Une piquouse pour tous

On va piquouser tout le monde et on reviendra bien vite au monde d’avant, n’est-ce pas ? Comment ça, non, pas du tout ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vaccin by Daniel Paquet(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une piquouse pour tous

Publié le 6 janvier 2021
- A +

par h16

Ah mais enfin, les choses sont pourtant claires : le vaccin étant disponible, on va piquouser tout le monde, déconfiner tout ce qui peut l’être, et les choses vont bien vite rentrer dans l’ordre. Puisqu’on vous le dit !

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

En tout cas, c’est le plan vendu par le gouvernement, les médias et cette partie de la population absolument persuadée de la possibilité tangible d’un retour sinon à la normale, au moins à une situation proche de ce qu’elle fut en février 2020.

Quelle charmante naïveté ! Quelle touchante simplicité ! Quelle aimable ignorance !

La réalité, assez claire, ne laisse pourtant aucun doute que ces espoirs d’un déconfinement complet, d’un retour à la normale et d’une reprise des activités comme jadis seront très probablement douchés froidement dans les prochaines semaines.

Ici, point n’est besoin de moquer ceux qui croient encore aux fables gouvernementales : les faits et la raison leur donnent tort mais il faut admettre que les perspectives sont si peu réjouissantes qu’on comprend humainement qu’ils s’accrochent ainsi aux chimères vendues par le pouvoir.

Pourtant, ces fameux vaccins ne sont pas là.

On peut, comme le font certains journalistes et commentateurs assidus, tortiller les annonces gouvernementales pour charitablement imaginer des petits problèmes d’ajustements afin d’expliquer l’absence de vaccination de masse en Europe en général et en France en particulier, mais l’analyse des faits laisse peu de doutes : la logistique est complètement à la ramasse. Est-ce étonnant devant les précédents foirages monumentaux ? Non, c’était même attendu.

Tout se déroule comme si l’administration française, aux antipodes presque exacts de la logistique Amazon, n’ayant absolument pas appris de ses erreurs de gestion des masques, des tests, des lits dans le privé, des équipements et de tout le reste, reproduisait avec application les mêmes idioties pour obtenir le même non-résultat flamboyant de nullité bureaucratique. En somme, le vaccin français prend la même direction que le cloud souverain, le Google français ou la tentative Salto de concurrencer Netflix.

Ce qui veut dire qu’en fait de « campagne de vaccination », les confinements vont continuer, le temps que les dosettes de produit magique, dûment tamponnées et cerfatées jusqu’à la garde, parviennent jusqu’aux hôpitaux (et seulement ceux désignés par les toutes-puissantes et omniscientes ARS). Rassurez-vous : ceci peut prendre quelques semaines mois…

Pire : ceux qui imaginent qu’une vaccination signifiera un retour à la normale, après ces quelques semaines mois de merdoiement administratif et logistique intenses, en seront pour leurs frais puisque des éléments de plus en plus nombreux à présent indiquent que cette campagne ne sera que le début de la mise en place d’une série de mesures aussi liberticides que possible.

Il y a, déjà, l’accumulation d’informations étonnantes sur le vaccin lui-même : moyennant un peu de confusion, on laissera planer le doute que même vacciné, on peut continuer à contaminer les autres ; quitte à revoir un peu les principes de base de la médecine, on oubliera que l’immunité de groupe peut-être atteinte autrement que par la vaccination (le site de l’OMS a d’ailleurs quelque peu modifié ses petites pages à ce sujet : avant et après). Et puis de toute façon, l’épidémie ne s’arrêtera jamais.

Bref, on insistera sur le fait que même vacciné, il ne faut donc pas se départir du masque et toujours pas s’affranchir des règles de distanciation socialiste et des gestes barricades, etc. Autrement dit, on prépare actuellement tout le monde, petit à petit, à ce que la piquouse ne soit pas si rédemptrice que ça…

Parallèlement, il y a bien sûr le principe, qui semble maintenant inévitable, d’un passeport vaccinal : au prétexte de suivre ceux qui sont et ceux qui ne sont pas vaccinés, on va d’abord établir un petit fichier (tout le monde sait que les données personnelles stockées par les États ne sont jamais utilisées à des fins néfastes, n’est-ce pas). Ce petit fichier sera bien vite adapté sous forme de carte électronique que le porteur sera invité à présenter pour garantir qu’il ne risque pas de distribuer ses méchants miasmes lors de certaines activités dont la liste sera édictée par les administrations forcément bienveillantes.

Ce passeport, déjà dans les tuyaux législatifs et à l’étude un peu partout dans le monde, constitue en soi une garantie assez solide qu’un retour à la « normale » peut être complètement oublié.

Oubliez les dérives d’un tel passeport : tout le monde sait que les États et les individus au pouvoir veulent votre bien. L’Histoire l’a amplement prouvé, surtout au XXe siècle. Quant à imaginer que ce passeport servira ensuite à collationner vos comportements de tous types, notamment en ligne, et à en déduire votre capacité d’emprunt ou votre crédit social comme le fait actuellement le gouvernement chinois, il n’y a qu’un pas que seuls font les vilains complotistes.

Oubliez, vous dis-je.

Comme vous devez d’ores et déjà oublier l’idée saugrenue qu’il puisse un jour exister des camps d’isolement pour les contaminés : cette idée, bien que discutée au Parlement, ne verra jamais le jour parce que, on le sait, les idées aussi sottes que grenues ne voient jamais le jour en France.

Pas de camps, pas de passeport vaccinal puis comportemental, des confinements qui cesseront gentiment avec les séances de piquouses rapidement et bien organisées d’un vaccin sans effets secondaires notables, le monde d’après ressemble furieusement à ce monde d’avant auquel certains feignent de croire retourner.

Quelques surprises sont cependant possibles et il n’est pas invraisemblable d’imaginer quelques yeux pleins de larmes quand le monde d’après se concrétisera d’une façon pas tout aussi Bisounours que prévue.

Pour les autres, rappelons que les perspectives évoquées dans ce billet ne sont pas réjouissantes mais qu’elles ne sont pour le moment que ça : des perspectives. Peut-être est-il temps de s’assurer qu’elles ne restent que ça. Après tout, maires, députés et sénateurs ne sont jamais hors de portée d’un coup de téléphone. Ou plus.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (59)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (59)
  • Vacciné avec une aiguille sous cutanée 25G (orange) comme sur l’illustration.

    • arrêtez avec ça, vous décrédibilisez les vrais raisons de ne pas se faire vacciner.
      Quel est l’intérêt de mettre des foutus nanopuces 5G dans le sang des gens pour les suivres quand de toute façon il ne se séparent plus de leur foutus smartphone ?

      • Il y a un protocole, et le vaccins Pfizer s’injecte en intra musculaire. Déjà, sur le guide du ministère, il explique comment faire une intramusculaire à des soignants, mais en plus ils se trompent, demande de pincer la peau qui est la méthode pour les sous cutanées, et en plus ils demandent de mettre des aiguilles 23/25G qui sont pour la 23G pour les IM enfants ou SC.
        C’est vrai que cela aurait été plus simple de faire des doses unitaires avec des aiguilles déjà montées par le fabricant comme c’est l’habitude.
        Vous allez dire que je pinaille, que le muscle deltoïde n’est pas profond, mais cela fait désordre.

      • blague à part, on peut suivre les gens…être suivi ne devrait pas poser de problème..
        il ya des commères qui suivent leur voisinage mais elles n’ont pas de moyen de faire plus de dégât autrement que sur la réputation..

        la vraie trouille est l’acceptation de lois liberticides..la technologie evite juste des frais de personnel

  • La totale inefficacité de la logistique publique n’est pas étonnante du tout. Les gens croyant que cette fois ça allait être différent et parfaitement organisé, ça c’est très étonnant.
    Comment peut-on croire que les ânes aux commandes, qui enchaînent bévue sur boulette depuis le départ, allaient miraculeusement se mettre à être compétents et efficaces ?

    Les enfants croient au Père Noël, les adultes votent.

  • Que des propos complotistes dans cet article ! 😀

  • J’espère qu’ils prévoiront suffisamment de pages dans le passeport sanitaire : il faudra peut-être se vacciner tous les 6 mois pour s’immuniser contre les virus mutants ! À moins que le printemps 2022 n’apporte une solution… plus radicale.

  • AMHA, le fait de laisser planer le doute sur la contagiosité potentielle des vaccinés relève effectivement de la volonté de vouloir continuer à emmerder les français avec confinements, couvre-feux, masques et tout le toutim! Par contre, on pourrait demander où est la logique là-dedans? On nous incite fortement à la vaccination en prétendant le contraire, on ostracise les réfractaires à la vaccination, ce qui est idiot, vu que vacciné= sans risque d’attraper la maladie et non vacciné=on prend le risque. Donc vacciné, contagieux ou pas, est-ce que ça change quelque chose pour les non vaccinés?

    • Le fait de laisser planer le doute sur la contagiosité potentielle des vaccinés ne fait que refléter le doute raisonnable sur les vaccins actuellement proposés : les études cliniques ont été faites en mode « accéléré », ce qui ne permet par définition pas de répondre à quelques questions complémentaires comme : « le vaccin évite-t-il de devenir diffuseur du virus » ou « quelle est la durée de la protection ». Vous pouvez lire ici pour plus d’informations (a priori pas trop complotistes) : https://www.vidal.fr/actualites/26382-vaccin-moderna-c-est-la-meme-chanson-que-le-vaccin-pfizer-biontech-avec-quelques-bemols.html

      Après, le fait que ce doute profite bien au gouvernement dans leur politique actuelle me semble évident.

      • Les études ont été faites en accéléré parce que la pandémie est là et que des gens meurent. Ce n’est pas une fois qu’elle sera terminée qu’on aura besoin des vaccins. Il faut au moins 5 ans en temps normal pour les commercialiser!

        • Et on a aucun traitement ? Bizarre ces millions de gens qui guérissent miraculeusement !

        • @Virgile
          Bonsoir,
          « Il faut au moins 5 ans en temps normal pour les commercialiser! »
          C’est aussi le temps qu’il faut pour le mettre au point. C’est étrange qu’un vaccin arrive un an après l’apparition d’un virus pandémique mortel à 0,5%. Avec un peu de complotisme, on pourrait croire que Pfizer, Moderna, et les autres, savaient sur quel genre de virus travailler.

          • Ce qui est le cas, les coronas virus sont connus entre le MERS et le SARS-COV1, les labos avaient déjà travaillés dessus et avaient déjà identifiés le protéine de surface pouvant servir pour la création d’un vaccin. Sauf qu’à l’époque, ces épidémies s’étaient éteintes d’elle-même et que les financements étaient moindre, entraînant l’arrêt des programmes de recherche.

            Donc quand le COVID-19 est arrivé, les différents laboratoires ont pu se baser sur leurs précédentes recherches et gagner un temps précieux.

      • Le doute « même raisonnable » signifie en fait que l’on ne sait rien, et que l’on n’a pas suffisamment d’informations vérifiées et fiables pour se faire une opinion valable, donc la prudence s’impose. Si le gouvernement sème le doute, c’est sans doute en espérant que les vaccinés qui auront des effets secondaires +/- indésirables (voire graves) ne viendront pas porter plainte. Une information « complotiste » ça n’existe pas, c’est une fake news ou pas, point.

      • Faut stopper avec ces fake news, le vaccin n’a jamais protégé que le vacciné, c’est sont but. Et bien entendu un vaccine est bien moins contagieux qu’un non vaccine. Voilà la vérité. Une autre vérité et que plus de 90% de la population n’a que faire de ce virus aussi banal que la grippe.

    • arme à double tranchant ..

      De façon générale le gouvernement n’a jamais était clair sur la communication de ses objectifs , il produit de la frustration..

    • Si je puis apporter ma petite remarque… La prudence sur le vaccin protégeant de la contagion est purement scientifique.
      On a par exemple des vaccins très connus comme ceux contre la diphtérie ou la polyo qui ne protègent que contre la maladie. On peut alors être porteur sain : on ne développera pas la maladie mais on pourra transmettre le virus ou la bactérie, si on croise ultérieurement sa route.
      Face à un nouveau vaccin, il est assez facile de déterminer s’il est efficace contre la maladie, beaucoup moins de savoir s’il l’est contre la contagion.
      Ceci étant rappelé, et même si le vaccin ne protège que contre la maladie : si on ajoute les 50 % de gens qui accepteront de se fair vacciner, les 10 % de gens qui ont eu le Covid et qui sont probablement protégés des formes graves, plus tous ceux qui ont déjà croisé la route d’autres coronavirus (immunité croisée), on dépassera largement le seuil de l’immunité collective, estimé à 60-70 % pour cette maladie…

      • Pour le polyo, il existe deux types de vaccins. Le premier est utilisé dans les pays où la polyo n’existe quasiment plus (comme en France) et où le risque d’épidémie est inexistant, le but du vaccin est donc d’éviter de contracter la maladie.
        Le deuxième vaccin, qui est orale, a vocation à limiter la propagation de la maladie et il est plutôt utilisé dans les pays où la polyo est encore bien présente.

        Pour le vaccin contre le covid, l’un des principaux bénéfices (à mon avis) est d’éviter les formes graves pour limiter l’engorgement dans les services hospitaliers (sans parler des séquelles pour les personnes passant par la case réanimation/hospitalisation).

        Pour la contagiosité, je me demande comment cette dernière peut être mesurée… charge virale excrétée par la personne ?

        • @Eric
          Bonsoir,
          « Pour le vaccin contre le covid, l’un des principaux bénéfices (à mon avis) est d’éviter les formes graves pour limiter l’engorgement dans les services hospitaliers (sans parler des séquelles pour les personnes passant par la case réanimation/hospitalisation). »
          Pas besoin de « vaccin » pour ça : l’IHU a un protocole.

          • Sauf que ce protocole n’est appliqué par personne car il n’est pas efficace, seul l’IHU de Marseille semble l’utiliser.

  • Il va être particulièrement croustillant d’observer les pays vaccinant le plus, en particulier un petit pays. Nous serons fixés dans moins d’un mois.
    Il y aura peut-être un peu moins de cas graves, ou pas, le virus ayant muté.
    Quitte ou double.

    • Il y aura peut être moins de cas graves…. Si ils le décident, il n’y en aura plus de cov mais d’autres choses plus communes mais si cela arrive comment feront ils pour payer leurs dettes et justifier les tonnes d’euros en bois brûlées pour le Cov ?

    • Il est assez probable qu’il y aura moins de cas graves, même si le virus a un peu muté.
      Pourquoi ? Il y a eu très peu de cas de reinfection au covid, en deuxième vague, même avec un virus ayant muté, et les très rares cas ont été quasi tous plus bénins la seconde fois…
      D’autant que l’immunité croisée (par des coronavirus bénins) est validée par la communauté scientifique (cf rôle des lymphocytes T, qui ne garantissent pas l’immunité totale, mais empêchent les formes graves)…

    • Il y aura moins de cas graves si le gouvernement le décide ! Et ça sera évidemment grâce à leur gestion parfaite de la crise !

  • Je sens venir un doux parfum de trafic de faux certificats de vaccination. Non seulement, ces certificats seraient incroyablement liberticides mais en plus ils iraient enrichir ceux contre qui Msieur Darmanin tente désespérément de lutter au jour le jour (enfin à ce qu’il paraît).

  • Je veux bien de la dernière piquouse mais c’est interdit par la loi, l’homme moderne doit expier de ses péchés de gourmandise.
    M’enfin, si l’ue décide des vaccins c’est bien pour empêcher qu’on culpabilise les gvt de ne pas avoir assez de vaccins et leur permettre de confiner jusqu’à la fin des temps. Ils ont même une excuse pour le faire avec la contamination possible même vaccine, estampillé par la science.

  • ce qui me frappe depuis le début reste que UNE seul chose semble raisonnable: faire comme les autres..
    on doit tous avoir peur du virus.. interdit de relativiser..

    on doit tous être d’accord pour accepter l’idée d’action gouvernementale, oh les vilains suédois..

    on doit accepter les objectifs gouvernementaux..
    on doit prendre les chiffres comme valides..

    c’est même plus prendre les gens pour des cons c’est obliger de penser comme un con..

    • Le peuple ne pense plus depuis longtemps, les médias pensent à sa place.

      • non désolé.. si les médias pensaient à leur place le gouvernement aurait un soutien massif sur cette histoire de covid..

        • Mais le gvt a justement un soutien massif ! Où voyez-vous la moindre résistance ? Tous masqués même dans les rues vides !

          • Les Shadoks toujours, encore et encore: « Il vaut mieux pomper même s’il ne se passe rien que risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas ». Ils nous pompent l’air et nous pompons ( pour éviter la prune à 135€ évidemment!)

      • il ya un paradoxe évident , c’est que ce que vous dites doit être le résultat du bourrage de mou aussi.. ou bien vous expliquez qui est peuple dont vous parlez et dont vous vous excluez.

        • Je m’exclue parceque je ne lis pas les journaux ni regarde la télé sauf pour en chercher les failles ou en extraire le peu de vérité qu’on peut y trouver.. Je viens de regarder cnews, bah comme toutes ces télés, y a à boire et à manger faut faire le tri quand tu n’as que soif d’infos mais pas prêt à manger n’importe quoi.

  • La comparaison avec Amazon, champion de la logistique et du SAV, est particulièrement pertinente.
    Si on avait eu au ministère de la Santé, des tas de petits Bezos, voire même un seul à la place de Veran, la France ne serait pas devenue la risée du monde occidental. Pourtant auto-proclamée Grande nation, on n’a pas su sortir à temps notre propre vaccin. Et on est infoutu de distribuer celui des autres…

  • Pour le passeport, il parait évident que de toute façon le vaccin sera nécessaire pour arriver dans certains pays, en particulier par avion. D’autant qu’il existe déjà un carnet « Certificats internationaux de vaccination » sous l’égide de l’OMS, qui était très utilisé jusqu’à récemment (moins depuis que le vaccin de la Fièvre Jaune n’est plus obligatoire). Les voyageurs aériens internationaux savent bien que dans beaucoup de pays, on passe à l’arrivée non seulement à l’Immigration et à la Douane (et à l’Agriculture aux US), mais également à la Santé. Les pages 28 à 31 sont disponible sur le carnet pour les « autres vaccinations » non définies.

    • Ce n’est pas pas impossible, mais ce serait un peu fort de café. Le vaccin contre la fièvre jaune, dont la létalité est plus de 20 fois supérieure à celle du Covid, est seulement conseillé quand on se rend dans certains pays.
      Très peu de pays imposent des vaccins obligatoires pour fouler leurs sols.
      Espérons qu’il en sera de même une fois que cette hystérie collective sera terminée.
      Certaines compagnies aériennes pourraient éventuellement l’exiger, mais j’imagine qu’une instance supérieure mettra les choses au clair, pour éviter qu’elles ne fassent n’importe quoi.
      Quand au « passeport vaccinal » national, qui créerait de fait une France à deux vitesses entre les vaccinés qui pourraient aller, par exemple, au resto ou au ciné, et les autres, je ne sais même pas si l’affaire serait constitutionnelle. Au demeurant, avec notre Histoire, je doute que la création de ce genre d’Imweis rencontre beaucoup de succès dans la population (euphémisme)…

      • @Jérémy Lapurée
        Bonsoir,
         » je doute que la création de ce genre d’Imweis rencontre beaucoup de succès dans la population (euphémisme)… »
        Dans la population, c’est possible qu’elle ait du succès. Sur les sièges dorés de la République, c’est sûr.

  • La France outragée, confinée, ruinée, mal dirigée, ridiculisée

  • L’immunité de groupe autrement que par la vaccination suppose un grand nombre de personnes contaminées et survivant. Ce qui veut dire aussi un certain nombre de personnes décédant, après avoir encombré les hôpitaux. Moralement et politiquement inacceptable. Boris Johnson a essayé. Il a dû renoncer.

    • C’est déjà le cas. Pas mal de monde l’a déjà eu même sans le savoir.
      C’était mon cas ainsi que toute ma famille. Zéro mort.

    • Boris Johnson n’a rien essayé… il a vaguement parlé de le faire une semaine puis a confiné. On se demande pourquoi. Il y a de quoi devenir complotiste et se demander qui sont ses vrais patrons (et par suite ceux des autres qui utilisent plusieurs fois les confinements qui ont pourtant été démontrés inutiles -voire nuisibles- par la science).

  • Pan sur le bec !
    « un peuple pétri d’intelligence qui ne croit jamais ». Pour le coït, c’est un autre problème…

  • @h16 merci pour cet article éclairant, notamment sur l’incapacité chronique du gouvernement à organiser les choses.

    Je voulais juste mettre en perspective votre lien sur le Professeur Caumes, concernant le vaccin, ce dernier est revenu sur ces premières déclarations une fois les résultats des études publiées : https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-rassure-par-les-resultats-du-produit-pfizer-eric-caumes-se-fera-finalement-vacciner-14-12-2020-8414150.php

    (ce qui démontre bien le fait qu’il soit un scientifique, modifiant ses avis en fonction des données disponibles et de leur fiabilité).

  • Cela fait des mois que je me demande quand des lieux d’isolements seront mentionnés. Merci de l’avoir mis en lumière.
    Dire qu’ils sont en train d’oser en discuter ! Tssss.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jacob Sullum.

 

Twitter a récemment annoncé qu'il n'appliquerait plus son interdiction des "fausses informations liées au Covid-19", une catégorie définie de manière floue allant des affirmations de faits manifestement fausses aux déclarations vraisemblables ou vérifiables jugées "trompeuses" ou contraires aux "conseils de sources faisant autorité en matière d'information sur la santé publique mondiale et locale".

Le changement de politique remarqué pour la première fois par les utilisateurs environ un mois après... Poursuivre la lecture

Comment traiter une information à l’heure où des cataractes de données jaillissent en continu des réseaux divers ?

À la manière des scientifiques et selon les préceptes de Popper : une information est exacte ou fausse ou indéterminée. La source et le messager n’ont qu’une influence annexe. Oublions-les.

C'est faux parce que :

vous n’êtes pas un professionnel de la question le meilleur médecin du monde a dit l’inverse l’OMS n’a pas validé parce que la revue Bidule dit le contraire…

 

On n’entend que cela, on ... Poursuivre la lecture

Il ne fait pas bon de dire les choses.

La toute nouvelle Première ministre de l’Alberta au Canada, Danielle Smith, a osé affirmer que les non-vaccinés au covid avaient été gravement discriminés : « (Les non-vaccinés) ont été le groupe le plus discriminé que j’aie jamais vu de toute ma vie. » La parole se libérerait-elle, à l’heure de la décision importante et salutaire de la chambre disciplinaire du Conseil de l’Ordre des médecins d’Île-de-France du 22 octobre en faveur du professeur Christian Perronne ?

Elle fut rapidement remb... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles