Biden-Trump : bonnet blanc et blanc bonnet sur le commerce

Comme c’est trop souvent le cas aux États-Unis, démocrates et républicains s’entendent sur tous les points qui, au final, nuisent à la majorité de la population. Le chant des sirènes protectionnistes est particulièrement séduisant…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Election man BY Geoff Livingston (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Biden-Trump : bonnet blanc et blanc bonnet sur le commerce

Publié le 24 mai 2021
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

L’un des faits saillants de la présidence de Donald Trump fut sa signature sans vergogne de la pétition de marchands de chandelles. Résultat : sa baisse d’impôts massive fut presque annulée si on considère ce que les Américains ont dû payer en plus pour divers produits.

Et à observer les politiques de Joe Biden depuis son élection, ce dernier trouve ces inepties économiques satisfaisantes.

C’était entièrement prévisible ; sa plateforme électorale avançait une politique Buy American pour favoriser l’achat local, peu importe son prix.

Plaire à ses partisans

Et comme avec toute politique gouvernementale tentant de contourner les lois économiques, des groupes d’intérêts en profitent et tentent de défendre leur avantage indu coûte que coûte.

En outre, le lobby de l’acier affirme que les tarifs ont permis de redémarrer des usines et d’embaucher plus de travailleurs. Bien que l’on voie ces chiffres clairement, on ne verra pas les emplois qui se perdent ailleurs à cause d’une hausse des prix de l’acier – jusqu’à 40 % de plus qu’ailleurs sur la planète. Résultat : le prix de base de l’alliage est le triple que ce qu’il était l’an dernier.

Une représentante commerciale de l’administration Biden ose qualifier ces tarifs d’efficaces et dit qu’ils ont pu sauver des emplois.

Ces tarifs auraient pourtant causé la perte de quelque 300 000 emplois et de 0,3 % de PIB. Le foyer typique doit payer entre 600 et 800 dollars de plus par année, selon les études.

Faire fi des alliés

« Mais c’est contre la Chine, un pays qui triche constamment ! » diront les défenseurs des tarifs. Certes, la Chine n’est pas reconnue comme un joueur honnête. Mais le fait demeure que les tarifs sont payés par les consommateurs et les producteurs et qu’ils sont un fardeau.

La preuve : les distilleurs de whisky paient très cher les tarifs de l’acier contre l’Union européenne, qui menace de contre-tarifs d’ici juin.

L’Europe deviendra d’ailleurs le prochain champ de bataille tarifaire. L’administration Biden menace maintenant de Royaume-Uni de tarifs punitifs de 25 % à cause d’une taxe « temporaire » sur les géants de l’informatique, qu’il juge comme s’attaquant injustement à des compagnies américaines. D’autres pays veulent imposer de telles taxes.

L’indignation hypocrite de Joe Biden

Si Biden trouve ces taxes injustes, il y aurait une solution toute simple : diminuer l’impôt des sociétés.

Mais cette solution est effectivement trop simple. Depuis son élection, Biden travaille d’arrache-pied pour augmenter l’impôt des sociétés de 21 % à 28 % parce que, comme le citait le Royaume-Uni précédemment, chacun doit payer sa « juste » part. Et pour éviter que ces méchantes compagnies n’aillent vers des cieux plus cléments, sa secrétaire au Trésor travaille avec des pays de l’OCDE pour imposer un impôt minimal mondial.

Bref, comme c’est trop souvent le cas aux États-Unis, démocrates et républicains s’entendent sur tous les points qui, au final, nuisent à la majorité de la population. Le chant des sirènes protectionnistes est particulièrement séduisant, et les coffres électoraux des partis en profitent grandement.

Malheureusement, Monsieur et Madame-tout-le-monde s’en trouvent lésés. Mais comme ils n’ont ni le temps, ni l’argent pour protester, ils devront se serrer la ceinture pendant que les pachas favoris du gouvernement profitent d’une prospérité illusoire.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • La perméabilité de nos frontières est totale. Ce n’est pas la faute des autres. C’est la faute des gauchards de tous poils qui veulent les ouvrir à tous les immigrés mais les veulent étanches au commerce alors quelles sont une vraie passoire au nom d’un libéralisme à sens unique. Mais aucun électeur ne se soucie de le rappeler à son député EU au moment opportun. Alors….faut assumer. Mais Bidden ou Trump eux, défendent le commerce de leur pays.

  • Mouais, en tout cas, la baisse d’impôt de Trump a eu un meilleur impact pour l’économie US que le chèque cadeau de Biden qui ralenti la mise à disposition de la main d’oeuvre américaine

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles