Qui ne pense pas comme le maire de Bordeaux est un facho

Suite à la déclaration du maire de Bordeaux qui ne voulait plus d’ « arbre mort » à Noël, ses détracteurs ont été traités de « fachos ». Une réaction indigne d’un élu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
ChristmasTree by www.tOrange.biz Valdemar Fishmen(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui ne pense pas comme le maire de Bordeaux est un facho

Publié le 19 septembre 2020
- A +

Par Johan Rivalland.

L’information m’avait fait sourire… et surtout bondir. Pas tant sur le sujet de fond lui-même que par le décalage entre les urgences immédiates (en particulier à Bordeaux) et le côté un peu anecdotique de cette « grande décision » dont on pouvait se demander si elle justifiait une conférence de presse dans laquelle le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, annonçait qu’il ne voulait plus « d’arbre mort sur la place de la ville ».

Le facho, celui qui ne pense pas comme vous

Par une mauvaise habitude, très ancrée en particulier à gauche, qui ne pense pas comme vous est assez rapidement affublé de qualificatifs qui visent à le décrédibiliser immédiatement et à lui couper ainsi l’envie de s’exprimer librement sans prendre le risque de se voir catégoriser à travers des adjectifs dont on ne souhaite pas vraiment se voir affublé.

En qualifiant de facho quiconque s’oppose à lui, Pierre Hurmic ne se montre pas très ouvert aux débats d’idées et à la liberté d’expression. Après le début de cette polémique, une pétition avait été finalement lancée pour réclamer le maintien du sapin de Noël sur la place de la Mairie lors des fêtes de Noël. Et la réaction du maire de Bordeaux a de nouveau retenu mon attention.

Ce nouveau maire de Bordeaux a une réaction décevante : Pierre Hurmic apparaissait a priori plutôt modéré avant son entrée en fonction, par rapport à d’autres élus Verts.

Finalement, il semble qu’il n’en soit rien. De tels qualificatifs et une telle propension à s’emporter contre ses détracteurs dénote au contraire un esprit assez intolérant, voire dangereusement autoritaire. Pas à la hauteur, en tous les cas, de ce que l’on peut attendre d’un élu responsable.

Être à l’écoute

En effet, si un maire peut être amené à prendre des décisions en tant qu’élu et représentant du peuple, cela ne le dispense pas d’un minimum de retenue et d’écoute. Sans que cela doive forcément contrecarrer ses décisions. Et en respectant ses opposants. N’est-ce pas là le sens de ce que l’on appelle la démocratie ?

Or, si on se réfère aux nombreuses réactions qu’avait suscité son annonce, il semble que certaines – souvent de bon sens – auraient mérité un peu plus d’attention. Je pense notamment à ce lecteur de Contrepoints qui faisait remarquer (et d’autres avec lui) qu’il suffirait de planter un sapin dans un pot avec de la terre, que l’on pourrait par exemple laisser sur la place toute l’année et décorer durant les fêtes, et le problème de « l’arbre mort » serait évité. N’est-ce pas là, en effet, une idée de bon sens, compatible semble-t-il avec l’écologie et à même de mettre tout le monde d’accord, évitant ainsi les polémiques inutiles ?

À moins que Pierre Hurmic ait prétexté qu’il s’agissait d’une volonté de prendre une décision à caractère écologique pour mieux s’attaquer à une tradition ? En ce cas, il donnerait alors raison à ses détracteurs et à ceux qui ont lancé la pétition. Son énervement et ses propos désobligeants pourraient alors être interprétés comme une réaction qui trahirait le fond de sa pensée.

Quoi qu’il en soit, c’est cette « supériorité morale » qu’évoque David Desgouilles dans l’article du Figaro, qui est bien le sujet central. Sentiment que l’on peut, semble-t-il, trouver chez certains Verts dont le maire de Bordeaux (et celui de Lyon au sujet du Tour de France cycliste), et qui ne les honore vraiment pas.

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • ce maire craint-il que des sauvageons mettent le feu au sapin ? depuis la fin du confinement , les violences , la délinquance ont augmenté de 30% à Bordeaux….et tout un chacun sait ce qu’il se passe durant les fêtes de noël en douce France ….les bagnoles , les poubelles , pourquoi pas les sapins…

  • Est on autorisé à penser que le maire de Bordeaux est un con?

  • quand dans quelque temps on ira lire la définition du fascisme ça ne va pas être piqué des vers…
     » toute les personnes ce qui contredisent le camp autoproclamé du bien sont fascistes , tandis que tous les faits qui contredisent le camp autoproclamé du bien sont non pertinents.

    règle numéro 1 l’antifastiste e a toujours raison, règle numéro 2 si l’anitfasciste a tort, voir la règle numéro 1…

  • J’assume d’être traité de facho par ce khmaire vert intolérant et incompétent.
    (incompétent car son argument de l’arbre mort ne tient pas la route)

  • En réalité, ce genre de comportement me rassure; je sais maintenant que cette branche du communisme est irrémédiablement condamnée, comme les autres.

    Nous n’avons même pas besoin de les bousculer, ces gens sont tellement stupides qu’ils se vautrent tous seuls !

    Vaquons à nos occupations…

    • non ici c’est ridicule, mais de façon générale , c’est efficace, les gens ne veulent pas se faire accuser de racisme ou de fascisme..et ils modifient leur comportement..ça A de l’effet et des conséquences..
      la bien pensance ça marche..

  • Le maire de Bordeaux est un ayatollah, fasciste, un vert de gris quoi !

  • Avec le Covid, on aurait besoin de responsables locaux qui ne sont pas l’extrémité d’une administration centrale tentaculaire.

    Les maires me semblaient répondre à ce besoin. Mais question responsabilité, c’est très mal barré et on est reparti pour des mois d’errements.

    De fait la bobocratie ridiculise la démocratie, transformant ses limitations en défauts majeurs et on finira par regretter la gestion « soviétique » de l’administration Macron.

  • Ne dit-on pas:  » A quelque chose malheur est bon ! ? ».
    Les dérives verbales de tous ces clowns verts, permettront aux naïfs d’avoir une vision éclairée de la somme de leur incompétence.

  • pour être « vert », il faut forcément être idéologue et sans réflexion, sinon, n’importe quel cerveau repère tout de suite la vacuité de cette orientation politique.
    Bon courage aux bordelais.

    • Les bordelais s’en foutent, il y a lacanau le vin la chasse et arcachon… Et si il est trop gênant les barons feront le grand ménage.

    • Les Grenoblois ne s’en fichent pas…… Pas facile à vivre, ici, dans notre cuvette ….. et dans notre Métropole. Même pas fichus de s’entendre entre eux!

  • Le point positif de cette histoire, c’ est qu’ ils font tout de suite tomber les masques sans être encore arrivés au sommet suprême du pouvoir.

  • Inversion accusatoire… il faut reconnaître que c’est une spécialité de gauche!

  • Je connais une très proche du maire de Bordeaux qui n’hésite pas à dire que c’est un con !

  • Il y a l’écologie de P-E Victor, de P.Rahbi, de Leprince-Ringuet et des gens intéressés t puis…il y a les écologistes, et là, on rentre dans le caniveau de la politique, indissociable de notre vie quotidienne.
    Il faut vous y faire: vous avez aimé le bien-être sans limites, pour beaucoup, c’est bien, hé bien, dansez maintenant !!! Quand on prêchait la mesure, vous applaudissiez à l’égorgement des pieds-noirs et maintenant vous avez les égorgeurs à domicile. Quand on vous disait que les communistes étaient de la pourriture fasciste, vous traitiez les contestataires de sales nazis, hé bien, ghettoïsez maintenant. Vous avez plébiscité Libération, le Monde, et le temps passait, joyeusement en marche vers l’absolutisme. L’aboutissement c’est l’élection d’un dangereux incompétent à la tête d’une ville, comme les Britanniques supportent un dangereux mais compétent islamiste à Londres. Bienvenue au pays des gens qui subissent l’évolution du moment qu’elle a le goût de la bonne bouffe.

    • écoutez il est necessaire de définir l’ecologisme..si il s’agit de gens qui sont soucieux de l’environnement, ça fait 100% de sympathisants écologistes, si il s’agit de ceux qui veulent protéger l’nvironnement ça fait pas loin de 100% qui tombe à pas grand chose quand on commence à expliquer ce que ça implique..

      non l’ecologisme est à définir et à mon opinion dénoncer..

      l’écologisme a tout pour devenir un totalitarisme dictatorial. ce genre de propos qui attirait les sarcasmes il y a encore pas très longtemps ne peut plus guère être moqué quand les écologistes déclarés désormais de plus en plus souvent affirment desirer une dictature écologiste! voire un génocide…qui semble d’ialleurs total.

  • les soviets accusent leurs opposants d’être fachos et vice versa car ce sont deux branches du même arbre : le totalitarisme !!!! dans les pays qui ont expérimenté l’un ou l’autre les pratiques ont été les mêmes : état policier , surveillance des citoyens , privation de liberté des opposants avec éventuellement des camps de concentration quasiment identiques !!! Que le maire de Bordeaux fasse attention de ne pas tomber dans ces travers trop connus !!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Ronsse.

Au lendemain de l’élection, en 2020, de maires issus de l’écologisme dans quelques grandes villes en France, j’avais écrit que ceux-ci avaient rapidement tombé le masque avec quelques sorties dont tout le monde se souvient, qui « contre le Tour de France » (Lyon), qui « contre les sapins de Noël » (Bordeaux), qui « contre les aéroclubs » (Poitiers)…

Ces sorties, dont ils ont essayé par la suite de minimiser la portée, avaient quand même entraîné une baisse de popularité de l’écologisme, les gens commençant enfin... Poursuivre la lecture

Par Aymeric Belaud. Un article de l'Iref-Europe

Ce que nous observons actuellement en France, c’est un « retour » de l’épidémie avec un nombre de cas extrêmement élevé du fait des tests massifs, mais un nombre de décès très bas, en comparaison avec la période de mars-avril : 62 pour 13 959 nouveaux cas le 2 octobre contre 1438 pour 2633 nouveaux cas « officiels » le 15 avril.

Les mesures contraignantes reviennent, souvent absurdes comme la fermeture totale des bars, celle des restaurants... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Depuis l’étendue du mouvement originel des Gilets jaunes, la violence qui avait suivi et la déconfiture finale, tout le monde sentait bien que le problème n’était pas réglé et que ce n’était que partie remise.

La fermeture des bars, des restaurants, des salles de sports, l’interdiction des réunions publiques de plus de 10 personnes, la restriction à 1000 personnes aux événements imposée à Marseille et à Aix-en-Provence sera-t-elle l’étincelle qui va raviver un feu qui couve depuis des mois ?

La France... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles