Convention climat : le rétropédalage réaliste d’Emmanuel Macron

Les propositions de la Convention climat avaient été applaudies par les militants et les ONG pour leur radicalité technosceptique et leur « innovation » fiscale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Conferencia de Prensa - Presidente Emmanuel Macron - Día 2 By: G20 Argentina - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Convention climat : le rétropédalage réaliste d’Emmanuel Macron

Publié le 14 décembre 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Ce lundi vers 17 heures, Emmanuel Macron rencontrera les membres de la Convention citoyenne pour le climat afin de rendre ses derniers arbitrages avant le vote de la loi climat qui devrait voir le jour fin janvier.

L’échange promet d’être tendu. Depuis l’interview que le président de la République a donnée à Brut, de claires dissensions sont apparues entre les conclusions de la Convention et les ambitions présidentielles.

Alors qu’en juin, à la sortie de la crise des Gilets jaunes, Emmanuel Macron promettait d’adopter ou de soumettre à référendum la plupart des propositions de ladite convention, il a aujourd’hui pris ses distances avec certaines d’entre elles, en particulier le moratoire demandé sur la 5G.

Les membres de la Convention déplorent le manque d’ambition de l’exécutif face au réchauffement climatique, mais l’exécutif a-t-il eu un jour la volonté réelle de régler son pas sur celui de ses 150 contributeurs ? Le déroulement du calendrier politique du président de la République soulève des interrogations légitimes sur ce qui apparaît comme une opération de communication qui est en train de se retourner contre le parti présidentiel.

Convention climat : une légitimité contestée depuis le début

La Convention citoyenne pour le climat voit le jour immédiatement après la lourde défaite de LREM aux élections municipales qui se sont tenues entre le 15 mars et le 28 juin. Incapable de s’implanter localement, le parti présidentiel a été sanctionné pour sa gestion chaotique des crises successives qui ont secoué le pays, en particulier celle des Gilets jaunes, où il est apparu comme autoritaire et antipopulaire.

Face au parti présidentiel, l’écologie politique connaît un succès d’estime en s’implantant dans quelques grandes villes comme Bordeaux ou Lyon ou en bousculant l’élection à Paris ou Lille.

C’est alors qu’apparaît cette convention, qui se présente comme une « expérience démocratique inédite » ayant pour mandat de « définir une série de mesures permettant d’atteindre une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à 1990) dans un esprit de justice sociale ».

Se présentant comme faisant suite à un Grand débat organisé à l’origine contre la pression fiscale verte dirigée contre les classes populaires, elle finit par encore plus de pression fiscale et d’idéologie écologiste.

Certaines voix se sont élevées pour dénoncer un travestissement de la démocratie pour asseoir la légitimité des décisions du gouvernement, en particulier en matière de fiscalité verte.

Pourquoi inventer un nouvel aéropage d’individus tirés au sort alors qu’existent déjà des instances démocratiques classiques ? L’exécutif cherchait-il à masquer le désaveu de la rue comme des urnes en lançant un contre-feu médiatique qui aujourd’hui lui revient dans la tête comme un boomerang ?

Des propositions radicales

Les propositions de la convention avaient été applaudies par les militants et les ONG pour leur radicalité technosceptique et leur « innovation » fiscale. La tonalité anti-capitaliste générale qui s’en dégageait avait été accueillie avec bienveillance par le gouvernement, elle l’est moins depuis que sa mise en application se profile à l’horizon.

Pour certains, la convention n’allait pas assez loin, et la question de l’énergie nucléaire n’était pas posée. Le discours de l’exécutif serait-il en train de changer ? Il semblerait que tout en restant à l’écoute des utopistes écolos, le président de la République ne souhaite pas amorcer la transition énergétique sans s’appuyer sur les outils indispensables de la technologie et du marché. Espérons que ces déclarations ne soient pas, à leur tour, des éléments de communication visant à séduire.

Voir les commentaires (33)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (33)
  • L’écologie doit passé par le progrès technologique et scientifique, ça ne peu pas être autrement.

  • Même s’il rétropédale un peu, il restera un nombre excessif d’âneries de haut calibre.

  • Ce n’est certainement pas le moment de se préoccuper d’écologie alors que le pays est en ruine. Sans doute le moment de faire du trumpisme, suppression des réglementations tueuses de pib, diminution des impôts etc et évidement sortir de cet accord climatique tueur de nations et sans influence sur le climat.

    • D’autant que même si la France produisait autant de CO2 que la polluante Allemagne (vive le charbon et le gaz) , cela ne changerait strictement rien à l’équilibre thermique de notre planète.
      La moindre petite éruption solaire fait bien pire que l’homme.

  • Cyril Dion l’un des trois garants chargés « d‘assurer l’indépendance des travaux de la convention, en veillant notamment au respect des principes d’impartialité et de sincérité »
    

– Indépendance des travaux…
    Par rapport à qui et à quoi ?

    – Impartialité…
    Assurée par un fervent de l’écologisme, et qu’il ne faudrait pas considérer « en même temps » comme juge et partie ?
    Mascarade ! 😈

    • « Cyril Dion est un écrivain, réalisateur, poète et militant écologiste français »
      Le niveau ZERO de la science.
      Un idéaliste pur sucre qui ne peut qu’apporter le malheur mais certainement pas la connaissance. Au mieux un perroquet des écolos alarmistes.
      Pourquoi les plus nuls se croient ils, souvent , obligés de sortir de leur domaine de compétence (La poésie en l’occurence, et faut il encore qu’il soit talentueux dans ce domaine) ?

  • La convention climat répond aux défis de nos problèmes sur la planète. Écoutez, prenez le temps et analysez cette aprésentation !

  • Effectivement les Gilets jaunes s’opposaient au 80 km/h et à la taxe carbone et la CCC, censée résoudre cette plus grave crise sociale depuis des decennies, propose aux Francais de rouler à 110 sur autoroute et de mettre en place quantité de nouvelles taxes…
    Il y a comme un défaut !
    Je souhaite, comme vous, que Macron retrouve vite la voix de la raison.
    Mais j’ai quelques doutes quand je constate que sa ministre de l’Ecologie propose d’étendre les Zones à circulation restreinte à toutes les villes de plus de 150000 hab, soit 35 de plus que la vingtaine prévue initialement.
    Près de 30 % des véhicules devraient y être interdits de circulation !
    La fièvre jaune n’est pas près d’être stoppée. Au contraire !

  • Dès lors que l’on constate que le dispositif n’est pas démocratique et même est peut-être illégal on clos les débats et on reprend tout en respectant nos règles démocratiques avec des remerciements chaleureux pour les participants en leur précisant bien qu’ils n’ont aucune légitimité !!! Est-ce trop simple pour nos technocrates ????

  • « nouvel aéropage » écrivez vous. Plutôt : « nouvel aréopage ». Macron balance entre réalisme et démagogie envers les courants « écologistes ». C’est compliqué pour lui de faire plaisir à tous les Français à la fois.

  • La crise (mal gérée) du Covid a fait revenir sur le devant de la scène l’intérêt du plastique !!!
    Bizarrement plus personne n’en parle !!!

  • J’ai entendu une des « expertes » ayant pour tâche de cornaquer les citoyens de la convention sur le climat affirmer que la pandémie actuelle (qui est probablement une zoonose) était bien la preuve que nous empiétons trop sur le monde vivant et que nous le déstabilisons.
    Donc selon elle, avant l’ère moderne, il n’y aurait jamais eu de zoonose.
    Avant l’ère industrielle il n’y aurait jamais eu de peste, rage, tuberculose, maladie de Lyme, entérite à Campylobacter, Brucellose, Leptospirose, Listériose, anthrax, Ornithose, ravageur, Psittacose (ornithose), salmonellose, tuberculose, Tularémie, Fièvre Q (grippe des Balkans), Entérite à Campylobacter, Bartonellose, maladie de Lyme, Brucellose, La leptospirose, Listériose, anthrax, Ornithose, ravageur, Psittacose (ornithose),Variole du singe, Alkhurmavirus, Virus de la forêt de Barmah, Buffalo pox, Virus de l’encéphalite de Californie, Fièvre Chikungunya, Fièvre de tique du Colorado, Encéphalomyélite équine orientale Fièvre Ebola, Virus de l’encéphalomyocardite, Syndrome du lièvre brun européen, Virus de la fièvre jaune, Virus Hanta, Herpès B, Hendravirus Virus de l’hépatite E, Rotavirus humains Virus de l’encéphalite japonaise Virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo,clavelée,Virus Kyasanur-Forest, Virus de la Crosse, Virus de Lassa, Virus de la maladie de Louping, Chorioméningite lymphocytaire, Virus de Marburg, Virus de la fièvre aphteuse, Virus Menangle, MERS-CoV, Encéphalite de Murray Valley, Virus de la maladie de Newcastle, Norovirus, Virus Orf, Pseudo cowpox, Virus de la fièvre de la vallée du Rift, Virus de la rivière Ross, SRAS,SRAS-CoV-2 [6],Grippe porcine, Virus Sindbis, Virus de l’encéphalite de Saint-Louis,Virus Tahyna, Virus Tanapox, Virus de l’ encéphalite à tiques, rage, Virus de l’encéphalite équine vénézuélienne, Virus de la stomatite vésiculaire, grippe aviaire, Virus de Wesselsbron, Virus du Nil occidental, Virus de l’encéphalomyélite équine occidentale.

    Ils les ont choisi comment leur experts?

  • Rétropédalage ??????
    Et l’annonce du référendum c’est quoi, une suite d’en….des comme le principe de précaution.
    Nous nous sommes tous fait avoir par les verdates, c’est le début de l’ouverture au fascisme verdate.

    • ouaip j’ai pas eu le temps d’écrire un commentaire dubitatif…

      notez un chose..la réalité s’impose… il peut pédaler comme il veut.

      ils mentent… c’est tout…se passer de pétrole est s’appauvrir…ils ne pourront pas le cacher.. là ils causent…au moment d’agir la réalité s’impose..

  • Un referendum pour inscrire l’écologie dans la constitution?
    Une ineptie motivée par un ego démesuré, une incompétence crasse et une quasi violation de ladite constitution.
    Comment quelques citoyens manipulables et/ou choisis pour leur tropisme écolo peuvent-ils décider pour la population avec la complicité d’un président,
    Ce dernier utilisant la constitution pour des motifs électoraux sans considération pour les conséquences de son acte.
    Le principe de précaution n’a-t-il pas servi de leçon?
    Macron mérite la haute cour et sa destitution.

    • il faut le vote de l’assemblée…puis un réferendum et si les gens sont assez stupides pour cela..

      une remarque, en accord avec la théorie, en en se bornant au CO2, la France n’a pas les moyens de jouer sur le climat globale d’une façon qui soit même mesuranle…

      je suis curieux de savoir sur quoi il va nous faire voter…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le pass sanitaire est devenu à la politique française ce que le sparadrap est au capitaine Haddock. Malgré tous les efforts du monde pour s’en défaire, il revient sous d’autres formes, à croire que le gouvernement cherche à l’imposer, quoiqu’il en coûte.

Le projet de loi qui sera présenté le 11 juillet portant sur le maintien d’un dispositif de veille sanitaire contre le covid comporte deux grands axes. Le premier maintient jusqu’au 31 mars 2023 les traitements informatiques SI-DEP et Contact Covid, le second laisse la possibilité au g... Poursuivre la lecture

Stade de France Darmanin délinquants
5
Sauvegarder cet article

Gérard Darmanin nous refait le coup : il ne fait rien, envoie des policiers au casse-pipe pour arrêter des gens qui vendent des choses que personne ne vous force à acheter, et il vous explique que grâce à ça, et donc implicitement grâce à lui, vous vivez dans une société plus sûre.

Mais la société est-elle plus sûre quand on pourchasse les dealers ? Rien ne le prouve mais Darmanin ne le sait pas. Et que puis que ne ferait-on pas pour chasser sur les terres électorales de Marine Le Pen et de LR ? En ce moment il semble qu’il y ait beauc... Poursuivre la lecture

Le 22 juin dernier, Emmanuel Macron proposait lors d’une intervention à l’Élysée une « coalition de gouvernement » ou le vote de « certains textes » aux oppositions jugées fréquentables par le groupe extrême-centriste majoritaire à l’assemblée.

Des socialistes à la droite LR, la réponse a été claire : ce sera non. Pas question de cautionner la politique de l’exécutif, qui se trouve dans une situation politique particulièrement difficile, marquée par l’impopularité et un splendide isolement face à la montée de deux extrêmes concurrents,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles