États-Unis : Janet Yellen veut uniformiser l’oppression fiscale

Photo by Juliana Kozoski on Unsplash - https://unsplash.com/photos/IoQioGLrz3Y — Juliana Kozoski ,

Les revenus ne sont pas au rendez-vous à cause de l’évasion fiscale, alors les pays peuvent s’associer pour imposer un plancher fiscal afin d’éviter la concurrence déloyale.

Par Pierre-Guy Veer.

Vous pouvez toujours compter sur les politiciens pour trouver de nouvelles façons inventives de percevoir davantage d’impôts. Et quand les revenus ne sont pas au rendez-vous à cause de l’évasion fiscale, alors les pays peuvent s’associer pour imposer un plancher fiscal afin d’éviter la concurrence déloyale.

C’est exactement le plan machiavélique lancé récemment par la nouvelle secrétaire au Trésor Janet Yellen. Elle espère ainsi que « l’économie mondiale prospère sur la base de règles du jeu plus équitables en matière d’imposition des sociétés multinationales. »

N’allez surtout pas croire que cette volonté américaine vienne du fait que Joe Biden veuille augmenter l’impôt des sociétés au plus haut niveau mondial, dépassant même le Portugal par 0,85 %…

Plusieurs questions sans réponse

Sérieusement, un telle quantité d’inepties suscite son lot de questions apparemment sans réponse objective.

Tout d’abord : équitable pour qui ?

N’en déplaise aux politiciens en manque de revenus, seuls les individus paient des impôts. D’une façon ou d’une autre, les entreprises finiront par soit embaucher moins à cause de l’augmentation des coûts, soit moins investir pour se développer, soit refiler la facture aux consommateurs.

Ce ne sont pas les exemples qui manquent pour le dernier effet. Seulement au Québec, les écofrais sont transférés aux consommateurs pour de nombreux articles électroniques neufs, lesquels frais sont aussi taxables. Et le gouvernement impose même la façon selon laquelle ils doivent être affichés.

Ensuite, pourquoi uniformiser vers le haut plutôt que vers le bas ?

Il existe une concurrence fiscale à l’intérieur de fédérations relativement décentralisées comme les États-Unis et le Canada, les juridictions plus clémentes étant généralement plus attrayantes.

Chez l’Oncle Sam, le Texas a récemment constitutionnalisé son absence d’impôt sur le revenu, rendant l’État attrayant malgré ses fortes taxes foncières. À l’extrême opposé, la Californie est devenue un aperçu de ce qui attend le pays avec Joe Biden : des impôts élevés très progressifs, une réglementation étouffante et un coût de la vie prohibitif. À l’instar de New York et l’Illinois, la Californie perd tellement d’habitants que sa représentation au Congrès pourrait diminuer.

Au Canada, le Québec semble penser que la France est un modèle à suivre. Résultat, la pression fiscale dans la Belle province est très forte, dépassant même le niveau moyen de l’OCDE. Tout cela pour financer des routes en phase terminale, un système de santé avec des listes d’attente de six mois pour une intervention chirurgicale, et où une consultation médicale peut attendre plus d’une année, et probablement davantage aujourd’hui à cause de la pandémie.

Droit à l’argent des autres ?

Finalement, la question est de savoir de quel pourcentage de l’argent des autres est-il possible de disposer ?

C’est vraiment ce à quoi se réduit l’impôt : une autorité qui décide du droit à percevoir un pourcentage de l’argent d’autrui, assorti de conséquences désastreuses pour celui qui refuse cette extorsion.

Car oui, si on enlève ses lunettes roses, l’impôt n’est ni plus ni moins que de l’extorsion. Au moins, quand la mafia agit d’une façon similaire, elle ne prétend pas  rendre service en se vantant de construire des routes.

Et quand bien même, en tant que libéral classique, vous admettez la participation de l’État dans les grands travaux d’infrastructures, vous devriez au moins concéder ce qu’Adam Smith avançait : lesdites infrastructures doivent s’autofinancer.

Cette idée saugrenue d’uniformisation des taux d’imposition au niveau mondial démontre l’échec patent des gouvernements nationaux de pouvoir extraire davantage du produit d’autrui. Et comme l’Union européenne nécessite l’unanimité totale pour adopter une politique, cette proposition a heureusement peu de chance de passer. L’Irlande et les pays de l’Est voudront certainement maintenir leurs avantages.

Mais restez vigilant. Votre argent n’est jamais à l’abri, surtout en période de taux d’intérêts nuls, voire négatifs.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.