Covid : d’autres solutions que le confinement ?

Pourquoi le gouvernement se prive-t-il volontairement, et nous prive également, de ce qui peut peut-être marcher contre le covid ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Ashkan Forouzani on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid : d’autres solutions que le confinement ?

Publié le 30 octobre 2020
- A +

Par Gérard Maudrux.

Notre Président a parlé mercredi soir. Les critiques seront nombreuses, c’est dans la nature des Français. La critique est aisée, l’action est plus difficile, et ici, je pense que personne n’aimerait être à leur place, moi le premier.

Notre ministre de la Santé s’est vertement adressé aux parlementaires cette semaine, en leur disant : « Vous critiquez, mais que proposez vous ? ». Il n’a pas tort.

Ayant aussi l’habitude de critiquer, mais aussi de proposer, ce qui est plus crédible, je vais essayer l’exercice, en amont, au risque de me faire critiquer moi aussi. Au niveau de la base, on n’entend que des anti-masques et anti-confinement, sans autre argument que celui de l’atteinte aux libertés individuelles, argument qui n’a rien de médical de la part de ceux qui acceptent bien les limitations de vitesse et le port de la ceinture, également atteintes aux libertés individuelles…

Pour pouvoir critiquer, ou saluer les décisions avant qu’elles ne soient prises et donc se faire critiquer aussi, jouons sur le bon sens, excusable en cas d’erreur. En bon médecin, je dirai qu’il faut un bon diagnostic, de bons traitements appropriés, et de bonnes explications crédibles pour que le traitement soit bien accepté et suivi, important ici quand ce sont les autres qui trinquent quand on boit.

Covid : savoir clairement où nous en sommes

  • D’abord arrêter de sortir des chiffres qui ne veulent souvent pas dire grand-chose. 54 000 positifs ? Mais combien de malades ? 500, 5000, 50 000 ? Cela change beaucoup de choses. Les médecins sont tenus de signaler certaines maladies, ils le font pour leurs patients, qui entrent dans les statistiques, mais ne vont pas rechercher ceux qui ont pu avoir été touchés sans le savoir.

Les médecins de ville, ignorés depuis le début, peuvent être un maillon important : ils sont obligés de télétransmettre leur activité chaque soir, ils peuvent y ajouter une ligne sur les malades, plus intéressant que les seules données purement biologiques et non médicales, collectées par les SS et ARS.

  • Ensuite le taux de positivité : malheur, il monte ! Mais pour moi, cette montée est plus un signe positif que négatif. En effet quand l’immunité collective (seule protection à ce jour) sera atteinte, si elle est de 60 %, le taux de positivité sera alors de 60 %. Il ne peut donc que monter, et c’est presque souhaitable pour en finir plus vite !

Quant au R0, que l’on affiche toujours bas, est-il crédible dans cette période de poussée exponentielle ?

  • Enfin pourquoi balancer comme hier, 523 morts, « chiffre le plus haut depuis mars », et repris par tous, sans expliquer que c’était 288, les 235 supplémentaires étant les décès dans les Ehpad, additionnés une à deux fois par semaine ? C’est le premier chiffre qui a été repris par la presse.

Il faut savoir où nous en sommes, et rien n’a été fait dans ce sens. Or, l’avenir dépend du nombre de contaminés à ce jour, tant qu’on n’a pas de traitement. Pour le savoir, un échantillon de 1000, 2000 personnes représentatives de la population (les organismes spécialisés savent faire), testées sérologiquement pour rechercher des anticorps, et on sait combien de personnes ont été atteintes, et on suit tous les 15 jours. Aujourd’hui nous sommes dans le brouillard, sans indicateur fiable.

Confiner : la solution de facilité

Ensuite confiner ? Confiner est efficace, c’est un frein temporaire, cassant la montée vers l’immunité collective, nécessaire en l’absence de traitement, sans l’arrêter. Cela étale le problème. C’est la solution de facilité quand tout le reste a échoué.

Sa justification aujourd’hui, c’est d’éviter la saturation des lits de réanimation, et c’est là qu’est le plus gros problème et le constat d’échec, j’y reviendrai. Surpris également par les médecins qui demandent de reconfiner, avant de demander d’abord de traiter. Nous sommes toujours dans la solution de facilité.

Enfin, je lis à droite et à gauche que le gouvernement a opté pour un confinement de un mois, avec maintien des écoles, lycées et collèges. Isoler les familles, je peux comprendre, mais envoyer les enfants à la pêche au covid pour les ramener dans les foyers familiaux confinés, où est la logique ? Logique d’énarques ou élucubrations journalistiques ? À suivre.

Le couvre-feu, pour fermer bars et restaurants ?

Le couvre-feu ? J’aime bien appeler un chat un chat. Quel est, quel a été le but, le résultat ? Fermer les restaurants et les bars. Le reste est anecdotique. Alors soyons francs et courageux, disons ce que l’on fait : fermons bars et restaurants, et laissons tous les autres tranquilles.

Ensuite après 15 jours, cela semble être un échec. Pourquoi ? Parce que bars et restaurants sont loin d’être la cause principale des clusters. Avec les brigades Covid, on sait où sont les causes principales, et c’est là qu’il faut agir, chaque fois avec une mesure adaptée : information, éducation, fermetures, aménagements…

Agir sur la six ou huitième cause en matière de fréquence, ne pouvait donner qu’un résultat discret. Passer de 21 à 19 heures ne changera pas grand-chose.

Couvre-feu le week-end ? Disons clairement les choses : interdire les rassemblements familiaux. En tant que citoyen, même si cela ne me plait pas, je m’en accommoderai pour un mois, si on m’explique pourquoi et quel est le résultat escompté, et qu’on laisse les autres activités tranquilles. Les mesures doivent être ciblées et expliquées.

Après ces considérations, plus ou moins critiquables, chacun peut avoir un avis différent, quel est le fond du problème et quelles sont les bonnes mesures ?

Trois axes : casser la croissance du virus, la réanimation, le traitement.

Quelles solutions face au Covid ?

Premier point : casser la croissance du virus. Je l’ai dit, cibler et traiter les origines de clusters, pas l’ensemble de la population.

Second point : la réanimation. C’est le cœur du problème actuel, et la seule justification louable du confinement, à savoir éviter d’avoir 100 % de lits occupés et d’avoir à refuser 10, 100, 1000, 10 000 patients.

Et là nous n’avons peut-être pas d’autre solution que celle de la facilité, le confinement. Pourquoi ? Parce que rien n’a été fait pour prévenir ce problème évident, connu, prévisible, redouté depuis des mois.

On a vu des Chinois construire en 10 jours des milliers de lits au top niveau, on n’en demandait pas tant, 6 mois au lieu de 10 jours. On a vu nombre de pays équiper en quelques jours des gymnases, des salles vides pour cause de Covid, avec box, lits, oxygène, appareils… En France, on n’a rien vu.

On a cru avoir des centaines de lits d’hôpitaux militaires déployables rapidement en catastrophe, on n’a vu que 30 lits, 10 jours de décisions, 10 jours d’installation.

Où sont passés les 10 000 respirateurs, commandés, annoncés par le Président pour mai ? Il parait que dans la ligne des décisions antérieures ils ne seraient pas adaptés. Des mois plus tard, nous en sommes au même point.

Dans ces conditions quoi d’autre qu’une mauvaise réponse : le confinement ? Et le problème, comme le disait Einstein : « vous ne résoudrez pas les problèmes avec ceux qui les ont créés ». Il y a des démissions qui se perdent.

Avec 10 000 lits, mobiles et réutilisables demain, on pouvait éviter d’envisager de reconfiner, repoussant la seule solution actuelle pour que l’épidémie s’arrête : l’immunité collective, en souhaitant que cette immunité ne dure pas si peu que la grippe saisonnière, sinon c’est râpé.

Problème de personnels ? On a eu 6 mois pour les former. Des services entiers ne tournent plus, le personnel de blocs opératoires et d’autres peuvent être formés en quelques jours, les chirurgiens, les cardiologues et d’autres peuvent faire un peu de réanimation avec quelques notions, sous l’autorité d’un médecin réanimateur bien entendu.

Un réanimateur responsable de 20 lits, peut en assumer 100 avec 10 assistants, même chose pour le reste du personnel. Pour faire la guerre, il faut former, mobiliser une armée, ne pas s’arrêter aux beaux discours politiciens, il faut agir sous peine de perdre la guerre. Même si ce n’est pas parfait, même s’il y aura des couacs, en période de crise, c’est mieux que rien, ce qu’on nous propose.

Et 10 000 lits de plus, dans ces conditions, auraient coûté 100 fois moins qu’un mois de confinement, et permis d’encaisser un non confinement et accélérer la phase d’immunité collective si nous n’entrevoyons pas d’autre solution.

Le vrai problème : le refus de traiter ce virus

Dernier point, le vrai traitement.

Ce qui me choque le plus dans cette affaire, c’est non seulement le refus de traiter le/la Covid, mais le refus d’essayer de traiter. Pourquoi empêcher les médecins de faire leur travail ? Pourquoi les empêcher de prescrire, sous leur propre responsabilité, en leur âme et conscience, en fonction des données médicales dont ils disposent, en accord avec leurs patients, de traiter ?

Dans nombre de pays, nombre de publications, pas toutes j’en conviens, on constate que cela permet de diminuer la charge hospitalière, ce qui est notre vrai problème. Voire, encore moins étudiée, la charge virale, source de contamination.

Nos autorités sont bloquées sur le traitement à l’hôpital, ignorant les possibilités avant. Pourquoi se priver, nous priver, volontairement, de ce qui peut peut-être marcher, quand on n’a rien d’autre à proposer ? En un mot, face à une maladie nouvelle, pourquoi ne pas faire confiance aux médecins que l’on a formés ? À quoi cela sert de les avoir formés ?

Sur le web

Voir les commentaires (137)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (137)
  • Je suis assez d’accord… Vous ne pointez pas cependant le vrai problème qui reste la confiance brisée de la population ( une bonne part) dans le gouvernement…
    Et je suis d’accord, au point où nous en sommes, en effet .pourquoi pas confinement..

    Le fait que ce soit le gouvernement qui VEUILLE apparaitre comme celui qui « décide  » produit une effet terrible, la critique n’ets pas nécessairement une critique envers la stratégie médicale et prophylactique qui, compte tenu de l’incertitude peut parfois échouer .

    D’ailleurs , il ya des incohérences notoires chez beaucoup de critiques qui fait souvent echo à l’idée qu’un autre gouvernement serait souhaitable. L’épidémie ne devient qu’un simple prétexte..

    Si une personne considère que le virus n’est qu’une simple grippe, il ne peut évoquer par exemple le caractère de péril exceptionnel pour s’abstenir la prudence habituelle pour valider un traitement.
    SI une personne a affirmé que la deuxième vague était une idée farfelue, il ne peut critique l’imprevoyance du gouvernement en lits dans les hôpitaux… etc… etc…

    Et normalement il devrait y avoir un débat intense entre critiques.. Il se produit ce qui se passe avec le climato scepticisme, du tribalisme. A savoir un critique dont la motivation est politique va se focaliser uniquement sur la critique du gouvernement et ne se souciera pas de critiques farfelues.. l ‘important est d’etre nombreux..
    C’est une stratégie d’ailleurs purement de type révolutionnaire. avec la cohérence idéologique des antifa..le but est de renverser les structures. mais structures renversées les critiques se retrouvent fortement divisés..

    Si on veut proposer donc, au point où nous en sommes rendus, je propose en premier, un retrait du gouvernement, une affirmation claire que la stratégie face à cette épidémie ne sera pas optimale. Si il faut une gouvernance, qu’elle regroupe des membres scientifiques en médecine, économie, épidémiologie, statistique et mathématique.. dont je présume qu’une des premiere mesure incontestables sera de se mettre en place un suivi épidémique valide!!! un conseil en somme, CONSEIL….
    Conseil dont les délibérations ont ouvertes, rendues publiques et permettant la critique si il oublie un point mais rapide et selon un protocole codifié , Il sera en conséquence modeste humble ,car nous ignorons encore l’ampleur sanitaire finale de ce covid..

    En gros : on conseille faire ça en espérant ça parce qu’on souhaite cela..
    Si il pense que la restriction de liberté est souhaitable, c’est lui qui la demande au gouvernement en expliquant les buts… En instant sur le fait que les contrevenants ne sont pas des criminels mais juste des gens quelque peu inciviques qui méritent au pire une amende.. Se comporter comme un médecin.. médecin qu’on écoute si on a CONFIANCE en lui..

    Et suppression du principe de précaution… Abandonner absolument le « quoi qu’il en coute »..

    Le fait est que le conseil scientifique actuel a servi de bouclier au gouvernement au moins autant que de conseil.. Je suis prêt à parier que le gouvernement n’a pas tenu compte surtout dans les dernières semaines des propositions du conseil et c’est d’aileurs pourquoi » on en est rendu là »…

    Beaucoup de gens incrédules gens ont besoin de voir des morts pour accepter les restrictions de liberté.. dans le cas d’une épidémie où 15 jours changent tout, attendre de voir les morts vous contraint aus mesures « radicales » car tardives.
    Restaurer la confiance en premier… repositionnement radical du gouvernement..qui signifie retrait.

    • tartine illisible, donc passez votre chemin si vous pensez que la forme prime le fond.

      • le dilemne de sacrifier de la liberté contre de la sécurité est déjà assez difficile à trancher a niveau individuel, alors au niveau collectif!! l u.. il ne faut pas lui ajouter le fameux « comment sauver la face des politiciens »…
        confiance et humilité.

      • Monsieur Lemière, vous qui écrivez sans ponctuation, vous êtes un grand expert en « tartine illisible » !!

        • monsieur idoin, que vous me lisiez une fois, c’est ma faute , deux fois c’est la vôtre…
          je vous ai répondu ..rien à cirer.. je n’en fais pas un exercice d’égo.
          de plus, par mon caractère je ne peux m’empêcher de remarquer que les remarques sur la forme sont souvent la conséquence de l’absence de réponse sur le fond.. les insultes aussi en général..

          et quoi demain? seul les lettrés auront voie au chapitre?

          Si je ne parle pas de moi, je peux vous assurer qu’il n’y pas de recouvrement entre la qualité de l’expression et sa pertinence..

      • savatencor célisible 😉

    • On a l’impression que Macron n’a aucune vision. Il est parti pour un confinement de 1 mois, mais c’est le début de l’hiver et des viroses respiratoires, donc il s’enferme (et surtout nous) dans une logique d’un confinement de 6 mois.
      Le pays ne s’en relèvera pas.. mais les énarques ont le le plus profond mépris pour l’économie, et pour les français.

      • moi j’en ai la quasi certitude…

      • Le pays ne s’en relèvera pas, mais les énarques n’en seront guère abaissés, alors…

        • Le gouvernement a peur de 2 choses :
          – ses bailleurs de fond (on a quand même eu droit au rechauffement climatique par castex hiers vers 19h40)
          -Son propre peuple

          On ne reviendra jamais en arrière

          Ils attendent le great reset orchestré par qq opportunistes

          • Peur de son propre peuple?
            Ah bon,70% des français sont pour le confinement…

            • Qui effectue les sondages ? Des médias aux ordres !

            • Franchement quand je vois toutes les réactions autour de moi, je doute beaucoup de la pertinence de ce sondage. D’ailleurs comme disait Winston Churchill: « Je ne crois qu’aux sondages que j’ai manipulés moi-même »

            • Moi je suis pour le confinement… des contagieux et d’eux seuls.

              • Ce qui revient à dire qu’il faudrait confiner le gouvernement et les médias ?

              • Mais pour identifier les non contagieux libres de circuler il faut utiliser des tests rapides et fiables qui existent mais ne sont pas approuvés par les autorités.

                • Tout à fait.
                  Il y a les deux volets, les tests rapides et fiables, et l’auto-confinement immédiat de ceux qui sont positifs. En France, on n’a ni les uns, ni l’autre, ni (en dehors de quelques marginaux comme vous et moi) personne pour s’en offusquer.

                  • Mais si, l’immense majorité de nos compatriotes accepterait un auto-confinement de 4 ou 5 jours pour laisser passer leur pic de contagiosité, et encore plus si l’auto-confinement était agrémenté d’une prime financière. La dicton affirme avec raison qu’on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre. Pour l’auto-confinement, c’est la même chose.

                    Encore faudrait-il leur fournir les résultats des tests en moins de 7 jours ouvrés, avant qu’ils ne soient plus contagieux pour la plupart.

                    C’est une erreur de propager le mensonge de l’irresponsabilité des Français. Il ne sert que les étatistes avides de toute-puissance.

                    • Ah mais si vous indemnisez les autoconfinés ça va faire exploser le nombre de faux positifs aux dépens du con-tribuable (attention au syndrome du cobra).

                      Et on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre
                      sauf les drosophiles …

                    • L’immense majorité des Français accepterait sans doute. La minorité restante, j’en doute, elle ferait la fête super-contaminatrice dans ses appartements avec l’argent de la prime (pris sur les impôts des vieux), « puisque nous on ne risque rien ». Et quand la semaine suivante ils rentreraient chez papa maman avec leur valise de linge sale, il se passerait ce qui s’est passé à la rentrée universitaire.

                  • À Marseille, ils ont des machines qui livrent le résultat en 20 mn.
                    Mais comme Raoult n’est pas loin, c’est caca.

            • A la question, « êtes-vous favorable au confinement ? », on obtient 60% de OUI.

              A la question « êtes-vous favorable à la fermeture des commerces non essentiels, des parcs et lieux de loisir ? », on obtient 70% de NON.

              Voilà comment, le plus simplement du monde, avec des sondages de pacotille et des sondeurs corrompus, on fabrique une opinion publique factice soi-disant favorable au pouvoir.

              Bien sûr qu’en théorie, la main sur le cœur, le premier réflexe humain est de « sauver le monde ». Mais en pratique, avec ses tripes, quand il faut passer à l’acte, ce n’est plus du tout la même chanson.

              • c’est aussi la différence entre un sondage et un vote : le premier n’engage pas, le deuxième un peu quand même.

            • Même 100 % vu qi’ils ont commandité un sondage à des suceurs de bites, ils n’en n’ont rien à fôutre c’est pour le decorum de la democratie representative, c’est comme les grenelles ou les pseudo referendum. Ça flâte les troupes et comble le vide narcissique des pervers. Good luck

          • Ben oui, pour le RCA, on sait que les virus prolifèrent à chaque coup de redoux.

          • Covid, RCA, nucléaire, pesticides …

            Même combat, même suicide, mêmes crétins.

      • Pas seulement les énarques. Le Conseil Scientifique aussi dont l’un des éminents membres, professeur de médecine, nous expliquait doctement (what else?) sur l’inénarrable BFMTV que l’économie était secondaire. Sans imaginer un instant que quand l’économie de la France s’effondrera (ce qui ne devrait hélas pas tarder), le haut salaire de ce médecin ne lui sera plus versé qu’en faible partie, que sa retraite suivra de même et que le système de soins de la France que ce monsieur prétend devoir être l’alpha et l’omega de la politique du pays, sera tombé au niveau de celui du Paraguay.

        • Bfmtv
          Le second porte-parole du gouvernement…

        • le conseil scientifique n’est que politique… C’est une escroquerie !

          • Alors l’idée même de conseil scientifique EST une escroquerie..

            Un savant sait, il ne vous conseille pas en science, il peut vous dire l’état des connaissances scientifiques .si vous lui demandez..

            C’est un véritable danger plus vaste que cette épidémie que cette usage de faire de savants des experts..

            mais ne vous y trompez pas..ça ne tient pas aux membres de ce conseil mais toute personne qui a accepté le poste s’est piégée elle-même..
            raoult a eu parfaitement raison.

        • il est médecin…mais c’est le président qui a dit quoiqu’il en coûte..
          oui pour un médecin le cout est « secondaire »..tant que le client paie.

          Dans le cas d’espece , je suis convaincu que c’est le gouvernement qui a choisi le confinement ( stratégie ultime et « facile ») pas le « conseil scientifique « pour la raison que beaucoup de gens sont rétifs et que des mesures plus efficaces et plus précoce qui aurait évité un débordement des hôpitaux n’auraient pas « convaincu » les rebelles en puissance..

          il faut un débordement, il faut des morts..et c’est même pas tout à fait faux..

      • Sauf à ce qu’il y ait une grosse contestation à l’annonce que Noël/jour de l’an soient supprimés. Là ce serait un renvoie dans les 22 pur et simple pour le gouvernement, et une léthargie complète jusqu’à l’énième semblant de démocratie qu’on appelle les présidentielles.

    • @jaques lemiere

      Ah que c’est beau un texte avec des majuscules et des paragraphes. Presque une oeuvre d’art.

      Si on vous l’achète, vous en produisez d’autres ?

      • Sérieusement alan, je n’aime pas l’ecriture, c’est une torture. J’ai par contre la faiblesse de ne pas savoir me taire quand on me dit ce que je pense être une connerie, voire parfois une imprécision..
        quand je lis « mort aux juifs… »et que mon seul moyen d’expression est la plume.. je ne commence pas par un préambule où je signale que le texte est bien écrit..
        i

  • La question est mal posée: ce n’est pas un problème sanitaire. En témoignent les chiffres de la mortalite générale, les contradictions, les mesures pour aggraver volontairement la situation, la censure etc…
    On peut trouver dans le passé, même proche, des idemies de grippe qui ont conduit à la saturation des hôpitaux… ou des morgues.
    Le problème sanitaire n’est qu’un narratif pour faire accepter une dictature prévue de longue date à la population.
    L’ennemi n’est pas le virus, mais Macron et ceux qui le commandent.

    • Belle démonstration d’une crise de paranoïa

    • « ce n’est pas un problème sanitaire. ».. votre réponse est subjective..
      sauf à dire que la grippe n’ets pas un problème que le débordement des hôpitaux ne sont pas un problème..

      je vous reconnais ce droit le plus strict.. parce que votre santé vous appartient..et je reconnais votre responsabilité avant la mienne pour vos être chers..

      pour moi c’est un problème « sanitaire », ça ne l’est plus vraiment à vrai dire, et que le gouvernement s’en mêle en est un autre..que la collectivisation de la santé force le gouvernement à s’en mêler un troisième..

      bon sachant que c’est pas le jour pour privatiser, mais par contre une excellente occasion de montrer aux gens que la collectivisation est liberticide à un point qu’ils ne se figurent pas, on fait quoi?

      pur vous c’est simple rien… si je comprends bien..et c’est tout à fait une « solution » envisageable à ce que je considère être un « problème »..

  • Entendu sur les ondes que si les pays d’Asie,hormis la dictatoriale Chine,notamment d’Asie du Sud-Est avaient réussi à maîtriser l’épidémie c’est parce qu’ils sont de tradition confucéenne.
    Nous nous ne sommes pas de tradition confucéenne nous sommes justes cons,trop cons pour appliquer ce qui marche.

  • Laurent Lenormand
    30 octobre 2020 at 7 h 59 min

    Je suis le blog de M. Maudrux depuis le début de cette affaire, avec beaucoup d’intérêt. Je souscris à ses arguments concernant le manque de lits d’hôpitaux et le refus criminel de laisser la médecine de ville traiter le Covid. Mais je ne peux pas être d’accord quand il écrit que le confinement est efficace (même comme mesure de facilité). Toutes les études ont montré que les confinements du printemps n’ont eu aucun impact sur la dynamique propre de l’épidémie, et que les pays qui n’ont PAS enfermé leur population ont eu un meilleur bilan que les autres.
    Le confinement est une aberration sanitaire, qui ne peut s’expliquer que par l’incompétence crasse des autorités, ou bien par des visées politiques cachées.

    • J’ai écrit « efficace temporairement. Il ne règle pas le problème, il l’étale et le repousse »

      • Sauf qu’en étalant le problème, le virus plutot que de consommer tout son réservoir d’hôtes rapidement va le consumer plus lentemement et on se retrouve à avoir un virus qui reste présent plus longtemps et qui amène le risque d’une seconde vague au moment de l’apparition de conditions météorologiques similaires.

      • Je suis d’accord avec tout ce que vous dites, mais je ne partage même pas la certitude que vous affichez sur le confinement ou la possibilité de tracer les clusters (une fois que le virus est répandu).

        On a tendance à déplacer le problème dans l’espace plus que dans le temps : on modifie les clusters. On regroupe les gens « en famille » où ils se croient « à l’abri » et donc toute « la famille » va contracter le virus – sans nécessairement être malade. (Et je mets des guillemet car à certains endroits, une famille est un immeuble ou une cité).

        En fait, en l’absence de données sur les sources de contamination, le confinement est peut-être aussi bien une façon d’accélérer la contamination et l’immunisation de groupe dans certains lieux. Au final on ne sait pas où on va, si c’est un bien ou un mal, mais on sait que c’est la solution la plus chère.

        • Et comme vous le rappelez, les seules statistiques valables serait celles effectuées sur des échantillons de 1000 personnes.

          Et avec des échantillons ciblés faciles à imaginer (échantillons de jeunes, de « commuters », d’employés de bureau …), on aurait une indication de la véritable nature et du problème et de la situation actuelle au lieu de gesticulations.

        • oui modèle dépendant…normalement d’ailleurs l’accent ( hygiénique) devrait être mis sur les lieux communs inévitables..
          ah les images du premier confinement où on prunait le promeneur sur la plage..en parallèle avec un métro bondé..

          facile de supprimer des contacts dans un joli modèle..

      • Non : même temporairement, il ne sert à RIEN, M. Mauduix. Le confinement du printemps dernier a été temporaire ET n’a servi à RIEN.
        Prouvez qu’il a servi à quelque chose : vous n’y arriverez pas.
        En revanche, regardez la courbe des hospitalisations, et celle des décès, et constatez que le déconfinement n’a eu AUCUN impact sur ces courbes – alors qu’on aurait dû avoir un rebond, même léger, suite au déconfinement.
        Il est très triste de voir justifiée ici cette idée aussi stupide et inutile que terrible dans toutes ses implications.

        • « alors qu’on aurait dû avoir un rebond, même léger, suite au déconfinement. »

          C’est une anomalie et on ne sait pas si elle traduit l’incompétence de ceux qui collectent les données ou une réalité épidémiologique.

          Le fait de ne pas savoir l’expliquer et en tenir compte est clairement un signe d’incompétence.

          • Je vous ai fait une longue réponse qui est apparemment passée à la trappe…

            • l’article ( qui suggère pas d’effet se base sur une méthodologie où il attend une courbe en cloche avec un signification du R..
              il cherche une anomalie dans ce qu’il attend de épidémie..
              deux problèmes..
              … en premier lieu à l’echelle d’un pays..l’existence d’un R ne tient pas…
              une épidémie est mieux décrite pas la superposition non synchrone d’une multitude d' »épidémie dans des populations en contact ( viral ) proche c’est à dire peu d’itération utile pour que les membres se rencontrent..
              trouver une belle courbe en cloche ne montre rien pour moi pour la pertinence d’UN R..même dans une ville un formalisme pointu demandera une somme de micro épidémies de populations géographiquement proches mais viralement éloignée..votre voisin qui travaille dans la ville d’à coté..
              si le déphasage dans le temps de ces epidemies est » faible  » tu as un courbe..qui monte et descend ..dont la largeur est typiquement celle associée à la desynchronisation .. donc des populations viralement éloignées..
              mais prends deux grande villes, tu vois déjà une désynchronisation, et deux R.. somme les deux tu as une courbe en cloche et un autre R..
              prend un pays vaste..et tu vois le déphasage e apparaitre.. le R devient clairement inadéquat..
              de l’illusion de la pertinence du R..

              en admettant pourtant…

              si le confinement modifie peu les foyers « proches » existants mais rend nul le développement dans des régions peu touchées .. tu ne vois pas d’anomalie car tu n’as pas de nouveaux foyers ..les régions rurales.. les petites villes périphériques.. et la éthode ne voit pas ça ..pour peu que l’epidémie dans les centres urbains soit peu affectés.. et la méthode ne peut pas le détecter
              désolé..ça ne tient pas.. au mieux suggère…

              • cette méthode est ce qu’il vient à l’esprit de presque tout le monde …voire une anomalie un rupture dans la dynamique.. mais autant ça serait facile d’imputer une anomalie à une mesure autant dire qu’absence d’anomalie prouve la non efficacité ne tient pas.. essentiellement par ce que l’évolution réelle de l’épidémie est TRES mal connue. notamment les foyers secondaires qui d’ailleurs sont assez chaotique pour des populations viralement isolées.
                et je n’ajoute pas l’absence de saisonnalité..
                voire une courbe en cloche signifie. deux choses..ou bien les population « éloignées » sont peu importantes.et numériquement invisibles. soit le décalage est faible et ça fait une cloche tout comme bien souvent les distributions d’un tas de trucs ressemble à une gaussienne..

              • j’aoute enfin..que je n’ai même pas été voir ses résultats parce que comme tout le monde j’ai pensé à la méthode , comme beaucoup j’ai douté de la méthode ( sans doute l’auteur?) …mais contrairement à lui publier un papier purement hypothétique reposant sur des hypothèses que je juge peu plausibles m’est inutile..

              • ce que ça suggère plus fortement..le confinement général est littéralement une méthode digne du moyen age..

    • « Le confinement est une aberration sanitaire, »
      Eh oui!, comme en mars, on nous vend un parachute anticovid et on nous donne un sac à dos (vide de surcroît).
      On va tous s’écraser comme les victimes du premier confinement.

  • Un chiffre est étonnant…1% des clusters se produit dans les transports , le suivi des cas contacts montre que 3x sur 4 ils se sont contaminés ailleurs que dans ledit cluster..Il n’y a qu’un pas pour dire que les contaminations se font aussi et beaucoup dans les métros , RER , bus (N Martin ) …Mais je comprends que ce sujet soit à éviter…Quant au traitement rien n’empêche un médecin de prescrire un antibiotique et un corticoide ce qu’il fait larga manu en période grippale…

    • le SEUL effet trivial du confinement est une entrave à la transmission à la longue distance.. on est pas loins de la quarantaine des villes du moyen âge.
      si un nombre important de gens circulent..fréquentent les commerces..prennent en effet les transports en commun (!!!!) et se conforment à la forme et non au fond..
      je serais curieux de voir les modèles utilisés pour décider de la quarantaine.. si ils ont misé là dessus garder des zones saines..

    • le problème des épidémies c’est que ce qui explique leur propagation entre des centre de population est les contacts longue distance ( qui explique la quasi synchronisation dans les pays riches ) tandis que c’est quantitativement négligeable quand l’epidémie flambe…
      mais c’ets comme quand on considère l’immunité globale d’une population.. en théorie la propagation s’arrete totalement en réalité tant qu’il existe une épidémie ailleurs et que des échanges depopulations se font ..elle « traine »..
      et c’est vrai aussi au niveau élémentaire familiale ou individuel… l’immunité » familiale » si la famille est atteinte advient vite ( et varie beaucoup compte tenu du caractère aléatoire de la transmission.. mais évidemment ici on voir bien que le risque d’etre contaminé est encore majeur..
      la dynamique au niveau global est une superposition de dynamiques principalement locales..où une faible population joue un role majeur..celle qui se déplace beaucoup..

      très facile à simuler numériquement correctement avec des paramètres absolument sans sens « physique »..

  • Il manque des lits de réa,pourtant il y avait une place hier à Nice…

    • C’est important pour l’enquête …

      • Pour celui de Conflans l’enquête a très bien avancée sans lui et a vite démontré que l’on est passé de « l’isolé » qu’on ou vend a chaque fois à tout un entourage et un cheminement qui a abouti à l’abominable et cela sans lui.
        Là il va bénéficier de notre droit laxiste,on ne combat pas la barbarie avec le droit,où à la fin comme Nuremberg qui a été l’épilogue de 5 ans de guerre….

  • on ferme les bars et les restaurants ….mais on laisse les cantines ouvertes ….qui ne sont ni plus ni moins que des grands restaurants…

    • Non, dans une cantine, ce sont toujours les même personnes, dans un bar ou un restaurant ce sont des gens de diverses provenances, les risques sont bcp plus eleves..

      • Les gens ont leurs habitudes, aussi bien dans des cantines que des restaurants.

        En revanche si une cantine (comme un restaurant) n’est pas spécifique à une entreprise ou que vous côtoyez des personnes différentes chaque jour, postillonnez dans l’assiette de l’inconnu à côté de vous … bonjour les dégâts car vous formez des clusters de milliers de personnes. Si vous ramenez le virus chez vous et que votre conjoint le propage dans un autre cluster, il n’y a de fait même plus de cluster car la réactivité de la politique de traçage est insuffisante.

        • Et puis il ne faut pas croire que ce virus est très contaminant il fait partie d’une famille nombreuse que tout le monde a rencontre un jour dans sa vie. Le souci est une souche virale nouvelle, et non locale. D’où le virus chinois , sans voyageurs de la bas, il y restait. Ma sœur m’a raconté qu’un couplé d’amis avait eu le virus, enfin, l’homme pas la femme, gueri evidement, ils sont au sud. Mais c’est pour dire que le masque et autres solutions n’ont pas d’importance, il est très peu contagieux et bcp de gens sont immunisé si ils sont en bonne sante… Comme pour la grippe et autres saloperies dans lesquelles nous baignons quotidiennements

    • Il ne faut RIEN fermer du tout.

  • « combien de malades » ? C’est quoi un malade ? Celui qui va être raplapla 3 jours avec une peu de fièvre en toussotant, celui qui sera au fond de son lit 5 jours ou celui qui sera sous respirateur avec diagnostic vital engagé ?

    • Bonne question.
      J’ai cru comprendre que ce sont tous les PCR-positifs, y compris les faux positifs et les asymptomatiques.

      • En gros, ceux qui devraient s’auto-confiner. Et dont l’auto-confinement suffirait sans doute à arrêter l’épidémie.

        • Mais quid des gens non-testés ? Et il faudrait se faire tester tous les 5 jours ? Les asymptomatiques sont contaminants aussi, non ?

          • Les asymptomatiques sont contaminants aussi, non ?

            Je me pose la même question, mais je trouve pas d’infos.
            Il me semble que les viroses sont contaminants 2 jours avant que la maladie se déclare, pas sur non plus.

            • On aimerait bien, en effet aussi, en savoir un peu plus sur le degré de contagiosité. Les asymptomatiques sont probablement moins contaminants que les symptomatiques, mais dans quelle mesure ? On ne donne jamais ces degrés relatifs de dangerosité, c’est toujours ramené à tout ou rien. Pourtant, la propagation peut être arrêtée avec des barrières approximatives, ça suffit souvent à faire assez baisser les probabilités. En tout cas, tout symptomatique devrait s’auto-confiner jusqu’au résultat de son test s’il est négatif, jusqu’à la durée standard, 10 jours je crois, s’il se révèle positif. Ca suffirait peut-être !

              • Peut-être… mais pour avoir entendu suffisamment d’histoires sur des gens testés le matin qui allaient bosser ou se balader l’après-midi en attendant les résultats, j’ai quelques doutes…

      • Raison pour laquelle il faut distinguer positivité au SRAS-CoV-II et maladie Covid-19. Dire qu’on a X millions de tests positifs au covid 19 releve de la manipulation.

    • Le malade est celui qui a des symptômes et un test positif, pas celui qui n’est que testé positif.

      • Pour vous qui êtes un scientifique et concerné par la santé de vos patients et votre responsabilité.

        Mais pour le gouvernement qui est tout le contraire ?

      • Bien qu’en accord avec vous sur la plupart des points de votre article, un malade de la Covid est assez complexe actuellement :
        1- autant en mars je trouvais une unité sémiologique des symptomes des patients positifs autant dans cette période la richesse sémiologique est importante
        2- Il existe des patients covid avec test positif et la même sémiologie de mars : ceux là sont les forts probablement de vrais covid. Par contre il existe de positifs avec une autre sémiologie évocatrice d’infections habituellement rencontrées à cette période de l’année : soit d’authentiques covid, soit d’autres viroses avec test positif (faux positif,
        vrais positifs avec pathologie intriquée ?)
        3- du coup, comme par enchantement, les autres pathologies ne sont pas prises en compte. J’ai eu de vrais angines avec TDR positifs avec test covid positif !

  • Confiner les contagieux avec les naïfs, est-ce un principe de gestion d’une épidémie ?

  • Au printemps, pas de masque, pas de tests : on confine.
    À l’automne, des tests à gogo mais presque 8 jours entre la prescription et le résultat !
    Si on veut une gestion intelligente des isolements sanitaires, il faudrait aller plus vite… Ou alors on confine tout le monde ….

  • Je ne suis pas toujours d’accord avec G. Maudrux, mais là j’apprécie son analyse. Merci pour cet article.
    Simplement, il manque encore la manière de procéder, dans un pays bloqué par l’administration et l’énarchie.

  • J’aime bien cet article, animé par une partie de connaissance et beaucoup de bon sens.

  • Une remarque. Dans le cadre d’une fusion de 2 grands groupes privés avec déménagements des équipes etc, (grands mais pas énormes du tout, du tout surtout en comparaison avec le système de Santé ) nous avons mis plus de 2 ans pour savoir exactement combien nous étions, qui était où ? et faisait quoi ? sans parler des problèmes de distribution de courrier et autres qui eux ont duré plus longtemps… Et! Oui. Incroyable mais vrai . Donc, compte tenu du Mille feuilles administratif, de son niveau d’informatisation, de leadership, d’homogénéisation, etc et le tout plongé dans un environnement de crise aigüe (quand même imprévisible même si .. nous n’avons jamais vécu un tel phénomène) ), il ne faut pas s’attendre à ce que les choses puissent se mettre en place efficacement en 6 mois même un an voire plus.

  • Puisque vous nous encouragez à nous concentrer sur les choses à faire et pas seulement à critiquer un gouvernement effectivement incapable au point que cela en devient suspect, voici ma contribution:
    il faut se concentrer sur la médecine de ville, la première à voir les patients éventuellemment contaminés au SARS Cov 2 (ne pas confondre contamination, la plupart du temps sans autre effet que soit rien du tout soit un léger rhume, et la maladie du Covid) bien avant de penser à la réanimation qui intervient en bout de course (à cet égard, voir les vidéo du Dr. Louis Fouché des hopitaux de Marseille -https://www.youtube.com/watch?v=r1hOyShXHak- et -https://www.youtube.com/watch?v=nRMy51bN8CQ-, mais pas de l’IHU).
    Que fait actuellement le médecin généraliste? En un mot: rien. Sinon envoyer son patient à l’hôpital.
    Que pourrait-il faire? Soigner son patient avec la bi-thérapie HCQ + Azythromicine ou la tri-thérapie HCQ + Azythromicine + sulfate de zinc. Dans toutes les études sérieuses, on observe un effet positif important qui réduit fortement les malades hospitalisés et les malades en réanimation ainsi que…le nombre de décès.
    Preuves: https://hcqmeta et https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0924857920304258.
    Interdire cela et distribuer du remdesivir, toxique pour les reins, alors que l’HCQ est sans effet secondaire sérieux (au point q’il y a un an, elle était en vente libre) est tout simplement criminel.
    Quant aux noms des criminels, vous les connaissez comme moi.

    • Je confirme l’intérêt de regarder la vidéo du Dr Louis Fouché, un docteur en première ligne de réanimation à Marseille.
      Attention, un iconoclaste convainquant droit devant, qui ne sera jamais invité chez BFMTV.
      On n’en sort pas indemne :
      https://youtu.be/nRMy51bN8CQ

  • Certes on accepte la ceinture de sécurité mais avouez, cher Docteur, que l’interdiction de sortir plus d’une heure et à plus d’un km de chez soi est une restriction de la liberté individuelle bien plus importante et à mon avis d’ailleurs totalement stupide quand adoptée sur tout le territoire. J’habite un petit bourg et pour des raisons médicales je fais habituellement deux heures de marche quotidienne dans ma campagne où je croise rarement un promeneur, une voiture, des vaches en train de paître ou des chevaux dans leurs haras. Or, il me fait un ausweis pour aller à un km de chez moi, revenir, repartir…. Et sinon, comme cela m’est arrivé au mois d’avirl, je risque une amende de 135 €, la gendarmerie faisant de vigilantes patrouilles contre les promeneurs solitaires. Vous avouerez qu’avec des mesures d’une stupidité aussi extravagante, la confiance en l’intelligence de nos dirigeants et la pertinence de leurs décisions soit gravement érodée, pour ne pas dire plus.

    • Je suis comme vous, 3 maisons dans un rayon de 2km. Le problème c’est le discernement et le bon sens dans l’application des textes, et ça malheureusement beaucoup en manquent. Même chose en ville, dans une rue déserte, il n’y a pas lieu de verbaliser, et on remonte le masque quand il y a du monde.

    • Oui! Certes. Mais allez édicter une règle qui prend en compte tous les cas de figure, exceptions, lieux etc Impossible. Laisser l’interprétation au bon sens de chacun ? Sauf que ..l’expérience prouve que … Reste effectivement la Police qui pourrait en faire preuve (de bon sens). Ca lui arrive quand même de temps en temps.

      • La gendarmerie (et la police itou) savent de temps en temps faire preuve de bon sens mais ils doivent faire du chiffre (de source personnnelle sûre) par semaine. Donc, le vendredi il faut verbaliser le maximum de gens pour satisfaire les demandes de la hierarchie.

      • « une règle qui prend en compte tous les cas de figure, exceptions, lieux etc Impossible. »

        C’est pourquoi il faut partir de chiffres précis et exacts sur le problème : se concentrer sur les 20% de situations auxquelles on peut attribuer 80% du problème.

        Considérer qu’on connait le problème avant de l’avoir étudié, partir de la solution et non du problème, « arranger » la solution à d’autres fins (protéger certaines professions, ne pas heurter certains, sauver Noël, garder la ligne politique …) ne résout rien et détruit ou inverse l’efficacité des mesures.

        En théorie, nous sommes de pauvres idiots et les « experts » savent ce qu’ils font. Mais alors ils cachent bien leur jeu.

      • Très facile : ils ont les cartes de densité de la population.
        Le confinement c’est :
        – une prise de poids pour tous
        – un déséquilibre glycémique des diabétiques
        – une augmentation des retards de prise en charge des cancers
        – une augmentation des IDM
        – une perte d’autonomie des plus vieux

    • Est-ce que les chevaux et les vaches portent correctement leur masques ?

      (Plus le récupérateur de méthane dans le c. pour les vaches).

    • @gradzi
      +1
      Tout comme lors du précédent confinement, certaines restrictions sont inutiles voire contreproductives par rapport à l’objectif de limiter la propagation du virus.
      Contrairement à la dernière fois, je ne respecterai plus que les directives justifiées, dans l’intérêt de tous, quoi qu’il m’en coûte en pillage policier.
      Je pense en particulier moi aussi à la stupide limite 1km/1heure qui concentre les promeneurs au voisinage immédiat des espaces habités (on ne doit pas apprendre à l’ENA que la France n’est pas une ville).
      Surtout en hiver où on ne peut pas durablement ouvrir ses fenêtres pour évacuer le virus, IL FAUT inciter les citoyens à déambuler durablement seuls ou en famille dans les grands espaces désertiques qui abondent. Ils ne contamineront personne (sauf les couples de gendarmes qui les pourchassent, parfois en hélico!, au lieu de nous protéger des voyous).
      Ah mais il paraît que c’est dangereux d’aller trop loin trop longtemps et qu’il ne faut pas surcharger les hôpitaux? Bon alors au lieu d’entretenir ma forme physique (donc mon immunité) je vais entretenir ma toiture, élaguer mon cerisier, réparer ma tronçonneuse, refaire l’installation électrique et … attendre la fin du confinement pour appeler les secours.
      Pi d’abord, c’est pas juste que les bouseux puissent se faire plaisir, pensons aux pauvres citadins séquestrés, faisons pénitence …
      Pour le reste j’obéis: pour sortir ma poubelle de l’autre côté de la rue, acheter mon pain à 15 mètres de chez moi, relever mon courrier à 2m50, avec ma muselière, je remplirai scrupuleusement mon autoautorisation, des fois que la maréchaussée sorte du bois au mauvais moment.
      C’est dommage et pervers de vouloir à tout prix mélanger le raisonnable et le ridicule.

  • Justifier le confinement, non, c’est trop pour moi. J’arrête là la lecture d’un article très mal parti.
    Le confinement ne sert à RIEN. Il est totalement injustifiable. Prouvez qu’il sert à quelque chose, chiffres à l’appui : vous n’y arriverez pas. Car il ne sert à RIEN.

  • Allez sur mon blog, vous ne serez pas déçu, moins prudent que vous ne le dites. Vous oubliez Ivermectine.

  • « Le couvre-feu ? J’aime bien appeler un chat un chat. Quel est, quel a été le but, le résultat ? »

    C’était une préparation psychologique au reconfinement, sans autre objet.

    • Je ne pense pas cela, certes, mais je trouve que l’état a été d’une incroyable naïveté en espérant que ce CF n’écrêtant que vaguement les contaminations suffirait à éviter un nouveau reconfinement (en France) ou des mesures plus strictes ailleurs (Belgique).
      L’intérêt du gouvernement n’étant pas du tout le confinement.

    • couvre-feu : cela fait penser à 1940 : ce sont d’ailleurs un peu les mêmes réactions au somment !

  • La polémique vous manque ?

  • Qu’est ce que je ferais ?
    -D’abord laisser les médecins soigner, et les laisser décider de qui on teste.
    -Ensuite faire des lits COVID avec du personnel qui travaille 48 heures (tout médecin généraliste fait 70 heures pendant les épidémies) 48 heures avec double salaire à la fin du mois et pas une minable prime pour tout le monde.
    -Les malades à risque sont les vieux, cela tombent bien, ils sont à la retraite. Qu’ils s’isolent (c’est ce que fait ma mère). On peut leur laisser un créneau horaire le matin avant 10 h pour faire leur course. A leur famille de leur téléphoner (skype) régulièrement.
    -Les soignants et ALD qui ont + de 60 ans, en congé.
    -Les masques pour la population général en plein air ne sert à rien.
    -Les soignants en Ehpad sont testés toute les semaines et ne viennent pas si ils ont des symptômes.

    • Pas très libéral!
      Les vieux ne sont pas plus contagieux que les autres, laissez les libres de décider seuls du risque qu’ils veulent prendre; sur ce point là au moins le Président a eu raison de résister aux pressions.

      • Mais ils sont libres. On confine 90% de la population pour eux. Je demande juste qu’ils se méfient.

        • Mais c’est vous qui voulez ne confiner que les vieux, et c’est à cette proposition illibérale que je réponds.

          • Non non non Que les vieux limitent leur contact. Volontairement.
            Je n’ai jamais écrit qu’il fallait enfermer les vieux. S’ils veulent sortir le soir dans des lieux bondés, ils sont libres.

          • Il faut quand même une tournure d’esprit particulière pour lire « qu’ils s’isolent », action dont le caractère volontaire ne fait aucun doute, et comprendre malgré cela quelque chose proche de « qu’on les isole », la phrase « vous voulez ne confiner que les vieux » inventant une contrainte purement imaginaire jamais écrite par l’accusé.

    • Depuis le confinement, ma mère de 95 ans n’a plus de minibus de la résidence pour la conduire au marché. Croyez-vous que cet isolement soit bon pour elle et ses rhumatismes déformants ?
      Qui remplace les soignants absents en Ehpad, surtout quand les 2/3 des pensionnaires sont positifs après qu’une jeune soignante les ait contaminés avant d’être symptomatique ?

      • Je n’y peux rien, je suis libéral et je ne promet pas la lune.
        Entre une politique imparfaite et une politique catastrophique, mon choix est fait.

      • « et ses rhumatismes déformants »
        J’ai ce qu’il faut elle : de l’HCQ.
        Bon je sors 😉

        • En tout cas, je vous garantis que, par effet réel ou par effet placebo, je ne sais pas, l’humour lui fait le plus grand bien !

      • Vous ne pouvez pas prouver que la soignante en question a contaminé qui que ce soit. Cette histoire n’est que cela, une histoire. Pas la réalité.

  • En médecine un naïf est une personne qui n’a pas encore eu de contact avec la maladie.

    • Otez-moi d’un doute, je croyais qu’en langage médical, « naïf » qualifie celui qui n’a jamais été traité, y compris s’il est contagieux.
      Mais je peux me tromper.

  • l’art est difficile, mais cela n’autorise pas pour autant le mensonge (puni par la loi).

    • Et le mensonge est la première chose a bannir quand on prétend avoir une approche scientifique.

      Incroyable le niveau d’obscurantisme que l’on peut atteindre de nos jours.

  • Pour répondre à vos plusieurs « pourquoi », la réponse est : parce que tous ceux qui, soit-disant, gouvernent ce pays, apparement sans gouvernail ni dérive, sont abrutis finis

  • Je précise que je fais partie de la catégorie des « vieux ».
    On parle souvent des relations intergénérationnelles en demandant aux jeunes de penser à leurs ainés.
    Ne pourrait-on pas en ce moment demander à ces ainés de penser à leurs enfants, petits-enfants …
    Peut-être que les personnes âgées ne sont pas plus contaminantes que les autres, mais ce sont elles qui remplissent les lits de réa.
    Je serais pour un confinement de tous les retraités (exception faite éventuellement des bénévoles actants dans des associations à caractère social) afin de laisser tous les actifs travailler, tous les commerces et toutes les écoles ouverts.
    Le taux d’immunité collective serait rapidement atteint, sans submerger les hôpitaux.
    Autre chose que me questionne : comment se fait-il qu’il y a encore autant de décès dans les EPAHD où les mesures de protection sont théoriquement très importantes ?

  • Il nous a déjà mené dans le mur. Le problème est de savoir ce que l’on fait maintenant.

    Le pays est à l’arrêt, une grande partie des gens se terrent, la méfiance la lassitude et la colère montent. On a le double problème de l’administration qui plombe chaque initiative individuelle potentiellement efficace et des medias dans un déni total des réalités qu’ils ont largement contribué à aggraver.

    La [pseudo, car c’est du vocabulaire purement journalistique] seconde vague fera quelques milliers de morts statistiques en plus et laissera le pays exsangue – ce qui ne sera pas une statistique – et en décomposition avancée.

    La question est : que se passera-t’il alors ?

  • Article intéressant, mais présentant certaines faiblesses, la critique :)) !: Quand il y 54,000 cas de contamination, c’est signe qu’il y aura bcp de cas sérieux, graves et décès. Car même si ce n’est pas un proxy fiable, c’est quand même une indication utile, bien corrélée aux décès et personnes en soins intensifs. L’immunité collective est très haut, bien plus que 60% comme annoncé, plutôt autour de 80%. D’ailleurs l’Australie veut vacciner 90% de la population, ce n’est pas un hasard. Le R0 est la mesure de la contagiosité intrinsèque du virus, et elle se mesure essentiellement en début de première vague. Après c’est très difficile vu les mesures et comportements des gens, et aussi la prise en compte des guérisons. En revanche, ultérieurement, le R(t) indique le degré de circulation du virus et c’est une mesure de la rapidité du processus épidémique, exponentiel ou non. Il y a toujours un R(t). Il vaut 1.3-1.’4 environ actuellement, avec des méthodes de calculs distinctes, celle de Cori, ou d’autres méthodes. Le R0 moyen vaut 7.7 +/- 1.5 environ. Donc l’immunité collective est extrêmement élevée, > 80%. Le taux de positivité est peut-être une mesure du degré d’immunité, mais l’échantillon est biaisé, car non représentatif de la population en terme de classe d’âge. Donc, risque d’erreur. Actuellement les modèles donnent 15% environ en France, très loin de l’immunité de groupe, un Graal que l’on semble voir dans certaines villes du Brésil : Fortaleza, Sao Paulo, Manaus. Encore faut-il comme souligné que celle-ci soit stable. Cela ne semble pas certain, mais probable. Donc cette voie ne pourra être imposée naturellement que par l’insouciance des comportements. Délibérément, c’est de l’euthanasie qui ne dit pas son nom. En tout cas, si rien ne change, on aura une troisième vague au printemps, sans aucun doute. Trop loin d’ l’immunité de groupe. Ce n’est pas un problème français, mais des pays occidentaux. Quant au traitement, il n’y en a pas, aucun qui ne change la dynamique épidémique. Sinon, OK construire des lits + respirateurs, cela aurait du être fait depuis longtemps.Avec un discours cohérent et sérieux.Les 400,000 décès de Macron si rien n’est fait n’ont aucun sens. Même si le résultat est produit par les Hôpitaux de Paris.

    • Comme d’habitude vous vous trompez de discours.
      On n’est pas sur un site collectiviste.
      On est sur un site libéral, qui considère qu’au final, ne rien faire vaut mieux que des politiques toxiques.
      Vous avez tous les attributs de l’expert autodésigné qui au final fera plus de mal que de bien. Arrêtez avec votre expertise qui n’entraine que de la souffrance, a moins que cela vous apporte de la jouissance.. ce que je crois.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la peste et toutes les pires pandémies qu’a pu connaître notre humanité, le monde a fini par revenir à la normale et continuer d’avancer. Les technologies sont passées par là, avec ce qu’elles représentent en termes de poids économique. Nul ne me contestera que de nombreux acteurs du secteur ont pu saisir dans cette pandémie une réelle opportunité de croissance… solutions pour le télétravail, solutions de surveillances de salariés, mise en place du click and collect, solutions sanitaire… solution de télétravail alternative : Netflix et ... Poursuivre la lecture

Une conférence de l’Institut Libéral, depuis la Suisse

Une conférence en ligne est organisée avec Mathieu Slama, qui est essayiste et enseigne la communication politique. Son nouveau livre Adieu la liberté a été publié le 20 janvier 2022, aux Presses de la Cité. La conférence en ligne aura lieu mardi 15 février, à 20 heures.

Pour Mathieu Slama, la crise de la Covid-19 a révélé un nouveau totalitarisme soft soucieux du safe. En cause, une gestion de crise cherchant non pas le bien commun, mais le bien-être de chaque ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

La France est passée sous la barre des 100 000 médecins généralistes. Cinq millions de Français n'ont pas de médecin traitant référent. Et sans médecin référent déclaré à la sécurité sociale, une consultation est remboursée seulement à 30 %.

Chaque année 4000 généralistes sont formés mais beaucoup ne s'installeront pas en tant que médecin généraliste et encore moins dans les déserts médicaux car avec un internat de trois années et bientôt quatre, ils préfèrent s'orienter vers une autre spécialité.

J'ai analysé dans Blouses Blanc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles