Lénine, l’inventeur du totalitarisme, de Stéphane Courtois

En seulement quelques années, Lénine a bâti le pire système qu’ait connu l’humanité. Comment expliquer la dose de sympathie dont il bénéficie encore, surtout en France ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lénine, l’inventeur du totalitarisme, de Stéphane Courtois

Publié le 23 novembre 2017
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

La biographie intellectuelle de Stéphane Courtois (grand spécialiste du communisme et co-auteur du remarquable et très remarqué Livre noir du communisme) fait le « ménage » dans les mythes qui entourent le sinistre personnage et rétablit une vérité pourtant connue dès le début.

Il y a d’abord l’homme Lénine, originaire d’une famille riche et qui a toujours vécu comme un… rentier. Il n’a jamais travaillé. Il a d’abord profité de la fortune de sa famille et ensuite du pouvoir qu’il s’est attribué.

Même si le terme « totalitarisme » est apparu en 1923-1924 grâce à un journaliste italien, Giovanni Amendola, c’est bien Lénine qui met en pratique les caractéristiques du régime. Plus tard, Staline ne fera qu’« améliorer » le système en l’imposant au-delà des frontières de l’URSS.

Ce totalitarisme, qui sera adopté aussi par les nazis, à leur propre façon mais en en gardant les caractéristiques principales, s’appuie sur quatre piliers : la dictature d’un parti unique (parti-État) autour d’un chef, le monopole d’une idéologie, une économie d’État et une terreur de masse efficace pour supprimer toute velléité d’opposition.

Le « noble » Lénine trouve ses inspirations totalitaires chez Marx mais aussi chez des écrivains révolutionnaires et anarchistes comme Tchernychevski, Netchaïev ou Plekhanov. Ce cocktail idéologique mélangé au tempérament paranoïaque et bipolaire de Lénine donne naissance à la théorie totalitaire léniniste.

Chez Marx, il avait bien compris l’importance de la pensée révolutionnaire radicale pour s’opposer à toute forme de démocratie parlementaire « bourgeoise » et refuser tout compromis politique. Chez les révolutionnaires et autres anarchistes, il a saisi le rôle de l’assassinat et du chaos politiques pour la prise du pouvoir. Dans son Manifeste, Marx écrit :

Les communistes proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de tout l’ordre social passé.

Vladimir Ilitch Oulianov (Lénine) a suivi ce conseil à la lettre et tous les partis communistes, partout dans le monde, ont pris le pouvoir par la force (à remarquer les mêmes souhaits de faire table rase du passé dans le Programme politique de M. Mélenchon…).

Lénine est responsable de plusieurs millions de morts

« Le communisme ou la mort » est la devise de Lénine dès 1917 lorsqu’il se débarrasse d’abord de ses adversaires politiques, installe le bolchévisme, pourtant largement minoritaire (15 000 membres seulement en 1917), à la tête de la Russie et lance ses politiques de répression et de soumission.

Stéphane Courtois démontre parfaitement comment Lénine s’entoure d’une bande de fidèles et crée une sorte de micro-société pour dominer un pays entier grâce à la terreur et au meurtre. Contrairement à Robespierre qui n’a pas développé une idéologie totalisante, Lénine veut une application scientifique du marxisme grâce à la dictature du prolétariat et à la création de « l’homme nouveau ».

Mise en place de la police politique (la Tcheka), exécutions sommaires, meurtres de masse systématiques (2 millions de morts), génocide de classe et ethnique (entre 300 000 et 500 000 Cosaques tués sur une population de 3 millions), déportations, famines organisées (environ 5 millions de personnes mortes de faim entre 1921 et 1923) : Lénine affiche dès le début sa volonté exterminatrice.

En seulement quelques années, il a bâti le pire système qu’ait connu l’humanité. Comment expliquer la dose de sympathie dont il bénéficie encore, surtout en France ? Inquiétant.

Stéphane Courtois, Lénine, l’inventeur du totalitarisme, Perrin, 2017, 450 pages.


Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Cette question est récurrente
    Il existe encore de beaux exemples vivants de ce malheur universel, à Cuba et au Venezuela, Les touristes qui visitent ces pays sont parqués dans des plages et abreuvés d’alcools gratuits
    En Russie j’ai pu me rendre compte quarante après qu’une jeunesse allègre a succédé à La morne et lugubre URSS . La Catalogne veut goûter à tout prix aux délices de l’enferm permanent
    L’esprit critique n’est plus enseigné dans des écoles où l’on la tête de nos chers enfants

    • Il l’était dans le temps ce qui n’a pas empêché les français de voter coco en 1945 en oubliant 5 ans plus tôt que le pacte germano-soviétique avait permis à Hitler d’envahir la Pologne et de provoquer la guerre. Même pas capables de se souvenir de ce qui c’était passé 5 ans auparavant. C’est le manque de cerveau qui provoque les catastrophes!

  • « Comment expliquer la dose de sympathie dont il bénéficie encore, surtout en France ?  » peut être la profusion de néo bourgeois oisifs et affiliés rendus bi polaires par l’abus de substances illicites ?

  • d’accord il a tué des innocents, aboli les libertés, mais il a combattu le capitalisme.
    Et même en admettant que combattre le capitalisme ne justifie pas de « casser des œufs » (?!) , lénine a enfermé des communistes et des socialistes qui auraient pu être plus totalitaires que lui, d’ailleurs pourquoi je mets un peut être c’est certain. en ce sens cela a été un grand combattant de la liberté relative.

    Blague à part..il ne faut pas chercher à comprendre ceux qui défendent le communisme sont juste des gens qui ne veulent admettre qu’ils ont été stupides parce qu’ils ne veulent pas perdre leur « influence « intellectuelle.
    quand vous avez passé votre temps à insulter vos contradicteurs à les rabaisser sur le plan intellectuel ou moral… admettre son erreur fait mal à l’ego. et puis il faudrait s’excuser..voire plus…et ne plus être admiré … Donc continuons d’admirer le communisme mais si possible dans un pays capitaliste.

  • Bonjour,
    La Russie n’a pas eu de chance.
    La brillantissime Catherine II a dépensé pour ses diamants, ses châteaux, ses équipages (et ceux de ses chouchous) et pour ses toilettes et ses bals… deux fois plus que napoléon pour son armée. Donc, pas d’Universités.
    Le Tzar Alexandre 1°, assassin de son père à moitié fou, s’est débiné comme Charles-Quint.
    Alexandre II fut assassiné par ceux auxquels il se préparait à offrir des réformes indispensables.
    Son fils en a déduit qu’il fallait serrer les dents, serrer les poings, serrer les fesses… surtout ne rien moderniser (nous lui avons quand même dédié le plus beau pont de Paris!).
    POURTANT,
    L’économie s’est mise à  »décoller », la misère commençait à reculer, malgré la nullité complète de Nicolas II, à qui personne n’obéissait. Il n’a été canonisé que pour  »compenser » le meurtre de toute sa famille, déclarée martyre.
    FINALEMENT
    cette immonde saloperie que certains appellent Grande-guerre et d’autres  »Eine große Schweinerei », a ramené le chaos et tous les cauchemars…. le désespoir…. et la curée des Français, des Anglais, des Chinois, des U.s.a. Dès lors, n’importe qui pouvant ramener un peu d’ordre……….. à n’importe quel prix, incruste facilement dans l’opinion son aura de Sauveur sacro-saint. Surtout si son entourage (parfaitement désintéressé, comme il se doit) assure bien le service-client…..

  • Parce que les français des imbéciles ignorants! Il n’y a pas d’autre explication!

  • Voici un extrait des plus explicites tiré du livre (p. 50) de Thierry Wolton :
    .
    En août 1920, une délégation française [Louis-Oscar Frossard et Marcel Cachin] est reçue par Lénine au Kremlin, dans le but d’obtenir l’adhésion des socialistes français à la IIIe Internationale.
    [Frossard témoigne]. Selon Lénine, la « dictature du prolétariat ne s’exerce pas seulement par l’élite de la classe ouvrière sur la bourgeoisie, mais encore « sur la portion inconsciente ou rétive des prolétaires » et « sur ses alliés réformistes ». Les Réformistes ! Des bourgeois !
    — On les fusille, répète-t-il à plusieurs reprises.
    Il prononce « fisille » et accompagne le mot d’un petit geste sec, sans cesser d’ailleurs d’avoir le sourire. »
    .
    Thierry Wolton. — Une histoire mondiale du communisme – Les Complices, Tome 3, Grasset, 2017.

    Lien :
    https://livre.fnac.com/a10637863/Thierry-Wolton-Une-histoire-mondiale-du-communisme

  • Parfois, il y a une forme de révisionnisme qui consiste à faire de Staline un bouc émissaire de toutes les horreurs de l’URSS. Ce que je veux dire c’est que Staline est l’une des pires ordures de l’humanité, l’un des plus grands criminels de masse (avec Hitler et Mao) mais qu’il ne faut pas oublier que ce n’est pas lui qui a mis en place le système totalitaire de l’URSS. C’était déjà avant lui. Parce que les trotskistes ont fait du révisionnisme pour décharger les autres dirigeants comme Lénine ou Trotsky de leurs crimes pour tout mettre sur le dos de Staline. Ce n’est pas Staline qui a créé le goulag. Les persécutions et le système totalitaire ont commencé avant Staline. Comme dit Alexandre Soljenitsyne: « Le stalinisme n’a existé ni en théorie ni en pratique : on ne peut parler ni de phénomène stalinien, ni d’époque stalinienne, ces concepts ont été fabriqués après 1956 par la pensée occidentale de gauche pour garder les idéaux communistes ». Il faut lire « L’erreur de l’Occident » d’Alexandre Soljenitsyne qui montre que le stalinisme n’existe pas.

  • On pourrait aussi parler de Trotsky dont les révisionnistes ont réécrit l’histoire pour le laver de tous ses crimes. Trotsky ne valait pas mieux que Staline et il y a beaucoup de crimes sur ses mains.
    Petite citation de Trotsky (montrant toute son humanisme): « La meilleure place pour un gréviste, ce moustique jaune et nuisible, c’est le camp de concentration ». Sur Trotsky: http://thefederalist.com/2017/10/26/red-october-happened-100-years-ago-soviet-ideology-lives/

  • Oui comment expliquer que Lénine (et ses continuateurs au pouvoir : Mao, Castro.. ou non : Guevara) bénéficient encore d’une « dose de sympathie » et notamment en France ? l’article n’en dit rien. C’est pourtant un sujet bien approché par Bénéton (Le fléau du bien), Boudon (« Pourquoi les intellectuels n’aiment pas le libéralisme ») et que l’analyse des comportements d’adhésion à l’Islam radical d’une part et aux théories complotistes peut éclairer (Bronner : la démocratie des crédules).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

Mercredi dernier, on a appris que le département de la sécurité intérieure (DHS) - un département qui n'existait pas il y a 20 ans mais qui dépense aujourd'hui 52 milliards de dollars par an - a créé un nouveau Conseil de gouvernance de la désinformation.

Cette nouvelle intervient quelques jours seulement après que Twitter a accepté l'offre d'Elon Musk, fondateur de Tesla, de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars, une opération qui, selon les détracteurs de l'opération, pourrait alimenter la désinforma... Poursuivre la lecture

candidats anticapitalistes
1
Sauvegarder cet article

Parmi les caractéristiques les plus notables de l’« exception française » se trouve l’anticapitalisme affiché et revendiqué par une bonne partie de la gauche, mais pas seulement. L’actuelle élection présidentielle s’inscrit dans la tradition. Il est vrai que sur les douze candidats du premier tour, au moins quatre, soit le tiers, se revendiquaient expressément de la mouvance crypto-marxiste.

Si nous reprenons les tracts du premier tour et en se concentrant sur l’anticapitalisme explicite des arguments, on peut établir un podium de l’an... Poursuivre la lecture

Rares sont les pays de la communauté européenne dans lesquels on trouve un candidat qui se réclame du Parti communiste. Encore plus rares sont ceux où plusieurs candidats communistes s’affrontent lors d’une présidentielle ! Les échecs des expériences collectivistes qui ont violemment émaillé l’Histoire ont tout de même fini par marquer les esprits.

Sauf peut-être en France où les leçons du passé n’ont toujours pas été tirées : dans notre pays, véritable musée des traditions marxistes, plusieurs candidats à la présidentielle arborent un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles