Intelligence artificielle : l’Union européenne part perdante

L’Union va s’adapter à l’ère du numérique et proposer de nouvelles règles d’excellence et de confiance en matière d’intelligence artificielle. Elle prend cependant le problème à l’envers.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Intelligence artificielle : l’Union européenne part perdante

Publié le 2 mai 2021
- A +

Par Thierry Godefridi.

Dans un communiqué de presse daté du 21 avril 2021, la Commission européenne a annoncé que « l’Europe » va s’adapter à l’ère du numérique – serait-ce une bonne nouvelle, il en était temps ! – et proposer de nouvelles règles d’excellence et de confiance en matière d’intelligence artificielle (IA).

Tant qu’à aborder le domaine de la réalité augmentée en retard d’une guerre, autant la regarder par le petit bout de la lorgnette et commencer par interdire. C’est l’idée. On est « l’Europe » ou on ne l’est pas… (les guillemets ont été ajoutés, l’Union européenne usurpant une appellation qu’elle n’intègre pas entièrement, elle tend à l’oublier).

Intelligence artificielle et nouveaux règlements

La Commission dit que les nouveaux règlements (encore !) introduiront des règles proportionnées et souples. Question souplesse, l’UE s’y entend, la danse du balai et le jeu de la chaise pour deux entre les présidents du Conseil et de la Commission à Istanbul et les débats qui s’ensuivirent en ont témoigné et assureront aux Européens qu’ils peuvent faire confiance à l’intelligence artificielle, à défaut de pouvoir faire confiance à l’intelligence et aux artifices de ceux qui édicteront « l’ensemble de normes le plus strict au monde » – texto !

On planifiera, on coordonnera, on réorientera et on investira, bien sûr l’argent de ceux qui travaillent et qui épargnent, car là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir, et c’est nécessaire pour « renforcer la position de premier plan de l’Europe dans le développement d’une IA centrée sur l’humain, durable, sûre, inclusive et digne de confiance » – encore ! Une IA « durable » et « inclusive » ? Ces adjectifs empruntés à la novlangue de « l’Europe » sont fort prisés par son intelligentsia qui n’hésite pas à les fourrer partout.

Telle la grenouille, « l’Europe », chétive pécore regorgeant de logorrhée éthique, n’hésite à s’étendre, s’enfler, se travailler, à vouloir devenir aussi grosse que le bœuf de la fable. Margrethe Vestager, la vice-présidente de la Commission en charge d’une Europe adaptée à l’ère du numérique, a dit aspirer avec cette initiative européenne concernant l’intelligence artificielle à l’élaboration de normes qui feront date et s’imposeront, tant qu’à faire, au monde entier.

Nécessité absolue

Il s’agirait même là d’« une nécessité absolue ». En effet, si l’IA présente un potentiel énorme dans bien des domaines (santé, transports, énergie, agriculture, tourisme, cybersécurité…), admet Thierry Breton, le commissaire européen en charge du marché intérieur, « cela comporte aussi un certain nombre de risques ». Et quand on parle de risques, l’Europe, comme ils disent, en connaît un bout : n’a-t-elle pas enfanté et élevé en norme suprême le fameux et fumeux principe de précaution ?

Pour ce qui est de l’IA, l’initiative européenne se réfère à quatre niveaux de risques : inacceptable, élevé, limité, minime. Dans la catégorie des applications présentant des risques inacceptables et qui seront interdites figurent notamment celles considérées comme une menace pour les droits des personnes. (Il conviendrait bien d’enfin s’en préoccuper de ces droits en ces temps de Covid-19.)

De quelles menaces s’agit-il donc ? À titre d’exemple et question de rester du bon côté de l’histoire, la Commission mentionne les applications d’IA qui manipulent le comportement humain et privent leurs utilisateurs de leur libre arbitre (comme… « des jouets [made in ?] qui inciteraient des mineurs à des comportements dangereux » !) et, suivez toujours ce regard innocent, les systèmes de notation sociale par les États.

Que ses inquiétudes au sujet de ces menaces inacceptables n’ont pas empêché l’UE de conclure un accord global sur les investissements avec la Chine à la fin de l’année dernière est purement fortuit.

Des géants du net européens ?

Et, honni soit qui mal y pense, que l’on n’aille pas s’imaginer que les nouvelles règles européennes sur « les applications d’IA qui manipulent le comportement humain » visent de près ou de loin ces géants de l’Internet et du numérique et champions de l’IA que sont les entreprises technologiques américaines connues sous l’acronyme GAFAM – et accessoirement leurs consœurs chinoises Baidu (moteur de recherche, le site Internet le plus consulté en Chine et le troisième au monde), Alibaba, Tencent (WeChat), Xiaomi (le troisème constructeur mondial vendant le plus de smartphones).

Et que l’on ne se demande surtout pas pourquoi ces géants mondiaux n’ont aucun pendant européen qui rivalise avec eux, pourquoi c’est aux États-Unis et non en Europe que Larry Page et Sergey Brin (Google), le regretté Steve Jobs (Apple), Mark Zuckerberg et ses camarades de l’Université Harvard (Facebook), Jeff Bezos (Amazon) et tant d’autres ont créé leurs entreprises et atteint en moins d’une génération une renommée planétaire.

Selon des chiffres du FMI (Fonds monétaire international), l’Union européenne comptait en 2010 pour 26 % du produit brut mondial, les États-Unis pour 23,6 %, la Chine pour 9,3 %. En 2018, l’UE à 28 ne comptait plus que pour 22,1 % (18,8 % sans le Royaume-Uni), les États-Unis se maintenaient à 24,2 %, la Chine progressait à 15,8 %. Il serait grand temps que l’UE se départisse du capitalisme de connivence qui la gangrène et libère les énergies entrepreneuriales qu’elle enferme dans ses carcans idéologiques et réglementaires afin de restaurer la confiance des Européens, non dans ses délires et ses lubies, mais dans un avenir prospère.

Thierry Godefridi est l’auteur d’un essai intitulé On vous trompe énormément – L’écologie politique est une mystification publié en 2020.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • L’IA est interdite dans tout ce qui touche la sécurité et le droit des personnes !

    Cela revient à dire qu’elle est interdite dans toute machine et tout ordinateur car toute machine est dangereuse et tout ordinateur influe sur nos comportements.

    Elle est autorisée dans tout ce qui est inutile comme les jeux video ou les filtres de messages ! Ce qui est une courte vue puisque les jeux video sont accusés de modifier le comportement des enfants voire d’être néfastes à leur santé mentale, et qu’un filtre de message se substitue à votre jugement.

    Donc l’IA est interdite par défaut, mais les premières victimes évidentes sont le commerce (qui manipule le choix des clients) et les robots (qui sont dangereux). Fini chez nous les sites WEB qui proposent des produits suivant le profil du client ou incluent de la publicité ciblée. Fini l’utilisation de robots équipés de capteurs plus sophistiqués qu’un bouton poussoir. Fini bien sur la voiture « intelligente » qui devrait faire une choix entre écraser un gamin et envoyer son passager dans un arbre.

    On peut donc prédire sans risque que tout est interdit sauf pour les copains, pour ce qui branché, verdâtre ou à la mode et qu’on n’est pas près de vendre des fromages qui puent aux US pour cause de guerre commerciale.

  • Au lieu d’interdire l’intelligence artificielle, il faut interdire la bêtise naturelle et renvoyer inclusivement les membres de la commission à leurs tricots ou nains de jardin.

    (Je m’excuse pour ceux dont c’est le hobby car ils fabriquent des choses utiles ou belles au moins à leur goût, que c’est leur vie privée et qu’ils n’emm… personne).

    • Dans quelques années, les membres de la commission auront plus de neurones dans leur montre, leur sonotone ou leur pacemaker que dans leur boîte crânienne. Il faudra songer à débrancher le système le moins performant et le moins fiable.

  • Tant que ce seront des fonctionnaires qui parleront de ce qu’ils ne connaisent pas ou mal, rien ne se passera. La seule bonne chose à faire, c’est de susciter des champions européens privés qui n’auront comme concurrents que les GAFAM et qu’on ne tentera pas à chaque instant de brider avec des lois idiotes…
    « Les américains inventent, les chinois copient -et maintenant inventent aussi- et l’europe légifère » n’a pas pris une ride.

  • FI or EA , Fake Intelligence or Ersatz Intelligence ?

  • FI or EI , Fake Intelligence or Ersatz Intelligence ?

  • C’est perdu d’avance.
    L’Europe est dirigée par des technocrates intimement persuadés de leur supériorité morale et de leur intelligence.
    Ce sont eux qui sont à l’origine de la floraison de réglementations, contraintes, normes, écoconscientisation et j’en passe. Pourquoi pensez-vous qu’ils pourraient changer de point de vue?

    Il faudrait plsrs « brexit » (en particulier de pays de l’Est). Et même cela a peu de change de changer quoique ce soit puisque ce sont les plus aptes au changement qui partiraient.

    « Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre » A. Einstein

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles