Covid : les hommes politiques plus forts que le virus ?

Donald Trump, Bruno Le Maire, Édouard Balladur, Dominique Bussereau ont tous été testés positifs pour la Covid… et vont bien.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Superman by tom_bullock(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid : les hommes politiques plus forts que le virus ?

Publié le 10 octobre 2020
- A +

Par Margot Arold.

Quel est le point commun entre Donald Trump, Christian Prudhomme, Bruno Le Maire, Zlatan Ibrahimovitch, Édouard Balladur, Dominique Bussereau… ?

Ils ont tous été testés positifs pour la Covid… et vont bien.

Ils ne sont pas les seuls, on ne compte plus les maires, les députés, les sportifs testés positifs et qui sont de nouveau fringants. Mais certes, les sportifs ont le privilège de l’âge et de la santé.

Nos hommes politiques sont pourtant bien de retour au travail après un test positif et un confinement ad hoc, ce qui semble inattendu puisque le virus pointé tous les jeudis par le ministre de la Santé fait des ravages et désorganise l’hôpital. Il « circule », fait fermer les commerces, les restaurants, les salles de sport, annule les événements en tous genres, même en plein air.

Testés positifs mais en pleine forme

N’oublions pas que pour certains, l’âge avancé aurait pourtant pu faire craindre le pire… Et pourtant : Édouard Balladur (91 ans) « se porte bien » et « est en pleine forme ». Donald Trump (74 ans) « se sent bien » et est de retour à la Maison Blanche. Dominique Bussereau (68 ans) est « en pleine forme » chez lui. Pour ne citer qu’eux.

Bruno Le Maire (51 ans), fait bande à part quant à son communiqué. Il indique que « le virus est tout sauf anodin »…  mais il réintègre son poste (déplacements compris) après une période d’isolement, sans signe apparent de gravité.

« Bruno Le Maire n’est pas le premier ministre français testé positif au virus. Le 9 mars, l’ex-ministre de la Culture et actuel ministre du Commerce extérieur Franck Riester avait été diagnostiqué positif au coronavirus. Les secrétaires d’État à la Transition écologique de l’époque, Brune Poirson et Emmanuelle Wargon, l’avaient également été dans les deux semaines suivantes » explique Paris Match.

Les règles sont respectées

Pourtant… ils portent leur masque, et doivent certainement appliquer les mesures imposées à tous les Français : éviter les rassemblements, respecter les distances de sécurité, se laver les mains, porter son masque même dans la rue et parfois chez soi, éviter les rassemblements familiaux.

Diantre, on se demande alors comment une telle contamination a bien pu se produire ! Soit les mesures sont inefficaces. Soit ils ne les ont pas appliquées (alors qu’ils les imposent aux autres). Peut-être serait-il judicieux que ceux qui ont vécu de près la situation utilisent des propos un peu moins anxiogènes, étant des exemples vivants (pour le coup…) de ceux qui majoritairement « s’en sortent bien ».

En tous cas, un esprit retors (et complotiste, forcément complotiste…) verra dans leur rémission un signe que peut-être on « en fait trop » aujourd’hui.

Ou alors nos hommes politiques sont décidément des êtres exceptionnels, au-dessus des autres, ils ne subissent pas les lois, pas même celles de la nature…

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Laurent Lenormand
    10 octobre 2020 at 6 h 43 min

    Le deuxième tweet de Le Maire résume à lui seul les dérives de l’approche gouvernementale : moralisme, culpabilisation des gens, volonté de fliquer la vie des gens, prétention d’incarner « le bien », sous-entendu que si vous n’êtes pas d’accord, c’est que vous êtes égoïste et irresponsable.
    Par contre, quand il s’agit d’organiser une politique de tests sensée ou d’organiser la réponse médicale de façon efficace, il n’y a plus grand monde.

  • vous croyez que lorsqu’ils sont entre eux , à l’abris des regards ils portent le masque ? j’ai un gros doute ;je pense que le port du masque sur le long terme rend malade ; oui je suis complotiste , je sais , je sais….

    • Cela me fait penser à cette émission de radio, retransmise en direct sur le net, où tous les intervenants se disaient choqués de ce qu’un auditeur qui les appelait en direct, chef d’entreprise de son état, refusait d’imposer le masque à ses salariés. Petit problème (bien pointé par les internautes) : aucun des intervenants de cette radio ne portait le masque… Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

  • Je m’étais fait la même réflexion lorsque Bruno Lemaire a été testé positif. Les mesures prônées sont elles inefficaces ou non suivies par les hommes politiques? J’opte pour la 1ere solution, d’ailleurs la majorité des médecins et virologues disent l’inutilité du masque à l’extérieur. Personnellement j’ai eu la maladie,
    une forme moyenne, au mois de Mars, il n’y avait pas de masque à cette époque mais je respectais scrupuleusement toutes les consignes. J’ai la chance d’aller à merveille.
    Ce virus n’a pas une forte létalité, une chance pour tous, mais le gouvernement bien aidé par la plupart des médias entretient la peur pour que tout le monde obéisse aux consignes qu’il donne même si elles sont abhérrantes. Or la peur diminue l’efficacité de notre système immunitaire.
    De manière plus générale le gouvernement s’en prend aux Français, coupables de ne pas lui obéir, pour cacher ses erreurs : gestion catastrophique des hôpitaux par des fonctionnaires non médecins hors sol, mise à l’ecart de la médecine libérale, soins aux malades remplacés par dictature morale. Il entraîne ainsi les entreprises dans la faillite et les personnes atteintes d’autres maladies vers une aggravation de leur état.
    Tout le discours est faux: il serait égoïste de ne pas porter de masque dehors, mais pense t il aux personnes qui en conséquence ne peuvent plus sortir car elles respirent mal avec un masque pour des raisons médicales ou de stress? Et que dire des interdictions de choux de traitement par les médecins de ville?

    • sans compter le coût économique et sociale de cette politique que le gouvernement tente de cacher soigneusement !

  • Ce n’est pas être complotiste que de constater, une fois de plus dans ce domaine, la démonstration des thèses de Hayek : l’imposition de règles à une population aboutit en même temps à l’impossibilité de les appliquer correctement et à leur inefficacité au niveau individuel, ainsi que globalement à l’asservissement de cette population.

    Etre complotiste ce serait penser, qu’en utilisant le prétexte de la pandémie, ces règles ont été mises en place dans le but d’asservir la population.

  • Statistiquement, l’échantillon n’est pas représentatif. Et puis il y a eu s députés très malades… Bref un article de lycéen

    • Députés non pas contaminés en séance de l’Assemblée,encore moins en vote ,votes pendant lesquels ils sont si peu nombreux que le risque de contamination est inexistant,ni en commissions ou tout le travail parlementaire que l’on ne voit pas est effectué,si si ils travaillent beaucoup,mais à la buvette de l’Assemblée…

    • Je pense que tout lecteur ayant le niveau d’un lycéen devrait être capable de faire la différence entre un billet d’humeur et une étude statistique.

    • C’est avec des réflexions comme les vôtres que la France se retrouve dans la m…. OUISE

  • « Quel est le point commun entre Donald Trump,…, Bruno Le Maire »

    Moi, je n’ai pas vu de point commun dans leurs tweets d’après crise…

    L’un reste dans la peur, l’autre écrit qu’elle ne doit pas dominer notre action.

  • Tout ces beaux messieurs vivent comme des rois et ont quelques esclaves à leur service, difficile de contrôler les actes de tout le monde. Et c’est vrai pour nous tous.. Rien que d’acheter une baguette vous met en danger… A moins de porter des gants.. Se laver les mains est de la foutaise sauf à le faire à chaque fois que vous touchez quelque chose.
    Et question médecins,….. Aucunes restrictions medicamenteuses.

  • On sait et on a toujours su que la pandémie de peut disparaître que par immunité collective – naturelle ou par vaccination.

    On sait et on a toujours su aussi que la vaccination ne sera disponible selon toute vraisemblance que trop tard.

    Ce qu’on ne sait pas, c’est comment contrôler efficacement la propagation pour limiter « l’explosion » du nombre de malades, la gravité et protéger les personnes vulnérables. Et on ne peut pas le savoir avec des indicateurs bidon, des journalistes bidon et des politiciens bidon.

    • On n’est plus en pandémie depuis au moins 6 mois comme quoi, ne rien faire suffit.. Là, ils font durer le plaisir ou notre torture si vous préférez.

      • C’est juste une question de définition et de stratégie.

        Le virus peut « circuler » encore pendant 20 ans si on trouve une personne infectée dans 20 ans.

        C’est un problème de stratégie si on ne sait pas quel R0 on vise.

        Et un grave problème de compétence si on agit sans stratégie et/ou sans feedback (ou avec un décalage de plusieurs semaines dans l’action et le feedback).

        Imaginez qu’on essaie de faire fonctionner un réacteur nucléaire sans compétence, sans mesure de la réaction en chaîne ou avec 3 semaines de retard dans le contrôle.

    • Vous avez déjà de solides éléments de réponse avec le cas suédois : une première vague importante, mais finalement pas beaucoup plus que les vagues de grippe saisonnière habituelles en termes de mortalité, et depuis, le calme plat (2 décès par jour en moyenne – et encore, décès DU Covid ou AVEC le Covid ?).
      En passant, un décryptage très intéressant du cas suédois : https://www.youtube.com/watch?v=D0KyWBksWrU

      • Plus ça va, et moins je trouve de cohérence dans les faits qui nous sont rapportés. J’en arrive à penser qu’on à faux de A à Z dans cette histoire, sur la transmission, la dangerosité intrinsèque, les méthodes de préventions ou de blocage de l’épidémie, la conséquence réelle en matière sanitaire (statistiquement moins pour les décès du Covid et plus pour les décès induits par les « mesures » – et pour de nombreuses causes).

        Ce qui n’est guère étonnant puisque l’information est faite uniquement de pseudo-science élaborée par les journalistes, les politiciens et les médecins de plateau TV.

        Pour faire un parallèle avec le RCA, je dirais le Covid est un problème – ou pas, mais en tous cas on n’a rien compris.

  • Etre testé positif ne signifie pas qu’on est malade, ça signifie juste qu’on a été en contact avec un virus, celui du covid, ou un autre très voisin. Quand on nous abreuve de chiffres qui montrent une augmentation « alarmante », ça signifie que de plus en plus de gens ont été en contact avec un virus. Ce qui, normalement, devrait être une bonne chose, puisque ça contribue à l’immunisation de la population. Au contraire, on nous présente ça comme une catastrophe. Et quand on regarde les chiffres officiels donnés chaque jour, le nombre d’hospitalisations et de décès reste extrêmement faible – heureusement. Et curieusement, plus on confine, plus il y a de cas … Ne serait-ce pas la bonne méthode ?

    • Chiffres des syndicats ou de la police?

      • En effet, les personnels hospitaliers sont-ils bien d’accord que le nombre d’hospitalisations resterait extrêmement faible ?

        • Les chiffres à eux seuls ne peuvent pas prédire le futur à long terme ni même à cours terme quand les causes se situent plusieurs semaines plus tôt.

          Or on sait qu’on cumule le délai de remonté des données hospitalières, de tests biologiques, d’incubation, de moyenne mobiles, de changement des comportements et probablement d’autres facteurs.

          (Et je fais la supposition que les biais d’attribution ne concernent pas le problème pratique des praticiens hospitaliers).

  • C’est difficile à reconnaître, mais nous n’existons pas. Notre civilisation est éteinte depuis longtemps !
    Quand on voit comment l’humanité à vécu durant des millénaires, sans masques, sans confinement, sans se laver les mains toutes les 5 minutes, il est impossible que nous ayons survécu, si on écoute ce que disent nos hommes politiques.

    Le nombre de morts est si faible aujourd’hui, que l’on ne devrait plus en parler. Il y a beaucoup plus mortel aujourd’hui : cancers, maladies cardio-vasculaires, accidents domestiques….
    Pourquoi le covid a-t-il droit à un traitement de faveur ? Il y a un tas d’autres virus qui nous infectent tous les jours, dont on parle jamais et dont certains sont très probablement aussi mortels que le covid aujourd’hui. Quel injustice, que font les anti-spécistes ?

    J’ai l’impression que cette épidémie aura pour conséquence une baisse générale de l’efficacité de nos systèmes immunitaires. A trop vouloir une vie aseptisée, notre corps ne s’entraîne plus à lutter contre les agressions extérieures.

  • Pour info, les mercenaires syriens, leur signature :
    https://twitter.com/i/status/1315024739489009666

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Dans son dernier essai intitulé Adieu la liberté, l'essayiste Mathieu Slama observe que si l’État n’avait pas contraint les citoyens aux mesures sanitaires les plus liberticides, ce sont les citoyens eux-mêmes qui s’en seraient chargés, tant la panique qui s’est emparée des esprits était générale. Les confinements, couvre-feux, attestations dérogatoires, masques obligatoires et autres restrictions n’ont fait l’objet d’aucune vraie protestation en France. Nos voisins ne firent guère mieux. Une étude portant sur une dizaine de pays citée par l’... Poursuivre la lecture

Après la peste et toutes les pires pandémies qu’a pu connaître notre humanité, le monde a fini par revenir à la normale et continuer d’avancer. Les technologies sont passées par là, avec ce qu’elles représentent en termes de poids économique. Nul ne me contestera que de nombreux acteurs du secteur ont pu saisir dans cette pandémie une réelle opportunité de croissance… solutions pour le télétravail, solutions de surveillances de salariés, mise en place du click and collect, solutions sanitaire… solution de télétravail alternative : Netflix et ... Poursuivre la lecture

Une conférence de l’Institut Libéral, depuis la Suisse

Une conférence en ligne est organisée avec Mathieu Slama, qui est essayiste et enseigne la communication politique. Son nouveau livre Adieu la liberté a été publié le 20 janvier 2022, aux Presses de la Cité. La conférence en ligne aura lieu mardi 15 février, à 20 heures.

Pour Mathieu Slama, la crise de la Covid-19 a révélé un nouveau totalitarisme soft soucieux du safe. En cause, une gestion de crise cherchant non pas le bien commun, mais le bien-être de chaque ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles