3 objections au confinement : efficacité, coût, acceptabilité

Des dissensions surgissent chez ceux qui nous gouvernent et ceux qui les conseillent sur les choix politiques qu’appellent les évolutions de la crise du Covid-19. Ce que l’on commence à mieux savoir n’est pas de nature à les apaiser.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Wind in the window BY Roberta Taylor(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

3 objections au confinement : efficacité, coût, acceptabilité

Publié le 1 mars 2021
- A +

Par Alain Bonnafous.

N’ayant aucune compétence médicale je renvoie le lecteur qui en ferait une condition de légitimité d’une réflexion sur le Covid-19 aux articles frappés du bon sens du docteur Patrick de Casanove, du professeur Paul Touboul ou du docteur Gérard Maudrux.

Outre une curiosité épistémologique, je n’ai à faire valoir qu’une modeste compétence dans le domaine des statistiques, pour les avoir enseignées dans deux écoles d’ingénieur et une faculté des sciences et les avoir largement utilisées dans des recherches économiques.

La parole du Conseil scientifique est-elle toujours sacrée ?

Il se passe quelque chose d’étrange dans les relations entre le Conseil scientifique Covid 19 et l’exécutif. Le site du premier, consulté le 26 février, ne présente qu’un avis pour ce dernier mois, alors qu’il tombait, depuis mars 2020, au moins trois notes ou avis par mois.

Compte tenu des circonstances, il y a peu de chances pour que ce Conseil cesse de produire ses analyses. Ce demi-silence officiel pourrait traduire quelques dissensions entre le souhaitable du point de vue sanitaire et le politiquement acceptable. Dans tous les cas il traduit de l’incertitude.

Deux tendances s’opposeraient même au sein-même du Conseil scientifique selon certaines analyses : l’une consistant à renoncer à un confinement généralisé en raison de ses coûts économiques et sociaux, l’autre se rapprochant de la stratégie dite du zéro-Covid et passant par une période de confinement strict.

La première tendance est bien expliquée dans la lettre de cinq des membres du Conseil scientifique, dont son président Jean-François Delfraissy, publiée dans le The Lancet Public Health et dans laquelle ils plaident pour mettre fin à ce cycle de confinements dont « les conséquences sociales et sanitaires (notamment pour la santé mentale) sont également considérables, en particulier pour les plus jeunes générations, bien qu’elles soient à faible risque. »

La deuxième tendance rejoint les prises de position de nombreux scientifiques adeptes de cette stratégie zéro-Covid qui vise à anéantir toute circulation virale par un confinement strict pour ensuite lever progressivement les contraintes.

Une vingtaine de spécialistes européens ont ainsi signé en décembre une lettre au Lancet (qui reçoit beaucoup de courrier outre les articles de faussaires), lettre dans laquelle ils suggéraient cette stratégie visant à atteindre par confinement le nombre de moins de 10 cas quotidiens par million d’habitants puis à entretenir cette situation par une stratégie complète : surveillance systématique et traitement rapide d’éventuels nouveaux foyers y compris par des confinements régionaux. Un collectif de médecins, d’économistes et de politologues signaient une tribune proche dans les colonnes du journal Le Monde le 15 février.

Pour autant, ce modèle du zéro-Covid ne s’impose pas aussi simplement pour au moins trois objections dont la synergie saute aux yeux.

La première tient au doute que chacun peut avoir sur l’efficacité de telle ou telle mesure, en particulier sur l’efficacité du confinement.

La deuxième tient à ce que cette option puisse entraîner des coûts économiques et sociaux démesurés en regard des effets attendus sur la dynamique de la pandémie.

La troisième tient à l’acceptabilité sociale de la mesure initiale requise, c’est-à-dire un strict et long confinement pour des résultats incertains et coûteux. En savons-nous aujourd’hui un peu plus sur ces trois objections ?

L’objection de l’efficacité

Nous abordons là une problématique florissante qui concerne les interventions non-pharmaceutiques (en anglais, les NPIs ou nonpharmaceutical interventions et que nous nommerons les INP pour respecter la pratique québécoise de la francophonie).

De multiples travaux se sont déjà accumulés qui s’efforcent de repérer, sur la base d’observations statistiques, les effets éventuels de telle ou telle mesure non pharmaceutique. Le défi méthodologique de ce repérage a été fort clairement expliqué dans un article récent du physiologiste Jean-François Toussaint qui met en doute l’efficacité du confinement.

J’évoquerai une autre publication récente pour illustrer cette première objection et dont l’un des auteurs, John Ioannidis est une référence mondiale en matière d’épidémiologie, au sens où ses travaux ont bénéficié de plus de citations dans l’édition scientifique que le total obtenu par les quinze membres initiaux du Conseil scientifique – Didier Raoult exclu. Cette étude me semble en effet particulièrement solide du point de vue de l’interprétation statistique et son principe mérite d’être précisé.

Les auteurs ont traité les cas de dix pays pour lesquels les données étaient suffisantes. Huit d’entre eux ont connu, au moins régionalement, un confinement strict, c’est-à-dire l’intervention la plus rude parmi la quinzaine d’INP comparées (Angleterre, France, Allemagne, Iran, Italie, Pays Bas, Espagne et USA). Deux d’entre eux (Corée du Sud et Suède) n’ont connu que des INP plus légères.

La variable à expliquer est le taux de croissance quotidien du nombre de cas recensés. Cet indicateur a été relevé pour des périodes allant de février à avril 2020 qui recouvrent, dans chaque pays, les dates des INP et évidemment les semaines qui suivent.

Il s’agit donc d’une analyse typiquement multidimensionnelle. Elle est quelque peu complexe dans la mesure où chaque pays a fait sa propre sélection parmi une quinzaine d’INP et les a mises en œuvre selon une chronologie particulière.

Les auteurs ont établi que, dans les dix cas, le bouquet d’interventions a été suivi d’une inflexion vers le bas de la courbe des contaminations quotidiennes et que cette amélioration est statistiquement significative (i.e. ne peut s’expliquer par le seul hasard) pour tous les pays sauf l’Espagne.

Mais l’objectif principal de l’étude était de déceler un effet spécifique du confinement strict. Pour cela, les auteurs ont eu recours à une ruse consistant à déduire des effets observés ceux qui pouvaient être statistiquement attribuables aux autres interventions en s’appuyant sur les observations suédoises et coréennes qui correspondent aux deux seuls cas sans confinement.

Les séries chronologiques de chacun des huit pays étant confrontées d’une part aux séries suédoises et d’autre part aux séries coréennes, cela fournit 16 estimations des effets théoriques résultant du confinement.

On ne peut mieux résumer les résultats qu’en reprenant la conclusion des auteurs :

Aucune comparaison n’a révélé une réduction (statistiquement) significative des taux de croissance des cas attribuable au confinement strict, quel que soit le pays. Les estimations ponctuelles sont positives (au sens où elles témoignent d’une augmentation de la croissance quotidienne des cas) dans 12 comparaisons sur 16.

On comprend que de tels résultats perturbent la tendance majoritaire du milieu médical et qu’ils ne soient guère évoqués par la plupart des médias, d’autant que c’est l’IHU de Marseille et tout particulièrement Didier Raoult qui en ont été les premiers diffuseurs auprès du grand public.

On comprend aussi que pour des raisons chronologiques, ils n’aient pu être pris en compte par les premières évaluations socio-économiques des effets du confinement que nous allons maintenant considérer.

L’objection du coût économique et social du confinement

Laissons pour l’instant cette incertitude quant aux effets d’un confinement strict sur l’évolution de la pandémie et retenons une hypothèse de travail provisoire selon laquelle on aurait une idée précise du nombre de vies épargnées lorsque cette mesure est mise en œuvre.

La question se pose alors de savoir ce qu’est, au total, son bilan économique et social. C’est un problème très classique d’évaluation socio-économique : sur un plateau de la balance, il y a de la création de valeur, principalement des vies et des souffrances épargnées ; sur l’autre plateau il y a de la destruction de valeur, principalement des pertes économiques. Une intervention donnée sera réputée utile à la société si elle crée davantage de valeur qu’elle n’en détruit.

La comparaison des deux plateaux n’est possible que si la valeur créée est mesurée dans la même unité que la valeur détruite, ce qui signifie qu’il convient d’affecter une valeur monétaire à la vie humaine. Le réflexe premier consiste à dire que la vie n’a pas de prix, mais c’est une grande naïveté dès lors qu’elle a un coût.

En effet, une politique de santé consiste à optimiser des ressources par nature limitées et si l’on affecte à une action particulière cent millions d’euros pour sauver dix vies (en termes de prévision statistique) on commet peut-être une erreur si cette somme avait pu être affectée à une autre mesure susceptible de sauver 50 vies.

Ce choix, qui pourrait résulter du refus de toute évaluation pour ne pas avoir à affecter une valeur à une vie épargnée, aurait en ce cas pour conséquence d’en sacrifier 40. Il y a longtemps que les économistes ont accepté l’idée que lorsque la santé ou la sécurité sont en cause, une évaluation publique nécessite une valeur tutélaire d’une vie humaine conçue comme l’effort que doit consentir la collectivité pour abaisser d’une unité une statistique de mortalité.

Dans le domaine de l’économie des transports par exemple, les effets d’un investissement sur la sécurité prennent ainsi en compte un montant de trois millions d’euros pour une vie « statistiquement » épargnée.

C’est sur cette base que mes collègues toulousains Christian Gollier et Stéphane Straub on fait une première évaluation, qu’ils ont qualifiée eux-mêmes de « coin de table », en mars 2020. Ils ont estimé à 250 milliards la perte de revenu national liée au confinement (environ 10 % du PIB annuel), mais ils ont supposé un risque d’un million de décès en cas de non confinement en se fondant sur des simulations disponibles à ce moment-là.

La perte économique est alors à comparer au million de décès épargnés soit, en tenant compte de la distribution des âges des victimes, à 300 000 durées de vies entières. À trois millions l’unité ils arrivent à 900 milliards, soir une « valeur créée » très supérieure à la « valeur détruite ».

Bien entendu, la balance serait défavorable dans l’hypothèse où le nombre de décès épargnés ne serait, par exemple, que de 250 000.

Nos ressources dominantes pour les politiques publiques dérivent de la culture de l’ENA et de Polytechnique. Les Anglais ont la culture de la London School of Economics. Leurs économistes de la santé ont donc très vite fait mouliner leur savoir-faire et ont produit, dès l’été dernier, des évaluations solidement documentées.

L’une, publiée dans l’Oxford Revue of Economic Policy, arrive à la conclusion qu’un confinement de dix semaines n’a un rendement social positif que si la valeur tutélaire de la vie humaine est supérieure à dix millions de livres, alors qu’elle est de trois millions dans les textes officiels qui prescrivent les évaluations.

L’autre, publiée dans les Cambridge University Press, en convoquant une plus grande variété de scénarios, arrive à une conclusion très proche. Avec les valeurs tutélaires officielles ces évaluations révèlent donc un bilan social désastreux.

Encore convient-il d’ajouter que ces travaux peuvent surestimer les effets des interventions non pharmaceutiques dans la mesure où les estimations qui sont faites des vies épargnées supposent une efficacité pouvant être surévaluée comme le suggère l’article de John Ioannidis évoqué plus haut.

La même réserve est suggérée par le géographe et statisticien Thomas Wieland, de l’université de Karlsruhe qui a clairement démontré que « dans une grande majorité de länder, la courbe épidémique s’est aplatie avant la mise en place du confinement (23 mars 2020) ». Les effets d’une INP peuvent ainsi être mieux évalués si la dynamique initiale de la contamination est prise en compte (ce que fait explicitement l’article Ioannidis).

Tous ces comptes faits, on ne peut donc exclure qu’un confinement soit soldé par une lourde perte sociale.

L’objection de l’acceptabilité sociale du confinement

À quelques mois d’une consultation nationale et à un an d’une campagne présidentielle, c’est peut-être la seule objection qui pèse, tant il est clair que les travaux scientifiques sont de peu d’effets dans la gestion politique de cette pandémie comme l’a montré la position de l’exécutif vis-à-vis des traitements précoces et son entêtement en dépit de l’accumulation des études qui en montraient les bienfaits.

La perspective d’un confinement peut être bien acceptée par ceux que l’on peut convaincre qu’il s’agit de les protéger d’un risque majeur… et que cette protection sera efficace. En particulier lorsqu’ils savent qu’ils sont plus exposés que d’autres à une issue fatale en cas de contamination.

Il n’en reste pas moins que la plupart des INP ont des victimes désignées : les restaurateurs, les commerçants, les travailleurs du spectacle, ceux des sports d’hiver, les sportifs, les écoliers et leurs parents, les étudiants…

Cela finit par faire beaucoup de monde et chacun dans son coin se pose des questions qui ne sont pas délirantes du type : la promiscuité dans mon amphi est-elle plus dangereuse que celle du métro ? La queue pour un télésiège est-elle plus redoutable que celle d’une caisse de grand magasin ? Il serait facile, et peut-être un peu démagogique, de multiplier ainsi de bonnes questions.

Il est moins facile d’y apporter des réponses convenablement documentées dans la mesure où, comme l’a clairement démontré Michel Negynas dans un article récent de Contrepoints, c’est l’émotionnel et le ressenti qui font la loi.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • l’objection au confinement obligatoire est toute contenue dans le fait qu’il n’ y pas de lien entre la perte de liberté et le prix à payer et le gain de sécurité pour un INDIVIDU…

    on ne fait même pas appel au civisme mais à une solidarité( à sens unique ici) des personnes sans risque pour les personnes à risque.

    efficacité ..non quantifiable par un chiffre..
    cout? c’est pas celui qui paye qui tire le bénéfice.. acceptation? si toto est d’accord et lulu pas d’accord? balle au centre?

    Comme a dit notre président tant aimé macron.. »quoiqu’il en coute on va empêcher les hôpitaux d’etre débordés. »

    le débat était avant tout « constitutionnel.. mais macron a le droit de faire ça? on est un pays libre ou quoi?

    • Le problème est tout entier dans le discours de macron, on doit protéger nos hôpitaux, il aurait dû parler des services de santé, hôpitaux cliniques, médecins, vétérinaires etc, mais sans doute qu’il est mal conseillé avec des directeurs de pacotilles et de cotllions comme Martin ou les directeurs d’ars et autre organismes officiels parasités par le copinage et les mediocres.

      • Rien que cela est un scandale absolu. Ce qui était excusable (et encore) au printemps 2020 ne l’était plus ni à l’automne 2020 ni maintenant. On a eu 8 mois pour se préparer et rien, absolument rien, n’a été fait pour absorber le choc d’un nouveau pic épidémique.

    • Marre de ce « constitutionnel » à géométrie variable,c’est anticonstitutionnel de confiner les personnes fragiles mais c’est constitutionnel de bloquer toute une économie déjà à la ramasse.
      Sous les ors du Conseil du même nom ça tombe grassement tous les mois avec une moyenne d’âge concernée par un confinement des personnes fragiles,cela fait un sacré biais dans les décisions.

  • 3 Millions la vie sauvée? Je ne sais pas, pour un jeune qui meurt dans un accident de voiture, peut-être, mais un vieux de 82 ans, on doit être plus bas.. beaucoup plus bas..

    • 3 millions c’est pour une durée de vie entière. Ça apparaît plus loin dans le calcul qui suit avec la répartition suivant les âges des victimes.

      • Oui, il n’y a pas le détail du calcul. On passe de 1 million de décès à 300000 équivalents vies entières. Or à 82 ans on n’a pas 1/3 de sa vie de reste.
        Déjà 3 millions€ la vie me parait élevé, 1 millions de morts aussi. Si on met 1 millions € vie entière, 100000 morts, donc 10000 morts évités qui ont un dixième de vie en reste. Soit 10Kx1/10x1M= 1Milliards à comparé aux 250 Mds€ perdu dans l’économie, sans calculer la souffrance de 67 millions de français.

        • C’est une définition somme toute arbitraire du prix d’une vie humaine. Il y en a plein d’autres comme par exemple pour le cas de la France : espérance de vie*PIB en € constant/(Habitant*an)

    • Je me suis fait la même remarque, on ne peut pas calculer sur la base de 3 millions puisque c’est à partir de 65 ans que la hausse de la mortalité est observée. Et encore faudrait-il tenir compte ensuite des comorbidités, qui font que très certainement le nombre d’années de vie restantes est inférieur à une personne du même âge sans comorbidités.
      Au final, le déséquilibre est encore plus flagrant.

    • C’est cynique de le dire, mais je dis quand même : les retraités coûtent très cher à la société (cf. déficits de notre système social). Sachant que ce sont essentiellement eux les victimes de l’épidémie, d’un point de vue comptable, on aurait plutôt intérêt à favoriser la propagation de l’épidémie.
      Le critère du coût social de la mortalité est pertinent dans le cas de la sécurité routière (et des transports en général), mais il ne l’est pas dans le cas de l’épidémie actuelle.
      Le seul critère valable, c’est la capacité de nos hôpitaux à prendre en charge l’afflux de malades.

  • Les statistiques, je n’aime pas ni les pourcentages, tout ces trucs mathématiques ne peuvent rien contre un veran un Salomon une buzzy ou un macron, ils ne pensent pas en cartésien mais en corrompu, que peuvent les mathématiques contre cela ?

    • D’autant que tout dépend du point de départ du calcul, ici : les résultats aux tests RT-PCR… qui sont largement critiquables.

  • Non mais attendez c’est un peu rincé de prendre le chiffre de 3M€/vie humaine sauvée (supplémentaire), issue des stats de la sécurité des transports… En intervention non pharmaceutique il me semble que l’on peut y inclure le nombre de lits d’hôpitaux, de lits de réanimation, et le nombre de personnel soignant (car ce ne sont pas des traitements pharmaceutiques à proprement parler comme balancer de l’HXC ou des vaccins hein, bien que si on admet quelqu’un à l’hôpital c’est pour le soigner, mais on peut raisonnablement négliger les coûts des médicaments, traitements sauf vaccins). Et dans ces derniers cas, j’ose imaginer sans me tromper que le coût (marginal) pour sauver une vie supplémentaire est bien inférieur à 3M€… donc ce qui décrédibilise encore plus les confinements stricts mais aussi légers! Et puis point de vue cohérence des données vous avez pris ce chiffre de 3M€/vie sauvée (supplémentaire) sans insister que ce chiffre provient d’un secteur qui n’a rien à voir (ce chiffre correspond à la suppression de nids de poules sur les routes, à l’élargissement des voies, aux barrières de sécurité, à l’éclairage des voies etc.). Donc bon les stats c’est comme d’habitude sujet à interprétation quoi et il faut bien rappeler le contexte des données.

  • Bravo pour cet article sur l’évaluation des confinements !
    C’est effectivement la question de base des stratégies sanitaires occidentales et de leur Waterloo…
    Merci, même pour un spécialiste de la seule économétrie, d’avoir rappelé tous les doutes concernant l’efficacité de ces méthodes, confirmés dorénavant par une accumulation d’études scientifiques, mais aussi d’avoir bien posé la question de l’évaluation du coût d’une vie humaine. La vie humaine est évalué en coût dans tous les domaines d’étude et on ne voit pas comment le domaine scientifique médical y échapperait !
    Bien entendu, l’évaluation à 3M € va être critiquée par tout le monde et pour le Covid elle doit sans doute tenir compte de l’âge des individus puisque c’est la tranche 65 ans et + qui est essentiellement concernée, mais l’important c’est de dire qu’elle doit être évaluée pour que l’on puisse mesurer le rapport bénéfices/risques des confinements…

    • Oui, c’est le quoi qu’il en coute qui est problématique. Mais si on commence à chiffrer et à évaluer les politiques gouvernementales, le gouvernement est mort.
      En médecine, il est d’usage de tester les protocoles. Depuis 40 ans, pas besoin de double aveugle pour être sidéré par la vacuité des politiques.. et de leur toxicité.

    • L’article explique, certes un peu vite, qu’il a tenu compte de l’âge des malades décédés, donc qu’il a fait un calcul « équivalent vie totale ».
      Donc la critique sur l’âge moyen des personnes décédées, donc que leur vie ne « vaut » pas les 3 millions euros, est infondée, car il en tient compte.
      Ayant connu Bonnafous puisqu’ayant exercé professionnellement dans le domaines de l’économétrie des transports, je crois fondamentalement que cette méthode est correcte, même si aucun problème ne se résume à ce calcul « financier ».
      Ce domaine des transports, notamment des personnes, est un domaine extrêmement avancé en matière d’analyses statistiques et d’économétrie, pour une bonne raison : les données sont d’assez bonnes qualité, enregistrées depuis des décennies et disponibles.
      Il existe des articles fondateurs sur ce sujet depuis plus de 150 ans !
      La comparaison avec certaines études médicales publiées récemment, notamment certaines « méta-études » regroupant des études de bric et de broc, montre malheureusement que le monde médical n’en est pas là et que le bricolage est trop souvent la règle.
      Quand ce n’est pas la malhonnêteté totale !
      D’où l’intérêt de l’étude de John Ioannidis est justement qu’elle est sérieuse statistiquement parlant.
      Or, elle montre que, au mieux les confinements stricts sont sans effet bénéfique, au pire ils augmentent la gravité de la situation à court terme (probablement car les personnes déjà contaminées sont enfermées avec d’autres saines).
      Du coup, le débat « avantages/inconvénients » devient superflu, puisqu’il n’y a semble-t-il pas d’avantages mesurable.
      Le drame, c’est que nos gouvernants continuent à le nier, refusent tout autant les protocoles de soins précoces et toutes les autres solutions que le vaccin, présenté comme le seule et unique remède.
      Il faut dire qu’ils ont tellement menti sur tous les sujets, qu’il est impossible pour eux d’avouer s’être plantés à ce point, humainement, politiquement et aussi judiciairement !

      • Je continue à penser que le coefficient correcteur de l’âge n’est pas bien calibré. 1/3 me parait trop peu c’est plutôt 1/10 au minimum, sachant que l’on a perdu 6 mois d’espérance de vie et non 25 ans.
        1 millions de vie sauvé est totalement exagéré. Je pense plutôt epsilon, c.a.d. pas grand chose, et même 10k que j’ai pris est optimiste.
        Ceci étant dit c’est toujours un exercice intéressant, pour sortir du calamiteux « quoi qu’il en coûte ».
        Ps De toute façon, on l’a vu dans les pays qui n’ont pas eu de politique agressive, cette crise a un impact sur le PIB sans INP.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Stephen Kent.

Chacun donne à l'espoir une signification différente. Certains disent que l'espoir est inhérent à la façon dont une personne se comporte face à l'adversité. D'autres considèrent l'espoir comme une forme de superstition, une croyance infondée que tout finira par s'arranger. Les plus cyniques qualifient l'espoir de pure folie ou de naïveté. Au cours de la pandémie de Covid-19, notre capacité à trouver l'espoir a été régulièrement mise à l'épreuve par les lockdowns, les fausses promesses des bureaucrates et de l'establis... Poursuivre la lecture

variole du singe
1
Sauvegarder cet article

Par Elizabeth Nolan Brown. Un article de Reason

 

Ce n'est pas seulement la peur de la maladie qui met les gens en état d'alerte pour la variole du singe, une maladie virale similaire à la variole mais moins grave. Notre société ne pourrait tout simplement pas supporter une autre pandémie en ce moment. Mais au cours des dix derniers jours, des cas ont été signalés aux États-Unis, ainsi qu'en Australie, en Belgique, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne, en Suède et au Royaume... Poursuivre la lecture

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles