Emmanuel Macron : la révolution avec des petites roues

Le programme d'Emmanuel Macron n'est toujours pas disponible, et en fait de révolution, on a l'impression de rouler sur un vélo avec des petites roues.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emmanuel Macron : la révolution avec des petites roues

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 février 2017
- A +

Comme la chasse, la période électorale est ouverte. Les faisans sont lâchés, et déjà, des coups de feu se font entendre. Cependant, ce n’est pas parce que la droite se tire allègrement des rafales de calibre 50 dans les doigts de pied qu’il faudrait en oublier ce que fait la gauche. Ici, je ne parle pas de la gauche Hamon, mélange instable d’utopie et de taxation musclée, mais de la gauche Macron, nouvel espace d’expression des possibles qui destructurent l’intemporel à grand coups de conceptualisations stratosphériques.

Avant d’aller plus loin, faisons immédiatement taire ceux qui auraient encore la naïveté de considérer le frétillant jeune premier au centre de l’échiquier politique : si ce dernier clame avec véhémence qu’il n’est ni de droite, ni de gauche, force est cependant de constater que c’est au Parti Socialiste qu’il fut inscrit jadis, que c’est dans un gouvernement socialiste qu’il a généreusement contribué à l’époustouflante réussite hollandesque. Difficile aussi d’oublier que ses soutiens sont résolument de gauche : aux députés qui se sont officiellement joints au trémoussement « En Marche ! », on doit ajouter d’autres appuis comme celui de Pierre Bergé (qu’on peut difficilement classer à droite, n’est-ce pas) ainsi que les tendresses quasi-officielles de Ségolène Royal, réputée pour ses choix politiques judicieusement calculés, et pour le moment toujours officiellement socialiste.

Bref, notre brave Emmanuel n’est ni à droite, ni à gauche tout en parvenant à être franchement plus à gauche qu’à droite. Ceci posé, puisqu’on nous dit avec véhémence que le temps de ces clivages binaires est dépassé, oublions cet aspect purement politicien et concentrons nous enfin sur le programme de notre homme : après tout, avec la déconfiture que subit actuellement Fillon, il devient indispensable de savoir où l’ex-ministre de Hollande veut nous emmener, d’autant plus qu’à force de voir ses concurrents tomber, il pourrait bien décrocher la timbale.

Las. Si notre homme est facile à voir puisqu’il suffit d’allumer la télé ou d’ouvrir un journal, son programme est en revanche bien plus évanescent.

Bon, soit, il y a bien un site web joliment 2.0 qui permet de nous éclairer sur les pensées profondes du gourou Skippy Macron, même si de vilaines langues trouvent ça tout de même furieusement vague. Il va de soi que ces folliculaires ont tort : la consultation du site permet de remplir rapidement son âme de ces réalités concrètes et palpables comme sur la sécurité par exemple, avec « Le terreau sur lequel les terroristes ont réussi à nourrir la violence, à détourner quelques individus, c’est celui de la défiance », dont l’aspect si violemment visionnaire permet d’aboutir à la conclusion qu’il faut davantage de police de proximité (Combien ? Qui paie ?) et davantage(‘ de policiers tout court — mettez-m’en un pack de 10.000 siouplaît — (Qui Paie ? Comment ?) parce qu’à l’évidence, c’est ce dont on a besoin pour traquer les automobilistes jusque dans les chiottes… Ou les terroristes disons plutôt mais bref, vous voyez.

Pour les 35 heures, idée géniale reprise avec brio par un peu plus de 0 pays dans le monde, monsieur Macron admet sans ambages que c’est « une avancée sociale non contestable », qu’on ne remettra donc pas en cause (elle est incontestable, on vous dit) même si elle a « un bilan contrasté » ce qui place haut l’utilisation de l’euphémisme électoral, et surtout, ce qui permettra tout de même d’« adapter sans remettre en cause le principe ». Tout ceci sent bon le précis, le pointu, le carré, le propre, le savamment planifié et la prise de décision ferme.

Il y a d’autres tuiles amusantes sur le site, je vous encourage à en cliquer quelques unes pour bien rouler sur du concret et du solide bien ferme. Lâchez-vous : quoi qu’il arrive, vous avez toujours les petites roulettes derrière, vous ne risquerez jamais de tomber.

Ce site n’est cependant qu’une « vision » du programme de Macron, ce qu’on peut en apercevoir au travers d’une longue vue de marine, une nuit de brouillard, quelque chose lancé en attendant la version définitive.

Et ça tombe bien : pour cette dernière, il y a la promesse d’avoir enfin le détail du programme fin mars ah non pardon début mars que dis-je excusez-moi c’est plutôt dans une dizaine de jours pour la partie fiscale enfin bon, très vite on le voit.

En attendant, histoire de donner un peu de matière à une presse qui, toute favorable qu’elle soit au révolutionnaire en costumes sur mesure, a bien besoin d’étoffer un peu le discours de notre homme providentiel, quelques petits nuggets croustillants ont été dernièrement lancés aux médias en guise d’apéritif.

Il faut dire que l’accusation de n’avoir aucune proposition vraiment concrète, avec du poil, de la sueur et du coup de menton musclé, a fini par agacer le leader d’En Marche !. Pas de programme, lui, Emmanuel Macron, celui qui va révolutionner la politique en France ? Oh, non mais alors ! J’t’en foutrai, moi, du pas’d’programme, et tiens, en voilà de la mesure qui dépote !

Oui, youpi, supprimons l’impôt sur la fortune ! Que voilà une bonne idée qui, sans être révolutionnaire (il suffit de se rappeler que c’est quelque chose qu’on nous ressort régulièrement depuis sa mise en place), trouvera grâce chez ceux qui comprennent un peu la façon dont l’économie fonctionne. Oui, youpi, compensons cette suppression par une augmentation des droits de succession hein quoi pardon ?!

Quelle idée lumineuse que de sucrer un impôt mortifère pour le remplacer par une iniquité encore plus grande ! Sucrer l’impôt sur la fortune pour augmenter l’impôt sur la mort, c’est tellement moral, tellement libéral-compatible ! Alors que d’autres pays, en Europe, n’ont pas de droits de succession, la révolution aurait précisément été d’abolir cette nuisance moralement hideuse. Macron loupe magistralement en la marche.

Et ce qu’on voit avec l’impôt est rejoué, de la même façon, avec les cotisations qu’il entend baisser, en compensant cette baisse par une augmentation de la CSG. L’idée consiste bien sûr à faire passer progressivement le domaine de la Sécurité sociale du bastion pourri des syndicats français au bastion nettement plus enviable de l’État jacobin centralisateur français. Forcément, ça va bien se passer.

Heureusement, en lot de consolation, Macron propose de supprimer l' »exit-tax », l’imposition des plus-values latentes sur des valeurs mobilières en cas de départ à l’étranger, qui ne rapporte de toute façon rien et qui incite nettement les porteurs de projets innovants à fuir avant toute réalisation de gains.

Néanmoins, cette proposition semble bien maigre face aux figures imposées du Facepalm qu’on subit lorsqu’on découvre un peu de croûtons concrets dans cette soupe clairette de poncifs vagues.

Au vu des derniers sondages d’une élection présidentielle qui s’annonce pleine de rebondissements et de consternation, Emmanuel Macron pourrait être notre prochain président. Ce sera d’autant plus facile pour lui s’il continue à surfer sur son océan de vague et de flou où chaque jour qui passe lui permet de rester dans l’ambiguïté et d’engranger des points d’opinion favorable.

Le pays dont il héritera, épuisé par 40 ans de sociale-démocratie de plus en plus molle et au peuple gavé aux idéaux collectivistes, refusera toute réforme, même les plus timides qu’il propose. Englué dans une majorité fragile et un immobilisme garanti sur facture par son positionnement typiquement hollandesque, le président Macron continuera à enfiler les perles que Hollande et Sarkozy enfilèrent avant lui.

Bonne nouvelle cependant : en tant que Picard, il déclarera sans doute le tuning comme sport national.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (91)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (91)
  • En tout cas ,lui, il n’ira pas rue du cirque en scooter, il y a tellement de belles choses partout dans le monde..enfin, a son âge, c’est que je ferais, pas de temps a perdre en faisant la révolution 🙂

  • Il n’a jamais dit qu’il n’est ni de droite ni de gauche mais que son mouvement n’est pas à droite ni à gauche (il accepter aussi qu’on dise à droite et à gauche).
    Il a dit, et c’est également dans son bouquin, qu’il est de gauche. Son « projet pour la France » s’adresse aux gens à droite comme à gauche du moment qu’ils sont progressiste, pro-européen, etc.

    Il y a une « bonne raison » qui fait qu’il a plus de soutient à gauche qu’à droite. La droite a (ou avait) de bonnes chances de gagner la présidentielle, c’est aussi simple que ça, c’est intéressé pour les législatives. les « vrais gens » qui soutiennent Macron et qui ne postulent pas pour les législatives viennent autant de droite que de gauche.

    Dire qu’il propose des réformes timides, c’est ne pas connaitre son projet. Par exemple supprimer le paritarisme (et donc nationaliser l’UNEDIC), ne va pas se passer en douceur à mon avis.

    Vous êtes, évidemment, libre de ne pas vous intéressez à Macron, mais dans ce cas évitez d’en parler, au moins par « honnêteté intellectuelle ».

  • « Avant d’aller plus loin, faisons immédiatement taire ceux qui auraient encore la naïveté de considérer le frétillant jeune premier au centre de l’échiquier politique »

    Les plus naïfs sont pour l’instant les 4 millions d’électeurs de la primaire de droite 🙂

    Invective personnelle sans aucune argumentation valable sinon de l’invective et puis ça doit faire le 20ème article qui fait du Macron bashing de la part de l’auteur on est pas dupe hein^^

    Quel intérêt de faire un listing de mesure style ticket de caisse , on en meurt depuis des lustres des 20 promesses, ou 30 propositions ou 40 mesures.

    Sur le travail il souhaite laisser les accord d’entreprise et de branche il est où le problème ?

    À quoi ça sert de dire je vais supprimer les 35h alors que tout le monde sait que ça ne se fera pas?

    Fillon a plein de mesures mais la philosophie qui les soutient est comment dire: caduque, erroné, factice, à la javel.

    Vous vous engluez dans l’antimacronisme dominant là.

    • Il est vrai que Macron est tellement brillant que l’on peut déjà palper son brillant bilan après avoir été conseiller d’Hollande et son ministre de l’économie.

      Cet homme est un homme de paille. Point.

    • Entièrement d’accord 🙂

      Il faut laisser sa chance à Macron, il est la seule bonne alternative pour les libéraux qui veulent souffler et avoir davantage de libertés, notamment dans la création d’entreprises et l’investissement.

    • Au moins les 4 millions d’électeurs de la primaire de droite ont rapporté 4 millions d’euros au parti, lui permettant ainsi de se reposer un peu moins sur les deniers publics. Pourquoi croyez-vous que le PS n’est entré en campagne qu’en janvier ? Les frais de campagne ne sont remboursés qu’à partir de janvier.
      Pourquoi croyez-vous que Macron se soit servi de ses 120 000€ pour préparer sa campagne alors qu’il était encore ministre ? Il savait que les caisses du PS étaient vides et que la division du parti ne tournerait pas nécessairement en faveur du camp Macron-Valls-Hollande…

  • J’ai aussi eu la désagréable impression d’avancer dans le brouillard en lisant le site internet.

    Plus affligeant encore, rien de concret pour la dette française.

    • C’est un type de gauche qui fait un programme de gauche, avec des réformettes timidissimes compensées par des vexations socialistes traditionnelles, et beaucoup, beaucoup d’air chaud. Un peu de recul et d’honnêteté intellectuelle oblige à le noter.

      Vous attendez le grand soir ? Il n’arrivera pas , la gestion de l’UNEDIC sera forcément moins pire que le paritarisme actuel.

      À quoi sert la course à l’échalote de la mesure la plus spectaculaire quand l’histoire récente a montré que ça ne marchait pas?

      Un programme sans philosophie ou vision ne mène à rien sans compter que les mesures ne sont jamais tenues quand elles sont egrenées en rafale.

      Quand aux candidat libéraux en France c’est le néant le vide en fait.

      • Ah oui : certes il est à gauche, certes il fait un programme socialiste, mais comme il est jeune et qu’il n’y a aucun libéraux, il faut l’écouter et voter pour lui. C’est puissamment logique et ça explique bien la merde dans laquelle barbote le pays, grâce à vous et vos raisonnements.

        Je ne vous remercie pas : vous êtes une partie du problème.

        • Ah bon son programme est socialiste? Dsl mais on a pas la même définition du socialisme…

          Son programme est sans doute le moins socialiste de la 5ème Répubilique.

          Le problème n’est pas qu’il n’y pas de libéraux c’est qu’il n’y en a jamais eu au pouvoir et qu’il n’y en aura jamais surtout des libéraux avec votre discours.

          Faut étoffer un peu l’argumentaire : que vous ne le trouvez pas assez libéral pour vous ça se conçoit aisément vous êtes anarcho-capitaliste donc rien ne vous conviendra sur le plan politique sur cette terre.

          Maintenant j’observe juste que le libéralisme au niveau politique en est réduite au bashing perpetuelle c’est à ce demander l’intérêt de la politique pour certains libéraux.

          J’observe tous les gouvernement de la planète et me rend compte que les gouvernements les plus libéraux du 21ème sont des partis de coalition centre gauche/ centre droit. Alors oui depuis quelques temps c’est coalitions déraillent et sont à bout de souffle , est ce que pour autant que les peuples demandent un virage clair et net vers paradigme libéral voir libertarien? Non

          Même en Suisse les libertariens ne sont pas au pouvoir alors que la Suisse est considérée comme un des pays les plus libéraux du mondes.

          Et voilà on en revient au même vous me parlez qu’il est de gauche et socialiste et qu’il fait jeune et moi je vous parle de sa philosophie politique qui n’a jamais était aussi novatrice sur l’ensemble du paysage politique français…

          Vous retenez ce qui vous arrange est vu que votre idéologie est hermétique le débat est vain, un peu la même chose pour les maoïstes et les militant d’extrême gauche.

          « il faut l’écouter et voter pour lui »

          qui pense ça à part vous ? Je dis juste que son approche des rapports sociaux et assez hétérodoxes par rapports à tout ce que l’on a pu avoir droit depuis des lustres. Je n’impose rien à personne.

          C’est vous et ceux qui pensent comme vous qui voulez en voir un candidat de gauche socialiste.

          Libre à vous mais la recette peine à se renouveller la critique ne se suffit pas à elle même sinon on rentre dans le bashing et donc dans le rang : pas besoin d’aller sur Contrepoints pour cela du coup: le Figaro, Atlantico, Valeurs Actuelles , Rivarol s’en charge à merveille.

          Taper sur toute la classe politique n’a jamais été un signe d’objectivité et ne change rien au fait que le lectorat de Contrepoints est majoritairement de droite comme le montre judicieusment Reason 🙂

  • pas encore président , mais a déjà le bon réflexe de taper dans l’argent public ( 120 000 euros quand même ) pour ses frais de bouche ; ça promet ;

  • Je suis épuisé par l’ctualité politique de ce pays, où le pouvoir est corrompu jusqu’à la moelle.

    Entre un Sieur Fillon qui se voulait plus blanc que blanc alors qu’il magouillait secrètement afin de s’enrichir personnellement, et un Macron qui ne sait pas évaluer ses biens à l’ISF (comme c’est étrange) et qui, de surcroît, aurait abusé des deniers publics pour financer le début de sa campagne, j’en reste pantois.

    Sans compter que nous ne savons d’où proviennent les fonds finançant son très mystérieux « mouvement » « En marche ! » alors qu’il est soutenu par au moins deux milliardaires pour le moins louches : Drahi et Bergé.

    Bref, ce type est soutenu par le système du capitalisme de connivence (autrement dit corrompu) si propre à la France et dont nous pouvons assister aujourd’hui les conséquences pour le moins funestes.

    En conclusion : en avril et en mai prochain, je ferai la grasse matinée, puis j’irai me balader en évitant soigneusement les bureaux de vote et la soirée électorale sur les grands médias si serviles à cette clique qui nous détrousse.

    • Après ce constat, pourquoi n’en déduisez-vous pas qu’il faut voter… avec vos pieds?
      Il y a de nombreux pays très accueillants de par le monde

  • h16 et Contrepoints : Beaucoup de critiques envers Macron, celui qui apporte enfin le libéralisme à gauche de l’échiquier. A l’inverse quasiment jamais d’articles moqueurs envers Marine Le Pen l’antilibérale de service.

    Je croyais que Contrepoints était un site soutenant le libéralisme et au final c’est un simple site classé à droite, les masques tombent. Franchement décevant, au lieu d’attaquer Macron vous feriez mieux d’attaquer Le Pen car si elle passe ses politiques économiques vous feront regretter Hollande.

    En tant que libéral qui aurait été ravi de voter pour Fillon dont j’appréciais la volonté claire de réformer il ne me reste plus que Macron comme choix viable, heureusement qu’il est là pour nous donner lel ibéralisme dont la France a besoin même si ce sera moins radical que Fillon.

    Que Contrepoints arrête de tirer contre son camp !

    • @ Reason

      Vous ne savez pas ce qu’est le libéralisme. En tout cas, ce n’est pas celui décrié par les politiques et les médias.
      Remettez-vous en cause, révisez vos prémisses. Vos idées sont elles vraiment les vôtres?

    • @ Reason : pouvez vous citer une seule proposition libérale dans le programme de Macron ?

      on va vous attendre longtemps …

      • Son programme économique sera connu d’ici 8-9 jours, sur les autres sujets début Mars. Macron a créé un nouveau mouvement politique très différent du reste et plutôt jeune en termes d’adhérents donc normal qu’il ait besoin d’un peu de temps pour peaufiner le programme.

        • Oui, c’est vrai, mais cette remarque ne répond pas à la question : en quoi est-il libéral ? Où y a-t-il du libéralisme dans les idees avancées jusqu’ici ? Je suis peut-être un peu niais, mais je n’en ai pas vu… alors si vous pouvez m’éclairer, je suis preneur.

          • Ses 2 réformes phares concernant les autocars et l’ouverture des magasins le dimanche ont apporté un peu de liberté à l’économie quand même, et ça a créé des emplois.

            Alors certes c’est timide mais Hollande et les socialistes ne l’ont pas laissé aller plus loin et même ça il a dû batailler pour l’avoir…D’ailleurs il aurait démissionné pour cette raison : il veut réformer bien au-delà de ça et pense qu’être Président est la seule façon de le faire.

            • Pour un vrai libéral, on « n’apporte pas un peu de liberté », on laisse les individus retrouver la liberté que les socialistes leur avaient confisquée. Les autocars Macron siglés Ouigo, l’ouverture des magasins 10 dimanches par an choisis avec les syndicats, non merci. Ce vrai libéralisme est incompatible avec l’interventionnisme étatique prôné par Macron sur son site : « J’ai la vision d’un État actionnaire fort et attaché au respect scrupuleux de la grammaire des affaires. »

            • Ses 2 réformes phares concernant les autocars et l’ouverture des magasins le dimanche ont apporté un peu de liberté à l’économie quand même, et ça a créé des emplois.

              Le Titanic coule, un type repeint un volet et en le voyant vous hurlez au miracle qui va sauver le navire du naufrage ?

              les autocars et l’ouverture des magasins le dimanche ont apporté un peu de liberté à l’économie quand même

              Vous plaisantez ?

              Sur 148 pays la France est:
              -134ème pour les prélèvements obligatoires.
              -130ème place pour le poids global des réglementations
              -137ème pour les règlementations liées au fait d’entreprendre.
              -134ème pour le taux d’imposition en pourcentage des profits,
              -137ème pour la fiscalité défavorable à l’investissement privé,
              -117ème pour la flexibilité.
              -135ème pour la dette publique,
              -144ème pour les règles trop strictes encadrant les licenciements.
              -etc. etc.

              Selon le PLF 2015, le déficit réel de l’état est de 24% et la dette atteint les 246% du PIB selon la Cour des Comptes et il y a un travailleur sur trois qui fonctionne avec de l’argent public.

              C’est game-over !

              Il faudrait un type avec des bollocks en acier pour réformer vraiment !
              Un boss, une pointure, un charisme ravageur qui fait tourner les têtes et qui donnent envie de le suivre jusqu’au bout du monde. Macron a le charisme d’un taille-crayon et l’autorité d’un découpe-banane, il va se faire manger tout cru, pourquoi croyez-vous que ceux qui en croquent le poussent à ce point ?

              Alors certes c’est timide mais Hollande et les socialistes ne l’ont pas laissé aller plus loin

              Vous nous expliquez que Macron n’a même pas pu repeindre le volet en entier ?

    • https://www.contrepoints.org/?s=marine
      Une liste de 40 pages pointant vers des articles Contrepoints sur la Marine.
      Faut être sacrément aveuglé pour croire que Contrepoints se dispenserait de la critiquer

      • Je pensais surtout à h16 en écrivant ça, même s’il y a un tacle sur Marine de temps à autre c’est très timide, par contre Macron il y va à boulets rouges…à croire qu’h16 veuille un second tour Hamon / Le Pen, c’est irresponsable..

        • Disons que pour Macron, la critique est facile : il est jeune, beau, intelligent, plait à tous, exprime de belles idees, fait de jolis discours, regroupe de beau monde (de gauche mais pas que). Il fait la Une de tous les médias depuis longtemps, il plaît à la presse, aux journaleuxTV, aux journaleuxRadio, aux peoples, etc.
          Mais dans tout ça, il n’y a rien de concret, de réel, de chiffré, d’ambitieux, de salvateur pour le pays.
          Il est le petit nouveau de la classe, il est bizuté, c’est le jeu.
          Et comme il joue collectiviste et étatiste, et pas libéral pour deux sous, on peut comprendre que sur Contrepoints il se fasse chahuter quelque-peu…

          • « Il est le petit nouveau de la classe, il est bizuté, c’est le jeu. »

            Vu comme ça ça a du sens :p

            • Vu comme ça ça a du sens :p

              Ne vous arrêtez pas à la première phrase qui confirme vaguement ce que vous avez envie de croire et lisez le reste du message de Pukura.

    • Le communisme de Hamon, MLe Pen, Mélenchon et autres ne rendent pas le socialisme de Macron plus buvable.
      Bien sûr, il vaudrait mieux que ce soit lui qu’eux. Mais je le trouve beaucoup plus consensuel que ce que les journaux prétendent. Sans oublier le bal des limaces du PS et d’ailleurs qui affluent vers lui en espérant glaner ou conserver une part de privilèges. Ceci conjugué à l’abandon habituel de toute mesure un tant soit peu audacieuse après les élections, je ne suis pas certain que cela donne aux libéraux de quoi se réjouir…

      En outre, je pense que l’acharnement que vous voyez dans la démarche de h16 et Contrepoints tient pour beaucoup au fait que Macron, comme Fillon ou Juppé, est souvent présenté comme un dangereux libéral. Les auteurs signalent seulement qu’on est loin du compte, et que le micro-libéralisme qu’il arbore à sa boutonnière sent surtout bon l’arrivisme…

      • Je peux comprendre votre scepticisme, et s’il est certain qu’il n’est pas libéral pur malte il a tout de même compris la direction à prendre, et avoir quelqu’un qui vient d’un parti de moins d’1 an, plus jeune que les autres et qui s’oriente au centre en souhaitant mettre fin au combat idéologique droite/gauche je trouve que c’est particulièrement attrayant, beaucoup de jeunes dans la vingtaine, comme moi, et dans la trentaine ressentent cela et sont intéressés.
        Et dire qu’il attire que les socialistes c’est un peu faux, il attire des gens de droite aussi comme par exemple le directeur de campagne de Bruno Le Maire et 3 ministres de Jacques Chirac, il y a donc des personnalités de droite qui viennent, et du centre avec des proches de Bayrou.

        • Qui a dit que Chirac n’était pas socialiste et qu’une bonne partie de la droite ne l’est pas non plus ?

          • Macron est plus libéral que Chirac, Sarko et Hollande, c’est déjà un progrès.

            • Macron est un marxiste comme les autres hommes que vous citez. Donc savoir si un marxiste est un peu moins rouge qu’un autre…

              • Marxiste, comme vous y allez….Les mots ont un sens et l’exagération n’apporte rien.

                • Vous n’avez pas tout à fait tort, mais voilà des faits:

                  -La France est no1 mondial de la dépense sociale. (vous pouvez constater l’efficacité)
                  -Elle a aussi le record mondial absolu en nombre d’apparatchiks d’élus par habitant.
                  -L’état mange 60% du PIB.
                  -Au classement de la liberté économique, la France est 70eme en dessous du Rwanda.
                  -1 salarié sur 2 est payé avec de l’argent public.
                  -Alors que le secteur privé, non étatisé occupe 55% de la population du pays « libéral » voisin en France ça ne fait plus que 19%, et encore les entreprises d’État étant parmi les premiers clients et fournisseurs, ce secteur est il encore réellement « privé » !?

                  Ce n’est pas encore du « marxisme » au sens classique, mais d’une manière soft on y est presque, il faudrait inventer un nouveau mot, genre « néo-marxisme » ou « ultra-socialisme ».

                  Macron à part quelques Bus et Magasin du dimanche a-t-il montré l’ombre du début d’un commencement de compréhension de cette situation sans issue et des moyens d’y remédier ?

                  • Nouveau mot: bien évidemment qu’il faudrait opposer, en contrefeu au ridicule, outrancier et vidé de sa substance « ultra libéral », une expression permettant de classer clairement une Lepen, un Mélenchon ou un Hamon dans la catégorie nationale socialiste.
                    Oh no wait.
                    Ce n’est plus un mot qu’il faut. Tant que les Européens, en particulier, ne seront pas capables d’un minimum de reflexion vis a vis du role et des obligations d’un état de droit, il n’y a aucune raison d’espérer.

        • La question n’est pas qu’il soit au centre, et qu’il regroupe droite et gauche : on est ici sur l’axe horizontal de dispersion politique tel que nos médias et nos écoles nous le rebachent depuis des lustres.
          L’axe qui nous intéresse est l’axe vertical : libéralisme en haut, collectivisme et étatisme en bas. La partie basse du graphique est celle qui est combattue par les libéraux depuis toujours, et qui s’appelle techniquement le socialisme. Le socialisme n’étant pas un concept de gauche ou l’apanage du seul PS, mais juste un synonyme de collectiviste, étatiste, interventionniste. Autant de recettes qui ont échoué partout, et en France.
          Peu importe où vous voulez positionner le jeune Emmanuel sur l’axe horizontal, il est fondamentalement dans la partie inférieure du graphique, dans le vaste et informe camp des étatistes.

        • Reason: vos commentaire vous donne raison même sur un journal libéral on en revient à la gauche ou à la droite c’est frappant mais à la fois hyperinstructif 🙂

          • C’est un bonheur de vous avoir à diner on n’est jamais déçu.

            on en revient à la gauche ou à la droite

            Vous ne pigez surtout pas un broc de ce que les gens racontent et vous déformez absolument tout jusqu’à que ça colle dans vos petites cases.

            Tous le monde ici connait ce tableau:
            https://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2011/11/ppf-11-11.jpg

            • Si je piges parfaitement ce que vous racontez , et ce ce que je me rend compte c’est que ce type discussion tourne en rond…

              • La discussion ne tourne pas en rond.

                Acquérir et comprenedre une connaissance, c’est comme taper un clou. Quand on est bon, un coup suffit, pour la vaste majorité, il faut s’y reprendre à plusieurs fois. Quant aux cancres, ils ont beau taper, soit ils le ratent, soit ne le font pas bouger d’un pouce.

                Je vous laisse le soin de conclure.

  • Maintenant que Fillon est out, il n’y a plus d’autre choix possible, donc si on veut du libéralisme il est temps de dire « En Marche ! »

    • @ Reason

      C’est ça la France, on la pas trop le choix.

    • 1. Filons n’est pas libéral.
      2. Micron ne l’est pas plus

      L’autre choix : Claquer la porte derrière soi et aller loin. Très loin.

      • Fillon était plutôt libéral sur beaucoup de points concernant l’économie, pas vraiment sur le reste.
        Macron est légèrement moins libéral sur l’économie mais clairement libéral du point de vue sociétal.

    • Vous avez du vous tromper : « si on veut du socialisme « …

      • Non non 🙂 Macron n’est pas socialiste, il est plutôt social démocrate De nombreux sociaux démocrates ont su faire passer des mesures libérales.

          • Pas le temps, cherchez vous-mêmes, entre Blair, Clinton et Schroeder les exemples manquent pas 😉

            • Ça c’est de la réponse constructive ! « pas le temps… »
              Bon, alors voilà : pas le temps de vous dire pourquoi, mais vous vous trompez : Blair, Clinton ou Shroeder n’ont rien fait de libéral.

              • Vous défendez le libéralisme comme une posture et non comme un aller de l’avant à partir de la tout débat ne peut être stérile.

                Reagan et Tatcher non jamais été libéraux non plus. Ni aucun gouvernement ayant comme étiquette « libéral ».

            • entre Blair, Clinton et Schroeder les exemples manquent pas

              Des dirigeants de pays qui sont dans les 20 premiers pour la liberté économique. La France est 70eme en dessous du Rwanda :
              Indice liberté économique – Classement des pays

              Les trois « socialistes » que vous mentionnez seraient qualifiés de « fascistes ultra-libéraux » en France.

    • Vous n’aurez jamais de libéralisme en France, rien, pas une once, nada, nichts: notre pays est l’une des derniers bastions collectivistes et le restera encore pendant des siècles; c’est sa structure, son organisation, ses habitants qui ne peuvent même pas imaginer pour un sou que l’on peut un moment ou un autre se prendre véritablement en charge sans faire toc-toc à l’état-nounou. Vous aurez peut-être Macron comme président mais rien ne changera: la France est en fait dirigée par une vingtaine de hauts fonctionnaires, principalement de gauche qui font la pluie et le beau temps, et qui plus grave survivent à toutes les mandatures. Et n’oubliez pas que le prochain président, quel qu’il soit, doit encore faire un gouvernement, doit gagner les législatives et qu’à l’heure actuelle, aucun parti ne s’impose réellement: la France est profondément divisé entre FN, LR, PS, FG et même EM. Ce pays va s’enfoncer encore plus dans le mécontentement et finira très mal, avec au bout fatalement, le FN et son désastre programmé. Vous êtes encore jeune, et croyez-moi, vous n’avez plus rien à attendre de ce pays: barrez-vous le plus vite possible vers un de ces pays où il est encore possible d’être libre: Suisse, Canada, Nouvelle Zélande, Chili, etc. Ici, c’est déjà foutu.

      • En effet c’est très probable, je prévois de partir cette année d’ailleurs, c’est ma dernière année d’études. Je ne pense pas non plus que la France deviendra libérale un jour mais j’ai quand même envie de ce qu’il y a de mieux pour le pays qui m’a vu naître, et pour l’UE en général.

      • Qui est John Galt ? Celui qui contribue á financer ce et ceux qu’il réprouve, celui-là est aussi coupable qu’eux, et n’a que ses yeux pour pleurer.

  • Fan inconditionnel du thejackytouch.com depuis l’époque où Internet faisait zip…brou…naaaaaaaaaa… avant de se connecter, je remercie profondément H16 de faire la promotion de ce fanion incontournable de la splendeur de notre beau pays (un peu foutu tout de même)

  • L’impôt sur la mort, novlangue classique des rentiers souhaitant faire bénéficier leur rejetons de leur patrimoine. Une grosse grosse incohérence d’une certaine droite qui prétend condamner l’assistanat et glorifier la libre entreprise mais qui continue de préférer que le travail des français soit imposer plutôt que la rente héréditaire.
    Libéralisme, vraiment? La liberté des gros.

    • Les jaloux sont partout, à ce qu’on peut lire.

      • Il a pourtant raison. Dans un système méritocratique et libéral la richesse et le succès doivent se mériter, hors la rente héréditaire crée des gens qui sont gagnants à la seconde où ils sortent du ventre de leur mère, sans jamais avoir rien fait pour en arriver là.
        ça n’a rien de libéral ça, c’est une volonté de domination héréditaire. Trop facile, que ces gosses de familles riches bossent et travaillent durs comme tout le monde, même Bill Gates l’a compris vu qu’il ne donnera qu’une faible part de sa fortune à ses enfants, le reste allant à des associations diverses.

        • Reason: Dans un système méritocratique et libéral la richesse et le succès doivent se mériter, hors la rente héréditaire crée des gens qui sont gagnants à la seconde

          L’état qui se mêle de QUI est méritant ou pas c’est le passeport direct pour la tyrannie puisque les « juges » composés de hauts fonctionnaires et bureaucrates sont aussi partie en devenant les « gérants » de l’argent pillé. Ils n’oublient évidemment jamais de se servir en premier, eux, leur famille, leurs amis, les corporations qui leur donnent plus de pouvoir ou qui peuvent les maintenir au pouvoir.

          Un système libéral n’est pas une « méritocratie », ça dit juste que l’état doit se cantonner aux tâches essentielles, régaliennes sans se mêler de tout régenter parce qu’il se transforme alors inévitablement en monstre comme on l’a vu plus haut et on y est très largement en France.

          Relisez bien la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyens de 1789, ces gens en connaissaient un rayon niveau tyrannie, lisez bien les articles 13 et 17.
          http://www.textes.justice.gouv.fr/textes-fondamentaux-10086/droits-de-lhomme-et-libertes-fondamentales-10087/declaration-des-droits-de-lhomme-et-du-citoyen-de-1789-10116.html

          Une fois la sécurité le droit, la justice assurée par l’état libéral au prix d’une modeste contribution, les gens vont échanger librement et volontairement, mais ça n’a strictement rien à voir non plus avec une « méritocratie ». L’humain est un animal social doté d’empathie, d’entraide et de coopération spontanée la notion de « mérite » est impossible à réellement définir et graver dans le marbre de la loi et surtout pas par des bureaucrates qui ont des intérêts dans ce jugement.

          Dit autrement et plus simplement:
          La « rente » n’est pas forcément juste, ni morale, mais elle se diffuse et disparaît très vite si les héritiers ne sont pas « à la hauteur », ce « problème » n’en est pas un et laisser l’état violer la propriété des gens pour s’ériger en gardien de la morale et de la « justice sociale égalitaire » s’est se jeter dans la gueule du loup et donner les clés du coffre à la mafia.

          Pour le paradis sur terre voir les religions, le libéralisme se borne à éviter la tyrannie et assure une coopération optimale et respectueuse des droits et libertés entre humains.

        • Reason,

          Vous avez sans doute beaucoup de mal avec l’idée que libéralisme = liberté. Vous faites des millions durant votre vie, ces millions vous appartiennent. Vous devriez être libre d’en disposer comme bon vous semble.

          Bill Gates a la liberté de ne pas en faire profiter intégralement ses enfants, c’est sa liberté. Mais qui êtes vous pour en faire une loi d’airain et de spolier autrui pour vos grands desseins socialistes ?

          Pour étendre le raisonnement à un degré supérieur, remplacer la cellule familiale par la cellule continentale. Les européens se sont sortis les doigts et ont contribué à bâtir un continent puissant, tandis que l’Afrique s’est contentée d’une vie plus simple et d’un degré technologique moindre. Pensez-vous qu’il faille dépouiller l’Europe pour habiller l’Afrique ? J’en doute. Vous même vivez avec un degré de confort incroyable du fait du labeur des français d’antan – les bienfaits de l’accumulation de capital et du progrès technique. Accepteriez-vous qu’on ampute votre salaire afin de pourvoir aux besoins d’un africain pour qui votre opulence est sans doute une iniquité intolérable ?

          Il est de la responsabilité de chacun d’assurer à sa progéniture une vie décente.

      • C’est vous qui le dites!

    • mais qui continue de préférer que le travail des français soit imposer plutôt que la rente héréditaire.

      Les deux le sont au maximum, la France est pourtant en faillite avec des prestations sociales globalement à peine dans la moyenne européenne.

      Ceci explique cela:
      Indice liberté économique – Classement des pays

      La liberté des gros.

      L’état d’à côté dépense deux fois moins, le social y est excellent, le chômage absent, il n’y a aucune zone de non-droit ou de déserts médicaux ni de soucis avec les retraites, la dette est très faible et les salaires, y compris les petits salaires sont le double ou le triple des salaires français. D’ailleurs 200’000 Français sont réfugiés économiques et traversent chaque jour la frontière pour y travailler.

      Ce que VOUS défendez, c’est un pillage de masse opéré par un état obèse et corrompu au détriment des plus faibles à qui il ne concède que des miettes et encore, les SDF sont nourris par l’aide privée majoritairement, un comble pour ce niveau de taxation !

      Ce que NOUS défendons, c’est la liberté et les droits des gens selon la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen de 1789 et la prospérité qu’ils amènent inévitablement y compris au niveau des plus faibles.

  • Après le Triomphant, le Téméraire, le Vigilant, le Terrible, découvrez le Macron, le nouveau sous-marin de poche du pédalo amiral !

    Plus près de Toi mon Dieu …

  • Vous ne voulez plus de Hollande, ne votez pas Macron, c’est la même ligne politique, Macron est son poulain, sa campagne électorale est financée par l’Etat donc par nous! je boycotte Macron la finance!

    • Merci à Ilmryn pour la clarté, l’argumentation et la pertinence de ses réponses. Que du bonheur dans ce monde en perdition de voir enfin des choses simples, clairement exprimées et argumentées. Le chemin est long avant que les français ne prennent conscience de la prise d’otage dont ils font l’objet, et qu’ils ne retrouvent cet esprit révolutionnaire et cette liberté si chèrement gagnée

  • Il semble que j’ai tape juste vu que l’auteur de l’article se lance dans les attaques personnelles
    plutôt que de répondre par une critique économique sur le fond.

    Que Ilmryn réagit en traitant une conséquence supposée de l’imposition (l’intervention hyper coercitive de l’état),
    coercition qui s’applique de toute manière dans tous les cas d’imposition (salaire, patrimoine, TVA, héritage, société), et
    en faisant glisser le sujet sur le fait que l’état doit se cantonner au domaine régalien (avis que je partage, a voir
    cependant les limites du régalien).

    Un état régalien peut également etre finance par l’impôt sur l’héritage. Cet impôt a l’avantage de ne pas décourager
    le libre échange (si mon électricien me fait payer ses impôts société+salaire+TVA+charges sociales, faire le boulot moi-même peut
    devenir tentant, et on se retrouve sur un cas d’inefficacité économique crée).

    Deuxièmement, le fait de faire bénéficier ses enfants d’un héritage patrimonial donne aux riche chérubins une longueur d’avance supplémentaire par rapport aux autres qui perdent déjà:
    – sur le plan genetique, les chiens de font généralement pas des chat, même si ce cas la est le plus aléatoire
    – sur le plan de l’éducation parental, un parent qui a réussi financièrement aura tendance a apprendre les bons trucs a
    ses enfant alors que ce ne sera pas le cas d’un mauvais parent
    – sur le plan de l’apprentissage scolaire, les parents riches peuvent payer des cours du soir a leurs enfants qui permettront
    de « faire la différence » et ce genre de « chance » fonctionne comme les intérêts composes a chaque occurrence, l’écart
    grandi de manière exponentiel. Voire dans certain pays sur l’accès privilégié aux meilleurs universités.

    Autant dire que dans le cas médian, l’héritage donne un avantage supplémentaire a une population déjà largement privilégiée.

    « Ce que VOUS défendez, c’est un pillage de masse opéré par un état obèse et corrompu au détriment des plus faibles à qui il ne concède que des miettes et encore »

    Ne me prêtez pas des paroles et des idées qui ne sont pas les miennes pour répondre a un sujet annexe a celui du type de taxation a privilégier (l’objectif de mon commentaire).
    Oui l’État français est obèse et oui de nombreux hommes politiques en profitent. Je suis expatrie en Australie et je vois de nombreux bienfaits au libéralisme local et au faible interventionnisme de l’état.
    Cependant, mon niveau et ma qualité de vie n’ont pas augmente drastiquement et la bureaucratie et la rente apparaissent aussi hors de la sphère publique, dans tous les pays.

    • « j’ai tape juste vu que l’auteur de l’article se lance dans les attaques personnelles »
      Lol. Non, c’est un simple constat : vous ne supportez pas qu’un type puisse hériter de ses parents, c’est tout, reconnaissez-le simplement. Et en bon français, ça s’appelle simplement de la jalousie, le crédo du socialisme. Assumez.

      Pour le reste, votre argumentaire est rigolo, tout au plus. Sur le plan économique, des douzaines de pays dans le monde, plusieurs en Europe, n’ont pas d’impôt sur la mort, et leurs états ne s’en portent absolument pas plus mal (et même mieux que la France). D’autre part, vous semblez ne pas voir que cet impôt, selon tous les rapports abondamment disponibles sur la toile, frappe d’abord les familles modestes et classes moyennes. Les vrais riches font des donations à leurs enfants de leur vivant, se font conseiller et y échappent donc complètement. En revanche, les autres catégories n’ont pas cette opportunité (rapport coût bénéfice mauvais) et se retrouvent donc à perdre ce qui a été amassé. Du reste, il y a un lien dans le billet, que vous n’avez pas lu très manifestement, qui revient en détails sur l’absurdité de cet impôt.

      Vos autres « arguments », consternants de collectivisme, badigeonnent d’égalité (des chances, notamment) votre jalousie compulsive histoire de la camoufler. Pouah. C’est honteux. Votre méconnaissance assez patente de la répartition sociologique de cette impôt n’excuse pas votre moralité douteuse.

      • Monsieur h16,

        Le fait que vous me calomniez en me traitant de jaloux, de stalininen et en attaquant lorsque je remet en question la legitimite de la/votre rente est le grand plaisir de ma matinée. Votre argumentation est typique de l’assistanat et de la culture du passager clandestin qui ronge notre société.
        Entre l’héritier, le syndicaliste agressif ou le professionnel des aides de l’état, la mentalité et l’argumentation sont les mêmes.
        Et votre argumentation sur la difficulté d’application de l’impôt sur la l’héritage est a mourir de rire.
        Le fait que celui-ci soit régulièrement construit avec des failles pour permettre aux plus riches d’engager un conseiller fiscal pour ne rien payer témoigne simplement de la mauvaise volonté des élus d’imposer réellement les héritiers, pas de l’efficacité économique de cet impôt.

        Bonne journée,

    • >Autant dire que dans le cas médian, l’héritage donne un avantage supplémentaire a une population déjà largement privilégiée.

      Et donc, l’état se doit de corriger rapidement cette flagrante inégalité. Vous venez d’exprimer là l’un des principaux maux de la France: la recherche absolue de l’égalité partout où l’on peut l’imposer, la forcer, la contraindre. C’est cette idée mortifère qui nous plante depuis des lustres et qui est appliquée avec tout le succès que l’on lui connait dans l’éducation, la fiscalité, etc.

  • Le nombre de commentaires démontre suffisamment que l’analyse n’est pas (entièrement) partagée concernant Macron. L’est-elle concernant Fillon ? Leurs parcours et leurs programmes respectifs présentent chez l’un et l’autre des zones d’ombre et d’action pour le moins discutables pour des purs libéraux. Donc égalité à mon sens concernant les cursus. De plus l’actualité aurait tendance à montrer que l’un est un idiot utile dans le camp de gauche (désormais occupé par des ados attardés très éloignés de son propos clivant) et l’autre un intelligent inutile dans le camp de droite (qu’il est en train de transformer en champ de ruines). La vie de l’électeur de base n’est quand même pas facile par les temps qui courent…

    • Sur le fond, je trouve tout cela bien triste: on a le choix entre quelqu’un dont on n’est pas certain de la probité, du nationalisme de droite qui nous ruinerait, du nationalisme de gauche qui nous ruinerait aussi, une gauche utopique qui partagerait tout ce qui nous reste de pauvreté et une arrière boutique socialiste sans véritable programme et qui ne serait qu’à coup sur une sorte de compromis entre Chirac et Hollande. Pauvre France 🙁

  • Tous ces charlatans vivent du même fantasme, de la même défiance, l’homme est mauvais, et son salut ne peut que passer par une organisation rationnelle et progressive de la société, violente s’il le faut, dépourvue de liberté, pour son bien, a son insu et malgré lui. C’est pour ton bien, enfin, d’ailleurs, ca me fait plus mal qu’a toi, de devoir te défoncer la gueule a coups de rangers.

    Macron, a ce titre, n’est qu’un shit in a can de plus. L’emballage est joli. Le marketing, relativement, excellent.
    Je lui donne encore moins de temps qu’a un certain ti nain a talons pour que les Français se rendent compte, une présidentielle baudruche pestilentielle de p(l)us. Toujours dans les devinettes, c’est le futur président, sans aucun doute. Absolument inévitable.

    Je ne juge pas ceux qui placent en lui leur dérisoire espoir, libres a eux de voir en lui la liberté, et puissent ils avoir raison d’ailleurs.
    Libre a moi de penser que la France is fucked. Ultra fucked.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles