce qu’il faut comparer, c’est le nombre de personnes vaccinées qui ne sont pas protégées:2 sur 100, selon les chiffres efficacité à 98 %
        et là on voit que même avec 2 doses,on meurt plus avec le vaccin, sauf si l’on admet que l’efficacité est loin de 98%, les israéliens eux tablent sur … 30 % ce qui corrobore cet statistique inquiétante, on meurt autant avec ou sans vaccin

  • Excellent article qui s’en tient à des faits objectifs.

  • Le retour à la liberté entravée par les faibles de corps et d’esprit ? Au motif qu’il ne faut pas discriminer les marginaux, les politiques gérontocratiques (partie de cette masse obsolète et contre-productive) ont imposé des mesures ségrégationnistes en décalant le problème de la discrimination, profitant à personne d’autre que ces êtres asthéniques qu’ils sont d’ailleurs en droit de transgresser, jetant ainsi le discrédit sur l’ensemble des actions entreprises. D’autre part, il ne suffit pas de se satisfaire de l’efficacité actuelle d’un vaccin pour juger de sa fiabilité, c’est pour cette raison que de nombreux tests sont effectués avant de pouvoir mettre un produit médical sur le marché. Des effets secondaires consécutifs aux vaccins après plus de trois mois, ça n’a jamais existé, disent-ils tout confiants. Mais comme à la bourse, les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

  • Ouais, mais une chose est sûr, si 100% des personnes à risques sont vaccinees et si on soigne les autres pour éviter des complications , on n’a pas besoin de vacciner tout le monde ni de pass ni rien, la vie d’avant… Donc, je vous laisse imaginer les raisons de tout ce meli mélo d’imbécilités .. Des élections aux usa et un poudré ne voulant pas lâcher la barre en France….

  • « Stop aux fantasmes débilitants » nous enjoint l’auteur qui parle avec l’autorité des sachants. Dont acte, mais quand il nous signale que « le virus à l’origine du Covid est, selon toute vraisemblance, issu d’un laboratoire à Wuhan », on a juste envie de lui rappeler que jusqu’à il y a peu, cette « théorie » était-elle même présentée comme un « fantasme débilitant ». Les « vérités » que nous assène l’auteur aujourd’hui ne risquent-elles pas de connaître demain le même sort ?

    • à mon opinion, c’est s une faute , simdew va expliquer (en tous les cas devrait) à l’auteur qu’il y a un problème dans l’utilisation du présent de l’indicatif « serait.. serait » ( ou est???)vraisemblablement plus convenable pour introduire…vraisemblablement …
      en tous les cas ça change tout…

      en vrai , on sait pas..l’auteur ici veut convaincre..du moins ça me semble vraisemblable.

      quand vous entendez vraisemblable ou plausible vous quittez le domaine de la science pour entrer dans celui de l’opinion.

    • La différence entre vérité et complotisme :… 6mois 😀

  • Oui. Mais avec quand même un bémol pour la Grande Bretagne. Il y a eu une moyenne de 50982 ces 7 derniers jours. Et l’effet de la liberté totale du 19 juillet ne s’est pas encore fait sentir.

  • Les vaccins marchent(…) ils n’évitent pas la contamination (…)

    On est donc en droit de dire: vive le vaccin pour ceux qui souhaitent se protéger de la mort (personnes vulnérables ou craintives,) et à bas toute obligation basée sur un « altruisme obligatoire » puisque, non, le traitement n’empêche pas de contaminer les autres.

    Dommage, les autorités (in)compétentes n’ont pas vraiment décidé d’appliquer cette logique, au contraire!

    Je vais tout de même y aller de mon double bémol:
    -Inconnues à moyen/long terme sur les vaccinés jeunes (les vieux n’ayant pas trop à se soucier du temps long) et
    – On est en train d’affoler les foules avec des « variants » qui vont déclencher un nouveau cycle confinement/ vaccination; l’objectif est-il encore sanitaire maintenant que le virus ne tue presque plus?

    Ou l’objectif est-il simplement d’habituer les foules à l’identité numérique forte et à la vie sous tutelle?

    • @Pangzi,

      Les vaccins n’empêchent pas la contamination, mais avec une charge virale de 10 à 12 fois moins importante qu’une contamination par une personne non vaccinée.

      • Si vous etes vacciné et que votre vaccin est sur et efficace,en quoi ce que font les autres vous concerne t’il?

        • Si les autres en question forment votre clientèle, vous avez tout intérêt à ce qu’ils survivent eux aussi.

          • comme personne n’est eternel et bien ils mourront d’autre chose ,ce qui est souvent le cas à partir de 80 ans

          • Mais cela les regarde. Vous les informez, ils décident en leur âme et conscience.
            C’est leur vie, pas la votre.
            Nul besoin de coercition. Sinon, vous n’avez pas été assez convaincant.

        • @Dupontg,

          Comme vous semblez ne pas vouloir comprendre; je répondais à cette ritournelle anti-vax qui nous serine que les personnes vaccinées peuvent transmettre le virus sans bien sûr de chaque fois bien préciser que le transmission et 10 à 20 fois moins importantes que la transmission du virus par une personne non vaccinée atteinte du virus.

          • Vous supputez, en fait on ne sait pas grand chose, on n’est même pas sûr de la charge virale des asymptomatiques, un coup oui, un coup non… on est obligé de leur enfoncer un coton tige jusqu’à leur défoncer les sinus pour p-e trouver qque chose…

      • mais oui, mais oui
        dans cet epad dans les Landes, tous vaccinés,forte contamination, plusieurs décès
        on me dit qu’un super contaminateur a embrassé tous les pensionnaires

  • toujours comique de voir des integristes et des naifs affirmer qu’un produit est « sur et efficace » alors qu’il est toujours en phase de test et en autorisation provisoire…
    quand il y a des conflits d’interet et aucune responsabilité à assumer,il n’y a plus de science il ne reste que du business

    • Il est actuellement en phase de test jusqu’en 2022 ou 2023 pour en connaître la durée de l’immunité.

      • c’est vous qui le dites de façon reductrice……sans doute aussi pour en connaitre les effets secondaires à moyen terme et sa capacité à de nouveaux variants

        • Non ce n’est pas moi qui le dit. Mais les spécialistes. Les vrais, pas les pseudos spécialistes des réseaux sociaux qui savent rien msis qui savent tout. Les effets secondaires des vaccins sont maintenant connus.

          Bon maintenant je vais arrêter de me fatiguer à essayer de faire boire des ânes qui n’ont pas soif. J’ai juste fait un rapide retour dans l’espace commentaire, pour ne plus trop y revenir.

    • Toujours comique de voir des opposants à l’Etat et à l’Administration affirmer que c’est le respect d’une procédure administrative suffisamment longue qui validera la sûreté et l’efficacité d’un produit…

  • Voila un excellent article de bon sens.

  • « Tout d’abord, les vaccins anti-Covid fonctionnent. »
    J’arrête là ma lecture.
    Affirmer que les vaccins fonctionnent alors qu’ils viennent juste d’être lancés, et que l’on n’a aucun recul, ce n’est pas raisonnable. Nous en reparlerons dans un an au moins.

  • dans des conditions de sécurité et d’hygiène déplorables.

    En principe, dans un laboratoire P4, cela ne doit pas être le cas.
    Acte délibéré, malveillance?
    Honnêtement, difficile à dire.
    Par contre, condamnons le manque de transparence de tous les laboratoires. Rien ne devrait être secret, la preuve en étant cette pandémie.

    • Un SDF a été trouvé dans un laboratoire P4 à Lyon… Certains commentaires sur la Chine sont à la limite du racisme. Les Chinois sont maintenant très efficaces et, si ça continue comme ça, nous ne pourrons plus nous prétendre plus libéraux qu’eux.

  • Un mot sur le COVID et le climat: je n’ai pas la preuve que la diffusion du COVID relève d’un complot mais c’est une opportunité (mot employé par Macron) pour alourdir le poids de l’Etat, comme le prétendu réchauffement climatique; les politiques menées depuis 1 an 1/2 (confinements, relances vertes mais aussi islamo-gauchisme…) nous préparent à la nouvelle société.

  • Encore un article qui fait l’amalgame entre « anti pass sanitaire » et « anti vaccins »… Merci de faire le jeu des médias.
    Mis à part une minorité (qu’on entend souvent beaucoup dans les média comme par hasard), l’immense majorité des « anti vaxx » ne remettent absolument pas en compte l’efficacité des vaccins. Vous l’avez bien signalé, le bénéfice / risque n’est même pas abordé…

  • Une chose qui n’est pas un fantasme c’est qu’on a refusé pendant tout 2020 de mettre en place un « confinement pour les vieux » à risque (objectivement, mesurablement, clairement plus à risque que les autres, la grippe tue plus que le COVID pour les moins de 55 ans, le COVID plus que la grippe pour les plus que 55 ans, sans même prendre en compte les « comorbidités » et autres tours de passe-passe pour effrayer le « jeune ») puisqu’il ne fallait pas briser l’égalité etc. Et on a mis l’économie à plat parce qu’il fallait surtout ne pas traiter les retraités différement des actifs.

    Aujourd’hui, les mêmes qui refusaient cette « honteuse discrimination qui aurait sali l’honneur de la république » sont parfaitement contents d’en appliquer une bien plus forte (mais cette fois sans raison vraiment valable) aux « non vaccinés » (mais les vieux votent beaucoup LREM, les non-vaccinés sans doute pas des masses).

    Par ailleurs, si l’objectif est sanitaire, il faut rappeler qu’en France plus de 85% des populations réellement à risque sont double vaccinées. 99% pour les plus de 80 ans il me semble… De quoi arrêter quasi toutes les hospitalisations et les morts, non, puisque les plus de 85 ans représentent 50% des décès de la maladie, historiquement, et que les autres plus de 60 ans sont également très fortement vaccinés….

    A moins que le vaccin ne marche pas aussi bien que ce que M. Godefridi dit…

    • Vous semblez bien sûr de votre capacité à évaluer quelles sont les populations réellement à risque et à les mettre dans des structures de confinement.

      • Pas plus que le gouvernement (ou vous) et le « pass »…
        On a la même incertitude.

        Simplement, et très étrangement, quand il s’agit de vous mettre à l’écart, vous jugez l’incertitude trop grande et refusez, quand il s’agit de mettre les autres à l’écart, là, beaucoup moins.

        Très humain, mais pas terrible quand on est le gouvernement ou les médias, dont on attendrait plus d’objectivité et d’équité.

        • Quand il s’agit de mettre quiconque à l’écart, pas plus vous que le gouvernement n’a de légitimité. Le pass est une honte, et la suggestion d’enfermer les fragiles à l’isolement est tout aussi honteuse. Et, à mon humble avis, est déplacée sur un site où l’on devrait défendre les libertés et les décisions individuelles…
          En France, on adore déjà décider des dépenses de l’argent des autres. Pas la peine de rajouter décider des libertés des autres, il y en a trop qui sont prêts à adorer cette nouvelle idole.

  • « Ce sont là des faits dont la négation interdit tout débat rationnel » : traiter une partie de ses lecteurs de démons irrationnels (je schématise) dès les premières lignes est une bien étrange manière de débuter un article. Personnellement, je m’arrête là : je ne prends plus la peine de me fatiguer avec ce type d’argumentaire pseudo rationnel et pseudo scientifique.
    Fermez le ban

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après le bref passage de Liz Truss au poste de Premier ministre britannique, le Parti conservateur britannique continue de lutter, accusant un retard de 15 points de pourcentage sur l'opposition travailliste dans les sondages d'opinion. Il est intéressant de noter que Boris Johnson et Liz Truss ont lancé un défi à l'autorité du nouveau Premier ministre Rishi Sunak en rejoignant une rébellion conservatrice soutenant les parcs éoliens pour faire face à la crise énergétique.

Le journaliste britannique de GB News, Tom Harwood, a déploré la... Poursuivre la lecture

La crise du covid a amené des restrictions des libertés.

La question qui se pose est de savoir pourquoi celles-ci ont été soutenues par une partie non négligeable de la population. Contrepoints s'est entretenu avec Samuel Fitoussi, auteur d'une note pour l'Institut Sapiens sur les erreurs de gestion systémiques pendant la crise sanitaire. Il a étudié l’économie à Cambridge et à HEC.

 

Contrepoints : Irresponsables par nature : vous revenez sur la séquence ahurissante des auto-attestations, dont les plus fervents défe... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles