Fiscalité mondiale : retrait machiavélique de la taxe numérique européenne

N’allez toutefois pas croire que l’Union européenne a reculé sur la taxe numérique pour montrer sa bonté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
European Flag by Rock Cohen (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiscalité mondiale : retrait machiavélique de la taxe numérique européenne

Publié le 20 juillet 2021
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

Dans le monde politique, la fin justifie souvent les moyens. Ainsi, pour l’œil averti une apparente bonne nouvelle en cache une autre souvent pire.

C’est donc sans surprise que l’Union européenne a temporairement suspendu son projet de taxe numérique, une attaque à peine voilée contre les géants américains comme Amazon et Google.

Évidemment, tout non-vote sur une augmentation d’impôt ou de taxe est la bienvenue. Après tout, la totalité des impôts est payée par les individus. Que ce soit directement par des prix plus élevés sur les « péchés » ou indirectement via une activité économique ralentie – les incitatifs importent toujours – on compte sans doute sur les doigts de la main le nombre de fois où une augmentation d’impôts fut un bien net pour la société.

Pour la taxe numérique, le résultat aurait été des souscriptions plus chères, moins de services premium, voire une absence totale de service. Ce n’est pas surprenant, le but explicite de toute entreprise est d’offrir rentablement un produit ou service.

« Trop d’impôt tue l’impôt » n’est pas juste un slogan libéral vide. Il a trouvé de nombreuses applications pratiques, comme celui de Burger King.

De plus, cette action a évité une sotte guerre de cour de récréation. Lorsque l’UE a lancé son idée de taxe, l’administration Biden a répliqué avec une proposition de tarifs punitifs contre l’Europe.

S’unir pour mieux opprimer

N’allez toutefois pas croire que l’Union européenne a reculé sur la taxe numérique pour montrer sa bonté.

En effet, l’article de 20 minutes mis en lien plus haut révèle le but ultime de cet apparent recul : renforcer les discussions sur l’uniformisation fiscale. N’oubliez pas que les États-Unis et l’Europe veulent combattre l’évasion fiscale avec un impôt minimum aux entreprises, projet chouchou de la secrétaire au Trésor Janet Yellen.

On veut ainsi créer un cartel fiscal pour mieux isoler les récalcitrants. En effet, pensez-vous que les « neuf rebelles » pourront tenir longtemps si les pays développés s’unissent pour faire pression, voire boycotter, les juridictions qui refusent de mettre fin à cette « course vers les bas-fonds »?

J’ose même ajouter que, du même souffle, les deux poids lourds pourraient s’unir de la même façon pour exercer des pressions vertes sur les autres pays.

L’Union européenne est déjà en pleine discussion pour imposer une taxe sur le CO2 (mal nommée carbone) afin de « relever l’ambition climatique mondiale. » Peu importe si même John Kerry, émissaire climatique américain, admet que même un accord avec la Chine ne réglerait rien. IL faut montrer toute la fausse vertu dont on est capable.

Car ce protectionnisme à peine déguisé ne suffit pas. L’Europe discute même d’interdire les voitures à essence d’ici 2035. Il y aura sûrement des frictions avec les États-Unis, mais considérant l’ouverture de Biden pour la folle idée d’un New Deal vert, il lui en faudra peu pour le convaincre. Considérant que la Californie, le plus grand État, a déjà voté une loi semblable, ce n’est qu’une question de temps avant que le gouvernement fédéral ne lui emboîte le pas.

Bref, ne baissez pas la garde. À l’instar du shérif de Robin Dubois, l’Union européenne annonce ne pas créer une nouvelle taxe mais en augmente d’autres par une porte dérobée. Et vous devrez payer le tout, comme si tout n’était pas déjà assez cher…

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Je n’y ai vu qu’une chose : l’obéissance, la queue basse, devant tonton Sam. C’est toujours le maître du monde. L’Europe un petit toutou.

  • Une technique pour les pays qui veulent rester en dessous de 15%: ils mettent plein de niches fiscales larges pour abaisser le taux effectif. Par exemple, « pour favoriser l’emploi » un abattement par employé.
    Il faut voir comment ça va être écrit, mais si c’est juste « le taux officiel doit être de 15% minimum », ça doit pouvoir se contourner.
    Pour les pays d’Europe concernés, j’essayerais en plus d’extraire du fric via la « solidarité européenne » ou « la relance » puis faire semblant de me soumettre. La France marcherait à fond .

  • Ça va ressembler aux agglomérations: finalement, ce sont les grandes villes qui font la pluie et le beau temps.
    Pour les cas que je connais (Rennes et Nantes), être intégré dans ces agglo n’apporte quasiment aucun avantage pour les communes voisines, par contre, côté inconvénients, c’est visible.
    L’Europe veut se la jouer comme les grandes villes, ce sont les petits qui devraient se plier aux désirs des allemands ou français. mais je doute que cela fonctionne: je vois mal l’Irlande s’aligner sur la France, elle n’aurait plus aucun avantage compétitif et ce serait un suicide économique.

  • Tout faux, l’Europe s’est simplement couchée devant son suzerain américain qui avait envoyé Janet Yellen faire les gros yeux à ses vassaux qui avaient oublié que les Américains veulent taxer eux-mêmes leurs entreprises

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles