Le solaire : trop c’est trop !

Photo by Angie Warren on Unsplash - https://unsplash.com/photos/ZO7UsokVH98 — Angie Warren ,

OPINION : pour le solaire comme pour l’éolien, si tout le monde fait pareil, rien ne va plus.

Par Michel Negynas.

On a vu que l’éolien commence à faire jaser dans les chaumières, sur les écrans et parmi les experts. Si on décide de garder du nucléaire, le vent est non seulement inutile, mais nuisible à la conduite du réseau électrique.

Il semble que le gouvernement découvre aussi que le solaire ne vaut pas mieux. Le JDD lui consacre une page le 13 juin.

Le gouvernement admet que des prix garantis allant de 300 euros à 600 euros le MWh, alors qu’on oblige EDF à vendre à ses concurrents à 40 euros du MWh, c’était peut être un peu exagéré. Il envisage des modifications de contrats à la baisse, qui pourraient faire économiser 6 milliards d’euros sur 10 ans ! Les producteurs d’électricité photovoltaïque dénoncent EDF qui ne vend pas assez cher, et donc freinerait le développement de la filière.

Or EDF est obligé par l’État de vendre à ce prix, et à revendre 25 % de ce qu’il produit à ses concurrents.

Les dits concurrents, en général, surfent aussi sur le solaire.

Ils dénoncent les lenteurs de raccordement. Selon EDF, ils sont dus au fractionnement des activités entre EDF, producteur, et ENEDIS, distributeur. Or c’est la conséquence de la fausse libéralisation, demandée par les producteurs d’énergie renouvelable eux-mêmes.

Analyse du solaire de la semaine du 7 au 13 juin 2021

On a reporté ci-dessous les productions en France (site CO2mix de RTE) et en Allemagne (site Energy charts de Fraunhofer) pour la semaine écoulée.

La première constatation, c’est qu’il n’y a de vent nulle part la majorité de la semaine, y compris en éolien en mer. Pas de foisonnement, pas de chance.

La France produit essentiellement avec du nucléaire, de l’hydraulique, et juste un tout petit peu de gaz. Les émissions de CO2 sont quasi nulles.

L’Allemagne produit essentiellement avec du nucléaire, de la biomasse, et surtout du gaz et du lignite.

Et le solaire dans tout ça ?

solaire

Pour les deux pays, ils l’ont, mais ils n’en n’ont pas besoin.

La France n’a pas beaucoup de solaire, et beaucoup d’hydraulique. Elle s’en arrange.

Mais l’Allemagne ?

L’Allemagne se règle pour être en léger déficit la nuit, en important, et se libère du soleil la journée en exportant. L’excursion est de l’ordre de 10 GW, soit une dizaine de centrales nucléaires.

Ci-dessus on voit les exports/imports de la France. C’est la France qui régule le solaire de l’Allemagne, par ses moyens propres, et en servant de « hub » vers d’autres pays européens.

Et les prix, alors ?

En Allemagne, ils tangentent le prix « nucléaire » en import, et baissent de 10 euros en export de l’électricité probablement achetée à prix garantis par le réseau allemand à plus de 100 euros.

Notons aussi que lorsque le vent se lève en  Allemagne le dimanche, le prix chute en dessous de zéro. On attend de voir ce qui se passera en août par un beau temps sans nuage et venteux…

Conclusion

Pour le solaire comme pour l’éolien, si tout le monde fait pareil, rien ne va plus. Mais peut-être que le pire n’est pas sûr : film dévastateur sur l’éolien, révision des prix du solaire, Mme Pompili défendant le nucléaire… Des signaux faibles mais perceptibles.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.