Au lieu de réformer, les politiques français s’en prennent aux GAFA

Si les activités économiques et sociales ont pu continuer durant la pandémie et le confinement qu’ils ont décidé, c’est grâce aux GAFA.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au lieu de réformer, les politiques français s’en prennent aux GAFA

Publié le 25 novembre 2020
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

« Les géants du numérique, ce sont aujourd’hui les adversaires des États », a déclaré, début novembre, au micro de Radio Classique, le ministre Bruno Le Maire. « L’un des plus grands défis du XXIe siècle […] c’est l’émergence de géants du numérique qui sont aussi puissants que des États, aussi puissants financièrement, aussi puissants technologiquement, aussi puissants en termes commerciaux », a expliqué le ministre de l’Économie.

« Ce combat, nous le gagnerons », a assuré Bruno Le Maire pour qui « la question de la lutte contre les géants du numérique est une question pas simplement économique, elle est aussi politique, sociale et financière. »

Démanteler les GAFA ?

Il y a quelques jours, le 14 novembre dernier, Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France et candidat aux élections présidentielles de 2022 a, lui aussi, publié un tweet rageur dans ce sens : « On savait que Google dépensait des millions pour défendre son monopole contre l’intérêt général… Pour défendre notre démocratie et notre économie, il faut démanteler les GAFA ! »

Signe d’impuissance ? Troubles compulsifs ? Comment qualifier ce comportement de nos politiques ? Car dans les autres pays, il n’y a pas autant de haine ouvertement affichée. D’ailleurs, au niveau européen, toujours pas de réelle entente sur la taxation des GAFA et les réglementations à mettre en place.

De la part de nos politiques, on ne devrait pas être trop étonnés. Incapables de réformer un pays au bord de la faillite, ils ne savent que dépenser plus et saigner en permanence le contribuable français. Ce n’est pas un hasard si la France est championne du monde des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires. Ces politiques devraient avoir en tête un fait extrêmement important.

Les services que rendent les GAFA

Si les activités économiques et sociales ont pu continuer durant la pandémie et le confinement qu’ils ont décidé, c’est grâce aux GAFA. Si nous avons pu continuer à travailler, c’est grâce aux réseaux sociaux inventés et mis au point par ces entreprises numériques, grâce au travail en ligne que permettent leurs technologies.

Ces GAFA emploient aussi directement des dizaines de milliers de personnes. Amazon ce sont presque 10 000 employés rien qu’en France. Les sous-traitants des Big Tech se comptent par centaines, voire par milliers. Ce qui signifie que les emplois indirects représentent des centaines de milliers de personnes. M. Bertrand devrait d’ailleurs savoir que la société française OVH basée à Roubaix, dans les Hauts-de-France, emploie presque 3000 personnes et qu’elle a un partenariat solide avec… Google.

Il faudrait peut-être que nos politiques essaient au moins de réfléchir un peu plus avant de s’exprimer. Et s’ils parlaient moins et réformaient plus ? Enfin.

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • « Les géants du numérique, ce sont aujourd’hui les adversaires des États » une telle formule exigerait une explication de texte..
    Les états ne sont ils pas parfois les « adversaires de leur population? ou au moins d’un bonne partie de celles ci?

    Sinon adversaire désigne un combat? quel est il? sur quoi porte t il?
    les libertés individuelles? économique? le pouvoir d’achat?

    • La quasi-totalité des hommes politiques regardent le doigt pas la lune, alors à l’évidence ils n’arriveront jamais à raisonner avec justesse . . . .

  • « Les geants du numérique sont les adversaires des Etats », phrase étonnante alors que Facebook qui ne suit pas la doctrine officielle qui est celle de l’ètat Français.

    • Un mot a sauté : Facebook censure tout ce qui….

    • L’état français est d’ailleurs champion pour les demandes de censure sur facebook.
      Un article du parisien explique sans rire qu’il faut pondérer ce résultat inquiétant puisque l’Inde (1,3 milliards d’habitant), la Russie (144 millions) et la Turquie (82 millions) sont devant avec quelques milliers de demandes en plus…
      Ouf !

  • Cette gesticulation des politicards à l’encontre des GAFA me fait marrer: quand YouTube ou Facebook censuraient à tour de bras ceux (nombreux) qui promouvaient l’usage de l’HCQ, quand la « modération » sur les réseaux sociaux est déléguée, moyennant finances, à une poignée de médias tous sous la coupe de l’Etat ou de ses copains oligarques, on ne les entend pas beaucoup !
    Le pouvoir sait parfaitement s’entendre avec les Big Tech quand il s’agit de faire taire leurs opposants communs.

  • la  » puissance financière  » de l’état français , elle est plutôt en mauvais état ; pauvre le maire , il me fait presque pitié ;

  • Ils s’en prennent aux GAFA en façade,mais l’usine à gaz informatique créée par les ARS,et qui plante, pour les professionnels de santé qui doivent déclarer les résultats des tests Covid oblige de passer par l’Appstore …

  • Oh les politiques français savent parfaitement les services immense que les GAFA leur rendent : bouc émissaire et ce n’est pas rien vu l’ampleur de la tache.

  • Si les GAFA ont du succès, c’est parce qu’ils rendent des services que les gens apprécient.
    Ce que nous demandons à l’Etat c’est de rendre également des services qui sont de sa responsabilité: sécurité et protection des libertés.

  • il veut peut etre travailler chez Google notre Chère Bruno.
    Dans tous les cas ils sont à l’age de pierre du Numérique , alors avant qu’ils comprennent avec leur gros sabot de gaulois. Les GAFA ont 10 ans d’avance

  • Bertrand ferait bien de fermer sa gueule, lui le créateur du RSI qui a détruit une partie de l’économie française.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée aux excès de création monétaire et de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et donc ... Poursuivre la lecture

Il fallait s’y attendre. Chaque nouvel épisode de crise relance automatiquement la chasse aux « profiteurs » de crise. « Amazon se gave ! » lançait Roselyne Bachelot en novembre 2020, au cœur du débat sur les restrictions d’activité anti-covid. Vite, boycottons Amazon, taxons son chiffre d’affaires, ramenons de la sobriété et de la justice sociale dans ce monde de brutes ! Aujourd’hui même combat : haro sur le transporteur maritime CMA-CGM, haro sur le pétrolier TotalEnergies, haro sur tous les profits trop gigantesques pour être honnêtes.Poursuivre la lecture

La rentrée 2022 est véritablement cauchemardesque.

On rentre à peine de vacances, on ouvre les yeux en tremblant, et bim, l’inflation que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire ou la présidente de la BCE Christine Lagarde nous décrivaient au début du printemps comme un petit désagrément technique temporaire uniquement attribuable à la reprise post-covid puis à la guerre russe en Ukraine n’a pas eu le bon goût de s’assécher au soleil de l’été.

Tout au contraire, elle est toujours là, plus vigoureuse que jamais – 8,9 % en zone e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles