Coronavirus : une anecdote en Espagne

Hier après-midi était un grand jour pour apprécier jusqu’à quelle extrémité les autorités politiques ont osé installer leur pouvoir coercitif sur la population.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Policia local Santa Cruz de Tenerife 2018 by copsadmirer@yahoo.es(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : une anecdote en Espagne

Publié le 6 septembre 2020
- A +

Par Jacques Henry.

La loi locale espagnole telle qu’elle est appliquée dans l’archipel des Canaries stipule que le port du masque dans la rue n’est obligatoire que si la distanciation physique établie à 1,5 mètre ne peut pas être respectée.

Je me suis fait remonter les bretelles par un policier qui m’a imposé de porter un masque alors qu’il n’y avait personne autour de moi et que lui-même n’en portait pas. Une belle démonstration de l’autorité bien comprise par un représentant de cette même autorité. Sans autre commentaire.

Je suis ensuite allé faire mes petites courses au supermarché et un vigile à l’entrée du centre commercial m’a presque agressé car je n’avais pas placé mon masque correctement : le nez doit être couvert !

Mon espagnol n’est pas suffisant pour que je puisse lui demander si on ne devrait pas aussi porter un masque de plongée puisque le virus peut nous contaminer via la conjonctive. Je pense qu’il n’aurait rien compris.

À l’entrée du supermarché – alors que j’avais correctement mis mon masque – une caissière me demande de mettre des gants d’un ton autoritaire. Je lui montre mes mains et lui apprend que je suis allergique à la saloperie de matière transparente utilisée pour leur fabrication. Elle insiste. Je me suis retenu pour ne pas l’insulter et je suis allé faire mes petites courses.

J’avais déjà remarqué que ces gants provoquaient chez moi une allergie, mais lassé par les remontrances des employés du supermarché je m’étais soumis à leurs injonctions et je me suis exécuté trois jours consécutifs. Le résultat est sans ambiguïté :

Voilà où nous en sommes alors qu’il n’y a pratiquement plus de morts, que cette grippe coronavirale fait partie maintenant du passé et que les effets secondaires peuvent être tout à fait bénins, tout comme cette allergie, mais pas du tout bénins, pour reprendre cet adjectif, pour l’économie, les relations sociales et l’état psychologique des individus.

L’économie va continuer à s’effondrer, les faillites d’entreprises n’en sont qu’au début. Toutes celles qui ont déjà disparu ne représentaient qu’un petit hors-d’œuvre.

Nous entrons maintenant dans le vif du sujet : septembre, octobre et novembre vont être très sombres avec des millions de chômeurs supplémentaires.

Une réaction allergique aux mains n’est rien pour un petit retraité comme moi qui continue à percevoir sa retraite (jusqu’à quand ?) mais il est certain que la population va devenir allergique aux mesures autoritaires prises en dépit du bon sens par les dirigeants politiques, et ceci aussi bien en Espagne qu’en France ou d’autres pays européens.

Sur le web

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Le contrat stipule, la loi dispose.
    De rien.

    • stipuler , verbe transitif
      – Sens 1
      Droit Enoncer une clause ou une condition dans un contrat.
      Synonymes : énoncer, déclarer, préciser

      – Sens 2
      Spécifier, faire savoir expressément.
      Synonymes : spécifier, déclarer, préciser

      Source : dictionnaire en ligne l’internaute.

      De rien 🙂

  • Espagne, Italie, France… il est frappant que ce genre d’autoritarisme frappe davantage les pays de tradition catholique – c’est à dire des pays où on avait l’habitude d’une Église toute-puissante qui dispensait la bonne parole et que les gens devaient suivre sans discuter. Dans les pays de culture protestante, qui insistent plus sur la responsabilité individuelle et tolèrent mieux la diversité d’opinion, ce genre de dérive semble plus rare.

    • Laurent Lenormand : Ce sont tous trois des pays à gouvernement socialiste. Tout s’explique.

    • Et la Suisse, catholique ? Et l’Irlande, catholique ? Et la Californie et New-York, protestantes ?
      J’ai l’impression que la religion (souvent oubliée par le plus grand nombre) n’y est pas pour beaucoup, mais le progressisme, le socialisme, le culte de l’Etat, si !

  • arrêt des chaudières au fuel, limitations de vitesse à 80km/h , interdiction du glyphosate, repas végétariens obligatoires …

    nous avons admis l’idée qu’il ya it un ministère de l’alimentation..

  • on verra si, durant la grippe saisonnière , le masque protège si bien que ça ; si ce n’est pas le cas , les dirigeants vont devoir s’expliquer…..et alors là…..

    • Il n’y aura peut-être pas de grippe saisonnière: tout sera étiqueté Covid.
      Comme cette année d’ailleurs.

    • Le masque protège si tout le monde le porte bien et arrête de s’en plaindre !!! C’est dans la culture asiatique de protéger l’autre, en occident on est allergique à ce qui touche notre pseudo liberté inividuelle… Le masque n’est pas une façon caché de l’état pour brider notre parole.

      • Déjà, vous faites une confusion entre culture (asiatique) et coercition (en Europe, et en l’occurrence en France).
        Ensuite, les Asiatiques portent le masque aussi, voire surtout, contre la pollution. D’ailleurs, aucune étude ne démontre l’utilité du masque en extérieur, même l’OMS le dit.
        Enfin, le masque est aussi un symbole, celui de la coercition généralisée, car au-delà du masque lui-même, il y a toutes les obligations/interdictions telles les interdictions de rassemblements ; or se rassembler est un des premiers droits des citoyens.

        • je complète : aucune étude ne démontre l’utilité du masque en extérieur contre le coronavirus

        • Il ne fait aucune confusion. Si nous devons mettre en place des mesures coercitives ici, c’est précisément parce que la population ne se livre pas par elle-même au respect des mesures de santé publique et de distanciation sociale, contrairement en Asie.

          Quant à votre sermon sur les masques en extérieur, si vous aviez seulement pris la peine de lire ce billet médiocre de 30 lignes, vous auriez lu que l’auteur se gargarise de mépriser un vigile en souhaitant se rendre dans un centre commercial (lieux clos, donc) nez découvert.
          Merci de lire les articles avant d’intervenir.

          • Ras le bol de votre coercition à la noix. Nous sommes assez grands pour nous protéger nous-mêmes, et nos proches, et même autrui, quand une épidémie de grippe ou de gastro survient. Alors nous sommes tout aussi capables de faire cela en cas de Covid, dont je rappelle que la gravité, si correctement gérée, ne dépasse guère celle d’une grippe saisonnière – de nombreux pays l’ont montré.
            D’autant qu’en ce moment, l’épidémie n’est qu’un souvenir : elle est TERMINÉE depuis fin avril.
            Alors votre psychose à deux balles et votre coercition, vous pouvez vous les garder.
            Sur le masque, je vous signale que beaucoup de maires l’ont rendu obligatoire en extérieur, et que c’est principalement cela qui fait débat aujourd’hui. Mais puisque vous insistez, je trouve l’obligation généralisée en intérieur pas loin d’être aussi stupide, puisque comme rappelé plus haut l’épidémie est TERMINÉE.

      • En Asie, bien que j’aime cette culture, on se torche avec la liuberté individuelle et le taux de suicide explose. Au Japon onj ne fait plus de gosses, on a des puceaux de 40 ans, une justice médiévale et une Etat en faillite permanente. j’adore le Japon, mais c’est un pays qui cache des énormes problèmes. Ok ils portent des masques facilement et alors? Avant le Covid c’était coutume d’y porter des masques quand on était malade sois même. Pas quand on était sain.

  • De l’hystérie à la psychose, en passant par la dictature sanitaire irréaliste digne de la SF, on arrive aujourd’hui à une espèce de tyrannie paranoïaque largement répandue par la peur. Dans une cacophonie hallucinante, révélatrice de l’infection de la science par le carriérisme et l’argent, coiffée de l’impéritie des gouvernants (responsables mais pas coupables) et des médias gravement malades à quelques exceptions près.
    Sars Cov-2 : un virus nanométrique, provocant une épidémie banale au plan sanitaire, mais une tempête de folie mondiale. Avec de redoutables conséquences économiques, sera-t-il le détonateur de l’explosion de nos systèmes ? Voilà qui signe un événement qui restera dans les livres d’histoire.

    • Peut-être pas le detonateur de l’explosion de nos systèmes, mais celui du grand reset (qui est une expression de type révolutionnaire) prévu par les élites mondialistes. Voir ce commentaire du livre de Klaus Schwab

      La seule critique que je ferais à Charles Sannat, auteur de cette vidéo, c’est qu’il accorde crédit au présupposé révolutionnaire (« le monde est en crise, il faut tout changer »). Or, c’est cette prémisse, promue notamment avec le discours écologique, qui prépare les gens à l’acceptation du changement de paradigme prévu.
      Cette prémisse est fausse: il y a toujours eu des problèmes – qu’il faut résoudre -, mais beaucoup de choses dans notre monde vont mieux qu’autrefois. Face au discours révolutionnaire, il faut opposer la continuité, le pagmatisme… et la liberté qui est la première victime de toutes les révolutions.

      Dire que ceux qui alertent depuis des années, voire des décennies, sur ce projet qui verra la fin des libertés et du droit de propriété, se sont fait qualifier de complotistes et autres noms d’oiseaux…
      Il n’y a plus qu’à espérer que les peuples se réveillent de ce cauchemar Covid…

      • Oui, espérons-le. Sans aucun doute cette crise laissera des traces. Avec des conséquences dont on peut craindre qu’elles seront sévères, au moins à court terme.

  • « Mon espagnol n’est pas suffisant pour que je puisse lui demander si on ne devrait pas aussi porter un masque de plongée puisque le virus peut nous contaminer via la conjonctive. »
    Encore une remarque brillante, ça…
    Les contaminations par les yeux ne représentent qu’une petite minorité des cas. Pas besoin d’avoir été au CNRS pour savoir que les voies de contamination des virus respiratoires, ce sont d’abord le nez et la bouche.
    Quand vous rentrez dans votre véhicule, vous ne mettez pas votre ceinture de sécurité sous prétexte qu’elle ne vous protégera pas dans 100% des cas ou bien vous acceptez cette protection imparfaite ?
    Avec un raisonnement de ce genre, on va allez loin……………………
    Et que dire de votre mépris à l’encontre de ce vigile, sans doute excédé d’être potentiellement exposé à la covid tous les jours à cause de gens comme vous : « Je pense qu’il n’aurait rien compris. » Bravo, la grande classe. Pas de doute, on voit qu’on a affaire à un parfait Gentleman !

    • Le vigile est exposé à… un rhume. Quel risque effroyable ! Et encore, il ne craint rien s’il se lave les mains régulièrement.

    • Le vigile n avait pas de masque dit-il. Comme nos politiques clowns à roulettes dans la quasi totalité des photos que diffusent la presse. Mais c est un vigile alors on ferme sa gueule. Surtout quand on est étranger à l étranger, à moins d être 10 et en France et membre d une ONG et là le vigile il regarde ailleurs.

    • C’est clair que l’auteur nous avait habitués à mieux.

    • « sans doute excédé d’être potentiellement exposé à la covid tous les jours »

      On en frémit d’angoisse pour le pauvre vigile. Mais ouais, comme tout le monde, vu que nous sommes tous, tout le temps et en tout lieu, depuis que le monde est monde, exposés à tous les microbes, virus et bactéries en liberté dans l’air, exposés à toutes les maladies potentielles, sans compter tous les risques que la vie comporte, depuis la chute de l’escabeau jusqu’au cataclysme naturel.

      Mais le pire qu’on doit se farcir tous les jours, et toujours plus, ce sont les emmerdeurs. Ceux-là qui se font un devoir de régenter la vie des autres au nom de tous ces dangers potentiels terriblement incontrôlés, et raison pour laquelle il leur faut donc réglementer absolument tous nos faits et gestes quotidiens. En bref: les cons.
      Ma solution: dehors les cons! à coup de pompes dans le derche et jusqu’à ce que le message remonte bien jusqu’au cerveau, merde!

  • Petits problèmes anodins d’un exilé fiscal si je comprends bien,il a quitté un enfer fiscal pensant se retrouver au paradis et vit un enfer sanitaire…

    • l’Espagne, pays socialiste comme la France est aussi éloignée du paradis fiscal que de l’anarcho-capitalisme. L’enfer sanitaire, on a le même à la maison, les gants en moins, et le tout est en fait non sanitaire puisque le port du masque à l’extérieur, le port des gants etc. n’ont aucun réel support scientifique !

  • Liberté – Responsabilité
    Tout ceci existerait si nous n’avions pas un monopole des assurances de santé ?

  • Monopole de l’assurance santé qui permet aux exilés fiscaux de revenir 2x par an chercher leurs médicaments moitié moins chers qu’aux Canaries et sans payer grâce au tiers payant…

  • Un peu comme en France avec les amendes infligées à des personnes mangeant des glaces ou gaufres…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

Illustration de personne portant un masque anti covid
10
Sauvegarder cet article

The Atlantic, vénérable mensuel fondé au XIXe siècle, a récemment fait paraître un article d’Emily Oster qui a largement défrayé la chronique : dans « Let’s declare a pandemic amnestie » (déclarons une amnistie pour la pandémie), l’auteur tente d’aligner quelques arguments en faveur d’un pardon général pour tous ceux qui, pendant la pandémie, ont pris les décisions – y compris les plus farfelues  – au motif essentiel que chacun a cru faire du mieux qu’il a pu avec le peu d’informations dont il disposait.

L’article, sobrement chapeauté ... Poursuivre la lecture

Par Marc Loriol.

Classer les salariés en « générations X, Y, ou Z » pose question. On s’aperçoit bien vite qu’il n’y a pas d’accord sur les limites chronologiques ou sur les qualités et défauts supposés de chaque génération : vivre à une même époque ne suffit pas à définir une expérience commune à toute une classe d’âge et les enquêtes empiriques vont à l’encontre des clichés sur une supposée spécificité des jeunes générations. Les boomers se sont, par exemple, vus reprocher dans les années 1970 certains traits communs avec ceux attrib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles