Masques obligatoires en entreprise : premier rétropédalage d’Élisabeth Borne

Si l’État bureaucratique s’en sort aussi mal avec les masques, comment fait-il d’habitude ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Elisabeth Borne By: Jacques Paquier - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Masques obligatoires en entreprise : premier rétropédalage d’Élisabeth Borne

Publié le 31 août 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Les aventures du port du masque obligatoire continuent. Ce dimanche, le ministre du Travail Élisabeth Borne a admis que certaines activités en entreprise étaient difficilement compatibles avec le port du masque.

Elle envisage maintenant d’en assouplir les règles dans certains cas, en particulier dans les espaces suffisamment ventilés et pour certaines activités qui nécessitent un effort physique certain. Tout cela sera discuté avec les « partenaires sociaux » avant l’entrée en vigueur de la règle dès demain, ce qui, il faut l’admettre, donne peu de temps au gouvernement pour y réfléchir intensément.

Des masques obligatoires à Paris

Ce rétropédalage à quelques jours de la nouvelle réglementation rappelle un peu ce qui s’est passé à Paris vendredi dernier, en moins caricatural peut-être. À 8 heures, le port du masque était obligatoire pour tous. Quelques dizaines de minutes plus tard, la préfecture admettait certaines exceptions à la règle, que ce soit pour pique-niquer ou pour circuler à deux roues.

Mais attention ! Les contrevenants risquent gros. La police contrôle les bars et les cafés pour vérifier que tout le monde respecte les règles. C’est l’occasion pour elle de montrer au contribuable qui pourrait en douter qu’elle est bien employée en cette période de radicalisation des violences urbaines.

Dans les deux cas, à Paris comme au niveau national, on distingue une façon de procéder qui nous donne une bonne idée du fonctionnement du modèle social que tout le monde nous envie.

Premièrement, les pouvoirs publics agissent dans la précipitation, par effet d’annonce de manière autoritaire et jacobine. L’exécutif impose une règle générale et autoritaire partout.

Ensuite, le préfet ou son ministre de tutelle ouvre le journal et s’aperçoit que le monde entier n’est pas une administration parisienne, et que ses règles sont impossibles à suivre correctement en l’état. C’est un problème d’information classique en économie, mais cette leçon semble un peu difficile à comprendre pour les planistes. On accepte alors une multitude de cas particuliers et d’exceptions laissés à l’appréciation de l’administration elle-même.

Plus d’exceptions, plus de fonctionnaires mobilisés

Le masque doit être porté au comptoir du bistrot, mais pas à table. On peut fumer, manger une glace et courir sans masque, ou même peut-être travailler dans un open space, mais pas dans les parcs publics, sur la plage parfois ou dans les rues de Paris.

La multitude d’exceptions mobilise une multitude de fonctionnaires pour faire respecter le nouvel empilement bureaucratique, achevant de rendre la consigne générale illisible et son application largement arbitraire, c’est-à-dire, au sens premier, à l’appréciation du Politique. La notion de sécurité juridique à ce stade devient une plaisanterie un peu utopique.

Mais si l’État bureaucratique s’en sort aussi mal avec les masques, comment fait-il d’habitude ? La réforme des retraites, le droit du travail, la guerre contre le terrorisme ? Si on osait la décentralisation des décisions ?

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • L’Etat jacobin n’a pas le monopole de ces règles absurdes.
    En Espagne, même refrain alors que le pays est décentralisé.
    Ce n’est pas rassurant.

  • Deux pas en avant, un en arrière, mais toujours en marche ?

    • Correction : Un pas en avant, deux pas en arrière. La France avance toujours à reculons depuis l’arrivée du scootériste !!!

  • Croire que ce phénomène n’est que parisien est une erreur partout les élus prennent des décisions absurdes et en général pour amadouer leur cour des miracles. Comme dirait Trump, faut faire un test de drogues, nos élus ne sont pas dans une état normal.

  • « Les aventures du port du masque obligatoire continuent. »

    Ne manquez pas le nouveau film d’Indiana Macron » : les aventuriers du masque perdu en mars et retrouvé en septembre.

  • La décentralisation n’est pas une solution : c’est donner à des petits barons locaux la possibilité de profiter de la situation pour asseoir leur autorité en prenant des décisions là aussi totalement arbitraires : interdiction de danser dans les bars de l’Hérault, interdiction de porter le maillot du PSG à Marseille, port obligatoire du masque aux abords des falaises venteuses d’Etretat, etc., on ne compte plus les décisions absurdes sur tout le territoire…

    Ce n’est pas de décentralisation dont nous avons besoin, mais de libération.

    • Je ne suis pas d’accord. Au printemps les maires n’étaient pas d’accord sur l’ouverture des plages (mois de mai, 28° sur le sable)
      Un premier opposant farouche, le second pour les plages dynamiques qu’il a été obliger de fermer la police faisant du zèle. Et le troisième qui n’a rien fait, pas de pancarte, pas de police.. et les plages libres pour les baigneurs.
      Tout cela pour dire que la décentralisation permet la concurrence. Un maire est psychorigide? on va dans la commune voisine.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Le port du masque est fortement recommandé ». La période électorale terminée, la vie hexagonale reprend son cours, et en particulier s’agissant des restrictions liées au covid.

En témoignent les messages reçus depuis quelques jours par de nombreux Français, dans leurs transports, leur travail ou leur supermarché.

Ce mardi, ce sont les Niçois qui ont été rappelés à la réalité. Chez nos confrères de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré envisager le rétablissement de l’obligation du port du masque dans les transpor... Poursuivre la lecture

La BCE a manifestement été surprise par la dynamique que suit l’inflation dans la zone euro depuis quelques mois. Encore accélérée avec la guerre en Ukraine, elle y a atteint 8,1 % sur un an en mai, ce qui ne s’est jamais produit depuis l’instauration de la monnaie unique. Ce rythme est quatre fois supérieur à l’objectif de 2 % assigné à la banque centrale. En Pologne il dépasse même les 12 %.

Aux États-Unis la hausse des prix à la consommation s’est encore accélérée le mois dernier. En mai l’indice de référence (CPI) a augmenté de 1,0... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles