La révolution Macron n’a pas eu lieu

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
macron_president_louvre by French Embassy in the U.S. on Flickr (CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La révolution Macron n’a pas eu lieu

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 juillet 2021
- A +

Par Claude Goudron.

Lors de la célèbre conférence de presse du 6 novembre 2019 Emmanuel Macron lance un pavé dans la mare :

Ce qu’on est en train de vivre, c’est la mort cérébrale de l’OTAN.

Il y avait un fond de vérité et même si certains étaient en droit de le contester il est clair que cette formule a frappé les esprits.

Vers la mort cérébrale de la France ?

C’est un paradoxe de dénoncer le dysfonctionnement de l’OTAN et d’occulter celui encore plus flagrant qui touche le pays : le risque de son effondrement.

Il a commencé en 1981 avec François Mitterrand qui, pour enfin arriver au pouvoir, n’a pas hésité à s’allier à ce que le pays comptait de gauchistes hérités de mai 68 et qui brillaient tous de leur incompétence notoire en économie.

Rapidement rattrapé par des dévaluations à répétition, un changement de cap à 180° n’a pas réussi à convaincre des partenaires européens devenus de plus en plus crédules à notre égard sur la capacité à réformer du pays.

Quarante années plus tard, aucune réforme d’ampleur n’a vu le jour et notre crédibilité s’est dégradée au fur et à mesure des engagements non tenus !

Pays sclérosé, la France s’engage donc dans ce qui ressemble à un état de mort cérébrale.

La révolution Macron

C’était le titre de son livre programme en 2017, on allait voir ce qu’on allait voir !

On peut trouver toutes les raisons pour justifier ce statu quo. Mais voici quarante ans que par un manque évident de courage chaque Président au pouvoir voulant mettre en place les réformes indispensables, ne les a appliquées qu’à dose homéopathique. Nos amis allemands n’ont pas tergiversé et les ont mises en œuvre sous une seule mandature.

Notre Président ne voulant pas en assumer les conséquences, les a seulement proposées, puis reportées, puis sous-traitées à des commissions ou des conventions Théodule qui se sont empressées de les dénaturer puis les abandonner à nouveau.

Dans pratiquement tous les domaines la France est devenue l’Homme malade de l’Europe et a perdu sa tête !

Un pays qui ne fonctionne plus

Que ce soit le système de santé qui, malgré un coût des plus élevés au monde, ne permet plus d’obtenir des rendez-vous dans des délais raisonnables, voit ses hôpitaux engorgés à la moindre alerte et n’est plus capable de mettre au point un vaccin Covid.

Que ce soit le système éducatif qui n’arrive plus à former une jeunesse qui a aujourd’hui peur de l’avenir et dont la chute régulière dans le classement PISA  confirme notre décrochage.

Que ce soit l’industrie qui, depuis maintenant 20 ans, périclite et ne donne aucun signe de guérison malgré les incantations d’un ministre qui sait très bien que cela ne suffit pas à inverser une désindustrialisation qui continue son chemin mortifère.

Que ce soit la police qui, malgré des effectifs suffisants ne parvient plus à accomplir sa mission, sclérosée par des contraintes aussi nombreuses que nuisibles et à laquelle il a été refusé ce que la Constitution lui a reconnu, c’est-à-dire  l’utilisation de la force dans son exercice du maintien de l’ordre.

Que ce soit la balance commerciale, thermomètre de notre compétitivité, qui n’a plus été positive depuis 2003. Elle est en déficit de 59 milliards d’euros en 2019 tandis que l’Allemagne affiche un excédent de 293 milliards.

Des Français qui rechignent à travailler

Biberonnés au socialisme, une majorité de Français pense qu’il est normal de travailler beaucoup moins que ses voisins (tout confondu 30 % de moins qu’un Allemand) en gagnant autant d’argent et pourquoi pas un peu plus.

L’argent magique est là : sans travailler ou en travaillant très peu pendant la pandémie le niveau de vie moyen a augmenté de près de 2 %.

Alors pourquoi ne pas continuer ? Certains même traînent les pieds pour reprendre le travail et risquent alors de saborder une reprise indispensable pour limiter la casse.

La justice à la dérive

Un ministre de la Justice applaudi par les prisonniers : c’est l’aboutissement de la dérive juridique française qui s’intéresse davantage à la défense des délinquants qu’à celle des victimes.

Les condamnations ne font plus peur et des peines de prison virtuelles sont quasi généralisées faute de places dans les établissements pénitentiaires, malgré les engagements pris par nos gouvernants d’en augmenter sensiblement le nombre.

La démocratie bafouée

Peut-on critiquer le niveau d’abstention en augmentation au fil des élections ? La dernière qui culmine aux deux tiers des inscrits prouve le désintérêt de nos concitoyens envers une classe politique qui met en avant sa propre carrière au détriment de réformes toujours promises et rarement appliquées.

7 %, c’est le score du mouvement politique qui a permis à Emmanuel Macron de prendre les manettes du pays. Ce sont les signes d’une démocratie qui ne fonctionne plus et qui va ouvrir la porte aux extrêmes.

L’administration hors sol

Plus on dénonce l’effectif pléthorique de notre fonction publique, plus le nombre de fonctionnaires augmente. Elle a pris le pouvoir et dans de nombreux domaines, le politique ne peut plus la maîtriser.

Malgré ses nombreuses dérives et dysfonctionnements elle a su se rendre incontournable par la création de normes et contraintes souvent irréalistes et en nombres affolants et qui justifie son effectif croissant.

Elle agit comme un frein à notre économie et multiplie les coûts de la gestion de notre fonction publique jusqu’à overdose.

Endettement abyssal

Dette d’État, dette hors bilan (principalement retraites des fonctionnaires), dette des entreprises et des particuliers ont explosé ces dernières années.

Surfant sur le « quoi qu’il en coûte » de la dette Covid l’État en profite pour en ajouter quelques dizaines de milliards pour sa gestion courante alors qu’au contraire il faudrait la réduire drastiquement.

C’est de la folie, le niveau d’endettement est tel qu’il n’y a plus de limites autres que celles qui seront imposées par les créanciers.

Un pays qui se pense encore riche

Endettée jusqu’au cou, la France veut faire croire qu’elle est encore un pays riche et veut le montrer à la face du monde, ceci au détriment du Français qui souvent est moins bien traité qu’un exilé dont il faudra néanmoins assumer les dépenses.

La France finance l’accueil d’un nombre d’étrangers au-delà de ses capacités, aussi bien en demande d’asile politique pas toujours justifié que de réfugiés illégaux souvent inexpulsables. Ils bénéficient d’une couverture sociale leur permettant souvent d’être mieux soignés que ne le sont des Français ayant pourtant cotisé toute leur vie. Ils sont logés dans des hôtels alors que nos sans-abri dorment dehors.

Nous annulons également les dettes de nos débiteurs étrangers au détriment de la  nôtre.

Notre endettement ayant atteint ses limites, le patrimoine français a été dilapidé, passant de 58% du PIB en 2007 à seulement 8 % dix ans plus tard.

Conclusion

Dans le cas de l’OTAN et du pays le diagnostic de mort cérébrale est certes un peu exagéré, celui de schizophrénie serait mieux adapté pour la France.

Le temps est toutefois compté et la prochaine campagne présidentielle doit absolument mettre le problème du désendettement, donc de la baisse des dépenses publiques, au premier plan.

Un effort tout à fait particulier doit être apporté au sauvetage de l’industrie qui croule sous des charges et contraintes totalement contre-productives.

La construction de l’Union européenne est le seul rempart contre une mondialisation sans scrupules.

Il faut un discours de vérité auprès des Français et arrêter de leur faire croire qu’il est possible de s’en sortir sans effort, les 40 années perdues en imposerons en proportion de notre laxisme.

La France le vaut bien, nos enfants et petits-enfants également.

Voir les commentaires (52)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (52)
  • La révolution Macron n’ a pas eu lieu alors qu’ il a eu un boulevard les 6 premiers mois de sa mandature pour la faire. Il aurait pu ( dû) commencer par envoyer des grands coups de masse dans la haute administration, réformer l’ état lui même avant de nous imposer quoi que ce soit puisque les blocages sont là. D’ ailleurs il avait fait les bons diagnostics. Puis il n’ était franchement pas difficile de nous prendre à témoin sur la nuisance de certains corps sociaux du pays pour le libéraliser. Je pense à des choses simples comme la retraite des cheminots ou de la RATP que la France entière paye avec la reconnaissance que l’ on sait. Mais nous prendre à témoin et nous responsabiliser demande un minimum de sens démocratique et de l’ humilité inversement proportionnelle au 7% qui l’ ont élu. Mais l’ extrême centre gauche n’ est pas démocrate, il mange dans le râtelier de la mondialisation qui à l’ image de la gestion Covid donne dans le surréalisme.

    • « il a eu un boulevard les 6 premiers mois »

      On peut pédaler tant qu’on veut sur un boulevard rempli de mélasse, ça n’avance pas.
      Le problème est l’inertie et la viscosité d’un peuple avachi par un demi-siècle de socialo-bien-pensance.
      Ce n’est surtout pas de plus de démocrature qu’il a besoin mais de plus de coups de pieds au cul.

      • Je ne suis pas d’ accord. Le problème n’ a jamais été le peuple. Un bon prof est capable de retourner sa classe en moins d’ un an, un chef d’ atelier est capable de redynamiser une équipe atone autour de sa personne. Le problème c’ est l’ état. Et bien au contraire, le peuple a besoin qu’ on lui lâche la grappe, certainement pas de coups de pied au cul.

      • @hurlevent vous avez peut-être la politique que vous méritez, moi pas. Vous avez honte ? Grand bien vous fasse .

      • @mc2
        « mais de plus de coups de pieds au cul. »
        Autrement dit vous souhaitez un Staline ou un Adolf ?
        Je vous signale que ca c est pas tres bien passé pour les peuples en question dans les 2 cas

        Pour le reste, c est sur qu un president ne peut pas grand chose si les etages en dessous font de la resistance passive

    • Macron a été conseiller puis ministre de Hollande pendant cinq ans.

  • Nevermindthebullock
    3 juillet 2021 at 6 h 53 min

    La révolution m’aide (sic) in Macron, c’est Le Maire à l’économie et prévisions , modélisations et projections de croissance négative commandées à l’institut Pasteur.
    Mais comme le conclut l’auteur « le temps est toutefois compté ».
    A pleurer ou vomir, faut choisir.

  • bah , il faut croire que la France n’est pas si fauchée que ça : le budget de l’assemblée nationale pour 2022 en hausse de 46 millions d’euros ( rien que ça…) par rapport à cette année …c’est pas cher c’est l’état qui paie….

    • Le dernier qui a sorti une ânerie de ce genre, c’était Fillon avec son Etat en faillite. Escroc condamné pour détournement de fonds publics…

      • Dommage qu’il n’y ai eu que lui… Car une grosse majorité des députés ont fait et font encore la même chose que lui… Oui… Dommage…

    • Qu’on trouve encore des supporters de Fillon, après ses méfaits, en dit long sur l’appauvrissement intellectuel et moral de l’électorat francais…

      • Ou alors c’est que l’offre politique s’est tellement appauvrie, qu’un voleur de 1M€ qui avait quelques bonnes idées semble préférable aux bonimenteurs qui (pour l’instant) n’ont pas étés condamnés…

    • @vera
      le budget de l etat c est 1000 millards. 46 millions c est rien du tout (ce qui ne veut pas dire qu il ne faut pas y regarder)
      Le premier poste de depense c est le paiment des pensions de retraites. Vient ensuite les soins medicaux. A eux deux on a 50 % des depenses

      Autrement dit, si on veut redresser la France il vaut mettre a la diete les retraités (pension et gros consommateurs de soins).
      Vous etes toujours d accord ?

  • Hélas tout est vrai…..

    • Pas vraiment. Constat en toc. Et solutions yakafaucon.
      Plus inutile, tu meurs !

      • Ce qu’il y a, c’est que les articles se répètent un peu (beaucoup). Et s’ils se répètent c’est parce qu’on s’adresse à des murs et qu’il est difficile d’approfondir ou corriger.

        C’est plus facile avec le Covid où Macron suit toujours l’évidence avec 6 mois de retard (quand tout le monde peut constater que c’est pas si évident).

        • Certes. Mais une mauvaise analyse doublée d’une absence de solutions n’a jamais fait avancer le schmilblic. Au contraire.

  • « La construction de l’Union européenne est le seul rempart contre une mondialisation sans scrupules. »
    C’est bien ce que j’attends d’elle ou du moins ce que j’attendais.
    Force est de constater qu’elle ne joue pas ce rôle. Elle a d’abord placé le libre échange en vertu première, ce qui est louable en interne, mais qui profite aussi beaucoup aux Chinois et américains, alors qu’en contrepartie, ils maintiennent des barrières chez eux pour limiter nos exportations.
    Et maintenant, elle nous invente le « green new deal » à base d’escroquerie éolienne et solaire, de zones à faibles émissions et de voiture électrique hors de prix pour une autonomie dérisoire.
    L’UE a définitivement cessé de me faire rêver. J’ai encore voté pour elle en 2019, mais c’était la dernière fois.

    • N’oubliez pas que l’Europe c’est nous! Alors si, elle fonctionne mal, ce que je confirme, c’est de notre faute!

      • elle fonctionne mal parce qu’elle est un machin soviétoïde qui ne profite et ne convient qu’à ceux qui la « dirigent ».

      • ne pas confondre l’Europe et l’Union Européenne (« un machin » technocratique qui transforme l’Europe en URSS).

    • +1
      L’aveuglement européiste de certains libéraux est souvent confondant de bêtise (et finalement assez proche du  » si le communisme n’a pas marché c’est qu’il n’y avait pas assez de communisme »).
      L’UE (et l’€) n’est certainement pas la cause de tous nos maux mais elle offre la couche supplémentaire d’irresponsabilité qu’on ne ne pouvait pas se permettre…

    • Les Chinois oui, les américains non, puisque leurs droits de douanes et taxes sont inférieures à ceux de l’UE. Les chinois eux font tout pour empêcher les importations.

  • Triste constat et pathétiquement vrai!
    Voilà des années que les Français conscientisés font ce constat et tout empire…
    Il n’y a plus qu’une seule solution avant la guerre civile à venir: la France des Régions!
    Non pas celle de F.Hollande mais une vraie qui casse complètement la république, redonne du pouvoir à des Politiques uniquement en phase avec leur région et directement connectée et responsable devant leurs citoyens. Bien sûr le pouvoir et les budgets parisiens disparaissent avec leurs 44 ministres et leur 6 millions de fonctionnaires.
    Il faut renverser la table…

    • Et refaire des réions qui ont une âme, une histoire…
      Pas celles créées artificiellement lors de la dernière « réforme » hollande, par ailleurs se soldant par des dépenses en accroissement.

  • Bel article.
    Je ne partage pas votre optimisme quant à l’UE, qui semble de plus en plus crispée sur des lubies idéologiques et conniventes (chères à Macron, du reste,) telles la décarbonation et les privilèges des minorités braillardes. Si redressement il y a, il se fera sans l’UE.

  • Si, la révolution a eu lieu: il a décapité la France!

  • « Emmanuel Macron lance un pavé dans la mare … »

    Quand on « voit » un problème que les autres ne voient pas, il faut être prétentieux pour croire qu’on a tout compris et encore plus pour penser qu’on sera capable de le résoudre.

    Plus que de « génies » on aurait besoin de « leader ». Cela sert à quoi de s’afficher sur les réseaux sociaux avec des « djeuns » dans son petit costume étriqué ? Et de rassembler dans son discours et opposer dans ses actions (jusqu’à mettre les gens dans la rue et sur les ronds-points).

  • Laurent Lenormand
    3 juillet 2021 at 12 h 46 min

    Macron n’était « révolutionnaire » que pour les gogos qui croyaient son bla-bla. Il suffisait de voir qui avait piloté son ascension pour réaliser que, loin d’être là pour changer quoi que ce soit, il était mis en place pour perpétuer un système: la caste des technocrates et des oligarques pour qui la France, toute ruinée qu’elle est, est une immense vache à lait.

  • La. Révolution est en cours, de veaux les français sont devenus moutons, les finances de la nation ne sont plus entre les mains du gvt ni aucunes des lois  » votees » par un parlement transformé en musée de cire… On ne peut pas mieux faire !

  • Macron est un ex PS, ministre de Hollande ‘c’est gratuit’, c’est à ce titre qu’il a été élu par le « deep state » et il a parfaitement opéré la révolution socialiste prévue: l’état a augmenté son pouvoir dans des proportions inimaginables (et le pays a fait un grand pas vers le gouffre, mais c’est un détail).
    Quant à l’UE, tout indique qu’elle est infestée des mêmes bureaucrates socialistes et interventionnistes. Ils ont supprimé toutes les sauvegardes, ouvert en grand les vannes de l’argent gratuit et ont des préoccupations majoritairement « woke ».
    C’est bien la dernière chose à pouvoir sauver la France.

    • Macron n’ayant jamais travaillé, il n’a aucune idée de ce qu’il faut faire pour remettre la France au travail.

      • bah si il travaille plutôt consciencieusement à diviser les français et mettre le pays en ruine, et pour ça il est très très fort.

  • Globalement d’accord sauf en ce qui concerne la rengaine européiste « La construction de l’Union européenne est le seul rempart contre une mondialisation sans scrupules. »
    En réalité, l’UE est devenue régulièrement un facteur nocif pour la France :
    – manipulée de main de maître par l’Allemagne, l’UE contribue à démanteler notre politique énergétique, en particulier notre secteur nucléaire, formidable réussite des années 1980 et 1990, au profit des délires du solaire et de l’éolien que les escrologistes nous imposent ;
    – le moins que l’ont puisse dire en matière de défense des intérêts économiques des États membres de l’UE c’est qu’elle est au mieux intermittente, hésitante et erratique : comment pourrait-il en être autrement vue l’hétérogénéité des économies de ces 27 États ? Trop souvent, face à ses 2 concurrents majeurs, les États-Unis et la Chine, l’UE pratique une sorte de désarmement unilatéral et peine à rendre coup pour coup aux agressions qui sont perpétrées régulièrement et sans complexe par ces deux empires, spécialistes du parjure en ce qui concerne le respect des traités et autres engagements internationaux, lesquels sont souvent des « chiffons de papier » pour eux ;
    – en matière de Défense, le Traité de Lisbonne (2008), copié-collé de la soi-disant « constitution européenne » que le peuple français a massivement rejetée en 2005, désigne l’OTAN (donc les États-Unis) comme référence (cf. notamment l’article 42.2 de ce traité) ;
    – bien évidemment et consubstantiellement, l’UE n’a pas et ne peut avoir de politique étrangère, compte-tenu de la diversité des intérêts des États membres : il en résulte une paralysie systémique d’où émergent quelques constantes comme l’inféodation aux États-Unis.

    J’arrête là : mais on pourrait continuer longtemps sur ce thème.

    • l’UE n’est qu’une technostructure au service d’elle-même et des lobbies qui savent la manipuler.

      • @breizh : exactement

        L’UE me rappelle la Casa de Contratación [l’administration coloniale espagnole créée au XVIe siècle], telle que Georges Blond l’évoquait dans son « Histoire de la Flibuste » :

        « Depuis sa création (1503), la Casa [de Contratación, de Séville] n’avait cessé de croître et de s’étendre, augmentant ses effectifs et ses pouvoirs. Elle était devenue une plante monstrueuse, une araignée géante, une pieuvre, et ses règlements de plus en plus précis et péremptoires ordonnaient tout, prévoyaient tout sur les navires et en Amérique, depuis la largeur des bords des chapeaux des Indiens esclaves des colons espagnols jusqu’aux cantiques à entonner chaque matin à bord des galions selon le propre du temps -et cette masse de règles minutieuses et maniaques était une montagne creuse, un néant, car plus elle grandissait, moins on la respectait, la Casa finissant par être une bureaucratie en soi sans effet hors d’elle-même. »

        Malheureusement, nous ne sommes plus à l’époque des galions pendant laquelle il était souvent matériellement difficile pour l’administration de contrôler les colonies au quotidien : à l’ère du courriel, des satellites et autres moyens de communication instantanés et surpuissants, la capacité de nuisance de telles administrations folles est quasiment sans limite. Disposant d’une armée de fonctionnaires bien formés et grassement rémunérés, l’UE vomit continûment des flots de règlements qui interfèrent dans tous les domaines, rognant les prérogatives des peuples et de leurs gouvernants élus (même mal, comme Freluquet 1er, c’est infiniment mieux qu’une administration non élue). De temps en temps, on apprend l’existence d’un règlement particulièrement grotesque (ex : un texte règlementant dans le détail en 3 ou 4 pages la courbure acceptable pour les concombres commercialisables : si, si, ce texte a existé) ou odieux (ex : celui interdisant l’utilisation par les restaurants de récipients remplissables pour servir de l’huile d’olive : en clair, non au flacon d’huile du restaurateur grec qui se fournit chez son cousin fabriquant son huile d’olive, place aux berlingots en plastique d’Unilever). Mais pour un texte démasqué et sabré (comme l’infâme projet d’interdire les fromages au lait cru), il y en a des milliers qui empoisonnent sournoisement notre existence.

        • Tout à fait vrai malheureusement. Il semble que Bruxelles ait pris exemple sur le plus mauvais, celui de la France étatiste et son administration. Ce qui dégoûte les Européens et explique leur désamour pour l’UE, qui ne fait qu’une chose, les emmerder avec ses règlements grotesques!

    • Vous pouvez nous citer des exemples de notre inféodation aux USA, car j’ai du mal à les voir? Sur le plan économique: les droits de douanes et les taxes sur les produits américains (et sur les Gafa en ce moment). Politique: refus de s’engager dans la guerre du Golf de 2003, et en ce moment à appliquer les sanctions à l’Iran.
      Il semble que vous ayez conservé les idées reçues véhiculées par les communistes après guerre!

  • La révolution Macron ? Franchement qui y a cru ? Les mêmes que ceux qui ont voté Mitterrand en 81 si j’en crois les stats de ma famille. Indécrottables .

    • Lors de la campagne présidentielle, il y a eu ici même des articles et des commentaires en faveur de Macron! Au point où j’ai été obligé de rappeler qu’il était membre du PS, conseiller économique de Hollande puis son ministre de l’économie. Avec comme bilan une croissance de 1,2% et 1 million de chômeurs supplémentaires!

  • Impôts, taxes, réglementations, égalitarisme, normes…. sont les maladies mortelles d’un pays.

  • Notre président

    Pas le mien en tout cas, n’ayant jamais voté aux présidentielles. Ce mantra qui veut que le chef de l’état soit le président de tous les Français : 47 millions d’entre eux ne lui ont pas donné leur voix. Et sur les vingt millions qui lui ont donné leur suffrage, combien avaient une pince à linge sur le nez ?

  • la démocratie bafouée, vous avez omis sciemment ou pas certains faits..l’entrée en masse d’immigrés sans la consultation des français (mais le forcing de l’Europe) qui pourtant paient cette charge…le référendum sur le pass sanitaire qui était pourtant négatif mais mmis en place et j’en passe..

  • Requisitoire justifié. Par contre il serait bien de mettre a la fin quelques propositions parce que critiquer est facile, faire est bien plus compliqué

    Par ex l auteur dit « des effectifs suffisants ne parvient plus à accomplir sa mission, sclérosée par des contraintes aussi nombreuses que nuisibles et à laquelle il a été refusé ce que la Constitution lui a reconnu, c’est-à-dire l’utilisation de la force dans son exercice du maintien de l’ordre »
    De quelles contraintes parle t il ? en quoi leur suppression rendra la police plus efficace ? L auteur croit il que c est en utilisant plus la methode force contre les manif (cf fin de la phrase) ca va ameliorer les choses ? (perso je crois que ca aura l effet inverse: radicaliser les gens)
    Sinon je signale a l auteur que si on veut augmenter l efficacité de la police, il va surtout falloir depenser plus: acheter des ordinateurs et informatiser, acheter des voitures de patrouille
    Idem pour l education : si vous voulez des prof motivés, il va falloir les payer nettement plus et investir dans du materiel (MOOC) …

    Bref: ou faire porter l effort ? et qui va payer ?
    Le budget de l etat c est quasiment 1000 milliards. Proposer une economie de 100 millions c est 0.01 % -> rien du tout

    • Le problème n’est pas l’argent vu que la France dépense plus que la moyenne des pays. Pour la santé, à part les USA, elle est en seconde position avec l’Allemagne. Pour l’éducation c’est 160 milliards.
      C’est la mauvaise gestion des fonds et non leur quantité qui pose problème. Dans les 2 cas le nombre d’administratifs ruine le système, que ce soit dans les hôpitaux ou dans l’Education Nationale, au détriment de leur personnel, mal payé comparativement à nos voisins. Le salaire moyen d’un enseignant français ressort à 31.021 euros contre 47.214 euros en Allemagne. Le problème en France est donc le GASPILLAGE des finances.

    • Bonjour CD désolé mais pour rendre plus efficace une entreprise : en général on diminue les frais généraux on vire tous les fonctionnels qui ne servent à rien on supprime toutes les procédures administratives inutiles, bref on dégraisse
      avec la police c’est exactement la même méthode que l’on peut appliquer très facilement et avec la masse de la fonction publique c’est le licenciement massif de plus des 3 quarts qui remplissent des fonctions parfaitement inutiles

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un peu plus de 70 jours nous séparent de la prochaine élection présidentielle. Comme tous les 5 ans, le pays est le théâtre d’un concours Lépine des propositions les plus démagogues.

Une situation qui a empiré avec le quinquennat. Ce dernier a transformé la présidence de la République en un super-Premier ministre dont les électeurs attendent un travail d’assistante sociale.

Cette attente est confirmée par un récent sondage Ipsos-Sopra Steria pour le journal Le Monde, qui montre que les Français attendent un président proche de l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles