Le dernier des Mohicans pro-communiste

Quand le directeur du Monde diplomatique, dernier des Mohicans philocommuniste, règle ses comptes avec les historiens du communisme dans la préface à la dernière réédition de « L’âge des extrêmes » d’Eric Hobsbawn.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Who in the world would buy these? By: Eirik Newth - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le dernier des Mohicans pro-communiste

Publié le 2 septembre 2020
- A +

Par Pierre Rigoulot.

L’historien britannique Eric Hobsbawm est mort le 1er octobre 2012. C’était un homme de gauche et même un marxiste, resté jusqu’au bout fidèle à ses premières options et notamment à ses passions pro-soviétiques, mais un érudit, à l’écriture aisée, capable d’une ample vision.

Son dernier ouvrage, The Age of extremes est paru en France en 1999. On en est, en 2020, à la troisième édition dans notre pays.

Serge Halimi, directeur de la rédaction du Monde diplomatique, en a rédigé la préface. Lui ne donne pas dans la hauteur de vue. Il règle ses comptes – et comme les temps sont durs pour les derniers Mohicans communistophiles, il en a beaucoup à régler : Pierre Nora le perfide, François Furet, « laudateur de Staline avant de finir libéral bon teint », Stéphane Courtois, utilisateur de « chiffres fantaisistes » et Thierry Wolton, « un militant de droite extrême », passent sur le grill. Le premier pour ses réticences passées à traduire l’ouvrage d’Hobsbawm, les autres pour leurs travaux sur l’histoire du communisme, dénoncés comme opérations de propagande, campagnes idéologiques ou polémiques simplistes.

L’espoir d’un monde meilleur

Dans une démarche qu’on retrouve chez Hobsbawm lui-même, Halimi oppose ce que le système communiste a produit de catastrophique et l’espoir qu’il représentait pour  tous ceux qui rêvaient d’un monde meilleur. Et un rien mélo, il tente de nous attendrir avec le dévouement des vendeurs de l’Huma Dimanche, ou du Muguet du Parti le 1er mai, les débats fraternels sur tel ou tel point de doctrine et les rêves de lendemains qui chantent.

Halimi oublie que ces espoirs n’étaient pas seulement égalitaires mais destructeurs. L’humanité nouvelle supposait la destruction sans pitié de l’humanité ancienne. On sait bien : pas d’omelette sans casser d’œufs. Quant au goût de l’omelette, Halimi est prudent, bien sûr.

Pas question pour le rédacteur en chef du Monde diplomatique de nous promener au Pays des Merveilles. Mais enfin, ce n’était pas si mal après tout : il n’y avait pas que le goulag et le KGB dans la vie soviétique ! Si Staline n’avait pas décapité la Révolution ! S’il n’avait pas anéanti le beau parti bolchevik, on aurait vu ce qu’on allait voir ! Et même avec Staline, après tout, cette histoire soviétique ne se confond pas avec la vallée des larmes.

Halimi s’extasie devant le développement industriel du pays sans se demander s’il n’aurait pas été plus grand et moins coûteux en nombre de morts avec le maintien de la propriété privée. Il s’émerveille aussi de l’apport soviétique à la victoire sur le nazisme sans se demander si le traité germano-soviétique n’est pas pour quelque chose dans le déclenchement de la guerre et sans rappeler l’aide américaine colossale; et non remboursée, à l’URSS ou sans s’interroger (on aurait dépassé le niveau des polémiques habituelles) sur ce qui dans cette victoire soviétique venait de (réjouissantes) erreurs allemandes ou plutôt de l’excellence du système communiste stalinien.

Une bonne note aux dirigeants soviétiques

Après avoir vanté les espoirs suscités par le système communiste et sa puissance, Halimi attribue une bonne note aux dirigeants soviétiques capables de réformer leur système, et par exemple d’ouvrir le goulag dans les années 1950 et d’adoucir le sort des zeks que dénoncera donc Alexandre Soljenitsyne avec un temps de retard.

Argument dangereux pour quelqu’un qui reproche à Wolton et Courtois de réduire le système soviétique au goulag. Sans doute en 1974, quand paraît le premier tome de L’Archipel du goulag, le système concentrationnaire soviétique n’est plus ce qu’il était. Mais les citoyens de l’URSS étaient-ils si sereins qu’il le prétend ? Pouvait-on parler à cette époque de liberté de penser ? de croyance ? de réunion ? d’information ? Et y avait-il des biens de consommation en quantités suffisantes ? Quand Gagarine effectua son premier vol, les Moscovites manquaient de beurre !

Ne soyons pas mesquin. Laissons ce peu glorieux appétit d’une vie simplement plus agréable et prenons de la hauteur. Sans l’URSS et le corps expéditionnaire cubain en Angola, comment, demande Halimi, serait tombé l’apartheid dont s’accommodaient les États occidentaux ? D’abord, les États occidentaux ne s’en accommodaient pas mais voulaient éviter une catastrophe politique que cherchait au contraire le monde communiste. Celui-ci n’a jamais brillé par son humanisme.

Quand il lutte pour le pain et la liberté, c’est pour installer des kolkhozes et un parti unique ! Quand il se dit contre l’apartheid, c’est pour installer un régime ami et affaiblir l’Occident ennemi. Et quand Castro veut « la liberté ou la mort » (comme c’était beau !), il visait l’interdiction des élections, et souhaitait instaurer un régime de parti unique.

Sauver la révolution culturelle

Halimi se réjouit de ce que l’insolente satisfaction (je parlerais plutôt de naïveté) des démocraties des années 1990 soit remise en cause. Leur avenir n’est plus la victoire mondiale certaine. M. Fukuyama, son héraut, s’est tû.

Halimi ne parle presque pas de la Chine ; normal dans la préface du livre d’un l’auteur n’ayant pas vécu une grande histoire d’amour avec elle. Affaire de génération. Reste que le directeur du Monde diplomatique tente de sauver une des pires entreprises de Mao pour vaincre ses adversaires au sein du parti : la révolution culturelle.

Et comment la sauve-t-il ? En évoquant sa justification ou son prétexte : la « crainte d’une dégénérescence bureaucratique » ! Confondre l’étiquette collée par l’initiateur du mouvement et la réalité de ce mouvement, c’est un peu fort de café ! Il est vrai qu’Halimi confond de la même façon la mise en place d’un système totalitaire et les espoirs que suscitent ou qu’affichent ses slogans et ses images.

Arrêtons nous ici. Il y aurait dans cette préface bien d’autres affirmations à discuter. Sur la retenue des pays occidentaux sous la (bonne) influence de l’URSS, ou sur l’origine du déplacement des efforts révolutionnaires de l’URSS au tiers monde, entre autres.

Mais pour dialoguer, il faudrait que Serge Halimi renonce au plaisir des formules réductrices comme « la guerre américaine » à propos du Vietnam, la « société égalitaire » à propos de l’URSS, qu’il cesse de dénoncer ceux qui veulent parler en bloc du communisme, ou de fustiger « les démocraties d’apparence […] où ceux qui signent les chèques écrivent aussi les lois ». Ce n’est pas une analyse. C’est, comme disait l’autre, de la littérature à l’estomac.

Je crains que ce ne soit pas demain la veille. Serge Halimi et ses amis du Monde diplomatique continueront sans doute longtemps encore leur polémique et fourbiront donc leurs formules venimeuses en faveur d’une mémoire complaisante du communisme.

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • Dans le même genre on se traîne cette baderne d’ Alain Badiou. Ces vieux fossiles sont complètement marteaux.

  • tant que les êtres humains seront ce qu’ils sont, une société égalitaire sera nécessairement une société policière totalitaire…

    et les gens qui en défendent l’idée ne se voient jamais comme les égaux du commun..

    le parti, dont il font parti et le peuple..

  • Les tchèques ont une excellente formule pour ce genre de types : »c’était facile d’être communiste à l’ouest » . Quant à moi je me contente de constater que tous les régimes communistes ont dû murer leur population pour éviter leur fuite. Bon j’imagine que le brillant auteur E Hobsbawn a une fumeuse explication à ce phénomène bizarre …

  • quand coupera-t-on les subventions à ces journaux communistes ???

  • Il n’y a qu’en France qu’on trouve encore ces dangereux défenseurs du communisme, cette monstrueuse idéologie. Qu’attendent-ils pour aller vivre dans un de ces derniers paradis stalinien : la Corée du Nord !?!

    • En Suisse, il y en a une belle brochette de défenseurs de cette monstrueuse idéologie. Le PS Suisse est aussi rétrograde voir plus que le PS français.

  • Le communisme dans un pays c’est une mafia qui met la main sur un pays. Sa manière de se maintenir au pouvoir est la même que pour se maintenir à la tête d’un trafic de drogue pour un cartel colombien ou autre.

  • « […] pas d’omelette sans casser d’œufs. Quant au goût de l’omette […] »
    Comme avait dit, en substance, le dissident Vladimir Boukovski (héros de la lutte contre le totalitarisme soviétique) :
    « On a cassé beaucoup d’œufs, mais on n’a jamais mangé d’omelette. »
    De Nikolaï Iejov lui-même (artisan des Grandes Purges de 1936-1938) :
    « Quand on abat la forêt, les copeaux volent ! »

  •  » pas d’omelette sans casser d’œufs. »
    qu’ils disent…

    Les œufs, on les a cassés;
    mais l’omelette, elle est où ?

  • Je l’ai déjà écrit ici : contrairement au nazisme, il n’y a jamais eu de « Nüremberg du communisme ».
    Ce qui explique les errements du Monde Diplodocus (comme le surnommait M.G.Dantec) et plus généralement le retour en force dramatique du communisme (France insoumise, Verts, « décoloniaux »…) dans la vie politique.

    • ce n’était pas un nuremberg du nazisme, mais un procès des crimes de guerre…
      le nazisme et le communisme restent des idéologies, juste des idées…

      EN effet, pas de procès des crimes du régime soviétique ou chinois…pire il ya des gens qui pensent que ça n’en nécessite pas, avec l’argument très spécieux..le capitalisme a plus tué..

      on ne peut pas juger un communiste ou un nazi sur la seule adhesion à cette idéologie, c’est d’ailleurs ce que veulent faire ou prétendent faire les anti fascistes,

      •  » avec l’argument très spécieux..le capitalisme a plus tué..  »

        En prenant toujours des exemples d’interventions étatiques occidentales. Ils n’arrivent même pas à faire la différence entre des structures d’état et la propriété privée d’une entreprise capitaliste.

    • j’ai parfois des doute sur l’opportunité d’avoir fait un « Nurembreg ».
      C’était faire une procédure spéciale pour juger des crimes de masse, l’effet pervers il me semble, c’est que cela valide l’idée qu’il est normal que l’on agisse en masse, en oubliant l’individu, la singularité…

  • L’idéologie est inoxydable dans son déni des faits.

  • J’ai connu Serge Halimi lorsqu’il était lycéen. Maolatre inconditionnel tous les soirs à l’internat avant de se coucher il se mettait au pied de son lit au strict garde à vous pour écouter toujours à la même heure l’internationale diffusée par Radio Pekin. Comme le disait un de ses profs l’image idéalisée de Mao était celle d’un père de substitution d’où une adhésion totale allant jusqu’à réciter par cœur le Petit Livre Rouge …Évidemment jeune on peut avoir des adhésions fanatiques qui peuvent se comprendre pour des raisons familiales…mais certains y restent définitivement coincés…

  • Ce type est un salaud qui s’assoit sur 100 millions de morts. Après tout il a été complice de ces crimes puisqu’il les a approuvé, et les approuve toujours, quand il n’a pas exigé des têtes lui même!

  • J-F Revel disait que les démocratie ont eux aussi commis dans leur histoire des crimes. A la seule différence des dictatures comme les dictatures communiste; ce n’était pas pour prendre le pouvoir dansd leur propre pays.

    Les dirigeants occidentaux se sont aussi excusés ou ont fait leur devoir de mémoire des crimes passés commis par leurs prédécesseur au pouvoir.  » Colonialisme, esclavagisme, génocide des amérindiens, nazisme, shoah etc…

    Par contre aucun parti communiste occidental où des socialistes ex marxistes – léniniste ou maoïstes n’ont fait leur devoir de mémoire en regrettant d’avoir adulé des décennies une idéologie abominable et ultra- criminelle.

    Après plus de 70 ans de mensonges, les gauchos sont reparti pour plus de 70 ans de mauvaise foi. ( En restant très optimiste )

    • En parlant d’esclavagisme sujet d’actualité. Le plus grand pays esclavagiste de l’histoire était l’URSS, surtout sous Staline. Peuple d’esclaves qui alimentait les camps de travail forcé afin de construire des infrastructures surdimensionnées où les travailleurs par dizaines de milliers crevaient de faim, de soif, d’épuisement et de maladies. Et une armée aussi d’esclaves où la vie de leurs soldats de valait rien. Ils sont où les déboulonneurs anti-esclavagistes actuels pour demander que l’on débaptise les rues Lénine et les places Stalingrad?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lionel Chanel.

Les Ouïghours, cette population turcophone et musulmane de la province chinoise du Xinjiang, sont assujettis au pouvoir communiste de Pékin depuis 1950. Les camps de rééducation, lieux d’enfermement et de tortures physique et psychologique, représentent l’aspect le plus répugnant du totalitarisme à l’œuvre en Chine contre cette minorité.

Des témoignages, comme celui de Gulbahar Haitiwaji, une rescapée de ces camps qui vient de sortir un livre sur son expérience de détenue, permettent de se faire une idée de l’... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Le fédéralisme flamand est un succès avéré, dans quasiment tous les domaines. La Flandre n’a jamais été aussi prospère. Gand, Bruges, Leuven sont au faîte de leur art de vivre, parmi les plus belles, actives et créatives cités d’Europe du Nord. Anvers renoue avec son glorieux passé, celui de l’un des plus grands ports du monde.

Le fédéralisme wallon est tout aussi éclatant, mais d’échec, d’insuccès, de complaintes, de rancœurs et de misère. Pourtant, depuis un demi-siècle, c’est la Flandre qui finance massivement la Wallonie, non le co... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Mercredi dernier, on a appris que le département de la sécurité intérieure (DHS) - un département qui n'existait pas il y a 20 ans mais qui dépense aujourd'hui 52 milliards de dollars par an - a créé un nouveau Conseil de gouvernance de la désinformation.

Cette nouvelle intervient quelques jours seulement après que Twitter a accepté l'offre d'Elon Musk, fondateur de Tesla, de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars, une opération qui, selon les détracteurs de l'opération, pourrait alimenter la désinforma... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles