La suspension d’AstraZeneca trace la route sanitaire de la servitude

Puisque les populations ne pourront plus être convaincues d’être vaccinées après cette erreur politique, qui nous dit que les gouvernements ne transformeront pas en obligations ce qui hier n’étaient que des recommandations ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
seringue BY Bachellier Christian (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La suspension d’AstraZeneca trace la route sanitaire de la servitude

Publié le 16 mars 2021
- A +

Par Frédéric Mas.

La suspension « par précaution » du vaccin AstraZeneca, parce qu’elle alimente le climat de défiance politique généralisée, risque fort d’engendrer de nouvelles mesures liberticides de la part du gouvernement.

Ce lundi 15 mars, la France a suivi le mouvement initié par l’Autriche, réclamant l’arbitrage de l’autorité européenne du médicament. Le 8 mars dernier, les autorités autrichiennes ont suspendu l’administration du vaccin suite au décès d’une infirmière.

AstraZeneca suspendu partout en Europe

Plusieurs pays scandinaves ont suspendu tous les vaccins AstraZeneca, suivis par les Pays-Bas, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne. En cause, le développement de problèmes sanguins qui se sont révélés parfois mortels. De son côté, l’OMS recommande de continuer à vacciner. Pour Soumya Swaminathan, la responsable scientifique de l’OMS, le bénéfice de la vaccination l’emportait sur les risques liés au Covid-19.

Pour l’instant, rien n’autorise à tracer clairement la responsabilité des vaccins dans ces problèmes de santé. L’incidence reste d’abord chronologique, et surtout extrêmement minoritaire comparée aux effets positifs attendus de la campagne vaccinale.

Certains observateurs s’indignent contre des décisions politiques précipitées au nom du sacro-saint principe de précaution. Pour le docteur Gérald Kierzek, interrogé par LCI, cette suspension risque fort de « briser la confiance » et de « tuer » la vaccination.

Rafik Smati, interrogé par BFM-TV, pose la question : « imaginez que le principe de précaution ait été brandi de cette façon lors des grands moments de l’histoire du monde, lors des grandes inventions, jamais l’humain ne serait allé sur la Lune… ? »

Comme l’observait Michel Negynas dans Contrepoints, la course au risque zéro du principe de précaution s’apparente davantage à du suivisme électoraliste qu’à une politique publique raisonnée en matière sanitaire : « Nous construisons ainsi un monde qui vit dans la peur, et à terme, va dépenser la plus grande partie de son PIB à éliminer des risques de plus en plus faibles : il n’y aura pas de limite. »

Une aubaine pour les antivax

En suspendant ces vaccins, les gouvernements répondent d’abord aux franges de l’opinion publique les plus paniquées par la crise sanitaire. C’est une aubaine pour les antivax, les complotistes ou plus prosaiquement les sceptiques radicaux.

S’aligner sur les minorités anti-vaccins covid pour interdire le vaccin, même momentanément, n’aura qu’un seul effet, ensabler la campagne vaccinale et donner à l’État une raison supplémentaire de multiplier ses mesures liberticides au nom de la guerre contre le virus. En effet, c’est parce que la défiance se généralise que l’État s’estime légitime à intervenir pour tenter de se substituer au capital social qu’il a lui-même participé à détruire.

Puisque les populations ne pourront plus être convaincues d’être vaccinées de leur plein gré après cette erreur politique, qui nous dit que les gouvernements ne transformeront pas en obligations ce qui hier n’étaient que des recommandations ? Emmanuel Macron voulait accélérer la cadence de la campagne vaccinale, et ce nouvel épisode ne fera que la ralentir, renvoyant au passage le retour à la normale à une date ultérieure. La seule solution libérale qui puisse débloquer la situation est pourtant simple et connue : libéraliser la distribution de vaccins et autoriser tout le personnel qualifié à vacciner pour échapper aux lourdeurs bureaucratiques nationales.

Le gouvernement macronien pourrait vouloir emprunter la voie totalement inverse, celle de la coercition étatique étendue. Appuyé par les franges de la population que la lassitude et la détresse ont rendu serviles, il pourrait présenter aux Français l’obligation vaccinale comme une nécessité, au même titre que le traçage des données de santé par passeport vaccinal et par QR code. La nouvelle route de la servitude pourrait nous conduire tout droit de l’État de droit à l’État de surveillance globale.

Voir les commentaires (67)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (67)
  • La suspension est-elle voulue uniquement pour le principe de précaution, ou permet-elle aussi de ne pas avoir à se justifier sur le manque de stocks ? Nous pouvons nous poser la question, car cela pourrait ressembler aux masques inutiles quand il n’y en avait pas.

    • Peut être y a t il une cause non avouée à ce mouvement européen d’ampleur. Il s’agit peut être d’une guerre commerciale entre l’UE et le Royaume Uni, ou AZ est produit. Etonnement, un contentieux économique a été déposé il y a 48 h contre le RU pour non respect des accords économiques post brexit. Est ce un retour de bâton justifié stupidement par ce risque de thrombose infime?

      • Des complotistes pro-vaccin… Une première non ? ?
        Plusieurs pays, et des sérieux, pays du nord, Autriche, Allemagne, Italie ont mis ce vaccin à l’arrêt provisoire, en pleine lutte contre lz Covid.
        Je doute qu’il puisse s’agir d’une simple guéguerre politico-commerciale.
        C’est plutôt la voix/voie de la sagesse. Continuer à répandre de vaccin alors que des problèmes apparaissent et pire les nier serait totalement contre-productif.
        Personne n’a intérêt a faire comme Veran : soutenir qu’aucun patient n’a été vacciné en France avec le lot suspect identifié en Autriche… avant d’être démenti 3 jours plus tard par un patient des PO…

        • Donc c’est toujours pareil: les politiques gouvernent non plus selon l’intérêt général, mais en fonction du risque juridique encouru par leurs petites miches

          • Avec les juges aux ordres, ils ne risquent pas de se retrouver devant un tribunal. En revanche, ils ont intérêt à prévoir des gardes du corps quand il iront dans la rue.

        • Le vaccin AZ ne cause pas plus d’effets secondaires que celui de Pfizer. Dit autrement, le vaccin AZ cause au moins autant d’accidents, comme pour tout médicaments, comme pour tout vaccin.
          Alors pourquoi n’applique t-on pas les mêmes précautions pour Pfizer? Et pour info, tout l’UE s’acharne contre Astra Zeneca depuis le début, depuis avant même son lancement, alors cette prétendue de précaution pue la raison politique à plein nez.

          • Pour Pfizer, j’en étais resté à des réactions allergiques… Ce n’est pas de même nature que les soupçons qui portent sur AZ.

    • Votre lucidité doit vous rendre terriblement malheureux. perso, c’est mon cas, avoir fait des études scientifiques, avoir appris a analyser comprendre, construire décider de façon cartésienne, pour finir par être gouverné par des escrocs, des menteurs, des lâches, des manipulateurs… c’est triste.

  • Bon, on a compris, encore un produit pas assez cher et trop facile à utiliser. La commission et ses commissions…
    Laissons la place au suivant dupont et dupond, non, Johnson et johnson.. Mais les belges résistent… Comme sans doute ceux ayant eu la première dose…
    Le prêtexte pour arreter, hum, pas terrible.

    • Je repense aux infirmières… Sous drogues comme la plupart, l’occasion étant tellement facile… Je suis une mauvaise langue, je dévoile le pot aux roses et tant pis si ce n’est pas la majorite. Autres cas, des enfants, quoi, on vaccine des enfants !

  • Je ne suis pas sûr que rendre le vaccin obligatoire, celui- là même sur lequel des doutes sur son innocuité sont apparus, soit un bon coup à jouer pour l’exécutif.
    Si ce vaccin présente malgré tout encore un ratio bénéfice/risque important pour des personnes âgées ou comorbides, chez qui la létalité du virus peut dépasser 10 %, il n’en est pas de même pour des jeunes ou des adultes en bonne santé… Mourir d’une thrombose pour avoir voulu éviter une grosse fièvre, ça se discute.
    Et puis bon, cette affaire est la réponse quasi divine du berger à la bergère ! Qui avait usé et abusé du principe de précaution pour interdire le traitement pourtant sans danger à l’hydroxychloroquine du savant de Marseille ?!

    • Faut arrêter sur les risques vaccin aux sur une maladie pas aussi terrible que ça, plutôt rarement fatale voir tellement peu létale qu’on ne devrait même pas s’en preoccuper et laisser ça aux médecins.

  • Compte tenu des effets indésirables rares,certes mais graves si il s’était agit de n’importe quel autre médicament il aurait été arrêté immédiatement.
    Quand on voit que lots de médicaments sont régulièrement retirés parce qu’il manque une virgule dans la notice ou à une remontée de pharmacovigilance suite à une’information d’un patient qui trouve que son comprimé est moins bleu foncé que d’habitude et qu’après 6 mois d’enquête on s’aperçoit que ce patient avait mélangé ses comprimés dans des boîtes différentes…
    Le principe de précaution souvent critiqué parce que souvent dévoyé politiquement existe depuis longtemps en médecine sous la locution
    Primum non nocere.

  • Sauf erreur de ma part, l’AstraZeneca en France c’est pour les personnes les moins à risques de la population. Alors c’est quoi cette histoire de bénéfices/risques ? Les personnes ayant fait ces complications jusqu’à en mourir, quel risque avaient-elles de décéder du Covid, si tant est qu’elle l’attrapaient ? Il me semble que la balance est négative dans ce cadre-là.
    Alors Emmanuelle Ducros qui dit qu’il va y avoir des dizaines de morts durant ces 3 jours, c’est n’importe quoi.

    • « Sauf erreur de ma part, l’AstraZeneca en France c’est pour les personnes les moins à risques de la population. »

      Vous faites erreur : pour l’instant, en France, seules peuvent être vaccinées les personnes les plus à risques : les personnes âgées de plus de 65 ans ou les personnes ayant plus de 50 avec comorbidités. Le raisonnement d’Emmanuelle Ducros est donc parfaitement valide.

      • Vous faites erreur : en ce moment en France, on ne vaccine pas seulement les personnes les plus à risques, mais les soignants aussi, les pompiers comme on a pu le voir récemment. Véran a été vacciné avec faste, est-il à risque ? Pour ces populations, le raisonnement de Ducros n’est pas valable.

        • Ah oui, OK pour le personnel soignant. Mais bon, ce n’est pas à celles-ci auxquelles Ducros pensait, j’imagine.

          Et de toute façon, comme le dit très bien R. Smati dans la vidéo ci-dessus, le principe de liberté devrait prévaloir : il n’y a aucune raison de priver les personnes fragiles de ce vaccin, pour qui la balance bénéfice/risque est favorable.

          • En effet, Ducros et tous ceux qui s’insurgent pensent aux fragiles mais pas aux personnes en bonne santé, sans le dire clairement. Or ceux qui sont en bonne santé sont autant en droit de refuser AstraZeneca que ceux qui sont fragiles sont en droit de continuer à en bénéficier.
            Je pense comme MichelO, commentaire plus bas, qu’il faut redonner de la liberté en informant clairement. Mais voeu pieu, il y a belle lurette qu’en France on ne demande plus aux gens de réfléchir et choisir.
            Le pire, c’est qu’ils en viennent même à dire que les gens vont se méfier de la vaccination parce qu’on suspend AZ quelques jours, alors que c’est 1 vaccin qui est suspendu mais qu’il y en a 2 autres + Johnson², que donc la vaccination dans son ensemble n’est pas sujette à caution. Mais nous sommes dans un pays qui ne connaît plus la nuance, collectivisation oblige.

      • Faux, nombreux sont les personnes non à risque qui sont sur la liste prioritaire à vacciner : hospitaliers, pompiers… Et la pression est énorme pour qu’on accepte

      • parce que qu’on vaccine en France? vraiment? huhuhu c’te blague ..

    • Exactement. Et l’AZ a été justement non autorisé chez la personne âgée du fait des risques thromboemboliques déjà bien identifiés lors des essais.
      Je suis en très bonne santé, aucun facteur de risque et on voudrait m’imposer une vaccination mal évaluée pour éviter un risque quasi-nul d’être malade ? NON !!!
      En recherche, la priorité de toutes les priorités est la sécurité du patient (réglementation internationale des GCP : Bonnes pratiques cliniques). Avec les vaccins, on en est très loin !

  • 11 Millions de britanniques ont été vaccinés au moyen du vaccin d’Astra Zeneca. Ce chiffre représente plus qu’un béta test.
    Cette interdiction se résume à de la communication gouvernementale saumâtre…pour encore détourner les regards de sa médiocrité et pusillanimité. CPEF

    • Les premiers retours sur la vaccination en GB ne sont pas fameux malgré la com qui essaye de minimiser les effets indésirables

  • la « vraie balance bénéfice risque est individuelle…et point barre…

    on a le droit d’être con…

    la cigarette augmente le risque de cancer? et pas une raison pour l’interdire..ou la taxer…

    • Personne ne raisonne en termes de balance bénéfice risque ! On raisonne en termes de risque A contre risque B. Un moindre risque n’est pas plus un bénéfice qu’une moindre perte n’est un gain. Les présentations pédantes du rapport bénéfice/risque me consternent, en effet, elles font le choix d’un risque plutôt que d’un autre à la place de l’individu dont ça devrait rester la liberté. Et du coup, comme on choisit à sa place, on ne prend même plus la peine de lui présenter la nature et l’intensité des risques en question.

      • C’est un défaut d’informations, pas de liberté.

      • surtout quand on parle de balance,benefice collectif sur risque individuel..
        ce qui est le cas avec cette blague de covid qui ne tue personne

      • Pour autant que je sache, le risque de thrombose est incomparablement supérieur chez celui qui attrape le virus à ce qu’il est en tant qu’effet secondaire du vaccin ! La thrombose est une sorte de réaction, souvent déclenchée par le virus, et « par conséquent » parfois déclenchée par seulement le vaccin.

  • La létalité n’est pas tout. Que fait-on des « covid longs », ces gens plus jeunes qui commencent par ne faire qu’une forme légère de la maladie mais développent en suite une fatigue chronique qui les terrasse et les transforme en légumes ?

    Après douze mois, certains n’en voient toujours pas le bout.

    Certaines études disent que ces cas ont une prévalence de 5%, d’autres donnent 30%…

  • C’est tout benef, pas de gilets jaunes dans la rue pour de longs mois.

  • Je ne sais pas si Macron souhaite rendre le vaccin obligatoire, le sait il seulement lui-même ?
    Par contre, ce que je sais, c’est qu’au rythme actuel, il ne sera plus président depuis longtemps quand tous les Français seront vaccinés.
    En 10 semaines, seulement 3,3% des Français ont reçu 2 doses de vaccin.
    Si on prolonge la courbe, il faut encore 290 semaines pour avoir terminé la campagne vaccinale.
    D’ici là, combien de nouveaux variants ?

    • la campagne vaccinale ne se terminera…..jamais..
      les mutations se chargent de la rendre eternelle et ridicule

    • ne doutons pas de l’intelligence de macron,pour qui le prolongement de la peur est le seul tremplin pour une réellection en 2022

      • Parions sur le variant invisible par exemple. Ou le variant du Poitou qui fait pousser les poils…
        Vite vite faites vous tous vacciner … 😉

  • A propos du passeport vaccinal et des QRCodes:
    https://qrcode.tousanticovid.gouv.fr/

    Choisissez le type d’établissement pour vous rendre compte de l’ampleur des noirs desseins de notre administration. Le monde que l’on nous prépare est tout simplement épouvantable !

    Les Libéraux qui sont les seuls à réellement défendre la vrai Liberté ont le devoir de réagir.

  • Macron hésite !

    Doit-il interdire un vaccin obligatoire qu’on n’a pas ou rendre obligatoire un vaccin interdit (qu’on n’a pas plus) ?

  • Cet article repose sur des hypothèses et utilise le conditionnel. C’est un article purement politique évoquant cependant une problématique sanitaire.
    Il serait intéressant de le relire dans un ou deux ans, lorsque cet épisode sera achevé. N’apparaîtrait-il pas comme un exemple des divagations des périodes de crise ?

    • Des Gillain-Barré pour le vaccin contre l’hépatite, des narcolepsies pour celui contre le H1N1 2009… Les problèmes graves, s’il doit y en avoir, apparaissent souvent dans l’année qui suit les premières vaccinations. Donc nous verrons bien, dans deux ans.
      Mais il me paraît difficile de parler de divagation quand il s’agit de prudence, vis à vis d’un tout nouveau médoc.

  • Ayant toujours considéré la pandémie non comme un créateur mais comme un accélérateur de tendances lourdes, j’ai toutefois sous estimé, et de beaucoup, le niveau d’incompétences, d’ignorance et de corruption des gouvernements européens (voir https://www.spiegel.de/international/germany/fall-from-grace-merkel-s-conservatives-mired-in-scandal-and-incompetence-a-b3b33c92-9855-4a92-9e3f-f1f6667de531 pour le dernier exemple en date). Nos pays sont sous la gouvernance de plus en plus absurde d’une caste nuisible de « sertarien », caste qui ne fait plus que jacasser entre elle, bien aidée par un 5eme pouvoir qui joue le role d’une vaste chambre d’échos. Suis je donc le seul a voir de trop nombreuses similitudes avec la fin de l’empire soviétique? Bientôt nos frontières seront les nouveaux « murs de la liberté ».

  • A l’auteur, allez expliquer cela aux familles des décèdes que le vaccin en aucun cas ne peut lui être attribuer, et que le bénéfice /risque est en faveur de la vaccination est cela pour le grand bien de l’humanité toute entière mais en aucun cas pour l’industrie pharmaceutique qui chacun le sait est d’un dévouement total pour ces chers (jeu de mot) compatriotes.

    • Le vaccin AZ (privé) bénéficie de la PI de l’université d’Oxford (public) selon un protocole imposé le gvt Anglais: pendant la pandémie, il est commercialisé au prix de revient. Il est entre 7 et 12 fois moins chers. Largement plus en tenant compte qu’il ne nécessite pas une chaine de grand froid. Comme on dit ici, « the is the thanks we get ».

    • Il faudrait d’abord expliquer aux gens, avant, quels risques ils courent probablement dans chaque cas de figure.
      Par exemple, vous a-t-on expliqué qui se donnera la peine de chercher des remèdes ou des vaccins si vous posez une règle comme quoi les découvertes en ces domaines doivent être sans récompense et purement philanthropiques ?

    • En effet,ils nous refont le coup de la grippette des débuts de l’an dernier avec la thrombose,c’est une petite thrombose on ne va pas tout arrêter à cause d’une petite thrombose!Sauf qu’il semblerait que ce soit bien plus grave à savoir un trouble grave de la coagulation type CIVD qui fait que vous vous retrouvez avec du boudin dans les tuyaux en moins de 2 et que c’est une urgence absolue…
      sauf erreur de ma part la FDA n’a toujours pas autorisée ce vaccin dont des stocks dormiraient aux US.

  • On a pas de vaccin national mais o na enfin notre virus national avec le variant breton,Bretagne qui pourtant est épargnée par ce virus comme tout le grand-ouest par rapport à d’autres régions.

  • Gérald Kierzek : « Nous avons cédé à l’émotion, mais le président n’avait pas le choix lorsque tous les pays suspendent. »
    Ah bon ? Le président n’avait donc pas le choix et tous les pays suspendent ??? Encore un bel exemple du gavage de mensonges pratiqué par les médias.

    • Oui, il n’avait pas le choix, on attend un arrivage tout frais de vaccins arn sponsorisé par l’Allemagne..

    • En fait si, il avait le choix. Il aurait été extrêmement simple d’accuser un lot avarié et de ne suspendre que ce lot en attendant les résultats de l’enquête. Un lot avarié serait d’ailleurs bien plus probable, dans l’absolu, qu’une défaillance du vaccin. Sauf que, évidemment, avec la superlogistique française, suspendre un lot est impossible en pratique…

  • vacciner contre un virus type corona est juste une farce..
    ce type de virus de la famille des rhumes est juste impossible à controler à cause de ses mutations permanentes..
    chacun sait qu’il n’existe aucune immunité ni induviduelle ni collective contre les rhumes
    On y a droit chaque année et contrairement à la grippe les mutations sont impossibles à prevoir

  • Le principe de précaution tue. Si cette péripétie pouvait contribuer à prendre conscience de sa stupidité, ce serait toujours ça de gagné…
    https://www.contrepoints.org/2020/07/28/377138-vous-avez-tout-faux-risque-zero-et-amelioration-de-la-securite

    • le vrai risque s’appelle « la vie »…il tue 1% de la population chaque année en se cachant derriere diverses raisons..
      en France 650 000 victimes en 2020
      le seul principe de precaution possible est d’eviter de naitre

      • Excellent.
        Et à force d’avoir peur de mourir, on finit par avoir peur de vivre !

      • Actuellement en Europe, les courbes de décès sont passées sous les minima dans toutes les catégories (cf. euromomo) et de manière très prononcée pour les plus jeunes, malgré le coronavirus et avec la suspension de nombreuses activités de la « vie courante ». La vie est donc dangereuse.

  • vaccinons le gouvernement avec de l’astrazeneca qu’ils servent de cobayes…et avec un peu de bol ….^^

  • Je me souviens il y a bien longtemps d’un antidépresseur dont le nom était Upstene très efficace voire révolutionnaire et qui a rendu des services énormes ..et bien deux ans après sa mise sur le marché deux cas d’hépatites mortelles et hop aux oubliettes cette excellente molécule..Faut dire que le Prozac pointait son nez…. et bien s’il y a sept cas au moins de thrombophlébites cérébrales…stop à l’AZ…Le Jonhson arrive…

  • Le principe de précaution, c’est un truc de gonzesses. On a donc bien raison d’appeler la sociale démocratie l’état nounou.

  • vu les résultats/utilité du vaccin (voir en Israël)…

    vu les plus de 200 morts au Royaume Uni : https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/968413/COVID-19_mRNA_Pfizer-_BioNTech_Vaccine_Analysis_Print__2_.pdf

    et vu la série de mensonges de nos dirigeants depuis le début de la crise (et même avant)…

  •  » C’est une aubaine pour les antivax, les complotistes » : fermez le ban. Sans entrer dans le fond de l’affaire, qui m’indiffère totalement, cette reprise obligée de l’imprécation rituelles des Eveillés « cancelle » mon intérêt et ma bienveillance. La déviance Complotiste est aussi réelle que le complot trotskyste ou celui des blouses blanches sous Staline. Flûte !

  • Après les masques, les tests, les vaccins, les pusillanimes qui nous gouvernent persistent à mal gérer la crise sanitaire par trouille des résultats de la prochaine présidentielle. Ils sont capables de nous tuer pour cela, en suspendant un vaccin qui ne cause pas plus de dégâts que les dommages qui frappent habituellement la population générale. Incidemment c’est commode pour masquer l’absence de doses et nuire aux anglais… Bien du plaisir pour convaincre à nouveau de l’innocuité de ce vaccin dans quelques jours. Rarement un gouvernement a su perdre autant en crédibilité, voilà ce qui arrive quand on promeut des amateurs aux plus hautes fonctions.

  • ça n’est pas le « principe de précaution », mais le « principe du parapluie »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Olivier Maurice.

C’est bientôt Noël. Mais cette année, après plusieurs décennies, voire quelques siècles mêmes de longue tradition, les États providences occidentaux ont décidé de changer de costume. Plutôt que d’enfiler le long manteau rouge et blanc, d’arborer la barbe blanche et l’embonpoint généreux, les distributeurs de cadeaux payés avec l’argent des autres ont cette année décidé de se transformer en Père Fouettard.

Sacré coronavirus !

Et sacrés citoyens ! Jamais capables de respecter les consignes qu’on leur do... Poursuivre la lecture

Avant l’arrivée des vaccins, les gouvernements avaient pour ainsi dire fermé leurs frontières à double tour pour « protéger » le peuple. Mais maintenant que les pays relativement libéraux ont finalement abandonné la plupart de leurs restrictions internes, on pourrait croire qu’il serait plus facile de voyager et/ou d’émigrer. Oh mon tendre fils de l’été…

La levée des restrictions n’est qu’apparente. Au Japon par exemple, les touristes peuvent effectivement venir s’ils acceptent une surveillance digne de Big Brother. Si leur pays n’est ... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles