L’imposante montée en puissance nucléaire de la Chine

Pendant que l’Europe a choisi de se tirer une balle dans le pied en pariant sur les énergies renouvelables, et non sur le nucléaire, la Chine progresse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Ajay Pal Singh Atwal on Unsplash - https://unsplash.com/photos/gRdTreyRops

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’imposante montée en puissance nucléaire de la Chine

Publié le 15 octobre 2020
- A +

Par Michel Gay.

Le futur Quatorzième Plan quinquennal chinois prévoit que l’imposant programme électronucléaire continuera de se développer en Chine.

Cent GW nucléaires en Chine pour 2025

La China Nuclear Energy Association (CNEA) a récemment publié un Livre bleu intitulé Le rapport sur le développement de l’énergie nucléaire en Chine pour l’année 2020.

Fin 2019, le parc nucléaire chinois était doté de 47 réacteurs en exploitation, représentant une puissance installée de 49 gigawatts (GW), en augmentation de près de 10 % par rapport à l’année précédente. Il faut y ajouter 13 réacteurs en construction pour une puissance de 14 GW, record mondial du nombre de réacteurs en construction.

La puissance totale des réacteurs en exploitation et en construction représente près de 63 GW.

La Chine se situe pour le moment à la troisième place mondiale pour la puissance nucléaire installée, derrière les États-Unis et la France.

La production d’électricité d’origine nucléaire frôle les 350 térawattheures (TWh) en 2019, soit une augmentation de 18 % par rapport à l’année précédente. Elle approche la production d’électricité nucléaire française (400 TWh) qui est pourtant la deuxième au monde après celle des États-Unis.

La production d’électricité nucléaire chinoise représente aujourd’hui presque, ou seulement 5 % de toute sa production d’électricité encore essentiellement issue du charbon soit environ 70 %.

Deux-cents GW en 2035

Le Livre bleu chinois souligne que le nucléaire jouera un rôle important dans le remplacement des énergies fossiles en Chine. Il prévoit six à huit nouveaux réacteurs chaque année pendant le Quatorzième Plan quinquennal et dans le programme de long terme.

Ainsi, fin 2020, le parc nucléaire chinois sera doté de 51 réacteurs en exploitation et de 17 en construction, représentant respectivement une puissance installée de 52 GW et de 19 GW.

En 2025 et au rythme actuel, le parc en service aura une puissance installée de 70 GW, dépassant celui de la France qui est de 61 GW aujourd’hui après la fermeture politique de Fessenheim. Et 30 GW seront en construction, soit au total 100 GW, ce qui représente une augmentation de près de 60 % par rapport à l’année 2019.

Enfin, en 2035, il est prévu une puissance nucléaire en service et en construction de 200 GW.

Une montée en puissance tous azimuts du nucléaire

La Chine va prendre une place croissante dans le paysage nucléaire international et faire émerger des technologies innovantes dont elle fera bénéficier son industrie grâce à la dynamique des écosystèmes scientifiques voisins comme le numérique.

Les réacteurs de troisième génération tels que le Hualong 1, dont la mise en service devrait débuter fin 2020, et le CAP1400 équiperont majoritairement les nouvelles centrales nucléaires chinoises.

La Chine a annoncé le 4 septembre le chargement du combustible dans le réacteur tête de série Hualong-1 de Fuqing-5, à peine 64 mois après avoir coulé le premier béton.

Ce pays ne se contente plus de construire et d’exploiter des réacteurs conçus à l’étranger : en s’inspirant des technologies françaises et américaines il a acquis une maturité technologique et industrielle qui lui permet dorénavant de concevoir et construire des réacteurs dans des délais qu’aucun pays ne réussit plus à atteindre.

Ainsi, sans attendre le retour d’expérience du démarrage du premier réacteur Hualong-1, la Chine a officiellement ouvert la voie à la construction de ces nouveaux réacteurs dont 12 sont en construction ou autorisés. La Chine veut s’appuyer dorénavant sur cette technologie domestique, appelée à devenir le nouveau standard pour le parc nucléaire chinois. Le coût de ces réacteurs est annoncé autour de 4,5 milliards d’euros pour un délai de construction de 60 mois, largement inférieur au coût annoncé des autres réacteurs de troisième génération dans le monde.

L’arrivée d’un quatrième opérateur nucléaire en Chine (Huaneng après CNNC, CGN et SPIC) confirme la forte volonté chinoise d’accélérer le développement de son parc nucléaire et de favoriser la construction nationale afin d’accroître son indépendance dans un contexte de montée continue des tensions avec les États-Unis. Le taux de localisation annoncé est supérieur à 95 % pour le dernier réacteur de Tianwan 5 mis en service ce mois-ci, en octobre 2020.

De plus, la Chine continue à promouvoir la diversification des usages du nucléaire par la production de chaleur industrielle et urbaine avec de petits réacteurs SMR (Small Modular Reactor), notamment à l’intérieur des terres. Plusieurs réacteurs de démonstration SMR sont prévus pour le chauffage urbain et comme centrales électriques flottantes.

Elle étudie aussi l’utilisation de la chaleur des grands réacteurs électrogènes (exemple du chauffage urbain opéré à partir des réacteurs AP1000 de Haiyang), y compris sur les projets de réacteurs chinois neufs comme le CAP1400.

En Europe et en France

Pendant que l’Europe a choisi de se tirer une balle dans le pied en pariant sur les énergies renouvelables, et non sur le nucléaire, la Chine progresse dans les domaines de l’enrichissement de l’uranium, des assemblages de combustible nucléaire, du retraitement, de l’entreposage, et du stockage géologique du combustible usé.

Dans ce contexte, il sera difficile pour la France et l’Europe de maintenir leur avance technologique. Développer des coopérations avec ses grands acteurs et une présence sur le marché chinois devraient faire partie des priorités des autorités pour profiter d’un effet d’entraînement et éviter le décrochage technologique.

La Chine sera le leader mondial dans tous les domaines nucléaires dans 15 ans, et peut-être même avant.

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • Il y a de quoi être émerveillé par la Chine et sa dictature, dictature plutôt bien éclairée par rapport à la notre qui a du mal à gérer 66 millions de gaulois et gauloises.

  • certes….MAIS on reste dans « les politiques centralisées sont une bonne chose ».. quand elles décident des trucs qui me plaisent.

    pourquoi un investisseur privé choisirait il le nucléaire quand des risques politiques s’ajoutent aux risques « normaux »..
    le prix du kwh nucleaire c’est surtout « financier »..comme pour les renouvelables.. qui normalement auraient un mal de chien pour trouver des investisseurs : comment va t on vendre ces kwh de merde..

    tant que le nucleaire restera un sujet politique..la filière aura ou bien des problèmes pour trouver du pognon. ou bien plein de pognon..

    vous voulez dire vivement qu’on mette en place plan quinquennal ?

    si du jour au lendemain les politiques antifossiles cessent.. si on explore et autorise l’exploitation des gaz nonconventionnels..

    ce n’est pas un débat technique..le nucleaire a des atouts indiscutables..son défaut étant le capital initial necessaire et le risque politique et bien sur l’emergence de concurrence qui semble douteuse..

    et la preuve c’est d’admirer la chine …

    vous vous rendez compte que nous sommes en france à discuter de fermer des centrales amorties????? alors attirer un investisseur…

    sujet politisé…on peut juste en rire ou pleurer.

    bravo la chine…sur un site libéral..

    • donc le lundi on vote…un politique pronucleaire se met en place..cause que bon gouvernement .. sachant que le mardi ça peut être l’inverse..qui investit là dedans..???

      dès qu’un sujet devient politique, c’est foutu.
      j’ai eu une discussion brutale avec cavaignac sur l’E10 qu’il ne faut pas confondre avec « les biocarburants »..

      le gouvernement s’en mêle , le prix perd son sens..et on ne sait plus..

      • Arrêtez de vous victimiser, c’est indigne. Quand on est sensible, on évite de déambuler négligemment sur un ring.

        • je victimise là?

          je dis combien systématiquement les débats sont biaisés..

          le nucleaire c’est un solution technique pour produire del’électricité..technique comme les biocarburants…
          le E10 ou le plan chinois c’est du dirigisme économique.. juste un exemple de comment le politisation foire les débats..

          Arrêtez donc de VOUS victimiser en réinterprétant les propos des autres .. c’ets celui qui dit qui est..

          tout investisseur privé qui voudrait investir dans le nucléaire devrait à cause du risque politique ne trouvera de l’argent qu’avec des taux élévés…

          le nucléaire c’est beaucoup de béton de ferraille demain d’oeuvre au départ ..avec un projet sur 60 ans.. avec des risques aussi sur le » carburant » de nature politique..

          et un des ennemi du nucellaire c’est ..une meilleure solution technique nucleaire..
          60 ans c’est long…

          on peut aussi rappeler que le projet actuel est de forcer les gens à consommer moins d’energie… alors..

          que veut gay que le gouvernement lance quoi un plan nucleaire?

          ou prouver que le nucléaire c’est mieux..mais que quoi? le gaz? le charbon?

          un pays communiste construit donc des centrales…

          • et voila..pour ou contre le nucléaire, pour ou contre les masques.. pour ou contre raoult..que c’est chiant..
            les pronucléaires sont souvent un reflet des anti-nucléaires..
            le nucleaire a des atouts.. il est aussi calomnié.. voila..

            Si il n’y avait pas de menace politique j’investirais dans le nucleaire..

            • en france on interdit la fracturation hydraulique..on s’interdit de penser gaz..

              je suppose que si gay n’avat pas de biais pronucelaire il regarderais le rca et ce qui en découle de façon différente, là il ne fait pas le difficile..

  • Pour mettre les choses en perspective, en 2017, la part de l’énergie électrique nucléaire reste extrêmement faible ( un peu moins de 4 % ) contre un peu plus de 64 % pour le charbon ( en chute libre ) et 26 % pour les renouvelables ( dont près de 19 % pour l’hydraulique )

    Et l’industrie chinoise du renouvelable est devenue la n°1 au monde

  • Quant on songe aux problèmes vécus par les japonais, on imagine facilement ce qu’il va se passer en Chine dans les décennies futures…

    • Absolument pas.
      1. les zones dans lesquelles sont construites les centrales chinoises ne sont pas en plein sur une faille sysmique comme au Japon
      2. le design des centrales chinoises n’ont rien à voir avec le design ancien et dangereux de cet ancien modèle de GE de Fukushima.

    • Tsunami 30000 morts, centrale nucléaire 1 mort.

      Vous évoquez le risque d’un tsunami en Chine ?

    • quels problèmes en effet…? soyez plus précis..

      sanitairement acceptable, le nucléaire est un des plus sur au KWh UTILE produit..

      ensuite on a une emprise en surface en cas d’accident.. ok.. c’est chiffrable..

      • Emprise en cas d’accident…. Il y a des milliers d’incidents par an, le plus souvent des dégazages, ou des soupapes qui se coincent… Ça n’a rien à voir avec l’affaire ukrainienne.. Sûrement un sabotage en bon uniforme.. Et pas vraiment tragique hors pompiers, la faune et la flore se porte bien.

    • la chine va rejoindre le japon en niveau de vie? c’est grave docteur?

      • Si c’est au doctor folamour que vous vous adresser , c’est très grave…. Pour nous les homosapiens degeneres n’ayant pas les yeux bridés ou un balai orange sur la tête.

  • En France, on ne résoud pas les problèmes, on les CREES, par démagogie, électoralisme, incompétence, manque de bon sens : abandon de la filière nucléaire, destruction de la filière automobile (ça consomme, ça pollue, interdiction des SUV…), destruction de l’aviation (interdiction des vols intérieurs si train <2H), destruction de la filière agricole (interdiction des produits phytosanitaires et pas de solution de remplacement, betterave, glyphosate), abandon en rase campagne des projets d'infrastructure (aéoport de Nantes) ou de loisir (projet de Roybon), de retenue d'eau (Sivens) alors qu'on nous prédit réchauffement et sécheresses catastrophiques. Ce pays est foutu, dixit notre ami H16

  • mais vous êtes aveugles?

    Ce qui se passe en Chine est terrifiant
    ils continuent à construire des dizaines de centrales charbon, par ans?ils ont construit des méga barrages(avec nos sous d’ailleurs, merci Kyoto)et maintenant ils se lancent dans le nucléaire.
    Paraît même qu’ils testent en préindustriel la récupération du méthane dans les fonds océaniques
    Vous ne voyez donc pas qu’ils font la même erreur que nous avons faite?
    Vous ne voyez pas qu’ils vont avoir bientôt les même standard de vie que nous( enfin pour nous, c’est très provisoire) qui est la servitude de la société de consommation.
    D’ici peu( 2030 c’est demain) ils se retrouveront dans ce qui est notre catastrophe apocalyptique actuelle, tandis que nous aurons pris la voie de la félicité,dans un environnement enchanteur,fait d’air pur, de coquelicots et du retour aux vraies valeurs, celles que tout le monde nous envie, la frugalité écoconsciente heureuse.
    Tant pis pour eux, nous leur avons montré l’exemple à suivre.On pourrait leur envoyer Greta, mais vu leur entêtement dans la voie sans issue d’une prospérité de façade nous nous devons de consacrer nos efforts d’abord envers nos populations.
    rira bien… vrai qu’il a un sourire enigmatique Xi

  • Une petite pensée à ceux qui nous expliquaient que d’effectuer des transfert de technologie aux chinois (condition obligatoire pour leur vendre des réacteurs, comme pour les autres produits de haute technologie d’ailleurs), ne nous pénaliserait pas et que nous continuerons à garder un coup d’avance.
    Il semblerait qu’on ait un bel effect ciseau : d’un côté, les chinois accélère, de l’autre, suite à des choix industriels de notre « grand génie Atomic Anne », (où plutôt Atomic Âne), notre industrie nucléaire marque le pas, et Areva est même sur le point d’être démantelé.
    Bref, nous avons encore l’élan et nos acquis mais nous sommes littéralement en panne sur le sujet tandis qu eles autre snous dépassent et ce n’est pas nos politiques actuels qui auront le courage d’inverser la tendance !

  • On se répartit les tâches dans le monde : l’Europe sauve (?!?) la planète et les platistes américains et dictateurs chinois q

  • Que dire du nucléaire ? Il existe une référence certaine qui n’est ni chinoise ni française.
    C’est un astre. Il fonctionne au nucléaire depuis quelques milliards d’année sans faiblir m’a-t-on dit. Il a pour nom le SOLEIL. Et il est prévu qu’il fonctionne encore quelques milliards d’années. Il ne semble pas trop idiot de dire que le nucléaire …

  • Je réitère, la béatitude présentée dans les commentaires ou dans le texte vis à vis d’une Chine sage qui développe le nucléaire selon un programme qui ne souffre pas d’évaluations me laisse pantois…
    Comment croire que les autorités chinoises, qui sont constituées d’une Nomenklatura avec tout ce que cela comporte de sens, qui ont montré comment la corruption les travaillait au corps (inhérente à tout état communiste et/ou centralisateur) ; comment croire donc qu’en toute circonstances, l’implanatation des réacteurs nucléaires de fera en tenant compte des risques objectifs ?

    • Votre propos est intéressant mais il semble malheureusement hors-sujet. Le sujet est plutôt : mais que diable fait l’Europe pendant ce temps ?

      • La seule chose que j’attends de l’UE est qu’elle ne se mette pas au service des escrologistes en promouvant et finançant à fonds perdus – avec notre argent – le solaire et l’éolien qui sont des voies sans issue.

        Pour le reste, la France n’a besoin de personne pour relancer le nucléaire ; la politique – étatique : car, ne soyons pas idéologues, il y a des cas où cela est pertinent – des années 1970-1980 a globalement été une réussite. Aujourd’hui, si le secteur privé est prêt à se lancer, très bien.

        Maudits soient les escrologistes et les politiciens inconscients ou lâches qui se font leurs dociles agents !

  • On s’en fout, on achètera des centrales chinoises (à crédit car les verts auront foutu notre économie à terre).
    Donc énergie chinoise + crédits chinois = colonisation chinoise.
    Notre avenir radieux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Certains ont voulu s’étonner de l’annonce récente de suppressions d’emplois dans l’entreprise Vallourec d’origine française spécialisée dans la production des tubes en acier sans soudure.

C’est l’occasion d’expliquer une nouvelle fois comment fonctionne l’industrie : si un pays ne possède ni les matériaux de base ni le marché, c’est-à-dire les clients, la transformation, la production, l’industrie se délocalise en se rapprochant des uns ou de l’autre.

Vallourec avait besoin de minerai de fer et d’aciéries d’une part et d’autre p... Poursuivre la lecture

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles