Couvre-feu et confinement ne sont qu’un appoint, vaccinons pour en finir

Tout doit être fait pour éviter le confinement autoritaire sous quelque forme que ce soit, et nous disposons de deux solutions complémentaires. OPINION.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
COVID immunization by Province of British Columbia(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Couvre-feu et confinement ne sont qu’un appoint, vaccinons pour en finir

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 mars 2021
- A +

Par Jean-Paul Laplace.

Le lundi 1er mars, la presse a fait écho aux propos du président de la République, incitant des jeunes gens à « tenir encore 4 à 6 semaines », et à supporter encore le couvre-feu dès 18 heures.

On ne peut que saluer ce propos qui, en proposant un horizon, vient soutenir l’espoir du retour à une vie libre de sa spontanéité sociale et affective.

Mais on s’interroge aussitôt. S’agit-il d’un propos rassurant, d’une simple espérance, ou d’un raisonnement fondé ? Voilà qui incite à évaluer les solutions disponibles face à la situation actuelle sur le territoire national.

Une situation à haut risque

De fait l’épidémie ne faiblit pas vraiment en France où l’on enregistre en moyenne quelques 21 000 cas positifs et 300 décès quotidiens. Après l’embellie de l’espoir porté par les vaccins, l’irrésistible expansion des divers variants fait redouter une mise en défaut de la protection vaccinale.

Les hôpitaux avaient retrouvé une configuration presque normale et repris le cours des hospitalisations ordinaires ou programmées. Les voici à nouveau confrontés à un afflux important de patients, au bord de la saturation, avec des personnels déjà usés par les mois écoulés, et contraints à déprogrammer les interventions non urgentes.

N’imaginons pas que le Ségur de la Santé ait résolu les problèmes graves de l’institution hospitalière. Quelques pansements sur les plaies, mais aucune réforme de fond qui au demeurant ne pourrait porter ses fruits qu’à moyen terme.

Le virus est partout à un niveau qu’il convient de contenir.

La situation peut à tout moment déraper, les exemples récents de Nice ou de Dunkerque, ou encore celui de la Moselle, sont là pour le rappeler. La France a connu il y a peu (le 24 février 2021) un pic journalier à 31 519 cas confirmés de contamination, chiffre que nous n’avions pas connu depuis mi novembre 2020.

Ce sont aujourd’hui vingt départements qui sont en alerte renforcée. L’Île-de-France qui représente une population considérable est dans une situation alarmante. L’accroissement de l’incidence y est le double de la moyenne nationale, soit + 16,6 % le 26 février et les entrées en réanimation sont en augmentation continue.

Légèreté et maladresses

Jouant comme à son habitude les Père Fouettard, le Premier ministre répète le 2 mars, évoquant les départements dits sous tension, que « les semaines qui arrivent vont être difficiles ». Mais, à son tour, il assure quand même que « l’horizon va s’éclaircir ».

Bien sûr on s’efforce de casser les chaînes épidémiques, de disperser les rassemblements festifs clandestins et de calmer sa majesté Carnaval. On incite avec insistance au télétravail. On interdit la vente d’alcool qui favorise les regroupements conviviaux autour des points de vente et incite au relâchement de l’attention.

Malencontreusement décrié par des acteurs publics voici un an, on redécouvre les vertus du port du masque. Ainsi le Préfet des Yvelines décide-t-il par arrêté (2 mars 2021) de l’obligation du port du masque dans l’ensemble du département. Enfin ! serions-nous tentés de dire, s’agissant d’une mesure simple et d’une efficacité certaine.

Il y a bien longtemps en effet que le port systématique du masque en tout temps et en tout lieu a été rendu obligatoire, par exemple sur l’ensemble du territoire de la Communauté urbaine de Lyon. Et l’on découvre avec incrédulité que dans des villes comme Dunkerque et Nice où l’épidémie a flambé récemment, le port du masque n’était pas obligatoire !

Qui, du maire ou du préfet, a tant tardé à l’imposer ? Peu importe ; mais cette carence fautive n’a pas empêché plusieurs maires de pleurnicher devant les caméras compatissantes pour réclamer davantage de vaccins pour leur ville. Comme si le fait d’avoir manqué de rigueur autorisait des manquements aux règles d’une répartition équitable.

La fausse bonne idée

Quoi qu’il en soit, il était un peu tard pour intervenir, à Dunkerque ou à Nice, et ne restait pour soulager les hôpitaux que la mesure primitive de la restriction de liberté pour limiter les contacts. Le couvre-feu a donc été privilégié. Mais au-delà du classique 18 heures à 6 heures, déjà contesté avec l’allongement de la période diurne, on a innové en inventant le couvre-feu du week-end.

Un coup de génie ! On essaie d’enfermer les gens justement les deux jours où, en principe libérés des contraintes de la semaine, ils espèrent s’aérer, voir autre chose que quatre murs, forts de cette certitude (établie) selon laquelle les contaminations surviennent très majoritairement en intérieur mais très peu en plein air.  L’incompréhension, déjà grande, gagne encore dans l’esprit des Français.

Néanmoins, rusés comme à leur habitude, en région PACA, les Français ont massivement quitté les communes littorales soumises à ce couvre-feu d’un nouveau genre, pour filer vers l’arrière pays et ses stations de ski. Ainsi avons-nous assisté à de gigantesques embouteillages de véhicules offrant aux caméras de télévision l’image de la promiscuité de leurs occupants… Le contraire du but recherché !

Nous saurons bientôt si un semblable dispositif sera étendu dès le 6 mars à d’autres départements, incitant à d’autres évasions ! On n’ose imaginer quel pourrait en être le résultat en Île-de-France, alors qu’on redoute déjà une vague différée consécutive au retour massif des vacances d’hiver de la zone C le 28 février.

L’espoir en deux solutions

En réalité tout doit être fait pour éviter le confinement autoritaire sous quelque forme que ce soit, et nous disposons de deux solutions complémentaires.

La première procède de nos comportements individuels, de notre vigilance à respecter les gestes barrière simples, peu onéreux, et efficaces, même face aux variants : distanciation, port du masque, hygiène et gestes adaptés.

Ces comportements individuels sont une arme essentielle au bénéfice de la collectivité. Et je suis heureux de constater que le ministre en charge de la Santé le dise enfin : « Le comportement de chacun au quotidien est important ».

La seconde solution qui nous est offerte est celle de la vaccination. La chance qu’elle représente est encore sous-estimée, eu égard à sa grande efficacité potentielle. Son déploiement est hélas beaucoup trop lent. Elle montrera toute sa puissance à la condition d’être rapide et massive, et de surmonter quelques écueils.

Le bénéfice attendu ne doit pas être anéanti dans les marécages d’une administration défaillante ou frileuse, empêtrée dans ses procédures et ses instructions interminables. Là réside le plus grand risque d’échec.

Les réticences exprimées devant tel ou tel vaccin, motivées par des peurs ou des incompréhensions, sont navrantes. Alors que la vaccination a été étendue depuis le 6 février 2021 à l’ensemble des professionnels de santé, seulement 25 % des 600 000 doses d’AstraZeneca destinées aux soignants auraient été utilisées en un mois. Beaucoup de Français auraient aimé pouvoir profiter de ce stock dormant.

Enfin il est choquant qu’aussi peu de soignants soient à ce jour vaccinés. En Île-de- France, au 26 février 2021, seulement 34 % du personnel médical de l’APHP aurait reçu une première injection et entre 16 et 17 % des autres personnels.

Dans le même temps, Santé publique France dénombrait 44 401 cas de Covid nosocomiale dont plus de la moitié concerne des patients (26 839) et 186 décès au 14 février 2021. Cela est grave.

Le vaccin mieux que le couvre-feu

En définitive, le confinement complet généralisé nous est interdit de fait, et en brandir la menace serait très maladroit. Les confinements limités sous forme de couvre-feu peuvent au mieux permettre de limiter la surcharge des hôpitaux, ce qui est probablement le but recherché. Mais en aucun cas le couvre-feu, de plus en plus mal toléré, ne constituera la solution susceptible de nous conduire au bout du tunnel.

Seule la vaccination nous montre la sortie de crise, mais elle va devoir changer de rythme, et vite. L’espoir d’une issue perceptible dans quatre à six semaines, indiqué par le chef de l’État et repris depuis par la communication du gouvernement, repose à l’évidence sur un calcul raisonné, fondé sur la mise en œuvre rapide et massive des vaccins dont la livraison est acquise ou programmée. Il faut pour cela que l’intendance suive…

Nous avons tous envie d’y croire.

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • Article qui reprend bien tous les poncifs qui, hélas, sont présents chez la plupart de nos concitoyens.
    Parler des cas positifs journaliers et baser toutes les décisions là-dessus est une hérésie.
    Dire que Nice ou Dunkerque voient les cas positifs augmenter parce que le port du masque n’y était pas imposé est une contre-vérité. Le port du masque partout n’est pas imposé partout, pourtant ce n’est pas partout que les cas positifs montent. Et à l’inverse il y a baisse des contaminations dans des régions où le port partout n’est pas obligatoire.
    C’oublier un peu vite que le masque n’est pas le seul à protéger.
    Et puis commencer par « merci mon bourreau de me dire que très bientôt tu vas cesser de me martyriser, ça me réconforte » je crois qu’il y a un terme pour ça en psychiatrie…
    Trop à dire de si bon matin.

  • On dirait un article tiré de BFM…

  • sur mon lieu de travail , une des rares personne qui s’est faite vacciner a choppé le covid après sa deuxième injection ….vous imaginez bien que ça ne donne pas envie , surtout quand on est en bonne santé ….

  • Faut garder espoir, quand un virus s’étend à ce point il finira par disparaître de lui même par manque de victimes potentielles. Le vaccin peut sauver des vies sans doute mais très peu, ce virus n’est pas assez dangereux pour l’homme. D’ailleurs, on ne parle plus des séquelles, disparues ?

  • Effarant cet article qui véhicule tant de points contestés par beaucoup de scientifiques. L’efficacité du port du masque à l’extérieur n’est supportée par aucune étude et contestée même par des scientifiques qui soutiennent le gouvernement. L’efficacité de la vaccination qu’il indique est celle des publications commerciales des labos, les chiffres de Pfizer sont contestés et les tests n’ont pas étudié l’impact sur les hospitalisations ni sur la contagiosité.
    Il me semble que les voies les plus prometteuses pour la sortie de crise sont le traitement précoce des personnes malades, le renforcement de nos systèmes immunitaires ( profiter du plein air, un peu de sport…) et la fin de la propagation de la peur.
    Vu les inconnus sur les effets secondaires à moyen et long termes des vaccins actuellement proposés, il n’est pas surprenant que le personnel soignant réfléchisse avant de se le faire injecter, je ne vois pas pourquoi on devrait les obliger à se décider rapidement.

    • Ces vaccins sont sûrs, ce n’est pas parcequ’on a eu une mauvaise expérience vaccinale contre la dingue (normal) et quelques autres maladies qui faut tout jeter. Tous les virus ne se ressemblent pas. .

      • sur : c’est à voir… (il n’y a pas eu de vrai phase de test).
        efficace : c’est à voir aussi (l’exemple d’Israel).

        Au regard de la dangerosité du COVID, la balance efficacité/risque n’est pas évidente.

        • Faut pas exagérer, le principe est simpliste, des millions de gens ont été vaccinés sans problèmes. Je n’ai qu’un repproche à faire les arn font ce que les autres font mais en utilisant nos propres cellules.. Condamnées à mort. Les autres vaccins, simulent le virus a partir d’un autre ou utilise un virus mort, principe ancien pas très efficace quand on voit celui de la grippe, moins de 50%.israel…..va savoir ce qui est des fakes ou pas.

          • La grippe (un coronavirus) a une létalité légèrement inférieure à celle du Covid19 (un autre coronavirus), et on oblige pas toute la population à se vacciner (encore heureux !)…
            C’est dingue comment en 2020-2021, on a tout oublié sur les virus… 🙂

        • Si, des tests ont été fait, en grand et cela a été rapporté, y compris sur CP, avec force chiffres.
          Soyons cohérents. Non, les labos ne veulent pas empoisonner la terre entière avec des produits frelatés. C’est du mauvais roman. Après, qu’ils veuillent nous vendre leurs vaccins comme la solution unique, c’est de bonne guerre. C’est d’autant plus facile que dans nos systèmes socialisés à l’extrême, il suffit de « convaincre » quelques personnes bien choisies pour rafler des commandes gigantesques.
          Ce sont de bons vaccins. Ce pourquoi je me suis fait vacciner, non à causes des péroraisons ineptes de M. Véran mais sur les conseils de mon médecin. Je préfère minimiser les risques de choper cette merde, étant un soupçon en surpoids et sujet à une tension excessive. j’ai fait mes calculs et décidé.

        • le vrai problème tient au fait de courir deux lièvres à la fois, pour une personne jeune se vacciner n’apporte pas grand chose pour la santé… mais pour l’épidémie; pou un vieil homme en surpoids par contre..

      • Si pouvez répondre à ces questions car je n’ai pas trouvé de reponses :
        – durée de vie du mRNA dans la cellule ?
        – risque d’un phénomène de transcriptase inverse avec production d’ADN ?
        – risque de sélection de variants plus pathogènes ?
        Et pourquoi vaccine t’on en pleine épidémie ?

      • « Ces vaccins sont sûrs »
        Vous avez raison : un bon libéral a aussi le droit d’être un bon naïf.

    • J’avais même compris que le seul « consensus scientifique » dans cette épidémie était que le port du masque en extérieur ne servait à rien !

    • Le personnel soignant, s’il se donnait effectivement le temps de la réflexion, serait excusé. Mais il se laisse surtout aller à l’absence de réflexion et à ses sentiments/impressions. Déjà, lui montre-t-on les effets grâce à ses homologues israéliens ou britanniques ?

      • Le personnel soignant se fait-il majoritairement vacciner ? Non, car il se donne le temps de la réflexion.
        En fait, pour citer ma belle-fille (infirmière hospitalière), « c’est tout réfléchi : non ! ». Et elle n’est pas la seule, du ba en haut de sa hiérarchie (hors adminstreux, lesquels n’ont effectivement pas d’opinion à ce sujet, sinon celle de BFM)

        • désolé… « du bas en haut »

        • Certains réfléchissent comme réfléchit un miroir. D’autres répondent aux interviews « parce que ce vaccin, je ne le sens pas »… Mais jamais l’interviewer ne leur demande de comparer à leurs collègues britanniques ou israéliennes…

      • en fait un médecin a le droit de ne pas se vacciner… mais un patient a le droit de le savoir… et de changer de médecin si il n’est pas content..

        liberté et espérance que les gens sont raisonnables.. vouloir obliger à la raison est pire que la folie..
        liberté vaccinale et information pour les patients.. aussi bête que pour votre interaction avec votre charcutier..

        le patient doit redevenir le maitre de sa santé…

        • Un médecin avec son masque FFP2 ou 3, les mains désinfectées, des gants, charlotte, ne devrait-il pas être considéré comme sûr, contaminé ou pas?

          • Quand on va voir un médecin, est-ce pour son souffle, ses mains, ses cheveux, ou pour la manière dont il fait ses choix sanitaires ?

  • Le vaccin (si on peut appeler vaccin cette injection d’ARN expérimentale ) n’est pas une solution miracle!

    Il existe une vraie solution, qui est le traitement précoce. Pas par bamlanivimab (qui risque d’augmenter l’apparition des mutants), mais par ces médicaments connus depuis des décennies et bon marché.

    Les masques généralisés sont plutôt une catastrophe qu’une solution. Aucune efficacité à l’extérieur; à l’intérieur seulement s’il y a de personnes symptomatiques (voir la recommandation OMS).

    Quant aux mesures d’enfermement de la population…elles ne marchent pas, comme le montre la situation des pays ou états américains n’ayant pas confiné (Suède, Floride). Le professeur Ioannidis, un des plus brillants épidemiologues, l’a démontré.

  • Véran n’a qu’à bien se tenir : il y en a qui veulent Laplace.

  • Autant j’ai du mal à faire confiance à tous nos bonimenteurs du Ministère de la Santé et autres DGS…autant je m’interroge sur la rapidité d’Israël à vacciner,premier pays qui va arriver à quasiment 100% pour un virus dont la létalité et la mortalité sont très faibles,n’en déplaise à certains.C’est pourtant un peuple qui s’y connaît en matière de survie,aurait-il des informations sur ce virus que nous n’avons pas ?

  • monsieur est navré que certains ne se font pas vacciner? bah oui mais c’est leur droit de ne pas le faire alors vos arguments foireux vous savez ou vous les mettre ..

  • Mais que viens donc faire cet article de propagande gouvernementale sur le site de contrepoints ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La crise du covid a amené des restrictions des libertés.

La question qui se pose est de savoir pourquoi celles-ci ont été soutenues par une partie non négligeable de la population. Contrepoints s'est entretenu avec Samuel Fitoussi, auteur d'une note pour l'Institut Sapiens sur les erreurs de gestion systémiques pendant la crise sanitaire. Il a étudié l’économie à Cambridge et à HEC.

 

Contrepoints : Irresponsables par nature : vous revenez sur la séquence ahurissante des auto-attestations, dont les plus fervents défe... Poursuivre la lecture

crise santé
0
Sauvegarder cet article

Le 17 novembre, l'ISNI a appelé à la mobilisation dans toute la France pour protester contre la quatrième année d’internat votée par l’Assemblée et le Sénat et contre les nouvelles obligations imposées par le PLFSS.

Elle n'a pour l'instant entrainé aucune inflexion de la politique de santé.

 

Le Conseil national de la refondation peut-il sauver notre système de soins ?

À la lecture de l'interview de mon confrère Philippe Denormandie dans Le Quotidien du Médecin du 10 novembre, ma réponse est négative car il est sourd... Poursuivre la lecture

Par Christian Britschgi.

Les gouverneurs opposés aux confinements ont remporté facilement la victoire lors des élections de mi-mandat.

Dans tout le pays, les dirigeants républicains qui se sont fait connaître en s'opposant aux fermetures d'entreprises et d'écoles ont été réélus avec des marges beaucoup plus confortables que lors de leur première campagne avant la pandémie.

Lors d'un débat en octobre contre son adversaire, le représentant Charlie Crist (D-Fla.), le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a déclaré :

Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles