Au lieu de réformer, les politiques français s’en prennent aux GAFA

Si les activités économiques et sociales ont pu continuer durant la pandémie et le confinement qu’ils ont décidé, c’est grâce aux GAFA.

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

« Les géants du numérique, ce sont aujourd’hui les adversaires des États », a déclaré, début novembre, au micro de Radio Classique, le ministre Bruno Le Maire. « L’un des plus grands défis du XXIe siècle […] c’est l’émergence de géants du numérique qui sont aussi puissants que des États, aussi puissants financièrement, aussi puissants technologiquement, aussi puissants en termes commerciaux », a expliqué le ministre de l’Économie.

« Ce combat, nous le gagnerons », a assuré Bruno Le Maire pour qui « la question de la lutte contre les géants du numérique est une question pas simplement économique, elle est aussi politique, sociale et financière. »

Démanteler les GAFA ?

Il y a quelques jours, le 14 novembre dernier, Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France et candidat aux élections présidentielles de 2022 a, lui aussi, publié un tweet rageur dans ce sens : « On savait que Google dépensait des millions pour défendre son monopole contre l’intérêt général… Pour défendre notre démocratie et notre économie, il faut démanteler les GAFA ! »

Signe d’impuissance ? Troubles compulsifs ? Comment qualifier ce comportement de nos politiques ? Car dans les autres pays, il n’y a pas autant de haine ouvertement affichée. D’ailleurs, au niveau européen, toujours pas de réelle entente sur la taxation des GAFA et les réglementations à mettre en place.

De la part de nos politiques, on ne devrait pas être trop étonnés. Incapables de réformer un pays au bord de la faillite, ils ne savent que dépenser plus et saigner en permanence le contribuable français. Ce n’est pas un hasard si la France est championne du monde des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires. Ces politiques devraient avoir en tête un fait extrêmement important.

Les services que rendent les GAFA

Si les activités économiques et sociales ont pu continuer durant la pandémie et le confinement qu’ils ont décidé, c’est grâce aux GAFA. Si nous avons pu continuer à travailler, c’est grâce aux réseaux sociaux inventés et mis au point par ces entreprises numériques, grâce au travail en ligne que permettent leurs technologies.

Ces GAFA emploient aussi directement des dizaines de milliers de personnes. Amazon ce sont presque 10 000 employés rien qu’en France. Les sous-traitants des Big Tech se comptent par centaines, voire par milliers. Ce qui signifie que les emplois indirects représentent des centaines de milliers de personnes. M. Bertrand devrait d’ailleurs savoir que la société française OVH basée à Roubaix, dans les Hauts-de-France, emploie presque 3000 personnes et qu’elle a un partenariat solide avec… Google.

Il faudrait peut-être que nos politiques essaient au moins de réfléchir un peu plus avant de s’exprimer. Et s’ils parlaient moins et réformaient plus ? Enfin.

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.